Archives de catégorie : Phil de l’Araignée

Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ?

Après m’avoir ignoré, boudé ou traité de « maladroit » – ou pire, de « pitoyable » –, certains catholiques, face à la situation nationale, mondiale et ecclésiale actuelle où l’homosexualité bisexualisante et asexualisante devient omniprésente et arrive à son climax, viennent troubler mon repos et mon isolement de pauvre type (je suis devenu inaudible ; ça fait belle lurette qu’on ne m’invite plus nulle part ; mes livres respirent la poussière ou sont absents des librairies chrétiennes ; mon prochain livre Couples homosexuels : c’est quoi le problème ? peine à sortir, alors qu’il met justement pile le doigt sur la question du péché ; mes publications sur les réseaux ne sont pas partagées et encore moins « likées » ; n’importe quel banal profil Twitter a largement plus d’abonnés que moi…) pour m’appeler à l’aide ou pour me partager leur indignation face aux entrées d’eau arc-en-ciel qui pénètre la barque de saint Pierre (l’Église) et menace de la couler.
 

Et moi, je n’ai plus la force ni l’envie d’accepter les nouvelles sollicitations d’amitié Facebook de cathos qui viennent à moi par curiosité plus que par soutien, de témoigner publiquement ni en visio. Je n’ai que l’énergie d’éditer de temps en temps un article pour mon blog, d’écrire un nouveau livre pour approfondir des sujets qui me tiennent à cœur et très importants (mais dont l’importance est ignorée) tels que l’homosexualité, la Franc-Maçonnerie et l’Apocalypse, de publier – très lentement – la suite de mon documentaire « Les Folles de Dieu » (si bien nommées !) en stand-by.
 

Et aux rares supporters, qui viennent me soumettre leur sempiternelle question « Que penses-tu de ça ? et de ça ? et de ça ? » ou leur indignation « Tu as vu ça ?! et ça ?! et aussi ça ?! », et me rapporter les événements ou paroles malheureuses signant la défaite (ecclésiale) de la Vérité concernant l’homosexualité, je relève péniblement la tête, leur écris laconiquement deux-trois mots d’accusé de réception, et j’ai presque envie de leur sortir « Allez vous faire foutre connards », ou « Foutez-moi la paix » ou « Vous ne m’avez pas soutenu. Maintenant, ne venez ni pleurer ni me sonner. Débrouillez-vous sans moi. Restez dans votre merde ! ». Mais comme je suis un incorrigible gentil et poli, j’en reste à un innocent et interrogatif « Qu’est-ce que tu veux que je te dise ? » ou « Je sais bien. On est foutus ».
 

Alors concernant le cortège de mauvaises nouvelles qui pourrait se conclure par ces affirmations du faux détachement et de l’agonie, j’en ai relevées quelques-unes qui, je suis sûr, vous donneront du baume au cœur autant qu’elles vous consterneront :
 

– Une amie d’Orléans m’apprend qu’un prêtre, dont la double vie homosexuelle a été découverte, quitte le sacerdoce et a écrit à ses paroissiens pour leur faire ses adieux. Qu’est-ce que tu veux que je te dise ?
 

– Un blogueur et ami espagnol me fait regarder la troisième partie du jeu vidéo The Last of Us, qui fait un carton en ce moment sur Prime Video, et qui dépeint de manière hyper réaliste et émouvante l’histoire d’un vieux couple gay, marié à la vie à la mort, et que tous les internautes applaudissent. Qu’est-ce que tu veux que je te dise ?
 

– À l’occasion du Synode sur la Synodalité organisé par le Vatican, où la question de l’accueil des personnes homosexuelles dans l’Église occupe le haut du pavé, l’émission Le Jour du Seigneur (le 29 janvier 2023 sur France 2) a déroulé dernièrement le tapis rouge à l’association homo chrétienne DUEC (Devenir Un En Christ, présidée par Timothée de Montgolfier) ainsi qu’à l’association Reconnaissance (créée par Nathalie de Villiencourt, à destination des familles touchées par l’homosexualité). Sans surprise, les discours sont toujours centrés sur l’accueil, l’acceptation et la reconnaissance (donc le regard extérieur) de l’homosexualité (jamais sur l’homosexualité et la réalité de couple en elles-mêmes ; les passages de la Bible condamnant la pratique homo sont relativisés par leur soi-disant « contexte ») ; centrés sur l’hétérosexualité (confondue avec la différence des sexes) ; centrés sur « l’Amour du Christ » (tel qu’il est compris, c’est-à-dire soi-disant « inconditionnel ») ; centrés sur la condamnation du Catéchisme de l’Église Catholique et du Magistère (les intervenants et journalistes revendiquent un changement des mots du Catéchisme dits « intolérables, blessants et injustes » ; centrés sur la victimisation et l’appui de la thèse du livre Sodoma de Frédéric Martel soutenant que l’homophobie du clergé reposerait sur une homosexualité refoulée et largement ressentie/pratiquée parmi les chefs de l’Église) ; centrés sur le Pape et sa soi-disant « ouverture » par rapport à l’homosexualité (Ses paroles confuses – car même si d’un côté elles dissocient « homosexualité » et « crime » en décriminalisant par là même la première, de l’autre côté elles associent l’homosexualité au péché sans expliquer non plus pourquoi – participent d’un énorme quiproquo qui donne à croire aux cathos gays friendlys progressistes que le souverain pontife serait d’accord avec eux et qu’il validerait leur pratique – ce qui n’est pas du tout le cas –, et qui donne à croire aux cathos conservateurs que le Pape serait gay friendly, progressiste et donc leur ennemi – ce qui n’est pas le cas non plus). Donc en gros, c’est la merde totale ! Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ?
 

– Ces blaireaux de France Catholique font comme tous les mauvais médias catholiques conservateurs actuels : au lieu d’aimer ou d’analyser, ils accusent tout le monde (y compris leur propre Église et le Pape) et sombrent dans la panique homophobe : c.f. le dernier article d’Aymeric Pourbaix qui se désole de la montée en puissance de l’idéologie « transhumaniste » du Gender et du « lobby gay et trans » qui menace la jeunesse et l’Église. Les mêmes qui nous ont rejetées, nous personnes homos catholiques continentes, sont les premiers désormais à écrire des articles alarmistes les posant eux-mêmes en victimes, le tout sans aucune miséricorde ni amour des personnes homos et trans. Ils déplorent les conséquences dont ils nourrissent les causes. Ils n’ont ainsi aucune chance de toucher le cœur de qui que ce soit. Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ?
 

– En ce moment, je constate une véritable crise de la sexualité (différence des sexes) et des relations femme/homme dans l’Église Catholique : des couples qui pètent, des célibataires (majoritairement féminines) et des hommes en minorité ou qui désertent l’Église et ne supportent plus d’être les cibles isolées de ces hordes de jeunes femmes pieuses esseulées et désespérées qui leur sautent dessus. Cette crise de la différence des sexes arrive à un tel point critique que beaucoup de personnes non-homos en viennent à penser que les homos se débrouillent mieux dans la formation des couples, ou qu’il vaut mieux être homo aujourd’hui pour trouver l’Amour ! Je constate pour ma part que l’homosexualité, contrairement à la relation d’amour femme-homme, est facilitée et encouragée socialement comme jamais. J’ai essayé d’organiser dernièrement un dîner de célibataires pour mes amis non-homos : je ne connais pas un seul site de rencontres « hétéros » totalement gratuit, donc où il soit possible de ne pas payer d’abonnement, où ce ne soit pas la croix et la bannière pour simplement parler à quelqu’un, et où il soit possible d’organiser des dîners de célibataires pour mes amis non-homos, comme je le ferais côté homo avec beaucoup plus de facilité. J’ai l’impression que les sites hétéros sont complètement verrouillés, voire misandres (anti-hommes)… et que ça paralyse les rencontres entre hommes et femmes. C’est beaucoup plus simple entre homos. Sans parler de la bisexualité galopante chez les jeunes (et les moins jeunes, avec tous ces « hétéros » déprimés et nostalgiques qui s’essaient au « polyamour » faute de croire en l’amour unique et éternel). Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ?
 

– Pour terminer, j’observe d’une part que la cassure (c.f. les titres fêlés des affiches de séries ou de films actuels tels que YOU, Knock at the Cabin, Vortex…) devient une mode ; et d’autre part que la chaîne TF1, pourtant longtemps indétrônable, est sur le déclin, tant au niveau des mauvaises audiences que des séries en sursis. C’est toujours intéressant de regarder comment des Empires humains et lucifériens se divisent et s’écroulent d’eux-mêmes. Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ?
 

« Knock at the Cabin » de Night Shyamalan : le film homophobe de l’année (mais que tout le monde verra comme gay friendly et qui passera crème)

Je vais vous parler d’un film qui, sous l’excuse du film de genre (le thriller d’épouvante), rend les couples homos responsables de tous les cataclysmes de l’Humanité.
 

Ça fait un moment que j’observe l’homosexualité en tant que « Signe (social) des Temps » et qu’annonce indirecte du Retour glorieux imminent de Jésus (donc en tant que Bonne Nouvelle, et non mauvaise nouvelle), ainsi que la correspondance – de plus en plus opérée et répétée – entre homosexualité et catastrophes voire Fin du Monde (c.f. le code « Passion pour les catastrophes » dans mon Dictionnaire des Codes homosexuels). Et je n’avais jamais vu, avant le film dont je vais vous parler tout de suite, et depuis la pandémie du Sida (années 1980) et de la « variole du singe » (aujourd’hui), d’œuvre fictionnelle grand public qui instaure aussi ouvertement une causalité. Je suis choqué.
 

En effet, beaucoup plus gravement (car quand le lien entre homosexualité actée et catastrophe est causalisé, il devient de l’homophobie : de fait, l’homosexualité actée ne provoque pas la Fin des Temps, même si elle en est l’un de signe ou voyant social), il arrive que ce soit le couple homosexuel – en famille « homoparentale » – qui soit désigné comme déclencheur des cataclysmes mondiaux, voire rendu responsable de la Fin du Monde si jamais il ne sacrifie pas l’un de ses membres. C’est le cas dans le film homophobe (en même temps que gay friendly… ce qui va ensemble) « Knock at the Cabin » (2023) de M. Night Shyamalan, qui met en scène un couple homo – Eric et Andrew – ayant obtenu par GPA (Gestation Pour Autrui) une petite fille asiatique, Wen, et qui est accusé/prévenu par 4 individus faisant irruption dans sa maison de vacances – présentés nommément comme « les 4 Cavaliers de l’Apocalypse » mais qui ne sont ni homophobes (ils passent leur temps à les disculper, à tenir le discours gay friendly de soutien ou de blanchissement du couple homo, et ils s’interdisent de sacrifier eux-mêmes la famille gay : ils préfèrent se suicider les uns après les autres et s’entretuer plutôt que de toucher à la famille homoparentale) – que s’il ne sacrifie pas un de ses trois membres, il provoquera des cataclysmes mondiaux et la Fin du Monde.
 

