Archives par mot-clé : homosexuel

Le désintérêt pour l’homosexualité


 

Je regarde un documentaire suisse de personnes homosexuelles des années 1970 interrogées sur leur vie, leurs sentiments, leur homosexualité. C’est rare et beau. Aujourd’hui, les reportages et les journalistes n’en ont rien à faire de nous : ils ne s’intéressent qu’aux lois politiques qui passent en notre nom. Notre personne, notre vie, et finalement l’homosexualité, ils s’en moquent complètement.

La série des Cars de Disney-Pixar : le déroulé précis du programme du Gouvernement Mondial antéchristique


 

Vous allez peut-être trouver que je vois de la Franc-Maçonnerie partout, mais je m’en fous. En me tapant hier les deux dessins animés Disney-Pixar « Cars » sur M6 hier soir (que je n’avais jamais vus), j’ai trouvé qu’ils étaient bourrés de messages francs-maçons : le « devenir lumière » comme un éclair, le « devenir machine humanisée », le « devenir angélique », la toute-puissance de la volonté individuelle et la demande de changement pour les autres et pas pour soi-même, les triangles, les V partout, la promotion de l’hyper-technologie maquillée d’écologie, l’apparition de l’Antéchrist dans « Cars 2 » en forme de V, les « célébrations » d’une loge dans un salon italien rempli de pyramides, l’invasion de la puce électronique avec ses caméras cérébrales, ses ondes et ses drones, etc. Je ne rêve pas, même si je suis le seul à le voir et à le dénoncer.
 

La phrase que j’ai préférée, c’est celle de « Cars 1 » où Mack, la remorque, a clairement fait une référence voilée à la figure maçonnique très connue du Grand Architecte de l’Univers : « Loué soit le Grand Constructeur ! »
 

Cars 2 autour du professeur nazi Zundapp


 

Je crois que rien n’est anodin, même quand c’est habillé de film d’animation jeunesse pour toute la famille. Si on suit le déroulé idéologique de la série des « Cars », on peut y entrevoir tout le programme des ténèbres : « Cars 1 » (2006) représentait le stade bobo de l’Humanité (sur fond de problématique national rat des villes/rat des champs, choc culturel national entre modernité et tradition) ; « Cars 2 » (2011) représentait le stade transhumaniste de l’Humanité (sur fond de contre-espionnage mondialiste, de Guerre internationale entre les Nazis et les Progressistes, de puce électronique, et de défense des « énergies alternatives ») ; « Cars 3 », qui vient de sortir au cinéma (2017), pourrait bien représenter le stade eschatologique de l’Humanité (sur fond de guerre surnaturelle entre les forces du Bien et les forces du mal, de conflit entre la terre et les forces célestes, et de Nouvelle Religion mondiale : déjà, les affiches avec leur V et leur W mettent le film sous les hospices de l’Antéchrist, et la bande-annonce exprime un refus des limites humaines et divines). Comme je ne pourrai pas aller voir le n°3 tout de suite, je confie l’interprétation à ceux d’entre vous qui aiment penser et qui iront au cinéma.
 

Enfin, pour terminer, je voudrais retenir votre attention sur la prolifération actuelle des courts-métrages promotionnant l’amour énergétique (les instincts, les passions et les pulsions – par essence non-libres – présentés comme des rêves à réaliser à tout prix), et donc l’« amour » homosexuel ou asexué (pas le pardon, évidemment, puisque ça demanderait un effort et un renoncement à soi et à sa petite volonté). Il y en a deux qui tournent beaucoup en ce moment sur les réseaux sociaux. Le premier, c’est « In a Heartbeat » de Beth David et Esteban Bravo, qui présente l’amour comme une émoticône incontrôlable. Le second, c’est « Le Feu de l’Amour : Extinguished » d’Ashley Anderson et Jacob Mann. Concernant ce dernier, c’est drôle comme, inconsciemment, ses réalisateurs ont présenté l’« amour » homo comme un acte satanique cornu, dans la bande-annonce.
 

 

Courage nous accompagne : moi, je ne veux pas être accompagné


 

Certains me demandent si je serai présent à la troisième session « Homosexualité » de Paray-le-Monial. Je leur réponds que non. Je ne suis pas d’accord avec l’angle misérabiliste, personaliste, nombriliste, compassionnel, psycho-spiritualiste et superficiel de ces « selfish therapy » Courage. Ce n’est pas d’un accompagnement ni d’un groupe de parole fraternel dont nous, personnes homosexuelles, avons besoin : c’est d’une vocation et d’un apostolat public qui dévoile au monde la dimension politique, médiatique, apostolique, mondiale, eschatologique, de l’Église à travers l’homosexualité continente. Les salons de thé « Chaste-tea » qui étouffent la réflexion sur l’hétérosexualité et l’homophobie, qui ne définissent pas l’homosexualité, ne m’intéressent pas. J’ai autre chose à foutre de dire « Jésus et l’Église m’aiment, ne me jugent pas, et on peut être heureux en étant homo et catho, et frères de condition homosexuelle ». Ras le cul de ces bondieuseries.

