Archives de catégorie : Émissions Télé

Sortie de la 1ère partie du documentaire « Les Folles de Dieu » en français (+ quelques anecdotes de tournage)


 

TADAM ! Chers amis, voilà ENFIN la première partie (sur 25 parties en tout !) en français de notre documentaire « Les Folles de Dieu » (Foi et Homosexualité) !
 

Réalisé par Philippe Ariño (moi-même), tourné par l’excellentissime photographe Jean-Yves Morvan, et monté par le vidéaste péruvien Gerson Gonzales.
 

– Avec Perrine Coulombel (France) : la touche « douceur » de l’équipe ! #ForceBleue

– Avec Christian Mercado (Pérou) : la touche « empathie » de l’équipe ! #ForceRouge

– Avec Santiago Mejía (Colombie) : la touche « intello (Gaston Lagaffe) » de l’équipe ! #ForceVerte

– Avec Guillaume Gourinat (Allemagne) : la touche « sensualité » de l’équipe ! #ForceViolette

– Avec Gerson Gonzales (Pérou) : la touche « combativité » de l’équipe ! #ForceJaune

– Avec Éric Chevillard (France) : la touche « clown » de l’épique !

– Avec Philippe Ariño (Espagne-France) : la touche « sensibilité » de l’équipe ! #ForceOrange
 

Avec aussi les voix exceptionnelles de la chanteuse Steph Bach et du doubleur pro Quentin Espitalier. Avec la collaboration musicale d’artistes prestigieux : Rahan, Athenas, Thierry Jamard, Santiago Benavides…
 

Un sacré boulot (de 2 ans) qu’on met en libre accès sur YouTube pour vous ! Profitez-en tant qu’on peut encore exprimer sur l’homosexualité une pensée différente de l’« homosexuellement correct ». Car nous sommes constamment censurés par les homophobes gays friendly.
 

Et si vous voulez voir la suite (car le travail de montage est colossal : sans compter que le film sort en 5 langues différentes : français/espagnol/anglais/allemand/italien), il n’en tient qu’à vous ! Pour faire un don : c’est ce lien de la cagnotte. Sans argent, nous ne pouvons ni avancer, ni rembourser nos dettes, ni vivre (tout simplement). Par conséquent, nous comptons sur chacun d’entre vous pour diffuser cette vidéo, en public comme dans vos cercles privés. Vous êtes notre unique publicité. Merci d’avance !
 

#LGBT #Queer #LesFollesDeDieu #FollesDeDieu #Foi #Catholicisme #Pape #Cathos #homos #Gays #LasLocasDeDios #TheHolyGays #lePazzeDiDio #DieTuntenGottes #Instagay #Église #Catholiques #Courage #Documentaire
 

N.B. : Vous pouvez vous abonner à la chaîne YouTube des « Folles de Dieu », pour voir les versions dans d’autres langues (déjà en espagnol : « Las Locas de Dios »).
 
 

PETITES ANECDOTES DU TOURNAGE
 

Pour les petites anecdotes de tournage (car il y en a plein !^^), le gamin qui joue au foot est un gars que Gerson et moi avons rencontré dans les Arènes de Lutèce (5e arrondissement, donc mon quartier). Je l’avais vu, mais je n’avais pas osé lui demander qu’on le filme. Et c’est Gerson qui m’a encouragé à le rappeler alors qu’il quittait l’arène. Et il a rejoué au ballon avec plaisir pour nous. Ce fut notre tout premier figurant volontaire ! (Après, nous avons osé demander à d’autres badauds, et même à des couples homos!).
 

Autre anecdote : Santiago, pour son exposé sur les figures de l’enfance et de l’adolescence dans les films pro-gays, était à proximité d’un pré avec des vaches, en pleine montagne. Et on ne le voit pas, mais les mouches étaient nombreuses (haha) et ont parfois dérangé 😂. Mais Santi est resté imperturbable.
 

Autre anecdote croustillante : Perrine Cbl a dû faire plusieurs fois les prises avec les pissenlits car leur boule duveteuse était parfois rebelles🤣.
 

Et concernant la présentation de Gerson Gonzales lors de son portrait, la chorégraphie qu’il fait devant la Tour Eiffel était initialement prévue devant l’Arc de Triomphe… mais comme – pour une raison inconnue – l’Arc de Triomphe était éteint ce soir-là, on s’est rabattu sur la Tour Eiffel. Et finalement, c’était mieux ainsi ! Et c’est une idée que j’ai de nous filmer en train de danser en choisissant une chanson qu’on aimait bien, avec les écouteurs branchés sur les oreilles. Gerson dansait sur « Poker Face » de Lady Gaga (hihi). Et moi, je me suis choisi « Partie pour zouker » de Lorie 🤣. Comme ça, vous connaissez les dessous de l’histoire!^^
 

Autre anecdote marrante : dans la scène où on voit Gerson Gonzales sur le Quai Henri IV (Paris) bordant la Seine, il y a un grand-père prenant en photo son petit-fils prenant la pose. Ils sont tout les deux immobiles, comme un arrêt sur image scénarisé. Et comme si c’étaient deux figurants qu’on aurait contractés… alors que pas du tout! Ils se sont trouvés là « par hasard ». Et moi, je filmais pour la première fois avec la caméra 4K (et son stabilisateur) que je ne maîtrisais pas du tout ! haha ! Ce fut un « loupé réussi ». Et tout le monde était à sa juste place ! 🥳
 

