Archives de l’auteur : Philippe Ariño

PORNOGRAFÍA HOMOSEXUAL (Ponencia de Philippe Ariño en el Segundo Congreso madrileño sobre pornografía, el 20 de octubre de 2020)

Esta ponencia « Pornografía homosexual » fue impartida en el marco del Segundo Congreso « PORNOGRAFÍA, INFANCIA Y MUJER » del 20 de octubre de 2020 para la Universidad de Madrid Juan-Carlos II. Fue la última que vino a cerrar el coloquio. Pronto llega el video.
 

 
 
 

INTRODUCCIÓN : EL TITULAR DEL CONGRESO
 

LA VIOLENCIA SE UBICA AQUÍ EN ESTE TITULAR DE CONGRESO, EN ESTA OMISIÓN : PENSAR QUE LA PORNOGRAFÍA NO ES UNA VIOLENCIA DIRIGIDA HACIA LOS HOMBRES SINO ÚNICAMENTE HACIA LOS NIÑOS Y A LAS MUJERES. Misandría.
 

– ¡ Los hombres sufren del porno ! ¡ Y son sus primeras víctimas ! La mayoría de los consumidores del porno son los hombres : ellos componen esa muchedumbre de « esclavos invisibles » enganchados al porno. Además, ¡ también los actores hombres son reificados por el porno !
 

– Yo soy testigo, a través de la homosexualidad, del corazón herido de muchos hombres.
 

– Conozco directamente a 3 actores pornos (entre los cuales Guillaume, el testigo trans de 22 años de mi documental « Las Locas de Dios »), que son amigos, y que además tienen una Fe muy grande. Hice rondas en el bosque de Boulogne acerca de los prostitutos trans : es gente muy espiritual. Y muchos actores pornos viven conversiones insospechables. Eso lo digo para los jóvenes que quieren suicidarse por haber rodado en una peli porno perdida en el océano del web. Así que no hay que caer en un miserabilismo. Hay mucha Esperanza.
 

 
 
 

I – PORNOGRAFÍA Y HOMOSEXUALIDAD : ¿ QUÉ VÍNCULO ?
 

Se suele usar la homosexualidad para normalizar el porno.
 

– Vínculo histórico y biográfico. En el génesis del descubrimiento de su tendencia homo, el porno ha tenido un papel-clave en la vida de las personas homos. Es lógico : incluso cuando miramos porno hetero, vemos al menos a una persona de nuestro propio sexo follando. El porno es la autovía hacia la homosexualidad (ejemplo : Un mozo no-homosexual de 20 años que vino a verme y que me dijo que se planteó un cuestionamiento homosexual a causa del porno hetero cuando tenía 18. Y luego, interrogó a sus amigos chicos entre bastidores, quienes le confesaron « ¡ Nosotros igual ! »).
 

– Otro vínculo histórico : La homosexualidad femenina se dio a conocer primero por el porno antes que por las parejas lésbicas reales ! Nada más y nada menos !
 

 

– Hay más películas pornos heteros que homos. (Sin embargo los gays miramos mucho el porno hetero. Hasta hay sitios heteros dedicados a los gays : SG4GE « Straight Guys For Gay Eyes » ; o también hay conversiones de actores heteros que viven escenas gays – les vendan los ojos en un gaybus – ; y los sitios pornos – Pornhub, Xvideos, etc. – se han bisexualidado para ampliar su clientela : el usuario puede escoger su orientación sexual favorita)
 

 

– Los encuadres del porno hetero son cada vez más asexuados (No se identifica al género sexual de las personas : son agujeros, espaldas y culos), bisexuales (sodomía, sexo oral) y homosexuales (la escena lésbica : un tópico).
 

– El vínculo, y el gran tabú que desvela la pornografía sobre la homosexualidad, es que la homosexualidad es un deseo de violación. Fantasmáticamente, nosotros personas homos, nos identificamos a menudo o bien a la víctima violada y dominada, o al violador potente y dominador. Y a veces, esa identificación es la reproducción de una violación real. En mi entorno personal, conozco a más de 150 amigos homosexuales que han sido violados (en la infancia o adolescencia). Y mis amigos « activos » (yo soy digamos « pasivo ») me cuentan que muchas veces, se encontraron con amantes que les ordenaron en serio : « ¡ Viólame ! ».
 