Émission Ecclesia Magazine de Radio Notre-Dame d’hier sur l’homosexualité : nouvelle apostasie

capture-decran-2016-10-19-a-20-04-18
 

Radio Notre-Drame récidive dans la nullité, en se servant du Synode, du Dicastère et du Pape François pour dire n’importe quoi/psychologiser/sentimentaliser sur l’homosexualité, et surtout pour occulter, au nom de l’accueil des personnes homosexuelles et de « l’amour », la plus grande part du message de l’Église : 1) la Bonne Nouvelle de la continence, 2) l’accès et la valeur des sacrements pour les personnes homosexuelles, 3) et l’avertissement du risque de damnation éternelle en cas de pratique homosexuelle, c’est-à-dire en cas d’état de péché mortel.
 

Malheureusement, il y en a qui a écrit, qui a parlé et qui parle encore (tout seul dans son coin, en étant ignoré de quasiment tous), une seule araignée emmerdeuse, mais qui est là.

Les droits avant les personnes

IVG
 

De même que pendant le « mariage pour tous » ont beaucoup été défendus les « droits des homos » et la « lutte contre l’homophobie », sans pour autant considérer vraiment les personnes homosexuelles, les violences homophobes dont elles font l’objet ni la violence de la pratique homosexuelle, je constate un décalage similaire (et révoltant) entre la bienveillance légaliste et la bienveillance réelle dans le cas de l’avortement. En effet, dans les débats sur l’interruption de grossesse, les premières actrices de l’acte d’avortement, les femmes, sont très peu écoutées, au profit d’un « combat pour les droits des femmes ». On occulte la violence létale vécue par les enfants à naître et la violence physique et psychologique vécue par leur mère lors d’un acte d’avortement. Quand est-ce que les militants pro-homosexualité et pro-IVG vont lutter pour les personnes homosexuelles et les femmes, et non d’abord pour les « droits » qu’ils leur attribuent, ou les idéologies qu’ils leur font porter ??

L’homosexualité expliquée à un ado de 11-17 ans (133 questions-réponses courtes)

collégien
 

Voici une sorte de suite à L’homosexualité en Vérité, que j’ai écrite en deux jours, entre hier et aujourd’hui (7 et 8 février 2016, juste avant mon départ), pour répondre de manière synthétique à toutes les questions qu’un jeune adolescent de 11-17 ans peut se poser sur l’homosexualité. J’ai essayé de rédiger maximum 3 phrases pour chacune des 133 interrogations. J’ai conscience que certaines phrases comportent encore des mots qui ne sont pas à la portée de tous les collégiens/lycéens français, mais bon, cela prouve que mon travail est aussi destiné aux formateurs à l’affectivité des jeunes. Un outil utile et aussi en PDF libre (PDF ado). Il peut être complété par mes 20 conseils à destination des enseignants.
 
 
 

1 – C’est quoi la sexualité ?

Bien avant d’être un sentiment, un acte génital ou un enfant, la sexualité c’est la différence des sexes (différence homme-femme). En latin, le mot « sexualité » vient du verbe secare qui signifie couper. La sexualité, c’est ce qui nous a coupés dès la naissance pour que nous devenions incomplets mais aussi, pour le coup, complétés par l’Amour vrai à l’âge adulte.
 

2 – Pourquoi c’est difficile de parler d’homosexualité ?

Parce qu’actuellement, si on en parle, on risque soit de passer pour « un » homosexuel, soit de passer pour « un » homophobe. Donc quasiment tout le monde se tait !
 

3 – Pourquoi ça vaut le coup d’en parler quand même ?

Seules les personnes bien dans leur sexualité ou pas homosexuelles pratiquantes sont à l’aise pour en parler en Vérité. S’intéresser à elle devient une preuve que tu ne l’es pas, ou que tu l’as dépassée. Surtout si tu es un jeune homme ! L’homosexualité ne fait peur qu’aux personnes homos (refoulées et machos). Alors vas-y !
 

4 – Est-ce qu’on naît homo ?

On ne sait pas. La mémoire humaine ne remonte pas assez loin. Tout ce qu’on sait, c’est que si l’homosexualité est génétique, elle n’est pas que cela : le cas des vrais jumeaux, dont l’un est homo et l’autre pas, alors qu’ils ont le même patrimoine génétique, le prouve.
 

5 – L’homosexualité est-elle naturelle ?

Notre nature profonde, c’est la différence des sexes et la différence Créateur-créatures (nous sommes homme ou femme, et Enfants de Dieu. Point). Donc le rejet de celles-ci, qu’est l’homosexualité, n’est pas naturel, même si le ressenti homosexuel ne ressemble pas à un choix et paraît physiologique, se traduit corporellement.
 

6 – L’homosexualité, qu’est-ce que c’est ?

C’est une attraction érotique pour une personne de ton sexe. Et plus profondément, c’est la peur de la différence des sexes. Peur de ne pas être un « vrai homme », une « vraie femme », peur de l’autre sexe et de la sexualité en général. Et si elle se pratique, cette peur crée des violences, des blessures. Ce n’est pas simple de vivre l’amour sans l’Humanité qu’est la différence des sexes.
 