Autre anecdote rigolote de tournage : Dans la scène de présentation de Guillaume, quand il court dans la montagne (les Pyrénées) et qu’il finit par nous tirer dessus 💅, vous parviendrez peut-être à me voir, si vous regardez bien entre les herbes (haha!). Comme un imbécile, je me trouve légèrement dans le champ de vision de la caméra de Jean-Yves, en tout petit, car je m’étais placé en bas de la prairie (une prairie absolument magnifique, immense : quand nous l’avons découverte, nous n’avions pas envie d’en partir ; un vrai petit coin de paradis) pour donner le top départ à chacun des membres du groupe (qui devait courir successivement vers la caméra en guise de présentation)… mais je n’étais pas descendu encore assez bas 😝😂 ! Et au bout du compte, la seule séquence de qualité qu’on a pu garder, le seul qui courait dans la colline montante de manière stable et réussie, ce fut Guillaume (les autres, on a l’air de Laura Ingalls pas du tout sportives, à bout de souffle et faisant pitié mdr!).
 

Autre anecdote : Dans la présentation des protagonistes, ma marche en travelling à la Bibliothèque François Mitterrand (Paris) a été super galère à tourner pour Gerson et moi ! 😂 On a dû faire une vingtaine de prises pour avoir la bonne. Car il fallait que l’esplanade soit vide, sans badauds ; il fallait trouver le bon angle, la bonne attitude (et Gerson ne devait pas perdre l’équilibre en marchant avec la caméra le long des escaliers : c’était casse-gueule pour lui) ; et j’étais en petite chemise noire alors qu’on était en octobre, avec le froid automnal… donc j’étais un peu frigorifié (haha). Mais ça l’a fait !
 

Autre anecdote du tournage : le confessionnal où a été filmé Christian Mercado (le témoin mexicain) se trouve à l’église Notre-Dame de Cholet. Et il était surmonté d’un bas-relief représentant l’épisode de Jésus défendant la femme adultère.
 

Scoop : Arnaud Lemasle (celui dont je parle dans l’épisode 1) est vivant !
 

Autre petite anecdote rigolote du tournage des « Folles de Dieu » : La chute de Guillaume (témoin trans) – que vous voyez au début du documentaire et qui a été filmée par Jean-Yves Morvan – était bel et bien accidentelle ! 😂😱 Nous devions marcher sur une corniche pierreuse naturelle située sous un pont d’un village des Pyrénées appelé Bétharram, pour ne pas tomber dans l’eau du Gave (le cours d’eau qui passe aussi par Lourdes). Et Guillaume, pourtant le plus agile de nous tous, a malencontreusement glissé, en nous faisant tous hurler d’effroi (haha) ! Mais il s’est repris. Et l’image est belle. Cerise sur le gâteau: Gerson Gonzales a su en plus l’exploiter au mieux en jouant avec la cymbale de chute de la chanson « Deep Blue Sea » de Rahan ! 🤩
 

Autre anecdote : Gerson Gonzales, en choisissant d’illustrer le récit de mon « passage à tabac » soft au collège par la chanson « Mon Dernier Voyage » de Thierry Jamard, ignore combien il est tombé juste dans son montage, puisque Thierry Jamard était précisément mon prof de musique du collège à l’époque ! Et d’ailleurs, pile après l’encerclement par les garçons de ma classe de 5e, juste après la récré, j’avais cours de musique justement avec lui. Et les gars de ma classe (j’étais débarqué en retard en cours, tout tremblant à cause de ce qu’ils m’avaient fait subir) m’avaient préparé une place au milieu de la salle pour continuer de m’encercler et de m’emmerder pendant le cours. Manque de bol pour eux, leur plan d’humiliation a raté car il restait une place dans le fond de la classe. Et je m’y suis assis. Voilà « toute » l’histoire. En tout cas, ça a tout son sens que Thierry chante sur cette séquence.
 