 

– Los sitios de citas ya son la antecámara del porno y de la prostitución. Se ven muchas publicidades de sitios pornos que aparecen en la pantalla. El usuario de los sitios se hace de estrella del porno con sus fotos desnudas. Y la regla de los sitios se podría resumir a « Pasivo busca activo » y vice versa, o « Agujero busca polla/polla busca agujero », como los enchufes ! En seguida, entre hombres o entre mujeres, es más sexual. No hay, como en los sitios entre hombres y mujeres, que esperar una validación mutua (salvo en Grindr), no hay esta simulación de romanticismo ; hay esta jerarquía terrible entre activos y pasivos. Viene de la ausencia de diferencia de sexos. Entonces, se añade aquella de manera artificial y forzada (entre hombres como entre mujeres), y bajo la forma de roles de dominación/sumisión de los cuales voy a hablar más tarde.
 
 
 

II – CARACTERÍSTICAS DE LA PORNOGRAFÍA HOMOSEXUAL Y PRINCIPALES DIFERENCIAS CON LA PORNOGRAFÍA « HETEROSEXUAL »
 

Voy a tratar de describir la pornografía gay, sin complacencia, sin justificar. Pero simplemente porque hay que enfrentarse a la realidad, como decía Ana Miguel Álvarez.
 

Características :
 

– El porno gay se está profesionalizando : hay cuentas por Twitter (No Youtube ni Instagram) que son muy fáciles de abrir (funcionan con suscripción) : Es prostitución supervisada y más lucrativa que un servicio prostitutivo de 30 € callejero y promiscuo : una escena porno gay te da mucho más dinero – 400 € – y un contrato, como si fueras alguien importante, una estrella. Es dinero fácil que seduce a la juventud mucho más que la prostitución salvaje clandestina extranjera. (La estrellificación del porno : El año pasado el programa Bailando con las estrellas acogió a la candidata Clara Morgane en TF1, famosa actriz X !)
 

 

– Hay reglas : no drogarse durante las escenas, sino no puedes hacer nada (claro, toman productos como el viagra, etc.).
 

– Hay un juego de actor (porque es una vitrina de placer), hay diálogos muy precisos, como una puntuación : en inglés « Fuck !/Fuck me !/ It’s good/ Oh yeah !/Suck my dick, my ass! » (pero muy pocos insultos o palizas, porque eso da asco) ; en francés « Vas-y !/C’est bon/Oh oui/Baise-moi ! » ; en español « ¡ Fóllame ! ¡ Ah sí ! ¡ Eso es ! ¡ Dame polla ! ». Ya veis, ¡ he trabajado para vosotros ! (He escuchado escenas solo con el sonido, sin mirar las imágenes).
 

– Un mínimo de guión para incrementar el deseo. Antes, en el porno de los años 70, había historias, filtros, oscuridad, música de ascensor que encubría los gemidos (incluso los actores podían tocar música, formar parte de un grupo de rock). Ahora, hay muy poca música durante los coitos, se ha borrado la dimensión artística, se va más al grano, a lo bestial, a la realidad bruta y cruda.
 

– Muy poca ternura : narcisismo de cada actor que se observa a él mismo. Pocos besos (salvo al principio), no se ven mucho las caras.
 
 

Grandes cambios con el porno « hetero » :
 

– A diferencia del porno hetero, se ve mejor a los 2 protagonistas del coito (mientras que en el porno hetero, a veces ni se ve al hombre : ¡ joder !).
 

– Hay más subcategorías y roles : delgados, bears, efebos, asiáticos, negros, árabes, lampiños, daddy, musculosos, butch, fem, abuelos, etc.
 

 

– Más accesorios : No vemos el gel, la vaselina, pero hay. Porque se fuerzan vías corporales para el coito que no son naturales.
 

– Más tatuajes (y tatuajes con la bestia, o del registro esotérico o demonológico). Más bestialidad (Hice capturas de las fotos de perfil son la bestia en los sitios de sitas gays : tengo toda una colección para demostrar la invasión de la imagen de la Bestia en el mundo homosexual)
 

– A veces prácticas extremas : sadomasoquismo, simulación de tortura (fist-fucking, sling, sex-toys), para realzar el carácter marginal y alternativo de esa sexualidad « no convencional ».
 

– Claro, hipermasculinización (incluso en el porno lésbico), más machismo : sobresalen los músculos, el vello, los sexos grandes y prominentes. Todo tiene que ser a la vez desmesurado pero al mismo tiempo verosímil.
 

– Se borra la pasividad y la feminidad lo + posible : no hay actores afeminados. Se esfuerzan a no parecerlo. Incluso los actores « pasivos » tiene que ser varoniles.
 