7 – D’où vient l’homosexualité ?

On ne sait pas non plus. Il y a des peurs fondées sur des faits réels (souvent violents) et des peurs fondées sur des fantasmes et une manière hypersensible de vivre les événements. Il n’y a donc pas de causes précises de l’homosexualité.
 

8 – Si l’homosexualité ce n’est pas un choix, pourquoi ce serait un mal, alors ?

Parce qu’on peut porter des blessures qu’on n’a pas choisies. Ce n’est pas une raison pour dire qu’elles n’existent pas, qu’elles sont bien ou banales, ni pour s’y adonner par la suite.
 

9 – Pourquoi l’homosexualité serait une blessure ?

Parce les personnes homosexuelles la décrivent comme ça. Dans les fictions et leurs témoignages (y compris ceux qui veulent donner une image positive de l’homosexualité), elles se représentent avec une balafre, un visage coupé en deux, une cicatrice. Cf. le code « Moitié » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels).
 

10 – En évoquant l’homosexualité comme une blessure, ne stigmatise-t-on pas davantage les personnes homos en les transformant en « malades » ou en « malheureux » ?

Tu sais, on est tous malades au niveau de la sexualité. Mais ce n’est pas en évacuant la différence des sexes que ça va s’arranger. Et ce n’est pas en affirmant que les personnes ne souffrent pas qu’elles cessent de souffrir et qu’on résout leur problème.
 

11 – Pourquoi les actes homos sont une « abomination » selon la Bible ?

Parce que Dieu ne veut pas que les êtres humains rejettent la différence des sexes qu’Il a créée pour eux, qui est à Son image et qui est la seule qui leur permette de vivre un amour vrai, plein et joyeux. La Bible a compris que le rejet de la différence des sexes, concrètement c’est le viol, donc c’est effectivement abominable. J’ai, parmi mes amis homos, 90 d’entre eux qui m’ont révélé avoir été violés. L’homosexualité n’a rien d’anodin.
 

12 – Puis-je comparer l’homosexualité à un handicap ?

Complètement. Un handicap, c’est un manque objectif (ici, la peur de la différence des sexes et le manque de la différence des sexes). Il est une réalité qui n’a pas été choisie, qui fait souffrir et qui limite la personne qui le porte, sans la condamner et la juger elle. Le reconnaître ne permet que de dévoiler d’autres chemins de bonheur possibles et de s’adapter vraiment à ce que vit la personne.
 

13 – Est-ce que l’homosexualité, ça peut m’arriver un jour ?

Oui. Mais ça n’arrive pas du jour au lendemain. Pendant l’adolescence qui est un moment de construction et d’hésitation, il est fréquent de connaître des interrogations d’ordre bisexuel. Mais l’homosexualité structurelle et durable à l’âge adulte est rare.
 

14 – À 10 ans, puis-je savoir si je suis homo ou pas ?

Non. Tu ne peux pas. Tu es trop jeune. Ce n’est pas au moment où ta sexualité se construit que tu peux affirmer que l’édifice est solide et définitif. Même à 99 ans, tu ne pourras jamais dire « Je suis un homo à 100% ! ».
 

15 – Comment on s’aperçoit qu’on est homo ? Comment on peut le savoir ?

Ça n’arrive pas du jour au lendemain. Il n’y a pas de test ni de vaccin pour déceler ça, parce que l’homosexualité n’est pas une espèce humaine, ni une réalité palpable. C’est un désir souvent évolutif et qui s’estompe avec la maturité. On peut sentir qu’il est durable à travers les rêves, la direction de nos regards, nos goûts fixés par les magazines et la télé. Mais il reste un fantasme qui ne nous définit pas entièrement.
 

16 – Est-ce qu’on peut être homo à vie ?

Oui. Mais en général, étant donné que la sexualité de chacun est un mystère et un chemin libre, elle peut évoluer et ne se fige pas sur une attraction ressentie à une époque donnée de sa vie. L’important est de ne pas te laisser étiqueter « homo », « hétéro » ou « bi », et de te laisser vivre les amitiés sans drague jusqu’à 20 ans.
 

17 – Peut-on changer d’orientation sexuelle ?

Oui. La sexualité est un terrain bien plus vaste que tu ne l’imagines. Et je connais bien des personnes qui se croyaient homos et qui ont finalement dépassé leur peur d’adolescence par des rencontres qui les ont transformées. Elles ont aussi été transformées par l’expérience du mariage, de la paternité/maternité ou du sacerdoce. D’un point de vue terrestre, rien n’est définitif en matière de sexualité, à part ta sexuation femme ou homme.
 

18 – Si je ne peux pas changer d’orientation sexuelle, suis-je condamné à ne jamais aimer ?

Si Dieu permet que tu sois durablement homosexuel, c’est forcément pour quelque chose de grand. C’est forcément pour un Amour plus grand que le couple humain.
 

19 – Je me sens différent des garçons de mon âge. Je n’ai pas les mêmes goûts, les mêmes centres d’intérêts. Je me sens plus en sécurité dans des milieux féminins.