Autre « anecdote » des « Folles de Dieu » : À trois semaines du tournage, mon équipe et moi devions être hébergés à la Cité Saint Pierre (de Lourdes). Là-bas ils accueillent vraiment tout le monde. Et quand je dis tout le monde, c’est tout le monde : y compris les plus marginalisés (personnes handicapées, prostituées, transsexuelles, toxicos, gens du voyage, etc.). Eh bien il faut croire qu’il y a des exceptions… puisque les responsables de la Cité Saint Pierre (Claire Ozoux, le journaliste Mathias Terrier) nous ont dit inexplicablement « non », en avançant des arguments complètement vaseux : « Nous ne pouvons pas vous accueillir… Votre projet n’est pas assez mature… » ; « Et puis votre groupe n’est parrainé par aucun évêque… »; « Mais ne le prenez pas mal. Ce n’est pas contre vous… D’ailleurs, la Cité Saint Pierre a déjà accueilli plusieurs fois le groupe DUECDevenir Un En Christ – chapeauté par l’évêque de Carcassonne… » Face à cette mauvaise foi manifeste – disons-le « cette homophobie » (Mathias Terrier m’avait pourtant interviewé sur Radio Présence Lourdes il y a quelques années, et l’interview avait été cordiale) – j’ai commencé à argumenter : « Si notre projet est ‘immature’, voulez-vous que je vous envoie les 53 pages de notre script? » (c.f. Voici d’ailleurs la liste complète des 246 questions) ; « L’évêque de Carcassonne appuie DUEC? Pourtant, ce groupe n’obéit pas à l’Église et valide la pratique homosexuelle… » (Au téléphone, Claire Ozoux ne savait plus où se mettre ; elle a même écorché le nom de DUEC tellement elle n’y connaît rien au sujet…). Et puis j’ai cessé d’argumenter, car je voyais bien que la résistance venait d’ailleurs, et que ce n’était pas mon film ni mon groupe, mais ce que nous représentions ainsi que la peur, qui avait guidé le rejet de la Cité. J’ai compris qu’en amont, c’était aussi la journaliste Nathalie Cardon qui avait fait peur et pression à tous ces responsables catholiques lourdais.Ce fut un mal pour un mal pour un bien, puisqu’on a trouvé un hébergement et un lieu de tournage beaucoup plus beaux que Lourdes : Bétharram ! (un sanctuaire moins connu que Lourdes, et où pourtant il y a aussi eu des apparitions mariales). La Vierge Marie a donc veillé sur notre projet de bout en bout. Et le plus drôle, c’est que 3 jours avant le tournage, j’ai été logé à Lourdes avec une couverture de « bénévole volontaire du sanctuaire » (haha) : badge, polo, chambrette, voiture, tickets resto, etc. J’avais vraiment l’impression d’incarner le rôle surréaliste du réalisateur de film sans le sou, INFILTRÉ et sur place INCOGNITO pour un tournage sous haute surveillance et controversé… 🤣 Le grotesque dans lequel l’homophobie de la majorité des catholiques nous a mis… Cela dit, les ennemis du documentaire n’ont pas réussi à nous faire taire et n’ont pas pu empêcher ce tournage. Eh oui : les Folles de Dieu, on ne s’en débarrasse pas comme ça ! 😉💄🏳️‍🌈 J’ai aussi demandé à pas mal de prêtres présents à Lourdes au moment du tournage s’ils voulaient intervenir à l’une ou l’autre des journées pour donner leur avis sur l’homosexualité et montrer que le clergé nous accueille, écoute et nous aime nous personnes homos. J’ai même supplié un super frère capucin que j’avais rencontré lors d’une confession au sanctuaire de Lourdes et avec qui on avait bien accroché (il m’avait gardé 1 heure dans son confessionnal !). Mais rien à faire. La dizaine de prêtres/évêques sollicités se sont tous défilés, en s’inventant des excuses-bidon, en se réfugiant derrière leur réputation ou l’image de leur communauté. Après, qu’ils ne s’étonnent pas que l’opinion publique pense que le clergé catholique est majoritairement homophobe. Car c’est la stricte réalité, malheureusement.
 

Autre anecdote croustillante de la première partie des « Folles de Dieu » : Les premières interviews personnelles, que vous voyez tournées en salle, ont une particularité. Nous avons tous été embellis par Christian Mercado, le maquilleur des stars et des Miss, et aussi le témoin mexicain du film. Ce sont ses crayons, ses poudres, ses masques de beauté, ses talents de coiffeur et d’arrangeur, qui nous ont mis en valeur. C’est particulièrement visible avec l’interview de Perrine Coulombel, très en beauté, et coiffée par Christian. Par ailleurs, deux jours avant le démarrage officiel du tournage, comme nous étions sur place à Bétharram mais que nous attendions Gerson Gonzales (le témoin péruvien) qui a eu des problèmes d’avion, nous avons eu le temps de mieux former et consolider notre équipe avec deux jours de balade, de photographies, de prises d’images avec Jean-Yves Morvan notre photographe. Un soir, dans la chambre à 4 où dormaient Christian, Santiago, Jean-Yves et Guillaume, on a joué à un jeu compréhensible par tous les participants, sans que le décalage des langues pose problème : le Codenames que j’avais apporté. Et puis Christian nous a proposé de nous faire des masques de beauté aux volontaires (Il avait dans ses bagages tout le nécessaire du parfait make-up Artist ! 💄💅🧖‍♂️). Je crois que j’ai eu cette soirée-là un de mes plus gros fous-rires du tournage. En effet, Christian nous a fait un masque de beauté à Santiago Mejía (témoin colombien) et à moi. Et nous devions rester chacun allongés sur un lit, sans bouger, pour que le masque sur notre visage fasse effet. Et à un moment, nous avons imaginé le responsable de notre lieu d’hébergement ouvrant brutalement la porte de la chambre et découvrant horrifié la position gênante et incongrue dans laquelle notre groupe de folles « ingérables » et « imprévisibles » se trouvait. Et le fou-rire est venu quand Christian – qui en plus d’être hyper drôle parce qu’il a le sens du calembour à propos, concis et efficace, énoncé avec le ton pince-sans-rire qui le caractérise, a un talent inné de l’imitation – a imité en une phrase la possible réaction furibonde de notre hôte : « ¡¡ Aquí no es un Salón de Belleza !! » (traduction : « Ici c’est pas un Salon de Beauté!! »). Évidemment, moi qui ne devais surtout pas bouger, rien qu’en imaginant la scène et l’embarras qu’elle aurait pu causer, j’étais juste plié !! 🤣 Et Santi aussi !!
 