– La eliminación de la diferencia de sexo en el coito tiene consecuencias : se suele reemplazar no por el afeminamiento ni por un mimetismo de la pareja hombre/mujer (mimetismo que parecería grotesco y sumiso) sino por una simulación de la diferencia de generaciones (el fenómeno de los twinks, de los Suggar Daddies… que finalmente es pedofilia o incesto disfrazado de « amor » homosexual), por una simulación de la diferencia de los espacios (el fenómeno de los jefes y de los obreros, de los Negros y de los Blancos, del profe con su alumno), por una simulación de la diferencia Creador/criaturas con el modelo sacerdote/fiel, sacrificador/víctima, los mormones, el diablo y el ángel, etc.). O sea, se reemplaza la diferencia de sexos y su ausencia por la violencia, por relaciones de dominación/sumisión más marcadas. Son roles que se ven menos en las pelis porno hetero donde hay diferencia sexual.
 

 
 
 

III – LA HOMOSEXUALIDAD, ¿ UN TEMA PORNOGRÁFICO SOLO PARA ADULTOS ?
 

Bajo la influencia de la pornografía homo así como de la exuberancia vulgar de las Marchas del Orgullo, mucha gente llega a pensar que la homosexualidad es un tema únicamente de adultos, un tema pornográfico. « ¡¡ No hay que hablar a los críos de este tema !! ¡¡ Hay que proteger su inocencia y su pureza !! ».
 

No. La palabra « homosexualidad » no es una palabrota. Yo hablé del tema delante de los escolares : ya lo saben todo técnicamente. ¡ Es espantoso ! Ya los niños ven carteles de parejas homosexuales que se besan a la salida de la escuela de párbulos.
 

 

Yo creo que una manera de proteger a los niños no es esconderles el tema (¡ si viene de ellos !) porque ya están confrontados a ello sin querer, a una edad muy joven. Y el miedo puede crear lo que teme. La homosexualidad YA no es un tema pornográfico. Quizás lo haya sido hace 30 años. Pero ahora, se ha democratizado en su forma suave, aceptable, incluso romántica y burguesa, pudibunda, pija (la peli de Kechiche « La Vida de Adèle » : es una peli pornográfica – hay lo menos 5 escenas de puro sexo – pero como no usa los encuadres clásicos del porno, unos pijos dirán hipócritamente que no es pornográfica, e incluso que es « sexo lésbico ético »…). Entonces, ya no es un tema de adultos, lamentablemente.
 

 
 
 

IV – CONCLUSIÓN : LAS SOLUCIONES
 

Voy a lanzar una bomba : Defendiendo la práctica homosexual, de una manera indirecta, estáis defendiendo el porno (por más que no esté haciendo una analogía entre pornografía y práctica homo). Porque a menudo, la pornografía se disfraza de homosexualidad para comprarse una imagen ética barrata. ¿ Cómo detener el tsunami porno ? Hablando de la realidad homosexual. No podéis por un lado decir a los niños del cole « ¡ Ojo con el porno ! ¡ Hay que educar ! » y por otro lado decirles « ¡ Hay que aceptar y justificar y banalizar la homosexualidad ! ¡ La bisexualidad está muy bien ! ». Sino, os convertís en bomberos pirómanas ! La bisexualidad es muy a menudo un libertinismo que no lleva ese nombre. Así que en vez de machacar a las redes sociales, a la indústria del porno, a la ideología queer, tenéis que denunciar sus escaparates bonitos y rosas y « éticos » (como dice Alejandro Villena), entre los cuales la homosexualidad.
 

Voy a lanzar otra bomba. Hay, para mí, soluciones parciales : « ¡ La defensa de las mujeres ! ¡ La protección de los niños ! » « ¡ La educación ! » « ¡ La información ! ¡¡ Hay que informar, hay que educar !! » « ¡ Hay que controlar el contenido y multar a los sitios internet, a esos criminales ! ». ¡ No ! Incluso la « ecología » no es un argumento relevante. No tenemos que refugiarnos detrás de la indignación, de una jurisprudencia, de las herramientas legales, detrás de una supuesta educación al respeto de la mujer o del niño, una educación a la belleza de la sexualidad, que resulta totalmente ineficaz.
 

Las soluciones que propongo :
 

– Parar de pensar que la pornografía es explícita, que sería pornográfica y grosera incluso en su forma de difundirse (Como decía Carmen Llovet, hay mensajes subliminales pornográficos que no son choquantes, y que por tanto siguen siendo pornográficos.) : Ejemplo : La publicidad TBM en Francia (juego de palabras perverso en francés entre « Très Bon Marché » – Muy Barato – y « Très Bien Monté » – Bien Dotado).
 

 

– Hablar de bisexualidad y de homosexualidad : que son las coartadas principales y rosas del porno. Y un poco de la transidentidad (como lo comentaba muy bien Paula Fraga esta mañana).
 