Sois sans crainte. Les goûts n’indiquent pas une homosexualité. D’autant plus aujourd’hui, où les adolescents sont de plus en plus orientés vers des caricatures de masculinité, des caricatures de féminité, des modèles hypersexués et asexués à la fois.
 

20 – Mes camarades de classe me traitent de « pédé ». Je dis quoi ?

Je leur souris en me disant intérieurement que s’ils en parlent, c’est que ce sont eux qui sont mal avec leur sexualité et avec l’homosexualité. Et je les bénis par ma joie et mon humour qui désarmeront leur méchanceté.
 

21 – Mes camarades me disent que je suis homo parce qu’ils me sentent différent. Ont-ils raison ?

Bien sûr que non. On est tous différents. La différence n’est pas un critère d’homosexualité. Ne te laisse jamais dicter qui tu es et quelle personne tu dois aimer, par des gens formatés qui te jugent sur l’apparence et qui ne te connaissent pas.
 

22 – Je ne suis pas bon en sport, je suis mal à l’aise dans les vestiaires, je suis mal dans ma peau, j’ai peu d’amis. Cela fait-il de moi un homo ?

Bien sûr que non. Ce n’est pas parce que tu n’es pas un macho ni un mec « cool » que tu n’es pas un vrai homme. Aies confiance. À l’âge adulte, la roue tourne.
 

23 – J’ai aimé le film « Le Secret de Brokeback Mountain » et il m’a troublé. Est-ce que c’est révélateur ?

Non. Ce film et plein d’autres du genre sont efficaces et arrivent à émouvoir presque tout le monde. Tu n’es pas une exception. Garde en tête que ces histoires amoureuses, aussi belles et vraisemblables, ne sont pas réalistes. Le couple homo est beaucoup moins idyllique !
 

24 – Il m’arrive de trouver les personnes de mon propre sexe belles. Est-ce signe de bisexualité chez moi ?

Non. Il est normal de trouver l’être humain beau et attirant, même quand il est de notre sexe. Et dans les moments où on ne va pas bien, il est normal d’avoir envie d’être davantage cajolé et consolé, d’être touché, même si c’est par une personne de ton sexe. Il ne faut pas érotiser systématiquement ce qui n’est qu’humain et passager.
 

25 – Pourquoi je n’essaierais pas l’homosexualité, pour être fixé ? pour savoir si c’est mon truc ou pas ?

Parce qu’il y a plein d’expériences humaines possibles. Mais toutes ne nous sont pas profitables. Et l’expérience homosexuelle (émoi, baiser, toucher, coucherie, vie commune) blesse et perturbe énormément. Tous mes amis homosexuels ont mal vécu leur initiation homo (cf. le code « Première fois » dans mon Dictionnaire des Codes homosexuels) et vivent mal leur pratique homo.
 

26 – J’ai embrassé un garçon (ou j’ai été embrassé par un garçon) et ça m’a plu, ça m’a grisé et attendri. Suis-je homosexuel ?

Avoir du plaisir ou des sentiments pour une personne de même sexe, c’est en réalité facile et très mécanique. Ça n’a rien d’un scoop. C’est donné à tout le monde. Ça ne veut rien dire de qui tu es profondément. Et aimer, c’est bien plus que simplement d’éprouver un sentiment, une excitation ou une émotion agréable.
 

27 – C’est quoi l’Amour ?

C’est se donner pleinement à la différence des sexes et à Dieu.
 

28 – Je me sens bi…

La bisexualité, loin d’être une identité, une ouverture ou une saine curiosité, est l’expression que tu te sens perdu. En plus, cette indéfinition est dangereuse car elle rime en général avec « libertinage », « double vie », « incapacité à se situer et à s’engager en amour », et une possible exploitation : « Je suis ouvert à toutes les expériences et avec n’importe qui. Entrez, c’est open bar ! ». Fais attention : tu n’es pas une prostituée.
 

29 – Je suis de ceux qui veulent rester ouverts et qui pensent que l’amour n’est pas une question d’orientation sexuelle, mais une personne unique, une histoire singulière, au-delà de l’homosexualité. Je peux tomber amoureux d’un gars ou d’une fille. Peu importe. Du moment que je suis heureux comme ça et que c’est de l’amour avec cette personne. Ai-je tort ?

Oui. Car l’accueil de la différence des sexes est la condition incontournable de l’expérience de l’Amour vrai.
 

30 – Un camarade m’a dragué. Est-ce signe d’une ambiguïté homosexuelle chez moi ?

Non. On peut susciter des émotions qu’on n’a absolument pas calculées. Le diable prend un malin plaisir à s’introduire dans tout ce qui chez nous est beau et fragile : la jeunesse, la beauté physique, l’amitié, le plaisir, l’innocence, etc. Ne te laisse pas impressionner par la vulnérabilité de l’Amour.
 

31 – À qui puis-je parler de cet incident sans être jugé ?

Parles-en à un prêtre, à ton père ou à une personne de confiance qui saura te conseiller.
 