Et le plus fou dans ce scénario – preuve que désormais la vague d’homophobie déferle actuellement sur nos écrans et dans notre Monde sans même que personne ne l’identifie, ne s’en offusque ni ne la dénonce, puisque c’est excusé par le surnaturel, la bonne intention et le ressort fictionnel/esthétique –, c’est que l’avertissement des 4 prophètes de malheur gays friendly qui se sacrifient se révèle vrai : c’est bien le refus de la famille homoparentale de supprimer un de ses membres qui engendre et alimente l’enchaînement des fléaux à échelle planétaire (tsunamis, pandémie virale, crashs aériens, méga incendies), en plus du massacre méticuleux et successif des martyrs-avertisseurs ; et c’est bien le sacrifice final d’Eric (qui en arrive à gober la prophétie sacrificielle des 4 cavaliers de l’Apocalypse pesant sur son couple, et reposant sur la croyance au lien de causalité entre homosexualité actée et catastrophe) qui met un cran d’arrêt aux fléaux et qui permet à l’Humanité le retour à l’équilibre et à la normale. Il n’y a ni méchants ni gentils : tous les personnages sont les jouets et les artisans d’un destin incompréhensible, inéluctable et pourtant présenté comme juste : tout comme eux. De surcroît, lors du dénouement, le spectateur découvre que les 4 « illuminés » ne l’étaient pas tant que ça vu qu’ils ont dit vrai sur leur propre vie dès le départ, et ont annoncé des événements terrifiants qui ont bien eu lieu.
 

Donc finalement, le film cache ses intentions homophobes, en se drapant dans l’argument de l’irrationnel ou du genre « horreur » ou du film-catastrophe barré, ou dans le discours de l’innocence visionnaire mâtiné de zèle prophétique irrépressible et gay friendly qui ne se comprend pas lui-même (Par exemple, à aucun moment les voyants ne demandent au couple gay de se séparer, de se convertir, de rendre la petite Wen à sa mère, de nier leur homosexualité ou de reconnaître que leur situation est mauvaise et peccamineuse, ou de se convertir/repentir pour adhérer à une secte ou une Église évangélique). Mais au bout du compte, c’est bien le couple gay qui est à la fois présenté comme le sauveur de l’Humanité (pris séparément, en tant qu’individualités, et tant que l’homosexualité n’est pas pratiquée) mais aussi comme le fossoyeur de l’Humanité (dès qu’il forme couple et « famille »). Si ce n’est pas un message – et une conception du couple homo-acte ou de la famille homoparentale – homophobe, qu’est-ce que c’est ? Franchement choquant. Même si personne ne le verra.
 

Enfin, pour parachever ma démonstration et faire un clin d’œil au nom que j’ai donné inconsciemment à ce code (« Passion pour les catastrophes », j’ai expliqué à moultes occasions que la Marque de la Bête de l’Apocalypse serait actualisée par 4 choses principalement : 1) l’hétérosexualité (l’absolutisation des différences au détriment de la différence des sexes et de la différence Créateur/créatures ; promotion d’une bisexualité asexualisante) ; 2) la puce électronique RFID subcutanée, autrement dit le 666 sur la main ou sur le front ; 3) l’humanisme intégral (les valeurs du Christ, sans le Christ) ; la référence au mot « passion » (pas la Passion du Christ, évidemment, mais les goûts et la volonté personnels). Eh bien je ne me suis pas trompé. Car dans le film « Knock at the Cabin », c’est au moment où l’armoire à glace Leonard rencontre dans la forêt la petite Wen (8 ans) qui parle aux sauterelles qu’elle a enfermées dans un bocal, et qu’il lui serre la main pour sceller leur pacte apocalyptique (dans le sens mondain du terme, à savoir luciférien et catastrophiste : d’ailleurs, Lucifer est très présent tout au long du film, et Eric le reconnaît puisqu’il dit voir plusieurs fois « une silhouette dans la lumière »), qu’on voit furtivement mais distinctement tatoué sur la main droite de Leonard le mot « PASSION ». Et ça, je suis sûr et certain que c’est une coïncidence eschatologique qui a échappé au réalisateur M. Night Shyamalan. La passion est bel et bien une des principales Marques de la Bête. Je le vois trop souvent.
 

Nuit des Témoins 2023 : le martyre aux loges (maçonniques)… pardon, le martyrologe


 

Le vendredi 27 janvier 2023 dernier, j’ai assisté en direct à l’église Saint Sulpice (Paris) à la Nuit desTémoins (la 14 édition). C’est tellement un scandale, cette soirée, que j’ai décidé d’écrire cet article pour dénoncer l’endormissement et la collaboration de la plupart des catholiques à cette mascarade en apparence louable et irréprochable – mais en réalité luciférienne et maçonnique.
 

Attention : À qui sera décernée la Palme d’or (du martyre) cette année ? Suspens…

Le concept de la Nuit des Témoins est simple : il s’agit d’une veillée de prière pour les chrétiens persécutés ou assassinés dans le Monde, supposément « à cause de leur Foi et de leur annonce de l’Évangile », organisée par une association caritative catholique appelée l’AED (Aide à l’Église en Détresse). Cette veillée annuelle est présidée en général par un évêque (cette année, le Jacques Pradel épiscopal était l’évêque de Saint Denis, Mgr Delannoy). Et elle consiste en une litanie : on nous dresse la liste des martyrs de l’année. Si vous préférez, ce sont un peu Les Oscars mais version éloge funèbre catholique. Sur un air de piano sentimental de l’Emmanuel. En gros, c’est la rubrique nécrologique ecclésiastique (meurtres, enlèvements, emprisonnements, tortures, déplacements de population, incendies d’églises, attentats, intimidations, pillages, etc.) de l’année écoulée. Tout comme le fait l’association S.O.S. Homophobie dans le cas homosexuel, avec des « Rapports annuels édités… sauf qu’avec les Nuits des Témoins, c’est pour les victimes de l’anticléricalisme, et non de l’homophobie. C’est ce qu’on appelle un « martyrologe », rituel originellement juif puis protestant, mais dans lequel les catholiques francs-maçonnisés sont récemment tombés eux aussi. En effet, comme l’Église Catholique actuelle se maçonnise et se protestantise à grands pas aujourd’hui, Elle reprend à son compte cette tradition du martyrologe comme si c’était un bien. Ensuite, une fois le listing des morts de l’année passé en revue, on écoute trois témoignages de « religieux du bout du Monde » de 15 minutes chacun, entrecoupés de chants méditatifs. Et à la fin, c’est l’adoration eucharistique (le Saint Sacrement est exposé) et la collecte des dons pour l’AED.
 

« Alors, me dira-t-on, pourquoi tirer sur une belle œuvre [l’AED et sa Nuit des Témoins], utile, et qui donne le micro aux ‘sans-voix’ au moins une fois dans l’année ? Nulle association n’est parfaite et ne vit d’amour et d’eau fraîche, n’échappe aux ambiguïtés et aux intérêts du ‘charity business’. Mais, comme avec les organismes ‘pro-Vie’, l’AED, malgré ses défauts, sauvent des vies, aident des gens, doit être encouragée plutôt que torpillée. » Mais, je vous le demande, au lieu de rester sur le terrain des bonnes intentions et des maigres résultats, pourquoi ne pas émettre l’hypothèse que ces mouvements, à force de compromissions, non seulement collaborent avec leur(s) ennemi(s) voire créent ce qu’ils pleurent/dénoncent (parce que ce n’est pas ce qu’ils dénoncent le problème mais COMMENT ils le dénoncent), et font partie des ennemis ? Je trouve que la réflexion mérite d’être posée.
 

Le problème majeur, à mon sens, de La Nuit des Témoins, c’est qu’on ne nous explique jamais pourquoi les prêtres sont persécutés. Le mal n’est pas nommé. C’est juste un étalage des conséquences factuelles de causes que l’on tait, ce qui fait basculer ce genre d’événements commémoratifs dans le fatalisme (d’impuissance) et la victimisation constative en même temps qu’émotionnelle et sensationnaliste. Tout ça sur la base du réel et de souffrances réelles. Mais il n’y a aucune analyse (ni politique ni surnaturelle) d’opérée. Le but n’est finalement pas d’enrayer le phénomène de persécutions tant regretté (puisqu’on n’explique pas les mécanismes, les ressorts, les forces profondes à l’œuvre ; ou parce que les persécuteurs ce seraient, nous dit-on, forcément « LES AUTRES », ces « autres » noyés en général dans un collectivisme institutionnel flou qui les transforme en légions nombreuses et anonymes d’une même constellation diabolique inhumaine et dépersonnalisée : « les djihadistes », « les assaillants », « le Gouvernement d’Untel », « la junte militaire », « une mauvaise gouvernance », « la violation des droits humains », « la situation d’injustice sociale », « les autorités », « un groupe armé islamiste », « le régime totalitaire », « le socialisme », « des lois injustes », « la violence », « l’armée », « la police », « des gangs armés », « une série d’événements obscurs », « des bandits », « des manifestants anti-gouvernementaux », « des rebelles », « des insurgés », « des adultes irresponsables et corrompus », etc.) mais de l’encourager par le misérabilisme de pleureuses appelé pompeusement « prière », « Espérance », « persévérance », « martyre », « Paix », « Solidarité, puis « don » (financier).
 

Les raisons profondes de ces conséquences dramatiques sont spectaculairement simplifiées par un christocentrisme et une victimisation/dramatisation exacerbés, un procès d’intentions censurant et infantilisant : « Ces témoins ont été persécutés. Et cela, tout simplement parce qu’ils ont voulu témoigner de l’Amour du Christ. » a dit textuellement Mgr Delannoy au micro. Ah bon ? Vous êtes sûr qu’il n’y a pas d’autres raisons que « Jésus », « l’Amour » et « la foi » ? qu’il n’y a pas d’autres acteurs responsables de ce qui se passe que « les autres » ? Qui parle de Satan? De la Franc-Maçonnerie ? Du Gouvernement de l’Antéchrist ? De la crise sanitaire mondiale (« Tout a changé en l’espace de deux ans. » a pourtant fait remarquer la religieuse haïtienne sœur Marjorie Boursiquot : personne ne fait le lien ?) ? Qui parle des Occidentaux responsables des crimes sacerdotaux de l’étranger qu’ils pleurent? Du mal fait par les cathos aux autres cathos? (Dans ses extases prophétiques, Maria Valtorta a vu des religieux – prêtres, nonnes – gifler, cracher et frapper Jésus lors de sa Passion : ce ne sont pas « les autres » !!). Qui parle de soi, de son propre cœur, de l’Église ? À entendre les participants ou concepteurs ou public des Nuits des Témoins, l’Église n’aurait absolument rien à se reprocher. Elle est automatiquement disculpée. Blanchie ! Les trois témoins de la soirée nous ont servi exactement le même discours stéréotypé : 1) D’abord ils font un constat géopolitique désastreux et accablant de leur situation nationale ; 2) Ensuite, ils parlent de l’Église sur place qu’ils présentent à la fois comme une blanche colombe innocente irréprochable, « proche des pauvres », tel « un Jean-Baptiste face à Hérode » (alors qu’on sait très bien que, par exemple, dans les pays d’Afrique, d’Amérique Latine, d’Europe, les Conférences épiscopales sont parfois corrompues et de mèche avec le pouvoir), et comme une victime impuissante et salie ; 3) Ils remercient l’AED qu’ils encensent comme leur unique bienfaitrice (plus encore que Jésus, et l’Esprit Saint), et appellent aux dons à celle-ci (remerciement-sponsoring, comme dans les spots publicitaires) ; 4) Ils récitent soit un Notre Père soit un Je vous salue Marie dans leur langue maternelle ou locale (et tout le monde s’émeut de l’exotisme de la beauté mondialiste d’entendre une prière qu’il comprend sans comprendre) ; 5) Ils déposent une bougie devant les portraits des religieux-martyrs de leur pays ; 6) Rideau.
 