– Vivir cada uno de nosotros una verdadera conversión, una conversión del corazón, y una limpieza verdadera de nuestra casa interior. Les propongo una revolución de nuestros hábitos. Los malos no son los demás, no es exterior. Parará el porno si ya, primero, nosotros paramos de mirarlo, y nos libramos de la masturbación, de la adicción al sexo o a la infidelidad. Tenemos que vivir lo que decimos. Si no cambiamos radicalmente nuestra manera de vivir nuestra sexualidad, el porno seguirá destruyendo a los corazones de todos nosotros. Se trata de una conversión personal. La lucha contra el porno, que es un fenómeno social y globalizado, empieza en tu habitación.
 

– Mensaje a las mujeres : en vez de lanzar una cazería contra los perversos o los proxenetas o los difusores de imágenes, en vez de lanzar una cruzada anti-porno, tenéis que parar de mirar porno o de masturbaros (porque ahora sé de muchas que lo hacéis), tenéis que ayudarnos a nosotros hombres para purificarnos. Porque el porno, la genitalidad, la masturbación es nuestro talón de Áquiles. Somos los hombres de la « generación porno », somos los hijos del porno. Vivimos en un Mundo hipersexualizado (como nunca antes). Ser hombre hoy es difícil. Porque nos tentan muchísimo visualmente, nos quitan mucha energía y tiempo, nos solicitan mucho. Para todos los varones de hoy luchamos y sufrimos y nos caemos a menudo. Y hay que tener mucha fuerza interior y mucha voluntad y libertad para, como hombre, poder decir « no » al porno. El porno y la masturbación son prácticas muy corrientes.
 

– Mensaje a los hombres : tenemos que unirnos y animarnos para oponernos al porno. Crear, por qué no, una red de fraternidad EMPÁTICA. Porque las mujeres, en cierto modo, no son hombres y no experimentan concretamente nuestros apetitos sexuales : no son siempre las más indicadas para ayudarnos a volver a la pureza. No basta con decirnos : « ¡ No está bien ! » A un fumador, le puedes mostrar las secuelas del tabaquismo. No por ello parará de fumar. Igual para el porno. Nosotros, hombres, necesitamos a hermanos que nos dicen « ¡ Te entiendo ! », que luchen con nosotros, nos animen, nos valoren, nos entiendan, que saben también lo « fugazmente bueno y consolante » que es el porno. El miedo o la demonización o el ataque al porno no cambiará nada. Es el Amor y la amistad – prioritariamente masculina – que son, según yo, las soluciones contra el porno.
 

– Mensaje a los jóvenes : no sois víctimas. Suele ocurrir que tentaís a los adultos (c.f. la ponencia de esta mañana de Fidel Solera ; la ponencia de Luis-Manuel Martínez sobre los violadores juveniles). Podéis violar a otros jóvenes (fenómeno de los niños que imitan con sus compañeros las escenas del porno). No sois inocentes. Sois responsables – menos que los adultos pero sois responsables – y podéis imitarlos. Así que ojo : no sois víctimas. No sois cositas fragiles y no se os tiene que transformar en « desgraciados » como decía Carmen Perdices. No creo en vuestra inocencia/pureza : la quiero para vosotros, pero ¡ hay trabajo de vuestra parte ! Defiendo vuestra libertad y responsabilidad. Sois LIBRES.

Les musulmans : affiliés sans même s’en rendre compte à la Franc-Maçonnerie

Les musulmans, sans même s’en rendre compte, sont complètement affiliés/alignés, au niveau des idées, avec la Franc-Maçonnerie. Écoutez les paroles de l’imam de Drancy, cité par Caroline Fourest, et qui reprend mot pour mot les métaphores et le jargon des francs-maçons : « Samuel Paty a voulu éclairer les jeunes en leur transmettant la valeur de la liberté. Il a souhaité leur apprendre l’élévation par la connaissance. Il a payé de sa vie son engagement. C’est l’enseignement, le socle de la société qui a été atteint. Samuel Paty est un martyr de la liberté. Nous sommes tous Samuel. » (c.f. je vous renvoie à mon précédent article).
 

Le rouleau compresseur « LGBTQIste ++ » enclenché aujourd’hui par la ministre Élisabeth Moreno (dans l’indifférence générale)


 

Appuyée par Castaner, cette ministre (borgne : c’est un fait, pas une moquerie. Et symboliquement, ça a du sens qu’elle soit borgne, en plus de noire : dans mon Dictionnaire des Codes homos, vous pourrez trouver mes codes « prostituée borgne » et « prostituée noire »), Élisabeth Moreno – « Premier ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances » – est en train d’imposer aujourd’hui à toute la France son plan d’ « actions » échelonné sur 3 ans avec une quarantaine de mesures, toutes plus dingues et hors-sol les unes que les autres, pour « les LGBTQI+ » (comme elle dit) : dont l’une de ses mesures-phares (que j’ai dénoncée dans mon dernier livre sur les thérapies de conversion) est l’interdiction des thérapies de conversion de l’homosexualité (en gros, la prohibition d’aider psychologiquement ou spirituellement toute personne homosexuelle demandeuse de l’être).
 