Autre anecdote inédite (et, ici, des signes du Ciel irrationnels, donc à mes yeux, des miracles) : Pour moi, le documentaire devait absolument avoir lieu à Lourdes, chez la Vierge Marie, et pas ailleurs. Puisque c’est elle la Virginité par excellence. Et notre film parle de la virginité homosexuelle. Certaines personnes ont cherché à me décourager (« Pourquoi si loin ? Pourquoi pas à Paris ? Y’a rien à Lourdes… Ce serait plus simple à la capitale. Tu serais sur place… »). Mais j’ai tenu bon. Et Lourdes-Bétharram, c’était le lieu idéal. Autre bâton dans les roues qui nous a été miraculeusement ôté : le tournage s’est tenu pendant 10 jours, fin septembre 2019-début octobre 2019… c’est-à-dire juste avant la pandémie mondiale du Coronavirus. Autant vous dire, sur le fil du rasoir ! On aurait attendu encore 3 mois, on l’aurait eu dans le baba ! C’était fichu. Et j’ai bloqué cette date de manière un peu militaire et autoritaire, sans céder aux pressions. Par exemple, dans le casting des témoins homos qui avaient inespérément accepté de participer, nous avions un gars canadien, droit dans ses bottes et dans sa Foi catholique, très mignon et très sympathique au demeurant, François, qui était chaud patate pour le projet, qui m’assurait vouloir venir témoigner… mais à la condition qu’on décale le tournage à janvier/février 2020 (ce serait tombé pile pendant la fermeture des frontières internationales…). Je ne saurais pas vous dire pourquoi je lui ai dit un « non » catégorique, et me suis accroché au calendrier que j’avais décidé, surtout compte tenu de la rareté des témoins homos cathos… mais je l’ai fait. Et bien m’en a pris ! Je l’ai congédié, en pensant en moi-même : « C’est maintenant ou jamais. Tu veux pas venir à ces dates-là ? Eh bien tant pis pour toi ! Ciao ! ». Pareil, il y a eu des journalistes catholiques qui m’ont dit que le tournage « avait lieu trop tôt, était un peu prématuré », que nous « n’étions pas prêts », qu’il « fallait reporter pour nous laisser encore un peu de temps », pour « fignoler » et « vraiment proposer un produit de qualité ». Et effectivement, le tournage s’est fait un peu « à l’arrache », avec les moyens du bord, des achats un peu « fous » et hâtifs (cagnotte en ligne ; achat des billets d’avion de la Colombie ; du Mexique et du Pérou ; commande des fauteuils aux 6 couleurs du Rainbow Flag surtout ; logement trouvé 3 semaines avant le tournage…). Mais, à un moment donné, il faut bien se jeter à l’eau, arrêter les atermoiements, ne pas s’attarder en chemin, et ne pas écouter les « conseils » qui sont en réalité des lâchetés déguisées, voire des attaques du démon. Et heureusement que nous avons tourné à Lourdes précisément dans les jours choisis ! Il était moins une !
 

Autre petit miracle : Gerson Gonzales, le témoin péruvien, a dû, pour les besoins du film (montage, script, prise d’images…), rester un mois supplémentaire à Paris, et est reparti pour Lima le 6 novembre 2019. Et le dernier jour, la Vierge Marie nous a fait deux cadeaux somptueux. Le premier, c’est que juste avant qu’il ne prenne son avion, nous avons décidé d’aller prendre les dernières images du documentaire plutôt que de travailler à l’appart. Dans l’idée, j’avais envie de retourner au Marais (le quartier gay de Paris) car nous ne l’avions filmé que de nuit, et il nous manquait des images diurnes. Et puis en chemin, je ne sais pas ce qu’il m’a pris, j’ai changé d’avis, pris une autre direction : la pointe du square du Vert Galant ! (vous savez, là où la Seine se sépare en deux bras, avec le Louvre et le Pont des Arts en vis-à-vis, et un saule pleureur planté en bout ?). Eh bien là-bas, nous n’y avons trouvé absolument personne… sauf, assis sur ce « Bout du Monde », un couple gay de deux gars mexicains, se tenant par la main !! Gerson et moi avons pris notre courage à deux mains. Nous leur avons dit que nous réalisions un documentaire sur l’homosexualité, en leur déclinant le contenu, et leur avons demandé s’ils acceptaient que nous les filmions. Ils ont accepté avec joie (De tout le tournage, c’est le deuxième couple homo qui nous a donné sa permission de figurer dans le film). Gerson et moi étions très émus de leur amitié, et surtout pour Christian Mercado (le témoin mexicain de notre documentaire). Enfin, le deuxième cadeau incroyable de ce dernier jour de tournage est venu de Gerson. En effet, en faisant ses valises, il a insisté pour me laisser le micro et l’enregistreuse, en m’expliquant rapidement comment ils fonctionnaient. Sur le moment, je n’ai pas compris pourquoi il me les confiait. C’était lui, l’ingénieur-son en chef ! Pourquoi me laisser un outil que je ne maîtrisais pas bien ? Ça n’avait aucun sens… pas même celui de faire baisser le poids de ses bagages. Je pense que la raison a échappé à Gerson lui-même ! haha. Et, avec le recul, comme ce choix fut inspiré ! D’une part, parce que l’essentiel de mon travail actuel sur le film se joue sur les traductions et surtout sur l’enregistrement des voix-off avec l’enregistreuse ! ; et d’autre part, parce que cet outil n’aurait été d’aucune utilité pour Gerson au Pérou, étant donné que là-bas, c’est peine perdue pour trouver des volontaires pour faire le doublage en français/anglais/allemand/italien et même espagnol (ils sont 100 fois plus frileux et homophobes par rapport à l’homosexualité qu’en France… ce qui ne veut pas dire que je n’ai pas non plus galéré en France, faut pas croire : ça a même parfois été la croix et la bannière pour gagner la confiance des doubleurs, qu’ils soient cathos ou athées. Certains gays friendly m’ont même sorti sérieusement qu’ils préféraient prêter leur voix à Hitler qu’accepter de doubler Guillaume le témoin transsexuel du film… Véridique ! Et effrayant de stupidité cathophobe-homophobe…). Bref, tout ça pour dire que le don de Gerson n’est pas explicable autrement que par la Grâce divine.