On nous parle de « martyre », mais en réalité, ce dernier est étouffé. Car le sens plénier et universel de ces morts (à part le fait qu’ils aient été tués et qu’ils étaient catholiques – religieux ou laïcs) est complètement passé sous silence ! On se drape dans l’indignation ou l’offuscation muette et la « prière » ou dans la factualité des conséquences (dont on tait/chérit les causes), pour finir sur une touche forcée de « résurrection » et casser l’ambiance d’enterrement par un chant de louange dynamique sur la « confiance » et la « vie ». Mais la trame de fond reste le dolorisme, la martyrolâtrie (l’éclairage rouge-sang des voûtes de Saint Sulpice en témoignent !), la victimisation auto-disculpante.
 

Et pour que cette victimisation ne passe pas pour orgueilleuse et égocentrique, Mgr Delannoy l’a habillée in extremis de prière, de fausse humilité, de pardon magnanime, de Bible et de Jésus : « Il nous faut prier pour ceux qui persécutent les chrétiens, pour qu’ils passent des ténèbres à la lumière. ». Son discours franc et sirupeux m’a choqué. Il a même comparé les persécuteurs des chrétiens à des saint Paul qui peuvent connaître leur chemin de Damas. Il nous a invité à « prier pour leur conversion », en citant Jésus : « Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent. » (Mt 5, 44). J’ai trouvé ça détestable. Qui vous dit que ce n’est pas vous les persécuteurs ? J’ai toujours eu en moi l’intime conviction que la prière de conversion ne devait JAMAIS avoir les autres pour objets : sinon, ça signifie que c’est de l’orgueil déguisé et que c’est nous qui en réalité refusons de nous convertir. Car avant de demander que les autres changent, c’est à nous de changer ! Moi, quand j’entends un croyant catholique – ou que je m’entends moi-même – formuler ce genre de pseudo prière ou supplique « Seigneur, change le cœur d’untel [qui est très pécheur, très mauvais, et beaucoup plus mauvais et blessé que moi]. » (et non, « Seigneur, prie pour le plus grand des pécheurs que je suis ! et prends pitié de moi ! »), je tique tout de suite : « Oula… Ça ne va pas du tout. Là, c’est le Toto qui inspire ! ». Il faut toujours s’impliquer le premier dans ce que l’on dénonce, et s’identifier au plus grand pécheur. Au moins par solidarité d’Amour avec tous les pécheurs. Comme Jésus l’a fait sur la Croix, en « s’identifiant au péché » (2 Cor 5, 21). Sinon, ça pue du cul.
 

Et le pompon, c’est qu’après ce déni de responsabilité partagée avec les agresseurs (même pas nommés) des chrétiens persécutés, les organisateurs de la soirée, en citant saint Maximilien Kolbe, ont osé nous dire que « le poison le plus mortel était l’indifférence » et qu’heureusement que La Nuit des Témoins existait pour donner voix aux « sans-voix » et dévoiler la cruelle vérité (Dans son mot d’au revoir, Benoît de Blanpré, le directeur de l’AED, a lancé : « Merci d’être venus pour briser ce mur de l’indifférence, du silence. »). Et votre indifférence aux bourreaux, on en reparle (La seule qui ne leur a pas été indifférente, c’est la sœur haïtienne Marjorie Boursiquot, puisqu’elle a parlé des jeunes des quartiers pauvres qui intégraient les milices et les gangs armés devenant persécuteurs) ? Votre indifférence aux racines du mal et à vous-mêmes, on en reparle ? Et votre discours franc-maçon – fondé sur l’humanisme intégral – et luciférien hallucinant (puisqu’à la place du porteur de lumière, vous nous enjoignez à devenir des « porteurs d’Espérance »… mais au final ça revient au même ! C’est VOUS qui soi-disant apportez ! Mgr Delannoy – De la noix ? – a appelé de ses vœux que « le Monde devienne un peu plus lumineux, un peu plus humain », que nous soyons tous « éclairés par la lumière d’une Espérance », et s’est félicité de l’immense chaîne d’Union de « l’Espérance que les témoins de la soirée nous ont transmise » ; et le directeur de l’AED a aussi filé la métaphore lumineuse – « Merci à nos partenaires qui nous ont aidé à faire rayonner la Nuit des Témoins. » – et nous a encouragé à défendre l’un des deux socles – avec l’Unité – de la Gouvernance Mondiale antéchristique, à savoir « la Paix »… alors que le pacifisme devrait être idéalement notre principal ennemi), on en reparle, également ?
 

À part la récolte de fonds, quel est le but de ces soirées caritatives (même si une teinte forcée de joie appelée « Espérance » les parachève) ? Se faire peur, pleurer, s’émouvoir, avoir honte (… pour les autres), se sentir impuissant, créer des émotions fortes comme l’indignation, le désarroi, la consternation, l’empathie, l’effroi. Zéro remise en question personnelle ! Zéro action personnelle ! Démobilisation totale. La seule « action » proposée est en premier lieu « la prière », et en second lieu, le don d’argent (donc, grosso modo, l’action matérialiste par procuration) à l’AED. Pas d’action personnelle, de don entier de sa personne, de martyre. Pas de conversion personnelle du cœur. Le vrai martyre, ça ne concernerait finalement que les autres, et en particulier les lointains et les pauvres… ou bien ce n’est bon que pour se faire du fric sur le dos des vrais martyrs.
 

« Il est de notre devoir de dire la vérité. » a déclaré Monsieur le Directeur Benoît de Blanpré. Vous ne dites pas la Vérité. Vous la déformez pour en tirer profit ; ou bien vous n’en dévoilez qu’une seule facette (la plus sensationnaliste et la plus extérieure à vous-mêmes) pour en cacher une autre (celle qui vous éclabousserait davantage car elle concerne votre carriérisme franc-maçon). Et oui : l’AED, qu’on le veuille ou non, est un business avant d’être une noble cause : en fait, l’ONG compte une vingtaine de salariés. Y’a du fric à se faire sur le dos des martyrs ! La Nuits des Témoins, c’est l’événement émotionnel et lucratif de l’année. Comme le Téléthon, mais pour les cathos. Le gros des collectes se fait à ce moment-là. Les membres de l’AED Team (les « bénévoles » en rouge) passent dans les rangs pour distribuer des bougies et des prospectus, histoire de nous pousser aux dons et de faire vivre leur boutique. Ils nous attendent aussi à la sortie ! Et je ne parle même pas des médias « catholiques » que les chrétiens persécutés font tacitement vivre (les partenaires des Nuits des Témoins cachent une forêt de journalistes « chrétiens » vivant sur le dos de l’Église, de ses scandales et de ses réels martyrs !).
 

À cette Nuit des Témoins, je voyais les techniciens de KTO TV circuler dans les allées de l’église avec une mine défaite, une gravité de circonstance, comme les croque-morts des enterrements de personnes qu’ils ne connaissent pas, et qui du coup jouent super mal « les endeuillés » (parce qu’au fond, ils sont payés pour ça !). Ils ne regardent jamais personne dans les yeux. On se serait cru en pleine messe de Vendredi Saint (avec des chants comme « Mon Seigneur et mon Dieu », qui mettent en scène la lamentation : genre « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? », avec la contrition collective scénarisée). Dans l’assemblée, il y avait des bandes de prêtres ou bien des communautés religieuses qui étaient venus en délégation pour savoir à quelle sauce ils vont peut-être être bientôt mangés. Qu’est-ce qui les guide – à part une fraternité lointaine ou révolue avec des communautés du même ordre mais disséminées dans le Monde entier, et surtout un instinct morbide ? Franchement, je ne sais pas. Les attitudes du jeune prêtre assis à mes côtés étaient exactement à l’image de l’ambivalence de l’assistance : à la fois « à fond dedans », parce que par principe « il faut soutenir et être solidaires » (je pense que l’immense majorité des gens présents étaient comme envoûtés : ils chantaient les chants avec un faux entrain et une ferveur mécanique ; ils mordaient à l’hameçon de la nuit d’hommage et aux témoignages émotionnels – et il est vrai que par exemple lorsqu’on entend le témoignage de la sœur haïtienne, notre cœur humain ne peut pas rester insensible – sans réfléchir) et à la fois complètement à côté de leurs pompes (le jeune prêtre avait des moments d’absence, baillait, a même piqué du nez pendant quelques secondes… et on comprend pourquoi : c’est d’un chiant, ces soirées ! Le script est écrit d’avance. On sait déjà ce qu’on va y entendre. Sans compter que les curés actuels sont surmenés et n’ont plus la force de réfléchir, de dénoncer, d’exercer leur esprit critique. Il est plus confortable pour eux de trouver ce genre d’événements « indispensablement chiants » et de fermer leur cerveau et leur gueule, plutôt que d’avoir à remettre quoi que ce soit en cause…).
 

Face à une telle mascarade, que je n’ai pas trouvé du tout émouvante (Au contraire, elle m’a paru hypocrite, intéressée, révoltante et insultante pour la mémoire des victimes applaudies), je n’ai même pas le courage de chanter, de réciter les prières communes ni de me lever quand tout le monde le fait. J’étais juste affligé par l’aveuglement général, par la démission intellectuelle collective. Je me suis dit : « La plupart des catholiques sont devenus bêtes et ne savent plus réfléchir. On les chope à l’émotion et à la compassion et à la bonne intention rapidement christisée et martyrisée. Et ils perdent tout jugement critique. Qu’est-ce que l’Église terrestre va devenir dans les dix prochaines années qu’il lui reste à vivre ? ».
 
 
 

N.B. : Pour ceux qui veulent voir l’implantation de la Franc-Maçonnerie à Saint Sulpice, voir aussi cet article.

Critique personnelle de Candide (1759) de Voltaire

Donnant actuellement des cours particuliers de français à des collégiens et lycéens, je me retrouve à faire des fiches d’analyse et de synthèse sur des grands classiques de la littérature française, dont tout le monde pourrait profiter, et dont voici un exemple avec Candide de Voltaire. Je trouve que ma lecture va un petit peu plus loin que les ouvrages scolaires vu que je rajoute le prisme de l’homosexualité, de la Franc-Maçonnerie et de l’eschatologie.
 