Cette ministre a toute l’apparence de la victime et de la femme providentielle à la fois. Et son plan arrive comme un rouleau-compresseur que personne – pas même les cathos qui n’en ont strictement rien à foutre – n’identifiera ni ne dénoncera, et ne pourra arrêter. Il est déjà trop tard, de toute façon, puisque notre Monde méprise en même temps qu’il applaudit l’homosexualité sans comprendre pourquoi. Moi, je me contente de vous prévenir et de vous dire qu’aujourd’hui est un jour important dans notre pays, car de nombreuses lois détruisant l’Humain et les personnes homosexuelles en croyant sincèrement les honorer sont signées.
 

#PlanLGBT20202023 #LGBT #Homosexualité #élisabethmoreno #Thérapiesdeconversion

Les cathos gays friendly sont affolants

Fascinante, la novlangue infantilisante (le positive wording) utilisée par le père jésuite gay friendly nord-américain James Martin. Et c’est flagrant comme toute son argumentation repose subtilement sur l’hétérosexualité – et en particulier l’alignement et la confusion entre l’hétérosexualité et la différence des sexes. Il nous martèle je ne sais combien de fois que « Dieu nous aime », comme une tisane verbale qui fera oublier à certains qu’il ne nous annonce aucune vérité sur l’homosexualité. Les cathos « gays friendly » sont effrayants.
 

Jonathan Cohen, le génie fatigué

Je ne sais pas si, comme moi, vous voyez défiler sur votre fil d’actualité des teasers de la nouvelle série « La Flamme » parodiant The Bachelor ou Mariés au premier regard (parodie qui a l’air bien drôle, au passage). Mais regardez l’acteur Jonathan Cohen, comment il s’exprime au « naturel » : bobo à souhait, accent de charretier parisien mais anglosaxonisé, désinvolture travaillée, ton d’intellectuel fatigué, « adorant » ou « détestant » tout (comme le bourgeois, en fait), prenant visiblement des drogues, ayant l’air blasé et méprisant dès qu’il va se risquer à l’expression d’un enthousiasme (il regarde peu dans les yeux), le mec imbus de sa personne, qui se prend pour le roi de la Terre, et qui se la joue « outsider » ou pourfendeur dégoûté du système médiatique qui l’a érigé en « star » (un peu finalement comme tous les Yann Barthès fabriqués par Canal +) : franchement à gerber, ce personnage qu’il joue sincèrement. Il me fait d’ailleurs penser à des attitudes de certains membres boboïsés de mon propre entourage qui se croient plus intelligents que les autres. Au secours! C’est quand même effrayant. #MondeDePlusEnPlusToxiqueDeLaTélé #LaBêteEstLà #Bobos #LaFlamme
 

 

Congreso PORNOGRAFÍA, INFANCIA Y MUJER el 20 de octubre de 2020

Les invito el 20 de octubre a participar en un Congreso (on line) sobre « PORNOGRAFÍA, INFANCIA Y MUJER », en el marco de la Universidad Juan-Carlos II de Madrid.
 

Aquí tenéis el programa detallado.
 

Yo participaré en la 6ª Mesa redonda, a las 19:00 – 20:00. Con Marcelino Madrigal y el moderador David Luque Mengíbar.
 

Trataré de un tema apasionante (jaja!) : « La pornografía homosexual »
 

 

Je vous invite le 20 octobre prochain à participer au Congrès (en ligne) sur « PORNOGRAPHIE, ENFANCE ET FEMME », organisé dans le cadre de l’Université Juan-Carlos II de Madrid.
 

Vous trouverez ici le programme.
 

Je serai à la 6e table ronde, de 19h à 20h, avec Marcelino Madrigal et la modératrice Leticia Porto.
 

Je parlerai d’un sujet ô combien passionnant (haha!) : « La pornographie homosexuelle »

Le savoir : quête maladive de beaucoup de femmes d’aujourd’hui

« La femme s’aperçut que le fruit de l’arbre devait être savoureux, qu’il était agréable à regarder et qu’il était désirable, cet arbre, puisqu’il donnait l’intelligence. Elle prit de son fruit, et en mangea. Elle en donna aussi à son mari, et il en mangea. » (Livre de la Genèse, chap. 3, v. 6)
 

 

Je remarque en ce moment que plusieurs femmes de mon entourage – qui concrètement ne vont pas bien et tombent en dépression – pèchent par gnosticisme, c’est-à-dire par rechercher frénétique de connaissance, d’omniscience, de tout SAVOIR. Cette bête curieuse se déchaîne fort actuellement en elles. Et elle est bien sûr nourrie par Internet, les téléphones portables, la démocratisation d’une certaine psychanalyse, les caméras de surveillance, les nouvelles technologies, et flatte leur narcissisme en même temps qu’elle entretient chez elles leur paranoïa, leur hystérie, leur désir insatiable de tout contrôler, de tout comprendre, de tout retenir (au double sens du verbe : « mémoriser » et « posséder »), leur orgueil d’être des victimes des hommes (ou de leur mari) et d’être supérieures à eux, de les connaître par cœur (elles leur ôtent injustement toute leur part de mystère).
 