Video de la mesa redonda de Philippe Ariño sobre la pornografía homosexual durante el Congreso madrileño sobre la pornografía


 

Para los que quieren ver la 6ª Mesa redonda durante el Congreso « Pornografía, Infancia y Mujer » de Madrid que tuvo lugar el 23 de octubre de 2020, aquí tenéis el video Youtube a partir de 3h03’43. Moderador : David Luque. 2 Ponentes : Marcelino Madrigal (« Abuso de menores y redes sociales ») + Philippe Ariño (« La pornografía homosexual »).
 

 

El texto casi completo : link.

VIDEO DE PHILIPPE ARIÑO: « SÍ, OBJETIVAMENTE, EL PAPA MERECERÍA SER DESTITUIDO POR SUS DECLARACIONES SOBRE LA UNIÓN CIVIL »


 

Hago este video dado que la situación eclesial es grave (pero no desesperada). Como pueden ver, tras la publicación del video del Papa Francisco que defiende abiertamente las Uniones Civiles a favor de las parejas homosexuales (por mucho que él no quería hablar de las parejas sino que parecía enfocarse más bien en un nivel personal, o sea del individuo homo, por lo que se le cruzaron los cables : pero bueno, le recuerdo al Santo Padre que cuando uno usa la palabra « unión », ¡ ello por definición implica a dos personas !*), luego es un lío espantoso en la Iglesia y se arma un fuerte jaleo en las redes sociales.
 

Básicamente, veo 3 reacciones por parte de los católicos :
 

1 – o bien el entusiasmo. Los católicos « gays friendly », como el padre James Martin, que abren la botella de champán y ven la postura papal como un « gran paso adelante » y una « apertura ». Estos son sus únicos argumentos vacíos…
 

2 – o bien la negación de la realidad. Los católicos sosos, que excusan al Papa, que hablan de conspiración, que acusan el « montaje », que aseguran que las palabras papales han sido distorsionadas, se hacen de presentadoras falsamente tranquilas que “nos lo explicarán todo”. Aquellos católicos se niegan a ver al Papa y los hechos tal como son. Sufren de clericalismo agudo.
 

3 – o bien la acusación. Los católicos conservadores y anti-Papa Francisco se regocijan secretamente frente a la metedura de pata casi irrecuperable del Papa, consideran a éste como un falso Papa, un Anticristo, y exigen su destitución.
 

Estas 3 reacciones desproporcionadas e inmaduras tienen un objetivo común : no tener que hablar de la Unión Civil y en definitiva de la homosexualidad. Además de no reconocer un error objetivo del Papa. Hace 10 años que estudio el discurso del Papa Francisco sobre la homosexualidad y veo que justifica la Unión Civil. Incluso lo dice él en su video : habla de una coherencia y de una continuidad de su mensaje en el tiempo. También debemos admitir con calma que el Papa justifica el « matrimonio » homosexual, aunque esa no sea su intención final, ya que son una y la misma ley. Entonces, bueno, tenemos que rendirnos a la evidencia y parar de mirar hacia otro lado.
 
 
 

Dicho esto, 1 – aunque el Papa tenga, en nombre de su estatuto de modelo mundial, una responsabilidad innegable, puedo decirles que él es solo el barómetro del pensamiento católico común, comprometido masivamente con la Unión Civil. Incluso los católicos anti-Unión Civil están a favor de la Unión Civil ya que se oponen mal a esta, y sobre todo porque impiden el tratamiento de la homosexualidad, que es la principal coartada de la Unión Civil. Bien lo sé : los pocos opositores católicos a la Unión Civil nunca me han invitado. Entonces, sin saberlo, respaldan la Unión Civil. Entonces, que dejen de darnos la lata atacando al Papa y llamándole Anticristo y traidor. Los traidores también son ellos, porque rechazaron el discurso sobre la homosexualidad que llevo y encarno desde hace tanto tiempo.
 