 

 

Résumé de l’œuvre
 

Candide ou l’optimisme, écrit par Voltaire (1694-1778) en 1759, est un conte philosophique décrivant les péripéties d’un noble, philosophe en herbe, utopiste et idéaliste, du nom de Candide, qui parcourt le Monde (Angleterre, Pérou, Paraguay, Italie, Turquie, Surinam…) à la recherche du succès, de l’amour, de la connaissance et de la richesse, et qui finalement, après bien des déconvenues, se voit obligé de revenir vivre modestement dans sa terre natale – la Westphalie (actuelle Allemagne) – et donner du sens à son existence par le travail (dans sa métairie) et la « raison ».
 

Dans la plus grande tradition des récits épiques qui retracent un voyage aventuresque ou un tour du Monde pour dresser un portrait critique et satirique d’une époque ou d’une société (nous pouvons penser par exemple à la dernière œuvre du dramaturge espagnol Miguel de Cervantes, Persille et Sigismonde, en 1617, qui fonctionne exactement sur le même registre), Voltaire entend, par l’ironie pragmatique, refroidir l’emballement et l’orgueil humains nés de la découverte du « Nouveau Monde » et de l’essor des sciences humaines. Il critique ces « philosophes » utopistes, éloignés des réalités (dures !) de ce Monde, la tête bourrée de belles théories et de grandes idées (il est dit dans le dernier chapitre, le 30e, qu’ils se plaisent à débattre et à faire de longues « dissertations » !), qui vont aller de déception en déception, de mésaventure en mésaventure, et qui devront au final se contenter de ce qu’ils ont et se retrousser les manches pour se mettre rationnellement au travail (Dernière phrase du livre : « Il faut cultiver notre jardin ! » dit le Candide adamique).
 
 

 

Critique interprétative
 

À travers ce conte philosophique cynique, Voltaire étrille le concept – « naïf » selon lui – de « Monde harmonieux et équilibré » (défendu par le philosophe Leibniz), ou tout simplement de « Monde juste et beau parce que créé et ordonné par Dieu » (défendu par les religions).
 

Il dresse un portrait plein d’ironie qui, personnellement, m’a fait rire car il repose sur l’humour noir : les personnages de Candide – en particulier Pangloss et son disciple Candide – enchaînent les galères et voient atrocité sur atrocité (guerres, tremblements de terre, colonialisme, exécutions – les autodafés qui sont des bûchers publics –, maladies, viols, vols, et même dilapidation des richesses…) tout en se persuadant que « tout va pour le mieux dans le meilleur des Mondes » ! L’existence humaine n’est que violence et déception… mais TOUT VA TRÈS BIEN, Madame la Marquise, TOUT VA TRÈS BIEN, TOUT VA TRÈS BIEN (c.f. chanson de Ray Ventura) !
 

Au fond, Voltaire critique deux extrêmes d’une même passivité : le fatalisme déterministe, optimiste et relativiste d’un côté (en gros, celui qui dit, comme Candide, que « tout se vaut, tout est bien, tout est normal, tout est utile, c’est le progrès, notre connaissance mondiale s’accroît et nous guide vers le meilleur », ou celui qui dit, comme le pessimiste Martin, que « tout va mal mais que c’est ainsi, c’est la vie, il faut l’accepter, rien n’est à rejeter ni à dénoncer, c’est le Destin, donc rien ne sert de se battre et d’agir ») et l’illuminisme religieux et superstitieux d’un autre côté (celui qui dit que « tout doit être accepté car c’est la volonté de Dieu, c’est la Croix du Christ » : Voltaire s’attaque notamment au protestantisme – à travers les figures de Jacques l’anabaptiste et de Martin –, aux croyances indigènes, au catholicisme – à travers un féroce portrait de l’Inquisition ou de la piété populaire incarnée par le personnage janséniste de la vieille ou encore des missions jésuites en Amérique Latine –, mais aussi à travers une dénonciation du romantisme chevaleresque – incarné par la princesse Cunégonde qui finit par devenir hideuse et insupportable, et que Candide est obligé d’épouser sans amour).
 

Néanmoins, dans son opposition à l’utopisme optimiste et au créationnisme religieux qui magnifient le Monde, Voltaire l’humaniste, en choisissant la troisième voie du réalisme/pragmatisme rationaliste, semble tomber dans l’écueil de ce qui va être, un siècle plus tard, le positivisme (doctrine fondée au XIXe siècle par Auguste Comte, issue des Lumières, et qui entend soumettre toute théorie et croyance à l’épreuve des faits et de l’expérience scientifique). Ce positivisme qui pourrait se résumer ainsi : « Cesse de rêver ou de te bercer d’illusions et de croyances religieuses : sois lucide, retrousse tes manches, bosse, confronte-toi à la vie par le travail, la science et la raison. La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie. Tant qu’il y a de la vie, y’a de l’espoir ! ».
 

Personnellement, c’est pourtant la quatrième voie de l’Espérance (mot que moque Voltaire dans sa Lettre à Madame du Deffand, écrite en 1754, puisqu’il le juge sans doute trop connoté « chrétien », et qu’il décrit littéralement « l’espérance » comme « le fond de la boîte de Pandore »… c.f. p. 137) que je souhaiterais privilégier par rapport au « réalisme » positiviste voltairien. Comme l’explique très justement le théologien catholique contemporain Xavier Lacroix, qui distingue subtilement l’espoir de l’Espérance, « l’optimisme, c’est voir le Monde avec des lunettes roses », alors que « l’Espérance, c’est la Foi en la victoire de Jésus sur la mort », une Foi qui n’est pas désincarnée comme l’idéalisme optimiste ou même le scientisme des Lumières.

Pour rencontrer l’Amour vrai : sortir de la logique délétère du « Rencard » et rajouter du collectif et de l’amitié dans le processus de formation des couples

« Salut… On n’a rien à se dire… On se note? (puis on s’accuse?) »


 

Depuis quelques jours, grâce à mes amis célibataires (homos ou pas, peu importe), je suis en train de réaliser certaines choses importantes sur la formation des couples d’aujourd’hui, sur l’organisation contemporaine des rencontres amoureuses, qui dépassent largement le procès facile pour « incompétence à s’engager ou à aimer » que l’homme et la femme sont tentés de se faire l’un à l’autre, ou que même le fidèle catholique pourrait attenter à son Église.
 

C’est le concept même du RENCARD, fomenté et facilité par les nouvelles technologies, les réseaux, les sites de rencontres, et même les sites pornos, que je remets en cause, et qui à mon avis fausse tout. Pourquoi ? Parce qu’il cristallise la rencontre amoureuse sur un enjeu sentimental ou sexuel immédiat, impérieux, surévalué, et sur le face-à-face solitaire entre deux personnes isolées qui doivent nécessairement se plaire tout de suite, « matcher », « être compatibles », se mettre en couple, voire coucher ensemble, « sinon ça ne va pas, et au revoir ! ». Plus de place au temps, au jeu, à l’entourage, au dialogue ou à la rencontre humaine désintéressée, à un enjeu plus léger, à un cadre plus collectif, ludique, sociabilisant et informel (groupe d’amis, bals ou fêtes du village, associations, rallyes, groupes de prière, et même les speed-datings, la Saint Valentin et les jeux de télé-réalité…), qui décentrerait le couple de lui-même et lui permettrait de se détendre. Plus de participation/intervention/ingérence de la collectivité, de la famille ou des amis, pourtant précieuse, fondamentale et rassurante dans certains cas, dans la constitution des unions amoureuses.
 

Par la progressive imposition tacite d’un seul modèle de formation des couples – « le rencard » (ou « le chat » ou « le date » ou « le verre » ou « le plan ») –, Internet et le téléphone portable ont non seulement désincarné/déshumanisé la rencontre humaine informelle à visée amoureuse, mais ont généré une angoisse, un tribunal et une atomisation du couple (un « individualiste à deux »), terrifiants. Tellement terrifiants qu’ils poussent certains au pire au suicide, au mieux à un célibat malheureux et stressant. Alors qu’il suffirait d’avoir le plaisir d’organiser des dîners ou des week-ends « de célibataires » ensemble, de sortir les gens des applis, des téléphones, et j’ose même dire des assemblées chrétiennes désormais surféminisées et désertées par les hommes, pour sortir de ce cauchemar et régler la profonde crise actuelle de la différence des sexes, de l’Église et de l’engagement. Rajouter du collectif et de l’amitié au couple ! Comme par le passé.

Vortex : la série qui autorise l’homicide (et ça ne choque personne)


 

J’ai regardé la série (à succès) « Vortex » (avec Tomer Sisley – dans le rôle de Ludovic – et Camille Claris – dans le rôle de Mélanie) sur France 2. Car j’ai remarqué que le thème de la machine à remonter le temps, le scénario à la « Retour vers le Futur », était très en vogue en ce moment. Hasard du calendrier du PAF ? Les téléfilms français Vortex et Année Zéro ont été diffusés exactement aux mêmes dates sur deux chaînes concurrentes : France 2 et M6 ! Sans doute qu’en ce moment, dans le Gouvernement Mondial, ça s’active pour ressusciter le passé et le rendre plus réel que possible grâce aux progrès de la science et même à l’entremise des âmes défuntes sans repos et aux démons (« incarnés » sous forme d’hologrammes).
 

J’avais déjà été familiarisé, quand j’étais ado, à la thématique des uchronies (à savoir des voyages dans le temps où des événements historiques connus se produisent différemment de la version de l’Histoire officielle), des « mondes parallèles » ou de la « réalité multidimensionnelle », en suivant les séries de science-fiction nord-américaines La Quatrième Dimension (1959-1964) et Sliders (1995-2000). Et bien sûr, grâce à la trilogie des « Retour vers le Futur » de Robert Zemeckis.
 