32 – L’homosexualité masculine est-elle différente de l’homosexualité féminine ?

Non. La peur de la différence des sexes est humaine, universelle et a les mêmes caractéristiques, qu’elle soit ressentie par un homme ou par une femme.
 

33 – Les filles me font peur en amour. Je ne les vois que comme des bonnes copines ou des dangers sexuels.

Je comprends. C’est ta génération qui veut cela. Ne te laisse pas troubler par les filles prédatrices qui cherchent à se rassurer par la séduction alors que ce n’est pas de leur âge. Toutes les filles ne sont pas des pétasses.
 

34 – Est-ce que, si je me marie ou sors avec une fille malgré ma tendance homo, je prends un gros risque et me mens à moi-même, mens à cette fille ?

Tu prends un gros risque. C’est vrai. Mais parfois, la prise de gros risque se révèle extraordinaire car tu dépasses tes peurs, et c’est ça le vrai Amour (pas d’Amour sans risque, sans combat, sans surmonter ses peurs). L’homosexualité n’est pas ta « vérité profonde » et ne le sera jamais. Toutefois, la prise de gros risque peut être grave, surtout si la Vérité n’a pas été faite. L’important est de ne pas jouer avec les sentiments de l’autre, et de rester vrai, sans te réduire à ton homosexualité, sans la sous-estimer non plus.
 

35 – Pourquoi il y a plus de garçons que de filles qui se ressentent homos ?

Parce que l’homosexualité, quoiqu’on en dise, c’est plus une affaire de mecs, de porno, de pulsions, d’attaque mondiale généralisée contre la masculinité et la paternité, d’angoisse de la castration, de peur de l’impuissance sexuelle, que de sexualité féminine. La sexualité féminine est davantage orientée vers une bisexualité évasive.
 

36 – C’est quoi la différence entre l’homosexualité masculine et l’homosexualité féminine ?

C’est la différence des sexes.
 

37 – Pourquoi certaines filles vont à l’homosexualité ?

Même s’il ne faut pas tomber dans la caricature sexiste « lesbienne = mal baisée », je ne connais pas de fille qui soit allée à la pratique lesbienne pour une raison positive et vraiment librement. En général, les femmes lesbiennes ont été maltraitées ou se sont senties maltraitées par un homme. C’est la peur, la violence ou le sentiment de violence qui les a conduit au lesbianisme.
 

38 – C’est quoi la différence entre l’homosexualité et la transsexualité/transsidentité ?

L’homosexualité concerne les sentiments plus qu’une remise en cause de son genre sexué, alors que la transsexualité, au contraire, concerne vraiment un trouble de l’identité. Les deux phénomènes restent quand même liés par le rejet de la différence des sexes.
 

39 – Je voudrais changer de sexe.

Réconcilie-toi avec toi-même d’abord, et vois l’affreuse mutilation qu’est l’opération de changement de sexe, et que les mass médias nous cachent.
 

40 – Je me sens fille alors que je suis né garçon. Dois-je me faire opérer ?

L’opération chirurgicale de « changement de sexe » est lourde, aussi bien financièrement que psychologiquement. Chez les personnes transsexuelles, qui s’imposent une « transition » sans fin, une mutilation irréversible et une vie de drogués piqués aux hormones, le taux de suicides est élevé. La réconciliation avec soi-même et son genre sexué coûte moins cher, et libère davantage.
 

41 – Je pense au suicide à cause de mon homosexualité.

L’homosexualité est un vrai handicap : c’est logique que ça te déprime un peu. La relation homo est compliquée, insatisfaisante et violente : c’est logique que ça te décourage. Mais apprends à voir le beau Sens caché de ce que tu n’as pas choisi. Si tu savais comme Dieu t’aime, même avec ton homosexualité ! Tu veux te suicider ? Ok. Fais-le. Mais avant, promets-moi de venir à ma rencontre.
 

42 – Dois-je faire mon coming out (= sortie du placard) ?

Oui, s’il a des chances d’être compris, et que tu ne t’imposes pas une pratique homo après. Non, s’il risque d’être mal compris et t’enferme dans une identité et une pratique qui ne sont pas toi.
 

43 – Si mes parents pleurent ou réagissent mal suite à mon coming out, c’est qu’ils sont égoïstes ?

Non. C’est qu’ils sont tristes que tu risques de passer à côté du bonheur d’être aimé en Vérité et d’être parent.
 

44 – Je vis dans un milieu très hétéro et homophobe où je ne pourrai jamais dire que je suis gay (et encore moins évangéliser). C’est mort. Dois-je absolument prendre le risque de dévoiler mon homosexualité ?

Non. Si tu ne peux pas bien en parler, pas la peine d’en parler du tout.
 

45 – Je me sens homo et j’ai envie de le dire à mon meilleur ami. Mais j’ai peur de le perdre…

Si tu ne le dragues pas et que tu lui parles de ton homosexualité sans laisser entendre que tu vas la pratiquer (avec lui), ça le rassurera et tu ne le perdras pas, sois sans crainte.
 

46 – Je suis homo mais pas gay.