Y segundo punto, sí. Hay que admitirlo : a causa de esta pequeña metedura de pata, el Papa Francisco tan solo merecería la dimisión. No digo estas palabras a la ligera. Objetivamente, debería dimitir. Pero sobrenaturalmente, no debería, y ni lo deseo. Tenemos que confiar en el Espíritu Santo. Y sé que el Papa Francisco es el mejor Papa para nosotros. Simplemente, es tan torpe y limitado como San Pedro. Y tenemos que arreglárnoslas con él. Sin echarle de la dirección del barco ni llamarlo Anticristo.
 

Demuestro que el Papa Francisco habla muy mal de la homosexualidad, en particular porque todavía no ha identificado el peligro de la heterosexualidad como el demonio disfrazado de diferencia de sexos, y porque disocia esquizofrénicamente la Unión Civil y el matrimonio gay – debido por un lado a un nominalismo (es decir, un apego excesivo a la palabra « matrimonio ») y debido por otro lado a un sacramentalismo fetichista (es decir, un deseo de proteger el « matrimonio-sacramento » concediendo una forma disfrazada de matrimonio civil : una mala estrategia ya que, idealmente, el matrimonio civil y el matrimonio religioso son inseparables). Pero está lejos de ser el único en adoptar esas ideas. El 99% de los católicos hacen lo mismo que el Papa. ¡ Entonces, todos A CALLAR !
 
 
 

Ahora que estamos con esa mierda hasta el cuello después de estas declaraciones papales, ¿ qué soluciones veo ?
 

1) Hablar de homosexualidad. (Los medios católicos mainstream siguen silenciando el error del Papa y el escándalo mundial que desató : eso muestro cuán cobardes son…). Y sobre todo pedir a las personas homosexuales continentes competentes que hablen bien de esta.
 

2) Explicar la gravedad de la Unión Civil (que nunca ha sido pedida por su contenido sino solo por su intención de justificar una pseudo identidad y un pseudo amor homo) ; Recordar que podría ser esquivada por derechos individuales (y aún así, no se tendría que homosexualizarlos) ; Explicar cómo marca un hito antropológico grave en la Historia de la Humanidad porque ES el matrimonio gay enmascarado, y más fundamentalmente porque ha relegado la diferencia de sexos a una opción de sexualidad, además de haber contractualizado/distorsionado/desacralizado el matrimonio – y que reemplazó la sexualidad con la orientación sexual. Lo que constituye un insulto en primer lugar hacia las personas homosexuales.
 

3) Tercera solución que recomiendo : que el Papa Francisco vuelva sobre sus pasos, repare su cagada… porque es una cagada y cuando uno hace una cagada tiene que reparar (idealmente el Papa tendría que lanzar un sínodo sobre la heterosexualidad), que condene la Unión Civil y las prácticas homosexuales, y especialmente la heterosexualidad y cualquier ley nacional basada en la orientación sexual.
 
 
 

Ya está. He dicho todo lo que tenía que decir.
 
 
 

* N.B. : A los que me contestan – con cierta mala fe – que la « ley de convivencia » se refiere únicamente a la persona homosexual sola en medio de su entorno familiar o social, y no a la « pareja » homo ni a la ley de « Unión Civil » (« ¡¡ porque el Papa no ha dicho explícitamente ‘Unión’ !! »…), he ido a investigar. La expresión « ley de convivencia » empleada por el Papa tiene una historia, no es neutra : ¡ tiene un significado preciso ! No sale de la nada. Ya es una perífrasis que tiene una existencia legal asentada, un estatuto vinculado a la idea de pareja homo desde hace tiempito : en Costa Rica, en Venezuela, y sobre todo en México. Así que basta de cuentos. El Papa ha hablado de las Uniones Civiles y de la « pareja » homo.

Vidéo de Philippe Ariño : « Oui, objectivement, le Pape mériterait d’être destitué suite à ses propos sur l’Union Civile »


 

Je fais cette vidéo car la situation ecclésiale est grave (mais pas désespérée). Comme vous pouvez le constater, suite à la vidéo du Pape François défendant ouvertement les Unions Civiles en faveur des couples homosexuels (même si lui ne voulait pas parler des couples mais semblait se situer uniquement sur le plan de l’individu homo, donc il s’est emmêlé les pinceaux : mais bon, quand on parle d’union, une union, par définition, ça implique deux personnes !*), c’est le gros bordel dans l’Église et ça s’écharpe sur les réseaux sociaux.
 

En gros, je vois 3 réactions chez les catholiques :
 

1 – soit l’enthousiasme. Les cathos gays friendly, tels que le père James Martin, débouchent la bouteille de champagne, et voient la prise de position papale comme une « grande avancée » et « ouverture ». C’est leurs seuls arguments pourris…
 

2 – soit le déni. Les cathos mous, comme Arnaud Dumouch, excusent le Pape, crient au complot, au montage, à la déformation des propos papaux, jouent les speakerines faussement calmes qui vont « tout nous expliquer ». Ces cathos refusent de voir le Pape tel qu’il est et de regarder les faits. Ils souffrent de cléricalisme aigu.
 

3 – soit l’accusation. Les cathos conservateurs et anti-Pape François se frottent secrètement les mains du dérapage quasi irrattrapable du Pape, voient ce dernier comme un faux pape, un Antéchrist, et réclament sa destitution.
 