Mais je trouve qu’avec les séries actuelles, notamment françaises, les intrigues se sont complexifiées, voire perverties dans les messages renvoyés. Car quand elles se mettent à justifier l’homicide (justicier, vengeur et « réparateur » du passé, donc ensuite, du présent), au nom de la légitime défense ou de l’évitement d’une catastrophe et de meurtres en série, on n’est plus dans la gentillette visite-découverte de mondes improbables (genre « un monde dirigé par les femmes », ou « un monde sous l’ère glaciaire » ou « un monde de tornades » ou « un monde Far-West »…) ni dans la création/réparation rigolote et romantique d’un coup de foudre et d’un amour familial (où déjà des vies humaines sont en jeu) : on passe au cran au-dessus de la justification du meurtre dans le passé pour préserver l’équilibre du présent. En effet, dans Vortex, Mélanie tue – par prévention – Hector pour soi-disant sauver sa vie et celle de toutes les autres femmes que ce dernier aurait tuées après elle. Ce qui est, d’un point de vue moral, extrêmement grave. Même si les critiques et les spectateurs de la série Vortex, en général, n’y voient que du feu, valident cette escalade de la violence/vengeance en ne se basant que sur la happy end (Au final, les héros principaux ne meurent plus assassinés… bien que certains protagonistes troquent leur survie contre un emprisonnement, donc se sacrifient en contrepartie en finissant leurs jours en prison), sur le retour à une situation présente « légèrement modifiée » mais dite « ordonnée » et « équilibrée »…
 

Au bout du compte, la « morale » de l’histoire, c’est qu’on a le droit de tuer pour empêcher d’autres morts de se succéder/perpétrer. C’est aussi le déterminisme du non-pardon : Hector – et finalement tous les gens du passé – n’ont pas de place pour le repentir, puisque le présent est jugé supérieur au passé. Mélanie tue Hector dans le « nouveau » passé parce que dans le futur il lui a été annoncé comme un tueur en série. C’est le présent-futur qui dicte le présent-passé… et qui finit par tuer des gens : rien que les deux enfants d’Hector sont carrément rayés de la carte. Mais d’eux, qui s’en soucie ?
 

Ça dépasse la simple incohérence de scénario. C’est gênant moralement. On nous fait croire, en gros, qu’humainement nous pourrions retoucher tout (le temps, le réel, les gens, les événements, les circonstances…), que rien dans l’existence ne serait grave, fini, fatal ou irréversible (pas même la mort, pas même le meurtre), que nous pourrions créer l’Amour (en jouant les Cupidon), que nous pourrions – en défiant les lois de la finitude humaine – aimer plusieurs personnes à la fois (c’est le polyamour que Ludovic, dans Vortex, finit par vivre : il aime deux femmes en même temps de leur vivant, Mélanie et Parvana) ou procréer qui nous voulons (Ludovic doit sauvegarder à la fois sa fille Juliette – issue de son premier mariage – et son fils Sam – issu de son second mariage), que nous aurions droit de vie ou de mort sur le vivant et surtout sur l’Homme (Au passage, avec Vortex, on se situe vraiment dans le transhumaniste antéchristique : la preuve en est que – et c’est étonnant au regard de notre époque antispéciste – il n’y a aucun animal qui occupe une place dans l’intrigue – : la Bête s’est digitalisée puisque c’est le drone de la police qui s’appelle Rex). Le synopsis de la série reflète aussi un irrespect par rapport au passé, à la mémoire et à l’Histoire : on s’arroge le droit de les retoucher (autrement dit, de « réécrire l’Histoire », de « modifier le cours des choses à sa guise »), comme si on les jugeait imparfaits et nécessairement injustes : l’Homme contemporain se prend pour meilleur et plus juste que ses ancêtres, et même que Dieu.
 

Autre point important que je voulais aborder : il y a une énorme ellision, incohérence et inconnue du scénario de Vortex qui, pareil, passe pourtant crème, alors que c’est choquant et que ça aurait pu littéralement torpiller la vraisemblance, la crédibilité et l’efficacité de la série : c’est par quel mystère s’opère le voyage dans le passé et la rencontre entre les êtres du présent et ceux du passé (Ludovic et Mélanie sa femme décédée). Car bon, le lien entre la numérisation internet (ou l’algorithme prédictif et l’Intelligence Artificielle) et le retour au passé n’est pas super évident. Le saut vers le futur, pourquoi pas ? Mais le passé… Et en fait, on trouve la réponse à ce « prodige » non pas dans la technologie (comme c’eût été attendu) mais dans un romantisme et un sentimentalisme beaucoup plus basiques. En effet, c’est le sentiment qui permet le voyage dans le temps. Le sentiment – donc la subjectivité, la passion – commande au Réel. C’est-à-dire que seuls les personnages unis par l’Eros (mari et épouse, amants amoureux) ou le Philia (lien de filiation et de sang entre les parents et leurs enfants) parviennent à se voir dans la reconstitution 3D, et donc à voir les personnes aimées du passé/présent (D’ailleurs, le nom de famille des deux héros principaux est précisément « Béguin » : le sentiment est bien le connecteur temporel). Le numérique ne suffit pas. En plus du sentiment, ce sont aussi les égrégores (moments émotionnels collectifs forts, tout ce qui est censé avoir transporté émotionnellement l’Humanité) dont on a des traces filmées qui font le trait d’union transhistorique (c.f. Ce n’est pas un hasard que la Coupe du Monde 1998 soit vue comme un couloir du temps dans plusieurs fictions, notamment dans l’épisode n°90 « 1998-2018 : Retour vers le Futur » de la série Joséphine ange gardien), ainsi que finalement les liens spirituels – qu’on pourrait appeler « pactes sataniques » en réalité – puisque de plus en plus, les êtres humains, par la scientologique médiumnique et les technologies audiovisuelles, essaient de prendre contact avec les défunts non-ressuscités et les âmes damnées errantes et sans repos (ce qui est le cas de Mélanie dans Vortex, qui a une vengeance/survie/deuxième chance à assouvir : elle n’est pas au Ciel).
 

Enfin, pour terminer, je voulais expliquer combien une série comme Vortex était, en ses fondements, complètement sexiste (et plus précisément misandre, donc anti-hommes et anti-pères) et inhumaine (et ce transhumanisme violent s’invisibilise et se fait oublier par l’entremise du thème –survolé – de l’homosexualité : d’ailleurs, ce n’est pas un hasard que le seul sujet qui crée le clash incompréhensible entre Juliette l’héroïne lesbienne et sa mère Mélanie soit la PMA et GPA ! Ça brouille littéralement la liaison spatio-temporelle et virtuelle mère-fille ! Le choc culturel et éthique est trop grand !). En effet, la misandrie est à tous les étages : à part peut-être pour Ludovic (et encore…), tous les hommes de la série sont des prédateurs, des criminels ou des gros beaufs qui « puent la transpi » (c.f. le gros commissaire poilu Le Goff, qui passe son temps à se donner un coup de déo). Il y a comme un problème dans le respect et la représentation symbolique des hommes aujourd’hui. Je découvre, à travers Vortex, que les velléités humaines de refaire le passé et de s’unir aux morts, font non seulement le mal, mais font le mâle mauvais.

Catholiques : cannibales, non ; anthropophages, oui

Nous, catholiques, sommes anthropophages (à savoir que nous mangeons de la chair humaine). Et nous devons l’assumer, non sans une certaine crainte et sentiment d’étrangeté, mais sans honte ni déni non plus. Cette anthropophagie est un aspect des plus complexes et déconcertants (c’est d’ailleurs à cause de celle-ci que Jésus, en son temps, a perdu les trois-quarts de ses disciples : Jn 6, 61) de la Foi chrétienne. Mais sans la prendre en compte, nous passons à côté de ce qui se passe à chaque messe.
 

1) Il faut distinguer cannibalisme et anthropophagie :
 

Le cannibalisme, c’est le fait qu’un être humain mette à mort un autre être humain encore vivant pour le dévorer, l’ingérer et le consommer. Alors que l’anthropophagie, c’est l’ingestion humaine d’un être humain qu’on n’a pas tué, qui a trouvé la mort accidentellement ou par une tierce personne, ou bien, dans le cas de Jésus, qui est mort et ressuscité et se donne volontairement à manger par Amour, pour que nous vivions et pour que nous devenions Lui (Jn 6, 56). Donc la seconde n’a quasiment rien à voir avec le premier (même si, par nos péchés, nous, Humains, avons contribué et contribuons encore à la mise à mort de Jésus Corps-mystique). Je pense par exemple au cas très exceptionnel d’anthropophagie qui a eu lieu en décembre 1972 (le crash de l’avion de l’équipe des rugbymen uruguayens dans la Cordillère des Andes), qui a été dicté par la survie et la vie (et non la cruauté ou la volonté homicide), et qui donc n’est pas du cannibalisme.
 

 

2) Quand nous communions à l’Eucharistie, nous ne mangeons pas que le Corps mystique de Jésus :
 

Quand nous communions à l’Eucharistie à chaque messe, nous ne mangeons pas que le Corps mystique de Jésus : nous mangeons également sa chair humaine réelle. Donc nous posons un acte anthropophage. Jésus, pendant la transsubtantiation (changement du pain et du vin en la substance du corps du Christ), devient 3 choses : vraie chair (Fils), vrai pain (Père) et vrai Corps mystique (Esprit Saint). J’en tiens pour preuve les miracles eucharistiques (hosties tombées lors de la distribution, traces de sang ou de bouts de chair décelées après analyses…) qui ont jalonné l’Histoire de l’Église post-christique, et qui montrent que l’Eucharistie n’est pas qu’un symbole ou une entité angélique. C’est bien Jésus en chair humaine, un Jésus ressuscité ET mort, qui se donne. Ce n’est pas que le « Corps spirituel » (1 Cor 15, 44) dont parle saint Paul.
 
 

Je tenais à le dire, d’une part pour que nous puissions répondre aux accusations de cannibalisme dont nous pouvons faire l’objet, et d’autre part pour que nous prenions conscience de ce qui se passe à chaque messe et quand nous communions.

L’Homme de la Soirée (Récit de ma participation aux Grandes Histoires)


 
 
 

UNE PARTICIPATION REMARQUÉE

 

 

Jeudi 5 janvier 2023 dernier, j’ai participé à la scène ouverte des Grandes Histoires, dans le cadre bohème, cosy, convivial et alternatif, du Matreselva, salle située dans le 15e arrondissement de Paris. Si vous ne connaissez pas ce lieu atypique, allez-y. Il vaut le détour.

 

Jusque-là, rien d’exceptionnel. Ce qui aurait dû rester une banale intervention de 5 minutes sans grand enjeu pour moi, perdue au mieu de 19 autres passages sur scène programmés dans la soirée (Les Grandes Histoires sont une petite scène parisienne familiale, artisanale, mi-amateur mi-pro, sans autre prétention – apparemment – que l’expression libre, poétique, bienveillante, optimiste et généreuse de soi), a pourtant eu l’effet d’une bombe. Même si, pour le coup, il y a peu de chances que j’y revienne, et que ce fut sans doute ma première et ma dernière apparition.

 

En effet, j’ai été objectivement « l’Homme de la Soirée ». Sans exagérer. Ça a été une telle surprise et onde de choc pour l’auditoire et les organisateurs que tout le monde a parlé de moi et a quasiment retenu mot pour mot l’intégralité de mon speech (je suis passé en 5e position, donc en première partie de soirée). J’étais dans tous les esprits, les conversations, les bouches. Après mon allocution (que j’avais apprise par coeur pour l’occasion), quasiment la totalité des orateurs (une quinzaine) qui m’ont succédé s’adressaient à moi dès leur montée sur scène – parfois en mode « Tu es le Connard de la soirée : je te hais » – et faisaient référence à mon exposé consacré au narcissisme et à la Franc-Maçonnerie dans Les Grandes Histoires ! Comme un groupe qui faisait bloc pour me lyncher. C’est dire si j’ai lancé un pavé dans la mare.