Il n’y a pas de différence entre « homo » et « gay », quoiqu’en disent ceux qui veulent créer artificiellement deux milieux homos différents – un décent et un dépravé – pour ne pas voir qu’ils sont le même, et pour se donner bonne conscience. Le « milieu homo », c’est le désir homosexuel. Où que tu sois.
 

47 – J’ai chopé une MST (Maladie Sexuellement Transmissible). Qu’est-ce que je fais ?

Tu vas voir un médecin. Et surtout, tu ne déprimes pas. Si Dieu l’a permis, c’est pour que tu fasses de cette maladie (parfois irréversible) la chance de ta vie grâce à Lui. Ça a un sens, et un Grand Sens. Réjouis-toi !
 

48 – Pourquoi je ne peux pas m’en foutre, du sujet de l’homosexualité ?

Parce que la souffrance et la violence d’autrui ne t’indiffèrent pas. Parce que nous sommes tous concernés par la différence des sexes (et son rejet à travers l’homosexualité). Parce que l’homosexualité est devenue un enjeu géopolitique mondial de premier plan.
 

49 – Est-ce que l’homosexualité est une réalité majoritairement occidentale ?

Non. Elle est extrêmement présente dans les continents qui la rejettent, même si elle prend des formes un peu différentes (tourisme sexuel, prostitution, ascension sociale et politique, inceste, clandestinité bisexuelle, imitation secrète des modes de la télé mondialisée, etc.). Je suis allé en Côte d’Ivoire, au Liban, en Martinique, donc je sais de quoi je parle !
 

50 – Est-ce que l’homosexualité vient surtout de la modernité ?

Le désir homosexuel, non (il a eu de tous temps, depuis le péché d’Adam, la tentation de la fusion entre personnes de même sexe). L’homosexualité, oui. En tant qu’« identité » (espèce humaine), et « amour » (couple), elle est une réalité très récente, qui date d’un siècle et demi seulement : 1869.
 

51 – Pourquoi la société actuelle promeut l’homosexualité ?

Parce qu’elle se robotise, se virtualise, se déshumanise et se déchristianise. Elle fait semblant de mettre l’Homme au centre mais pour l’angéliser et le vider de son enveloppe corporelle sexuée.
 

52 – Y a-t-il un lien entre homosexualité et Islam ?

Oui. Le dénigrement misogyne des femmes, l’importance excessive de la virginité avant le mariage, les mariages sans amour, les violences sexuelles, le machisme religieux, l’inceste dans les familles, le tourisme sexuel, la séparation très marquée des sexes, la promiscuité communautaire, tous ces ingrédients participent de la bisexualité dans la culture religieuse de l’Islam.
 

53 – Pourquoi on voit l’homosexualité partout aujourd’hui ?

Parce que le diable veut détruire la différence des sexes (qu’il ne possède pas puisqu’il est ange). Et que la meilleure manière qu’il a trouvé de le faire, c’est de la gommer dans les textes de loi, les écrans de ciné, et de présenter à tout le monde ce gommage comme un formidable « progrès », une révolution d’« amour ».
 

54 – Qui est le lobby LGBT et pourquoi est-il si influent ?

Le lobby LGBT n’est puissant que parce qu’il est le lobby hétérosexuel, qui défend toutes les altérités au niveau de la sexualité, y compris l’homosexualité, la bisexualité et la différence des sexes procréative sans amour.
 

55 – Pourquoi l’homosexualité gêne encore socialement ?

Parce que l’Humanité et l’Amour sont fondés sur la différence des sexes. Nos contemporains devinent la violence de l’expulsion de la différence des sexes en amour. C’est donc sain qu’ils s’opposent à l’homosexualité.
 

56 – Pourquoi beaucoup de personnes homos aiment Mylène Farmer, Madonna, Rihanna, Barbara ?

Parce que ces chanteuses incarnent sublimement le fantasme de viol qu’est le désir homosexuel. Mylène Farmer évoque toujours le viol dans ses chansons. Madonna a avoué en 2015 qu’elle avait été violée à l’âge de 19 ans. Lady Gaga, la même chose, cette année 2016.
 

57 – Pourquoi l’homosexualité ne serait pas de l’Amour ?

Parce que l’Amour authentique, rayonnant et comblant, c’est l’accueil de la différence, et en particulier de la différence des sexes qui fonde tout être humain et qui nous permet de nous donner entièrement, sexuellement. Qu’on soit marié ou célibataire. Quand on rejette la différence, c’est qu’on n’aime pas.
 

58 – Je connais des couples homos durables, équilibrés, supers et heureux… et je crois que c’est possible…

Si tu en connais en dehors de tes écrans de télé, il va falloir que tu me les présentes de toute urgence, alors ! Car moi, j’en connais un rayon en matière de « couples » homos. Et à ce jour, je n’en ai pourtant jamais croisés de « joyeusement stables ».
 

59 – La relation homo, ce n’est pas rien, quand même. Ne vaut-il pas mieux que la personne homo la vive quand même, même si ce n’est pas l’idéal, plutôt que de rester seule toute sa vie ?

