Jusque-là, je n’ai pas commenté l’Affaire Lambert. J’attendais de comprendre.
 

Et même si je ne soutiens absolument pas l’euthanasie, je regrette que le combat de la grande majorité des catholiques pour lutter contre cet homicide déguisé se soit choisi comme modèle la maman de Vincent Lambert, Viviane, que j’ai entendue il y a deux jours au Journal Télévisé dire aux caméras de télévision « ces gens-là sont des monstres !! » en montant dans une voiture.
 

Une personne qui traite de « monstres » des personnes, aussi horribles soient leurs actes, et alors qu’aucun être humain n’est un monstre (pas même Adolf Hitler), aussi légitime soit sa cause, aussi catholique soit-elle, non seulement ne m’inspire pas confiance mais se plante de combat et nourrit les agressions qu’elle prétend dénoncer et dont elle prétend être la victime. On ne déshumanise personne, a fortiori au nom de l’Humain (je ne parle même pas des excités millénaristes qui agitent la « Civilisation » comme grande cause ecclésiale).
 

Et quand j’apprends de surcroît que Vincent est issu d’une liaison clandestine entre sa maman et Pierre Lambert (un homme de 16 ans de plus qu’elle, qui a mis 6 ans à reconnaître son fils après sa naissance), c’est terrible à dire mais je crois que cette femme, malgré les apparences, ne défend pas que son fils dans cette histoire. Donc, comme pour l’Affaire Aylan, les catholiques feraient mieux de discerner et de choisir mieux leurs porte-drapeaux (Civitas, L’Incorrect, etc.) au lieu de s’hystériser et de rentrer dans les combats de coqs que les mass médias orchestrent autour d’eux pour les balader, détourner leur attention ou leur donner l’illusion de fausses victoires « sur la Vie ».