 

Et le pire, c’est que certains ont été tellement piqués dans leur orgueil, réveillés et démasqués dans leur entreprise inconsciente que, loin de démentir le portrait au vitriol que j’avais dressé d’eux, l’ont confirmé par leur panique agressive et vengeresse, en mode « Ah bon ? Nous sommes narcissiques et francs-maçons ?! Eh bien puisque c’est comme ça, nous le serons puissance 1000 !!! ». En effet, beaucoup d’entre eux, parce que je leur ai fait ombrage, mais aussi pour exister et défendre leur carrière, ont fait encore plus leur promo à l’issue de leur passage qu’à la précédente soirée du 7 décembre 2022 (à laquelle j’avais assistée en prenant des notes).

 

Mais malgré leur riposte amère, je suis resté très rigolard et fair-play, acceptant les coups de griffes et les règlements de comptes/vexations. Car au fond, j’ai reçu beaucoup d’Amour. Et j’avais réussi mon coup : dénoncer les travers de ces soirées scène ouverte que personne n’ose critiquer tellement elles transpirent la gratuité, le risque, l’altruisme et la poésie. Et même si j’étais K.O. (comme un boxeur après un combat !) et que j’ai cru mourir de peur avant de me jeter à l’eau (À l’issue de mon passage, je me suis littéralement vautré sur mon groupe de 6 amis venus me soutenir !^^), même si on m’a symboliquement craché à la gueule, j’ai finalement raflé la mise.

 

Pour la petite histoire, pendant la première pause de la soirée, une femme trentenaire (une jeune et belle psychologue) est venue discuter avec moi pour me dire combien elle avait trouvé ma prise de parole pertinente et riche (ça a été ma plus belle consolation, mon plus beau cadeau, hormis bien sûr la présence de mes amis). Elle m’a raconté son expérience personnelle avec la Franc-Maçonnerie. Et j’ai vu qu’elle me croyait quand j’ai parlé de l’influence croissante de celle-ci dans notre Monde, puisqu’elle a été ponctuellement hôtesse d’accueil pour un rassemblement franc-maçon. Elle m’a d’ailleurs révélé qu’elle devait à l’époque scanner tous les pass sanitaires des participants, sauf celui du Grand Maître vénérable, car le contrôler eût été considéré comme un terrible affront (c’est donc la preuve que la plupart des puissants qui ont forcé la population à se faire « vacciner » ne se sont pas fait injecter eux-mêmes parce qu’ils étaient au courant qu’il s’agissait d’un poison. Je ferme la parenthèse).

 

 

POURQUOI JE M’INFLIGE ET J’INFLIGE ÇA ? (#VraieQuestion)

 

Ce n’est pas la première fois de ma vie que je « casse l’ambiance », que je bouscule les codes de bienséance et des assemblées (ou, si vous préférez, que je secoue le prunier, rue dans les brancards, donne un coup de pied dans la fourmilière, ou suis le chien dans un jeu de quilles), que j’endosse aux yeux de certains le rôle d’« orateur à craindre et à la langue de feu », de « trublion », de « polémiste », de « provocateur », de « fouteur de merde » (et de « fouille-merde »), de « franc-tireur », de « diva impitoyable et pitoyable », voire de « diable incarné » (et ses dérivés : « homophobe », « extrémiste », « dangereux », « fou », « malade psychiatrique », « criminel », etc.) : je pense par exemple à certaines corrections fraternelles « qui déménagent » que j’ai pu faire, à des lettres que j’ai écrites au sein de ma famille, à des prises de position tranchées et originales sur des sujets tabous, à mon approche critique désarçonnante (certains profs de fac me craignaient quand je levais la main dans un amphi et demandais la parole), à certaines de mes chroniques radio décapantes à Homo Micro, à mon témoignage sous haute surveillance et ayant cristallisé toute l’attention des médias espagnols à Barcelone en février 2017, à mes vidéos-clips déconcertants (dont on ne sait pas si c’est du lard ou du cochon…), et bien sûr dernièrement, à ma participation aux Grandes Histoires. Mais pourtant, les seuls qualificatifs qui me vont vraiment, c’est plutôt : « Enfant Terrible » (selon les propres termes du prêtre jésuite nord-américain de Courage International Fr Peter F. Ryan, à mon encontre), « empêcheur de tourner en rond », « celui qui met les pieds dans le plat », « électron libre »…

 

J’insiste pour dire que lors de mes prises de position, mes échanges avec les autres, ou mes apparitions publiques, je n’ai pourtant jamais été un provocateur. Ni en intention, ni dans les faits. Ni dans l’image (politiquement correcte ou incorrecte). Car je n’aime pas détruire, rabaisser ou blesser quiconque. Je n’aime pas le scandale. Et je suis attaché à la délicatesse, à la nuance, à l’amour de tous. Simplement, je pense être un esprit libre, qui veut surprendre et à aller au fond des choses, parfois en prenant le contre-pied de certaines évidences ou fonctionnements sociétaux moutonniers (ou de mes propres fonctionnements), pour chercher la nuance et la liberté, et sans cesse me mettre moi-même en danger. De plus, je pense avoir le nez creux pour détecter, traiter et déterrer/ressusciter les sujets qui fâchent mais qui en même temps passionnent, attisent la curiosité et les passions d’un maximum de monde, et touchent aux tréfonds de l’âme humaine et du Monde (c’est le cas de l’homosexualité, de la Franc-Maçonnerie, de l’Apocalypse, du « vaccin » contre le COVID, du diable, de Jésus, je trouve).

 

Il y a dans mes analyses et prises de parole bien plus qu’une irrévérence ou une insolence provocatrice et taquinante ou une audace ou une impertinence : ça tient de l’apparent « sacrilège », de l’apparente « mise à mort » verbale (privilège réservé uniquement à Dieu – qui seul juge, crée, et a droit de vie ou de mort sur les créatures), qui est en réalité, pour être plus juste, de l’ordre du sacrifice. D’ailleurs, lors de la soirée des Grandes Histoires, je me suis sacrifié et j’ai commis un sacrifice. Mon (auto-)sacrifice, pour être précis. Mon meilleur ami Abdallah, qui au départ comptait déclarer forfait et annuler sa venue, s’est forcé à venir me soutenir, car il a senti au téléphone que j’allais dire ce soir-là quelque chose de mortel : pas « mortel » dans le sens que ça donne la mort ou blesse ou humilie, mais dans le sens où ça pouvait être considéré comme tel, et que ça pouvait aussi me valoir aux yeux du Monde la mort, au moins symbolique ; et surtout « mortel » parce que ça serait « grand » dans le sens de « géant », de « puissant », d’« inédit », de « révolutionnaire », de « spectaculaire » et d’« osé ».

 

Et effectivement, en croquant Les Grandes Histoires par la description satirico-tendre, en m’y attaquant fraternellement, j’ai touché l’Intouchable ; j’ai critiqué l’Incritiquable. Car qui, avant moi, a osé s’en prendre à l’apparent courage et à l’apparente générosité des orateurs qui montent sur scène pour livrer une part d’eux-mêmes ? Personne ! Personne n’a le courage de critiquer le concept même des Grandes Histoires, la démarche, le sens et les fruits. Par conséquent, moi, aux yeux des concepteurs et des contributeurs de ces soirées, j’ai commis un sacrilège. Cette impression de sacrilège vient du caractère irréfutable de mon propos, irréfutabilité qui, mal comprise, a un côté implacable, accablant, luciférien, méchant : elle ressemble même à une mise à mort, à un sacrilège. Or, comme je viens de le dire, il s’agissait surtout et seulement d’un sacrifice.

 

La preuve en est qu’à l’issue de ma prise de parole, j’ai vraiment cru – je me répète – que j’allais mourir (émotionnellement et spirituellement parlant) ; et je me suis littéralement effondré sur mon groupe d’amis tellement ça m’a demandé un courage et une énergie de folie, et que j’étais sans force. Je ne tenais plus debout. Quentin, le maître de cérémonie, lui-même étourdi et dans un état de sidération, est revenu sur ce scène, à la fois pour annoncer l’intervenant suivant, mais aussi et surtout pour défendre ses soirées et leur esprit, et donc exercer une forme de « droit de réponse » à mon endroit et au portrait décapant des Grandes Histoires que j’avais fait (c’est à cette occasion que j’ai pu constater à la fois sa grande humilité et autodérision, mais aussi son ignorance de la différence – pourtant capitale – entre sincérité et Vérité : ignorance qui confirme qu’il monte une loge maçonnique sans même s’en rendre compte…).

 

Des fois, je me dis par rapport à moi-même ou à mes réactions (dans une forme de dédoublement schizophrénique) : « Pourquoi je suis comme ça ? », ou « Mais pourquoi je m’inflige ça ?? » ou « Pourquoi je me suis lancé là-dedans ?? », « Pourquoi je ressens cette urgence, ce devoir, cet appel à exprimer mon avis et à aborder des thèmes aussi incompris ou impopulaires, quitte à passer pour un fou ou un méchant et à me rendre détestable ?? ». Une part de moi aimerait être moins boulet de canon, moins tête brûlée, moins rentre-dedans, moins contestataire, ou moins frondeur. Mais une autre regarde avec amusement, fierté, étonnement, ce courageux joueur-combattant que je suis parfois, ce fou kamikaze, cet être atypique et exceptionnel, et ne changerait ce dernier pour rien au Monde.

 

Et, vous me croyez si vous voulez, mais le courage (pour la Vérité-Amour) dynamise énormément (même si, dans un premier temps, ça nous épuise et semble nous tuer ou nous entraîner vers la mort ou un ridicule irréversible ou une impopularité persistante). Ma participation aux Grandes Histoires m’a tué autant qu’elle m’a redynamisé. Après une telle prise de risque, tu n’as plus peur de grand-chose ! Ça te booste pour plusieurs jours voire plusieurs semaines ! Et cette émulation n’embarque pas que soi. Après mon allocution, j’ai vu que mon courage a poussé les autres participants des Grandes Histoires dans leurs retranchements, dans une auto-vigilance, et les a énergisés pour offrir un démenti concret à ma dénonciation, les a poussés à se surpasser ; et que dans les jours qui ont suivi, « mon exploit/ma folie » a aussi stimulé les rêves, les audaces, la confiance en soi, le courage, les projets de beaucoup de mes amis (y compris ceux qui n’ont pas pu assister aux Grandes Histoires).

 

Voilà pourquoi cet épisode rehausse en moi une conviction et un souhait que je souhaite à tout Homme qui entend défendre Jésus ou dénoncer une injustice ou porter une parole forte : dans l’idéal, que chaque chose qu’on dit publiquement nous vale l’impopularité par son authenticité, soit une prise de risque (liée à une Vérité : Jésus ; et à son Amour) tellement grande et surprenante qu’on pense mourir en la disant, ou qu’on soit haï au point que certains veuillent nous mettre à mort. Si ce n’est pas le cas, mieux vaut alors se taire et laisser parler les autres.