Ces 3 réactions disproportionnées et immatures ont un objectif commun : ne pas avoir à parler de l’Union Civile ni finalement d’homosexualité. Et ne pas reconnaître une erreur objective du Pape. Ça fait 10 ans que j’étudie le discours du Pape François sur l’homosexualité, et que je vois qu’il justifie l’Union Civile. Même lui le dit dans sa vidéo : il parle d’une cohérence et d’une continuité de son message dans le temps. Il faut aussi admettre calmement que le Pape justifie le « mariage » gay, même si intentionnellement et sincèrement c’est loin d’être son idée, puisque ce sont une seule et même loi. Donc c’est bon. Il faut se rendre à l’évidence et arrêter de se cacher derrière son petit doigt.
 
 
 

Cela étant dit, 1 – même si le Pape a, de par son statut de modèle, une indéniable responsabilité, je peux vous dire qu’il n’est que le baromètre de la pensée catholique commune, massivement acquise à l’Union Civile. Y compris les cathos anti-Union Civile sont pour l’Union Civile puisqu’ils s’y opposent mal, et surtout parce qu’ils empêchent de traiter d’homosexualité, qui est l’alibi principal de l’Union Civile. Je suis bien placé pour le dire : les rares opposants catholiques à l’Union Civile ne m’ont jamais invité. Donc ils cautionnent sans le savoir l’Union Civile. Alors qu’ils ne la ramènent pas trop en s’attaquant au Pape en le traitant d’Antéchrist et de traître. Les traîtres, ce sont aussi eux, parce qu’ils ont rejeté le discours sur l’homosexualité que je porte et incarne depuis si longtemps.
 

Et 2e point, oui. Il faut le reconnaître : à cause de cette seule bourde, le Pape François mériterait la démission. Je pèse mes mots. Objectivement, il devrait démissionner. Mais surnaturellement, il ne doit pas. Nous devons faire confiance à l’Esprit Saint. Et je sais que le Pape François est le meilleur Pape qu’il nous faut. Il est juste aussi gaffeur et aussi limité que saint Pierre. Il faut juste faire avec. Sans le virer de la direction de la barque ni le qualifier d’Antéchrist.
 

J’avais prévenu depuis longtemps que l’homosexualité – en tant que thématique – avait le pouvoir d’une petite bactérie insignifiante qui peut flinguer à elle seule l’Église Catholique humaine. Dans mon prochain documentaire « Les Folles de Dieu », j’ai même dirigé une table ronde exprès pour corriger le Pape sur son soutien aux Unions Civiles ! C’est vous dire si j’avais anticipé l’onde de choc. Je démontre que le Pape François parle très mal d’homosexualité, notamment parce qu’il n’a pas identifié le danger de l’hétérosexualité en tant que diable déguisé en différence des sexes, et parce qu’il dissocie schizophréniquement l’Union Civile et le mariage gay – à cause d’un nominalisme d’une part (à savoir un attachement excessif au mot « mariage ») et à cause d’un sacramentalisme fétichisant d’autre part (c’est-à-dire une volonté de mettre à l’abri le « mariage-sacrement » en concédant une forme déguisée de mariage civil : mauvaise stratégie puisque dans l’idéal mariage civil et mariage religieux sont indissociables). Mais il est loin d’être le seul. 99% des cathos font pareil que le Pape. Donc la FERME !
 
 
 

Maintenant qu’on est bien dans la merde après ces déclarations papales, quelles solutions je vois ?
 

1) Parler d’homosexualité. (KTO continue de se taire sur la bourde du Pape et le scandale mondial qu’elle a enclenché : c’est vous dire les couilles qu’ils ont…). Et surtout solliciter les personnes homos continentes compétentes pour en parler bien.
 

2) Expliquer la gravité de l’Union Civile (qui n’a jamais été demandée pour son contenu mais uniquement pour son intention de justifier d’une pseudo identité et d’un pseudo amour homo) ; Dire qu’elle pourrait être contournée par des droits individuels ; Expliquer en quoi elle marque un tournant anthropologique grave dans l’Histoire de l’Humanité parce qu’elle EST le mariage gay déguisé, et plus fondamentalement parce qu’elle a placé la différence des sexes en option de sexualité – en plus d’avoir contractualisé/dénaturé/désacralisé le mariage – et qu’elle a remplacé la sexualité par l’orientation sexuelle. Ce qui constitue une insulte en premier lieu aux personnes homosexuelles.
 

3) Troisième solution que je préconise : que le Pape François revienne sur ses pas, répare sa connerie… car quand on fait une connerie on la répare (il faudrait dans l’idéal qu’il lance carrément un synode sur l’hétérosexualité), qu’il condamne l’Union Civile et la pratique homo, et surtout l’hétérosexualité et toute loi nationale basée sur l’orientation sexuelle.
 
 
 

Voilà. J’ai dit tout ce que j’avais à dire.
 
 
 

* N.B. : À ceux qui me répondent – avec une certaine mauvaise foi – que la « ley de convivencia » (traduction : « loi de cohabitation ») renverrait uniquement à la personne homosexuelle seule au milieu de son environnement familial ou social, et non au « couple » homo ni à la loi de l’« Union Civile » (« parce que le Pape n’a pas dit explicitement ‘Union’ !! »… #FoutageDeGueule), je suis allé mener mon enquête. L’expression « ley de convivencia » employée par le Pape a une histoire, n’est pas neutre : elle a une signification précise ! Elle ne sort pas de nulle part. C’est déjà une périphrase qui a une existence légale établie, un statut rattaché à l’idée de couple homo depuis un petit moment : au Costa-Rica, au Venezuela, et surtout au Mexique. Donc on va arrêter de se raconter des histoires. Le Pape a bien parlé des Unions Civiles et du « couple ».