Cette quête gnostique les fait parfois partir dans des délires intellectualistes assez dingos, qui font insulte à leur pourtant finesse réelle, humour et intelligence à la base. En même temps qu’elles sont possédées par l’obsession de la possession (… de savoir, de voir, de connaissance) justement, elles ne s’entendent même pas employer le mot ou le verbe « SAVOIR » plusieurs fois dans une même phrase. Pourtant, il suffirait qu’elles s’enregistrent et qu’on réécoute la cassette ensemble pour réaliser l’obsession gnostique dont elles pâtissent. Ces pipelettes intarissables sont en stress, en panique, en mélancolie, et pensent qu’en jouant les Inspecteurs Colombo, les enquêtrices-analystes d’exception, en partant à la pêche aux infos, aux scoops, au-détail-qui-tue-et-qui-leur-donnera-une-fois-de-plus-raison, à l’intelligence supérieure (elles vouent d’ailleurs un culte au dieu post-moderne de la pseudo « Intuition féminine » : Ça sort d’où que les femmes seraient plus intuitives que les hommes, d’ailleurs ? Sans doute de cerveaux aussi malades que le leur…), en montant à l’arbre de la Connaissance, elles parviendront à (se) rendre justice à elles-mêmes et au Monde entier, à résoudre tous les problèmes des autres (… sauf les leurs !), et à masquer leur angoisse maladive et possessive de manipulatrices (À les entendre, les « manipulateurs narcissiques », ce n’est – comme par hasard – que les autres ! et bien sûr, ce sont les hommes !).
 

Et comme leur mari pataud ou blasé refuse, au bout d’un moment, de rentrer dans leur course effrénée au SAVOIR, refuse de les laisser le « résoudre » (comme s’il était un problème !), de lui tirer les vers du nez parce qu’il n’a plus de scoops avouables à lui donner, il est tenté de se créer son propre jardin secret à lui (parfois dans le mutisme, parfois dans la tromperie) pour respirer, et pour être sûr que son Ève des temps modernes ne va pas l’envahir totalement de sa quête vampirisante d’omniscience.
 

Au final, qu’est-ce que les femmes inquisitrices et harcelantes d’aujourd’hui cherchent tant à « savoir » ? Eh bien je crois qu’inconsciemment elles veulent connaître leur péché (qui est celui de la curiosité, de l’indiscrétion, celui précisément de vouloir tout savoir !) ; et donc elles cherchent sans doute à ce que quelqu’un leur dise une bonne fois pour toutes : « Stop ! Arrête de vouloir tout savoir ! Arrête de vouloir tout comprendre et tout retenir ! Arrête de vouloir être la plus intelligente, de te faire la détentrice privilégiée du Savoir ! Rentre à l’école de la Vierge Marie, à l’école de l’écoute (mais la vraie : pas l’enregistreur !), à l’école de la méditation aveugle et confiante des Mystères de Dieu, à l’école de l’ignorance, de la retenue et de la discrétion, à l’école du secret à garder et non à déballer ni posséder. Femme ignorante n’est pas nécessairement femme soumise. Elle peut même être la femme sainte. Donc renonce à l’omniscience ! Et tu deviendras une vraie femme douce qui aura accès à des vérités et des mystères bien plus profonds que si tu les avais cherché(e)s fiévreusement par toi-même. »

Je vous demande de prier

Je vous demande, chers contacts, de prier pour moi et pour le film. Nous avons une plate-forme de diffusion de notre documentaire qui nous a dit un « oui » de principe, mais qui doit encore se prononcer définitivement après avoir vu plusieurs extraits. C’est une plate-forme aconfessionnelle, en plus, donc une aubaine pour nous, car l’audience serait plus large qu’une audience 100 % homo ou 100% catho. Mais étant donné la difficulté de compréhension de certains messages de notre documentaire (par exemple : le fait qu’on explique pourquoi le couple homo n’est pas de l’amour ; notre opposition au « mariage gay » ; l’encouragement à l’abstinence donnée donc à la continence, etc.), messages scandaleux aux yeux du Monde et qui effraient même la majorité des cathos, le combat intérieur risque d’être chaud. C’est pour ça que je vous demande de prier pour la paix des coeurs et l’audace des bonnes personnes. Certains choix risquent d’être décisifs.