 
 
 

 

———————————–TEXTE PRONONCÉ LE SOIR DES GRANDES HISTOIRES———————————–

 

 

« JE PEUX ÊTRE FRANC AVEC VOUS ? »

 
 

Bonsoir. C’est ici, la Soirée « On chie dans son froc » ?

 

Je m’appelle Philippe Ariño. Alors je me présente, je suis :

Écrivain [enthousiasme]

Homo [enthousiasme]

De gauche [enthousiasme]

Pas vacciné [euphorie] On se calme.

Catho [déception exagérée]

 

Je peux être franc avec vous? Vous êtes SÛRS? Nan parce qu’en étant franc, vous allez peut-être me détester. Même que je ne vais pas pouvoir sortir de cette salle vivant. Ou que ça va déclencher une émeute. Parce que la franchise, ça a l’air cool, comme ça, mais en réalité c’est pas cool DU TOUT. Je chie dans mon froc, là ! Dire ses 4 vérités à quelqu’un, ou avoir cette prétention, ça peut blesser et même être diabolique, m’avait dit un jour un prêtre. Car c’est la Vérité sans Amour. Et ça, c’est très grave. Alors bien sûr, moi je vais essayer d’y mettre tout l’Amour du Monde. Mais bon, quand même…

 

Donc je me permets d’insister : vous voulez vraiment que je sois franc avec vous?

 

OK. Vous l’aurez voulu ! (Si non, vous verrez ça avec mon avocate : Isaline).

 

J’ai assisté à la dernière soirée Grandes Histoires. J’ai trouvé que c’était : 1 – narcissique ; et 2 – franc-maçon. Un festival de la Franchise, de la Sincérité. Sur ce, bonne soirée ! [simulation de départ]. Ah merde… maintenant, va falloir expliquer. Y’a pas moyen de… Bon, ok, je m’explique. « Me explico » comme on dit en Espagne.

 

Narcissique façon Amélie Poulain. Les Grandes Histoires, ça fonctionne toujours sur le même modèle : Je raconte mes goûts, en mode nostalgie voire dépression. Puis, pour quand même finir sur une touche positive et aérienne, je me tourne vers l’avenir, en mode exalté et rage de vaincre ! Puis Rideau. Et toujours, à la fin, Quentin, le maître de cérémonie, Jacques Pradel, apporte les mouchoirs en applaudissant cette tranche de vie « si courageusement partagée » et « si émotionnante ». (Mais je t’aime, Quentin).

 

Pour ceux qui ne me croient pas, j’ai pris des notes à chaque prestation du 7 décembre dernier sur toutes les références au narcissisme que j’ai entendues (du miroir apporté par tel participant, en passant par les champs lexicaux employés, en particulier spéculaires et aquatiques) : vous seriez sur le cul.

 

Et au piano, le « Narcissisme Grandes Histoires », ça donne ça ! (Musique, Maestro !) : Au départ, Martin Vigne joue toujours en mineur. Pour bien rajouter du pathos. Genre les Alcooliques Anonymes mais version publique et Cercle des poètes disparus ou Amélie Poulain.

 

Bonsoir. Je suis seul dans une foule. Je suis amoureux. Je me souviens. Je suis l’adulte qui parle au petit garçon ou à la petite fille que j’étais. Ou qui le fait parler à la 3e personne. Hommage vibrant à moi-même, à mes émotions, à mes souvenirs, à mes voyages. Je pleure ma douleur d’exister. Je me suis fait harceler à l’école. Je me suis faite violer. Ou larguer. Bref, je suis un écorché vif de la life.

 

MAIS (Et là, le piano s’accélère, s’emballe), je crois malgré tout en moi et en la Vie, en l’Univers, aux étoiles, toutes ces conneries ! J’aime malgré tout me balader pieds nus sous la pluie et casser avec ma cuillère la croûte caramélisée de ma crème brûlée. Je vais bien tout va bien. Je chante la vie. Je vis la vie. J’agis avec Engie. J’ose ! Il faut croire en ses rêves ! (Je vous remercie. J’ai été émouvante. « Inspirante ».)

 

Et enfin, le piano se calme. Arrive ma conclusion. Avec la répétition de mon mantra perso, de mon super slogan que j’ai asséné comme si c’était une grande leçon de vie universelle (alors que c’est juste de la merde zenifiée, égocentrique et développement personnel). Je me regarde dans le reflet embellissant de mon propre portrait ému. Et après mon allocution, je me fais féliciter au Bar du Monde par les babos de la Soirée qui ont trouvé notre chaîne d’Union verbale, énergétique et communionnelle « si forte » et « émouvante ».

 

Tiens, en parlant de chaînes d’Union (qui sont le propre des égrégores vécus en loge maçonnique), je vais vous dire pourquoi – et c’est mon second point – je trouve les Grandes Histoires très francs-maçonniques.

 

Alors pour la petite histoire, je n’ai pas assez de mes 10 doigts pour compter le nombre de mecs en Franc-Maçonnerie que j’ai rencontrés dernièrement et que j’ai démasqués en 5 minutes alors qu’ils le cachent même à leur conjoint. Rien qu’en les écoutant et en leur parlant de la série Joséphine ange gardien. Véridique !

 

Et aux dernières Journées du Patrimoine de Paris, en me rendant à la Grande Loge de France, la GLDF, j’ai tapé dans l’œil du guide qui n’était autre que le Grand Maître Vénérable, donc le n°1 de l’obédience en personne, qui incognito à l’issue de la visite m’a pris à part et m’a proposé de me parrainer pour que je rencontre dans sa loge.

 

Franchement, si je n’étais pas catho et ne croyais pas que Jésus est Dieu pour tous et pas seulement pour ceux qui y croient, j’aurais tout pour être le parfait initié franc-mac ! En réalité, je suis le premier narcissique, je suis le premier franc-mac’. On est tous Vache qui rit.

 

Et j’ai trouvé que les Grandes Histoires, toutes marginales et anti-System qu’elles se croient, sont complètement du System. Par le festival de la franchise qu’elles sont, elles sont même prêtes à accueillir à bras ouverts la prochaine Gouvernance Mondiale de l’Antéchrist (le diable qui va régner sur le Monde juste avant l’arrivée de Jésus) et qui nous pousse en ce moment à fond à « nous raconter », à « écrire nous-mêmes notre histoire », à « créer et partager des émotions ». À la soirée du 7 décembre, j’ai compté le nombre de fois que j’ai entendu l’adjectif « franc » et le mot « sincérité » : je me suis régalé… J’ai entendu plusieurs fois aussi l’éloge de la carrière, de la langue des oiseaux, de l’alchimie (et la Franc-Maçonnerie est basée spirituellement sur l’alchimie : la transformation du plomb en or) ! en revanche, je salue le courage de Sébastien qui nous a parlé d’alchimie, car certes il a reconnu faire partie de la Franc-Maçonnerie, mais au moins, il s’en rend compte, et il a dit qu’il voulait en sortir (« Moi, je ne veux pas transformer le plomb en or ! »). Les Grandes Histoires du 7 décembre, c’était une fête des loges qui s’ignore ! Ironie du sort : La famille Laugery avait 3 représentants sur scène ! On a même eu droit à la Marque de la Bête (décrite dans l’Apocalypse de saint Jean) ! « Un rond, un carré et les 3 bâtons : un chiot, ça donne de l’affection, non ? » C’était magique…

 

Donc en conclusion, moi je vous dis, les mecs : il va falloir nous RÉVEILLER. Moins de lyrisme « Moi Moi Moi » mâtiné de « Vous êtes tous beaux, nous sommes tous magnifiques » ; moins de franchise ; plus de Vérité et plus de Jésus.

 

Merci néanmoins aux Grandes Histoires de m’avoir laissé le micro (même si vous ne m’inviterez plus haha). Vous êtes fous. Et vous avez bien raison ! Et j’ai craqué pour Miette (super jeu de mots…).

 

Dernière question : Je peux être franc avec vous ?

Benoît XVI, « Santo Subito » ? Vraiment ? Mais pour qui se prend-on ?


 

La nuit du 31 décembre 2022 au 1er janvier 2023, j’ai eu la chance d’assister à une messe à 23h dans une église parisienne (saint Philippe du Roule) pour fêter le Nouvel An (pendant qu’autour de nous, c’était un peu/carrément la guerre civile…). Et à l’issue de la messe, il y a eu un petit pot organisé par la paroisse. Le curé de la paroisse – hyper gentil et paternel au demeurant – s’est fendu d’une prédiction qui, à ses yeux, sonnait « prophétique », face à l’imminence de la mort de notre pape émérite Benoît XVI (le dernier doudou qui rattachait les tradis pas encore sédévacantistes à l’Église Catholique romaine post-conciliaire…) : « Mon petit doigt me dit que le pape Benoît XVI va être déclaré ‘Santo subito’ et qu’il ira directement au Ciel… ».
 

J’ai souri poliment, sans rien dire. Car je suis de ceux qui le souhaitent évidemment pour son âme, et qui comprends qu’on puisse le souhaiter pour une personne, et a fortiori pour un souverain pontife. Mais ce gnosticisme « sanctificateur/bétaificateur » assuré – celui qui dit « Je sens » ou « Je sais » ou « J’ai l’intuition » voire « C’est une évidence », que « Untel est saint ou va aller au Paradis avec une fusée »… alors que concrètement, on n’en sait rien – me dérange.
 

Je le trouve déplacé quand il surpasse l’émerveillement et la joie simples. Car il sent le frétillement orgueilleux et l’auto-contentement de ceux qui jouent les prophètes (pour s’autoglorifier discrètement au passage à travers le poulain qu’ils défendent, à travers leur idée de la « communion des saints » aussi), qui jouent les juges à la place de Dieu. Comme si la sainteté fonctionnait comme un match de foot, avec le club de supporters scandant « Santo Subito ! » ou un numéro (une note, un avis : le 16, tiens !), comme le Golden Buzzer ou le « Million ! » des jeux télévisés (« Si vous voulez que Benoît soit déclaré saint, tapez 1 ; si vous voulez sauver François, tapez 2. »), comme les pom-pom girls (« Je vous donne un S, je vous donne un A, je vous donne un N, je vous donne un T…), ou comme la cérémonie des Oscars hollywoodiens mais à la sauce vaticane (l’Humanité pieuse décerne des prix et des couronnes, des victoires et des éternités, à titre posthume : les saints vivants, en revanche, rien à foutre…), ou comme un diagnostic de tribunal (pensons à tous les procès en canonisation/béatification et à toutes les enquêtes et dossiers en cours, où on défend par exemple Robert Schuman, ou son petit prophète local incompris, ou bien encore son fiston : c.f. la sainteté-caprice de la maman de Carlo Acutis, le soi-disant « saint geek ») ou comme une campagne électorale (avec manif, banderoles, et tout le bordel).
 