Intervención de Gerson Gonzales y Philippe Ariño el sábado 24 de octubre de 2020 en vivo en la web-tele de Perú « Memes Católicos » para comentar el reciente discurso del Papa Francisco que avala las Uniones Civiles

Permanezcan atentos. Este sábado (o sea mañana : 5PM para la hora peruana, 12AM para la hora española o parisina, es decir media noche), Gerson Gonzales (testigo peruano de mi documental « Las Locas de Dios ») y yo mismo salimos en vivo por la web-tele de Perú Memes Católicos para expresarnos, como católicos homosexuales, respecto al reciente discurso del Papa Francisco que avala las Uniones Civiles. Podrán seguirlo en directo en esta página.
 

#SinPelosEnLaLenguas #YaLlegamos #PapaFrancisco #UniónCivil #Homosexualidad #LGBT #LasLocasDeDios
 

 
 

(Señalo que será, obviamente, en español y no en francés. Los medios « católicos » franceses están tan fuera de lugar que el día que se les ocurra invitarme, ya estaré en la tumba ! #VergüenzaParaEllos)
 

Ce samedi (donc demain : 17h pour l’heure péruvienne, minuit de la nuit du samedi au dimanche pour l’heure parisienne), Gerson Gonzales (témoin péruvien du documentaire « Les Folles de Dieu ») et moi-même passons en direct sur la web-TV péruvienne Memes Católicos pour nous exprimer, en tant que catholiques homosexuels, sur les récents propos du Pape François défendant les Unions Civiles. Vous pourrez suivre en direct.
 

#MaintenantÇaVaChier #JésusII #Homosexualité #LGBT #LesFollesDeDieu
 

(Ce sera en espagnol, évidemment. Pour les médias dits « catholiques » français, vous pensez bien qu’ils sont tellement à côté de la plaque que le jour où ils penseront à m’inviter je serai déjà dans la tombe! #HonteÀEux)
 

N.B. : Petite note pour les Français endormis qui savent encore lire : C’est pour vous dire combien les catholiques français sont complètement à côté de la plaque concernant l’Union Civile et surtout concernant l’homosexualité : il y en a même qui viennent vers moi la bouche en coeur en pensant que je vais me réjouir avec eux de la bonne nouvelle du message papal pour nous, personnes homos. T’es là, tu fais : « Mais vous êtes cons ou vous êtes cons ? » Et puis tu as tous les autres qui sont dans le déni « Ah non, les propos du Pape ont été déformés au montage. Il n’a pas dit ce qu’il a vraiment dit » (je ne sais pas qui des « gays friendly » ou des homophobes sont les plus cons). Et tu as enfin tous les cathos tradis réactionnaires et anti-Pape François, qui ne disent rien mais qui se réjouissent de la glissade papale irrattrapable. Résultat : Qu’est-ce qu’on fait, nous, au milieu de ces 3 catégories de cons catholiques (qui composent les 99 % de catholiques)? Eh bien on doit les aimer et les pardonner de ne pas nous écouter et de nous ignorer/mépriser. Mais alors… qu’est-ce qu’ils sont cons !

Conversatorio « Homosexualidad y Fe » en directo con Colombia por Zoom, el 27 de septiembre del 2020


 

Un video que dejó huella : « Homosexualidad y Fe ». Muchas personas en América Latina lo vieron, la noche del domingo 27 al lunes 28 de septiembre del 2020.
 
#LGBT #gays #Iglesia #IglesiaCatólica #Homosexualidad #LasLocasDeDios #Homofobia
 

 
 

Gerson, Santiago y yo tratamos de responder a las siguientes preguntas:
 

1. ¿La homosexualidad es una identidad? ¿Es una enfermedad? ¿De dónde viene? ¿Es posible que una persona cambie de orientación sexual? ¿Qué pensar de la bisexualidad/transidentidad?

2. ¿Has salido del armario? ¿Lo aconsejarías? ¿Son los padres responsables de la homosexualidad de su hijo?

3. ¿Es malo que una persona se enamore de alguien del mismo sexo? ¿Por qué no sería Amor? ¿Ya te has enamorado verdaderamente?

4. ¿Cuáles son las particularidades del mundo homosexual?

5. ¿Por qué oponerse a las leyes pro-gays (Unión Civil, matrimonio gay, la adopción)?

6. ¿Existe la homofobia o es un invento? ¿Ya has sufrido homofobia? ¿Cómo luchar contra esta?

7. ¿Dios ve la homosexualidad como algo malo y grave/mortal? ¿Por qué? ¿La práctica homosexual y la práctica religiosa son compatibles? ¿Por qué oponerlas?

8. ¿La Iglesia tiene un lugar y una propuesta de vida para los homosexuales? ¿Vas a quedarte solo toda tu vida? ¿Cómo una persona se puede imponer la continencia?

9. ¿Por qué es urgente hablar de homosexualidad?
 

+ Al final las preguntas improvisadas de los jóvenes (30 minutos finales)