La Trinité diabolique, c’est la peur, la tristesse et la haine

Au niveau de nos attitudes, la Trinité diabolique, c’est la peur, la tristesse et la haine.
 

La Trinité bienheureuse, c’est la confiance (la Foi), la joie et l’Amour.
 

Et bien entendu, la seconde Trinité est bien plus coûteuse à mettre en place que la première. Surtout chez les tempéraments mélancoliques, dépressifs, colériques, jaloux, peureux, rigides, paranoïaques, analytiques, paresseux. La Trinité bienheureuse ne nous est pas humainement naturelle (Normal, elle est d’ordre surnaturel !). Elle doit faire l’objet d’une décision sans cesse renouvelée. Et tant pis si au départ elle nous apparaît comme une hypocrisie : « Je ne vais quand même pas me forcer H24 à être le bout-en-train que je ne suis pas, alors que je pleure à l’intérieur ? » Ben si ! Pour un chrétien, la Paix intérieure, l’humour et l’Amour ne sont pas des options. Ce sont des devoirs chrétiens. Si nous vivons dans la peur, que nous sommes des tristes sires, ou que nous devenons violents et agressifs, c’est qu’il y a un gros problème. Si en revanche nous nous efforçons sans cesse à faire confiance, à être joyeux, à être doux et à aimer/pardonner/bénir, nous sommes au contraire sur le chemin de Jésus. Et notre nuit se transforme en jour. Alors que pourtant, les protagonistes n’ont pas changé.

L’Hollywoodisation du Vatican (le cas de l’encyclique papale Tutti Fratelli et de la béatification de Carlo Acutis)

« Pourquoi m’appelles-tu bon ? Nul n’est bon que Dieu seul. » (Jésus, dans Luc 18, 22)
 
 

Le Vatican devient-il l’académie des Oscars à Hollywood ? On est en droit de se le demander et de s’en inquiéter.
 

 

Je trouve que les béatifications récentes décrédibilisent l’Église. Car cette dernière s’aligne sur l’esprit du Monde qui ne sacre plus une oeuvre ou une personne parce qu’elle le mériterait vraiment, mais pour l’intention, la bithématique, la polémique, l’image-réputation, la vitrine, le message démago et rebelle/moderne, bref la CHARGE SYMBOLIQUE, qu’on lui prête. Et là, ça confine au grotesque ou à l’absurde, en tout cas pour ce qui est de la béatification imminente du jeune geek italien Carlo Acutis, et du battage médiatique impressionnant dont il fait l’objet en ce moment. Loin de juger le coeur de Carlo et sa relation à Dieu – relation qui relève du mystère et du secret -, loin de juger de son rayonnement passé-présent-futur (Peut-être est-il justifié ? Je ne sais pas, et je demande à voir; et je ne doute pas que nous ayons besoin de modèles proches et incarnés qui nous rappellent que la sainteté est possible et accessible), je suis quand même d’avis que les canonisations ne devraient – dans l’idéal et à quelques exceptions près – avoir lieu qu’au Ciel. A fortiori quand les terrestres se transforment en kermesses.
 

La fabrique d’idoles – même au nom de Dieu et de sa sainteté – est déjà depuis un certain moment observable dans le 7e Art, surtout depuis que notre Monde médiatique décerne des couronnes, des trophées et des palmes d’héroïsme à des oeuvres médiocres et à des personnalités banales, peu exemplaires, et qui n’ont de mérite que d’être victimisées ou d’être présentées comme de valeureux révolutionnaires. Le cas, par exemple, des navets cinématographiques qui ont reçu la palme du « Meilleur Film » à Hollywood ou à Cannes simplement parce qu’ils promouvaient l’homosexualité ou bien avaient un fort potentiel de scandale et d’impression/réaction, ne manquent pas (je pense par exemple à « Spotlight » , à « Moonlight » , à « Harvey » , à « La Vie d’Adèle » … qui sont objectivement des merdes, merdes qui ont été enjolivées/sauvées in extremis par leur technicité, leur charge émotionnelle et les intentions qui leur étaient attribuées).
 

Dans ce système mondial de plus en plus déconnecté du Réel autant que du Vrai, où une personne ou une oeuvre n’est plus valorisée pour elle-même mais uniquement pour sa charge symbolique et émotionnelle, rien d’étonnant que par exemple des films médiocres soient auréolés de gloire simplement parce qu’ils traitent d’homosexualité et de négritude, rien d’étonnant qu’un candidat à la présidentielle d’une Nation soit élu haut la main parce qu’il est homo ou noir ou handicapé ou femme, et – le plus triste – rien d’étonnant qu’un gars comme Carlo Acutis soit applaudi comme un « grand saint des temps modernes » ou que des encycliques aussi plates – et non moins dangereuses et anodines à cause de cette platitude – que Laudato Si, Amoris Laetitia et Tutti Fratelli soient publiées par un Pape. Et là encore, je n’ai rien contre le Pape François, qui pour moi reste le Pape qu’il nous faut et qui a été désigné par l’Esprit Saint.
 