La sainteté devient un folklore, un concours, l’objet de toutes les convoitises humaines, parfois un chauvinisme/patriotisme. Je connais même des catholiques qui, en toute sincérité, se sont lancés dans la course d’endurance de la sainteté tête baissée, en affichant leur prétention à l’obéissance, en se filmant ou en faisant des vœux/promesses publics de sainteté. La FRANC-maçonnerie catho, quoi. La tentation gnostique et carriériste « Je le savais. » ou « Dieu fera de moi un grand/petit saint. ». Mais qui décide ? La sainteté, est-ce un avis ou une ferveur ou un souhait populaire? Un vote du public ou un vœu personnel ? Rien de tout ça. C’est Dieu qui décide/élit, et l’Homme qui dispose.
 

Cette saintetémania est en réalité un détournement pervers de la ferveur piétiste largement répandu chez les catholiques aujourd’hui, qui prend la forme du pronostic ou de l’hommage hystérique (genre l’entrée « triomphale » de Jésus à Jérusalem juste avant sa crucifixion) ou de la promesse aux atours d’humilité, d’imitation fidèle et obéissante au Christ, de Ciel… alors qu’elle est une forme subtile de mondanité. Plusieurs grands saints de l’Église Catholique en ont fait les frais un peu avant leur mort : Jésus en première ligne ; mais aussi saint Antoine de Padoue, que le peuple italien appelait « le saint » alors qu’il n’était pas encore décédé.
 

Le commerce de la sainteté a été dénoncé et étrillé avec véhémence par Jésus lui-même… alors même que lui méritait objectivement le titre de « Saint des saints », en plus ! À trois reprises en particulier dans les Évangiles, Jésus-Christ a dit « merde » à ceux qui, verbalement ou même fiduciairement, ont cassé leur tirelire pour l’élever au rang de saint. Il les a remis à leur place, tout en renonçant à la place qui lui était due :

– c.f. l’épisode de la groupie hystérique (Lc 11, 27-28) : « Tandis que Jésus parlait ainsi, une femme, élevant la voix du milieu de la foule, lui dit : ‘Heureux le sein qui t’a porté ! Heureuses les mamelles qui t’ont allaité !!’ Et il répondit : ‘Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la gardent !’ ».

– c.f. l’épisode du notable (Lc 18, 19) : « Un chef interrogea Jésus, et dit: Bon maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ? Jésus lui répondit : ‘Pourquoi m’appelles-tu bon ? Il n’y a de bon que Dieu seul.’ ».

– c.f. l’épisode de Judas livrant Jésus pour 30 pièces d’argent (Mt 26, 15), et surtout (et ça, personne ne le rappelle) parce qu’il a voulu sanctifier par lui-même et humainement/ecclésialement son Maître. Jésus lui a très probablement rétorqué : « J’en veux pas, de ta couronne en or 30 carats que tu essaies de m’attribuer, de ta sainteté ‘jet set’, de ta gloriole messianiste et millénariste mondaine ! Ton ‘SANTO SUBITO’, tu peux te le garder. ».
 

La sainteté n’est pas un concours, ni une performance, ni même un titre validé et décerné par l’Église (commission d’experts ecclésiastiques et de juges canoniques appelée pompeusement « Esprit Saint ») ou le Pape. Elle n’est pas une reconnaissance, fût-elle ecclésiale : elle est tout simplement et uniquement Jésus (qui lui-même se cache encore et cache sa sainteté). Alors, à son sujet, comme disait ma maman, « poupoune » !

Ma lecture et mon analyse du roman Père Elijah à Jérusalem de Michael O’Brien


 

Ça faisait longtemps que je ne m’étais pas posé une soirée entière chez moi, dans mon lit, sans écran ni ordi ni télé, pour lire un livre ! Et il me restait le 3e volet de la trilogie des Père Elijah (après La Librairie Sophia, Père Elijah, une Apocalypse) à lire : Père Elijah à Jérusalem.
 

J’en attendais beaucoup. En particulier par rapport au projet d’installation de l’Antéchrist (le diable humanisé décrit par saint Jean dans l’Apocalypse, ou encore par le prophète Daniel dans l’Ancien Testament) en Terre Sainte et sur le trône des trônes : celui du Messie/de Jésus dans son Temple Saint, à savoir le sanctuaire du Troisième Temple de Jérusalem, sur le Dôme du Rocher et l’actuelle Esplanade des Mosquées. Et j’avoue que dans Père Elijah à Jérusalem je n’ai pas appris grand-chose ni de scoop (contrairement au Père Elijah, une Apocalypse) concernant le déroulement des Fins dernières, et que je suis assez déçu.
 

Je ne décrirais donc pas cette lecture comme incontournable. Elle m’apparaît plus comme du réchauffé, une suite forcée et bavarde du Père Elijah, une Apocalypse (suite qui fait plein de digressions narratives qui sont plus au service de la fiction émotionnelle visant à prouver une sainteté d’un saint finalement fictif, que de l’information eschatologique urgente et utile à tous), et un prophétisme dont l’excès est même dénoncé à la fin par le héros lui-même : en effet, le père Elijah fait son mea culpa de s’être orgueilleusement pris, lui et son ami Enoch, pour les résurgences vivantes des « deux témoins » défiant l’Antéchrist annoncés dans L’Apocalypse de saint Jean. « Mon petit frère [Enoch] est mort ! Je l’ai tué. Dans mon orgueil, je l’ai tué car j’ai cru que nous étions les deux témoins ! » Orgueil faussement humble et saint, quand tu nous tiens !
 

Néanmoins, ce roman a toujours, comme les deux autres volets qui l’ont précédé, le mérite de nous ouvrir un peu plus à la compréhension des Fins dernières, des Signes des Temps, de nous mettre en appétit par rapport aux grandes prophéties eschatologiques (Akita, Daniel, Ezékiel, Élie, l’Apocalypse, Jésus…), de réveiller notre courage à affronter l’Antéchrist et notre goût du prophétisme et du martyre. C’est aussi une bonne photographie des tensions religieuses en Terre Sainte et de la corruption de l’Église-Institution catholique. Et quand je parle de « réveil », c’est parce que la lecture du Père Elijah à Jérusalem, même si elle s’enlise dans des longueurs narratives qui ne donnent aucune info prophétique de première main sur les Fins dernières, a eu le mérite de me donner envie d’écrire un nouveau prochain livre centré précisément sur l’Antéchrist et la Franc-Maçonnerie (encore meilleur que Homo-Bobo-Apo !), qui s’intitulera sans doute Comment démasquer la Franc-Maçonnerie et l’Antéchrist (surtout en soi-même, et ensuite dans l’Église et dans le Monde), avec pour sous-titre Dictionnaire des Codes apocalyptiques. Et ça, ce n’est pas rien ! Le plan détaillé de ce prochain livre m’est apparu en détail tout seul ! Alléluia !
 

Enfin, pour terminer, je vous ai sélectionné les seuls passages dignes d’intérêt que j’ai relevés dans Père Elijah à Jérusalem. J’en ai vus 7 :
 

– Concernant la manière dont le clergé et les fidèles catholiques vont se sentir faussement reconnus par l’Antéchrist et vont donc adhérer à sa Nouvelle Religion mondiale : « Parmi les musulmans, le Président [l’Antéchrist] était sérieusement considéré comme le grand prophète longtemps attendu, l’imam Mahdi. Parmi les juifs, les hommes instruits et les leaders spirituels, il éait le messie enfin venu. De nombreux hindous croyaient qu’il était Krishna dans une nouvelle incarnation annoncée de leur dieu suprême, Vishnou. Certains bouddhistes citaient l’enseignement de leur maître selon lequel un autre après lui viendrait qui vaudrait dix mille Bouddhas. Pour les adeptes du Nouvel Âge post-chrétien, il était la venue du Christ Cosmique. Pour les laïques, il était le plus grand être humain dans l’histoire des espèces, catalyseur auto-actualisé et facilitateur de l’évolution de l’homme. » (p. 33) ; « Derrière, des dizaines de piédestaux avaient été érigés le long du Mur et des employés s’affairaient pour terminer d’installer les derniers. Au sommet de chacun, un grand symbole doré représentait une religion du monde : un bouddha assis, une memorah, une roue du dharma, un lotus avec une flamme à l’intérieur, un croissant de lune avec une étoile, le yin et le yang, et ainsi de suite – et près du bout à gauche, une simple croix. À côté se trouvait ce qu’Elijah prit d’abord pour une Étoile de David, le Maghen ou bouclier de David. Puis il remarqua un cercle autour de l’étoile à six branches, ce qui en symbolique occulte en faisait un hexagramme entouré de l’anneau magique du pouvoir. De l’autre côté de la croix se dressait la sculpture d’un bouc qui s’élevait ou se métamorphosait à partir du corps d’un poisson. Tandis que l’un après l’autre on érigeait ces symboles, Elijah n’en reconnut presque aucun. » (p. 237).
 

– Concernant la bombe atomique en Iran : « Le Jour 4 : Le Président s’envole pour Téhéran où il rencontre les leaders d’Iran et d’Amérique. L’arrêt du projet d’armes atomiques et le désarmement de tous les groupes terroristes seront annoncés. Normalement des relations entre les deux nations. » (p. 37).
 

– Concernant le zoroastrisme en tant que « Nouvelle Religion mondiale » soi-disant « originelle » et « Mère des autres religions » : « Le Président cherche à éliminer les différences qui divisent l’homme en posant pour principe que toutes les religions sont des préfigurations imparfaites. Et il orientera l’humanité vers une nouvelle source unique de transcendance. » (p. 62).
 

– Concernant le Troisième Temple de Jérusalem : « Le Mur est un prélude, un prélude essentiel. Le jour suivant, le huitième jour, le Monde entier y participera. L’Esplanade du Temple deviendra la fondation du nouveau Temple, en quelque sorte, afin que toute l’humanité soit libérée pour adorer en esprit et en vérité. » (Archevêque collabo, p. 126) ; « La bête qui joue à l’agneau approche du sanctuaire pour le détruire et prendre le trône de Jésus, le véritable Agneau de Dieu. Elle réussira pour un temps à obscurcir la lumière du Ciel dans de nombreux lieux. » (p. 145).
 

– Concernant le danger du pacifisme mondain prôné et incarné par l’Antéchrist : « Ce boss du Monde réalise des choses que mon peuple a toujours ardemment désirées. Tout le monde en ville croit que le moment est venu où la souffrance arrive à son terme. Plus de terroristes, plus d’intifada. Seulement la paix ! Et maintenant tout le monde va vivre ensemble et sera heureux. J’ai jeté beaucoup de pierres quand j’étais jeune et je le regrette. Ils disent qu’il n’y aura plus de pierres, plus de gaz lacrymogènes en pleine figure. Plus d’enterrements d’enfants. Mais j’ai de mauvais pressentiments. Je pense qu’il n’est peut-être pas un homme bon. C’est fou, je sais. Peut-être que je suis fou. » (Amal, p. 197).