La solitude, ce n’est pas le bagne. Et côté sentiment, à vouloir juste le « bien » ou le « correct » en renonçant au meilleur, on passe totalement à côté de sa vie, de l’Amour vrai, et on ment à son partenaire. Je crois que parfois, il vaut mieux être un célibataire tout donné aux autres, quitte à en souffrir un peu, plutôt que de souffrir beaucoup plus de vivre un amour qui n’en est pas un.
 

60 – Quelle est la différence entre un couple homo et un couple femme-homme aimant, ou entre un couple homo et un célibataire consacré ?

Le couple homo est parfois bien, et satisfait rarement. Tandis que le couple femme-homme aimant et le célibataire continent obéissant sont toujours le meilleur et comblent souvent.
 

61 – Pourquoi les couples homos, ça marche moyen ?

Parce qu’ils sont un mélange de fausse amitié (on connaît l’insatisfaction et la complexité des « amitiés amoureuses ») et de faux amour (on connaît l’insatisfaction et la complexité des « amours platoniques », sans différence des sexes, où se vit en réalité une « sexualité sans sexualité »). Bonjour les dégâts ! … et les envies d’aller constamment voir ailleurs !
 

62 – Je n’aime pas assez mon copain pour rester avec lui, mais l’apprécie trop pour le quitter. Qu’est-ce que je fais ?

Quitte-le quand même, en le préparant en douceur et en dialoguant. Vous n’avez rien à faire ensemble, à part l’amitié désintéressée. Vraiment. Et tu l’as toujours su, au fond.
 

63 – Pourquoi je tombe toujours sur des mecs malhonnêtes ?

Personne n’est un connard en soi. Il n’y a que la pratique homo qui rend les deux personnes de même sexe sortant ensemble malhonnêtes et tricheuses, alors qu’elles sont individuellement sincères et capables d’aimer vraiment.
 

64 – Je suis insatisfait en couple et je suis insatisfait seul. C’est quoi le plan B ?

Je ne suis pas sûr que tu sois fait pour le couple, ni que tu te sois vraiment laissé le temps de goûter au célibat. Peut-être même que le célibat vraiment vécu et tout donné aux autres, c’est carrément ton désir le plus profond. On n’est pas tous fait pour le mariage et pour le couple.
 

65 – Est-ce que je trouverai l’Amour un jour ?

Oui. Si tu ne réduis pas l’Amour au « couple ». L’Amour vrai rejoint personnellement tout être humain et ne le lâche jamais. Il t’attend.
 

66 – Pourquoi est-il préférable de ne pas parler de « couple » homo mais d’unions ?

Parce que la conjugalité, ce qui se marie et se complète, cela ne peut se trouver que dans la différence des sexes. Deux hommes ou deux femmes ne formeront jamais « un couple » ou « un mariage ».
 

67 – Il y a des unions homos qui s’entendent mieux que bien des unions hétéros. Pourquoi je serais plus méfiant avec les unes plutôt que les autres ?

Tu dois être méfiant avec les deux : les « couples » homos et les « couples » hétéros. Pas un pour rattraper l’autre.
 

68 – Pourquoi dénoncer l’hétérosexualité ?

L’hétérosexualité est une caricature forcée de la différence des sexes, de la sexualité. L’Église ne l’a jamais défendue, d’ailleurs. Elle n’a toujours promu que la sexuation femme-homme, et non une humanité divisée entre « homos » et « hétéros ». L’hétérosexualité, c’est le diable déguisé en différence des sexes.
 

69 – Pourquoi l’Union Civile pose problème ?

C’est la première loi mondiale qui s’est basée sur l’hétérosexualité, justement, sur l’orientation sexuelle des personnes et non plus sur leur humanité. On a glissé des Droits de l’Homme aux « droits des homos et des hétéros ». Avec l’Union Civile, l’amour est devenu un contrat, ou une affaire de pratique génitale et de sentiments (comme si nous étions des animaux et des anges). Le PaCS (Pacte Civil de Solidarité) n’a vu l’être humain que sous l’angle des sentiments amoureux asexués. C’est donc une loi très grave.
 

70 – Si les couples hétéros n’existent pas, je dis quoi à la place ?

Tu peux dire « couples femme-homme aimants » ou bien « personnes attirées par le sexe complémentaire ».
 

71 – Comment aider les personnes homos de mon entourage ?

En leur disant la Vérité sur ce qu’elles vivent, avec exigence, douceur, sourire et humour. Elles te le revaudront. Tant de gens leur mentent « pour leur bien », mais les ignorent et ne leur donnent pas de solutions à leur insatisfaction amoureuse permanente !
 

72 – Faut-il s’éloigner du « milieu homo » ?

Oui, du point de vue de la pratique homosexuelle. Non du point de vue de l’amitié et de l’étude du désir homosexuel. Plus une personne comprendra sereinement et convivialement comment fonctionne son attraction sexuelle, plus elle s’en libèrera sans se renier elle-même.
 

73 – Quelle association bien pour les personnes homosexuelles existe ?