 

Concernant le cas de l’instrumentalisation béate/béatifique de Carlo Acutis, je remarque qu’on n’aime pas la personne pour ce qu’elle est, ce qu’elle a fait et dit (Vous avez entendu, vous, des phrases-choc et vraiment profondes que le jeune homme aurait dites?), mais pour ce qu’elle représente, pour les clichés-standards ou les concepts dits « opposés » ou « nouveaux » qu’elle incarne (ici, c’est jeunesse et sainteté, ou bien informatique et divinité). Tout comme on m’applaudirait parce que je suis homo et catho : ce serait – et c’est parfois – absurde puisque ça ne me donne aucune valeur ni mérite (je peux être « homo et catho » ou « homo abstinent »… et pourtant très très con ou creux dans mes propos). Et qu’ensuite en présentant mon corps soit-disant « intact », et quelques miracles qui me seraient attribués, ça y est, je rentrerais au panthéon folklorique des « saints exotiques et inattendus des périphéries » qui redoreraient l’image d’une Église universelle et moderne ! Force est de constater qu’on assiste à une « Peopleisation » des saints, à une starification déguisée en béatification/canonisation. C’est le Musée Grévin version catho. Horrible. Avec tout le respect que j’ai pour « le premier saint qui avait une adresse e-mail » (c’est ça, sans déconner, sa spécificité incroyable ?? son « miracle » ?? C’est sur ça – plus que sur son attachement au Christ et sur la force impopulaire de ses paroles et hauts faits – que repose son procès en béatification ??), eh bien désolé mais pas envie d’applaudir. Et quand je cherche auprès des médias « cathos » les preuves concrètes de leur emballement, les journalistes et même la maman de Carlo n’ont pas autre chose à dire que « Jésus était au centre de sa vie » et que Carlo « a passé des heures devant le Saint Sacrement ». Ok… Bonne journée. Next. #Questcequecestquecettemascarade. Le Vatican s’est-il hollywoodisé ?
 

 

Quant à l’Encyclique-bébé du Pape François Tutti Fratelli (rien à voir avec les Goonies, j’espère ?), qu’est-ce que c’est que ce sketch ? Depuis quand la fraternité est-elle une valeur évangélique ? Moi, je la vois surtout comme une valeur républicaniste (la devise française « Liberté, Égalité, Fraternité ») et maçonnique (d’ailleurs, en loges francs-maçonnes, tous les initiés s’appellent « frères »). Je préfère largement au concept démago et humaniste de « fraternité » celui de Charité (amour concret de Dieu pour tout Homme). Pareil que pour Carlo Acutis : avec Tutti Fratelli, on n’apprend quasiment rien. On a rien à en dire de positif ou à se mettre sous la dent. C’est de l’intention plus que de la substance. Il y a peu de profondeur. C’est de la vitrine de solidarité et d’humanisme intégral vaguement christique. Le Pape François ne risque pas d’aller en prison pour ses propos. Et que dire du narcissisme identificatoire pieux et excessif (« Je suis le nouveau François d’Assise ») qu’elle traduit…? (moi, je suis fan de saint Antoine de Padoue : c’est pas pour ça que je vais vivre ma vie par procuration en donnant à croire que je suis son fils spirituel ou pire sa réincarnation). Qu’est-ce que c’est que ce délire et cette usurpation d’identité pour dérober à peu de frais une sainteté/humilité par association de prénom ? Le seul journaliste qui ait osé une critique distancée et un peu intelligente sur cette encyclique, c’est Pierre de Lauzun (même si, malheureusement, je le soupçonne de caricaturer le Pape François en défenseur de la « politique migratoire anti civilisation-chrétienne » qu’il n’est pas).
 

Alors désolé les amis si je passe pour un rabat-joie, un sniper ou un râleur. Car tel n’est pas le cas, même si je conçois que j’en porte l’apparence. Pour moi, la principale preuve qu’une personne est sainte, c’est son impopularité terrestre, parce que ce qu’elle dit et ses oeuvres font risquer sa vie, des vies, et expose à la Croix, au martyre, à la mort aussi bien sociale que physique. Or, je ne vois pas ce que la vie d’un Carlo Acutis ou ce que l’Encyclique déplace ou fait risquer de vital.