De solide, je ne connais que Courage International mais si elle est encore incomplète car elle n’assume pas la proposition du célibat continent.
 

74 – Pourquoi l’association Le Refuge ne convient pas ?

Même si elle prétend lutter contre l’homophobie, cette association censure toute personne qui explique les mécanismes de l’homophobie. Pire, elle enferme les individus dans une identité et une pratique homosexuelles qu’ils ne sont pas. Elle nourrit donc les problèmes qu’elle prétend résoudre.
 

75 – Mon meilleur ami me dit qu’il est gay. Qu’est-ce que je dis ?

Tu l’aides à redescendre sur terre. Avec humour et fermeté. Et surtout, tu ne te réjouis pas de son homosexualité. Tu ne te réjouis que du fait qu’il ait le courage et la sincérité de t’en parler.
 

76 – Mon meilleur ami est gay et je suis amoureuse de lui. Je lâche l’affaire ?

À toi de voir quelle est ta marge de manœuvre et quelle est la profondeur de sa blessure homosexuelle. Touche-la. C’est pas compliqué. Une blessure, ça se tâte, ça se touche, ça s’examine. À l’impossible, nul n’est tenu (et cette maxime marche dans les deux sens !).
 

77 – Les gars homos sont-ils plus proches des filles, en général ?

C’est la légende qui veut ça. Mais dans les faits, la misogynie (= haine des femmes), le mimétisme jaloux, l’amitié intéressée, sont très marqués dans l’homosexualité. Les hommes homos mettent la femme sur un piédestal pour la tenir à distance et l’utiliser, plus que pour l’aimer.
 

78 – Mon meilleur ami me présente son copain. Qu’est-ce que je fais ?

Reconnais la sincérité et la réalité de ce qu’il vit (à défaut d’en savourer la Vérité), et aide-le, dans la bienveillance et la patience, à en reconnaître les nombreuses limites.
 

79 – J’aimerais dire la Vérité sur l’homosexualité à une très bonne amie lesbienne, mais je ne veux pas qu’elle le prenne mal. Comment je fais ?

C’est simple. Tu lui montres qu’elle compte pour toi, tu l’écoutes longtemps, tu la remercies que la Vérité sur l’homosexualité vienne d’elle. Enfin, si tu peux, tu lui parles cash.
 

80 – Mon papa est parti avec un homme. Qu’est-ce que je fais ?

Tu essaies de continuer à l’aimer malgré tout, sans te venger de son choix ni le justifier, mais au contraire en l’aidant à comprendre que l’homosexualité n’est dans sa situation qu’un alibi pour exprimer une détresse et des problèmes bien plus profonds (dépression, angoisse, insatisfaction dans le couple de tes parents, isolement, crise professionnelle et amicale, etc.) qui dépassent largement l’homosexualité.
 

81 – Je pense qu’en tolérant davantage le coming out et l’amour homo, l’homophobie reculera et les couples homos vivront vraiment heureux. L’homosexualité n’est pas un problème, mais c’est uniquement le fait qu’on en fasse un problème qui devient problématique.

Non. La pratique homosexuelle, même privée, pose quand même problème. L’homophobie ne vient pas foncièrement de l’extérieur et n’est pas qu’une question de regards, de construction culturelle infondée. Elle repose sur des faits et sur une violence intrinsèque à l’homosexualité.
 

82 – C’est quoi l’homophobie ?

C’est la peur du même, la peur de l’homosexualité, la peur et l’attaque des personnes homosexuelles. C’est aussi la croyance en l’identité homo et la pratique homo. En effet, tous les actes homophobes connus sont posés par des personnes homosexuelles (même celles qui jouent les hétéros) et ont lieu dans des cadres de pratique homosexuelle ou de coming out. Cf. le code « Homosexuel homophobe » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels.
 

83 – Je ressens une gêne face à l’homosexualité. Suis-je homophobe ?

Non. Au contraire. Ce serait ton absence de gêne qui serait homophobe. Car l’expulsion, en amour et en identité, de la différence des sexes, c’est objectivement violent. Tu as raison d’être gêné. L’indifférence gay friendly ne rend pas service aux personnes homosexuelles.
 

84 – Si je pense que l’homosexualité se guérit, ça veut dire que je suis homophobe ?

Non. Ça veut dire que tu as reconnu l’homosexualité telle qu’elle est – une blessure identitaire et une violence amoureuse – et l’action libérante et aimante de Dieu et de l’Amour sur chaque être humain, quels que soient ses actes et ses souffrances.
 

85 – Attaquer une personne homosexuelle, est-ce de l’homophobie ?

Oui, bien sûr. Tout comme c’est de l’homophobie de défendre la pratique homosexuelle sans dénoncer sa violence.
 

86 – On me traite d’homophobe. Comment je dois réagir ?

Tu dois accueillir cette accusation comme une Vérité : oui, on peut tous avoir peur de soi-même et du semblable. Ensuite, tu peux demander à ton agresseur ce qu’il met derrière ce mot. Ça l’amènera à déplacer le débat sur les faits réels et à quitter le jugement de personnes. Enfin, tu peux donner ta propre définition de l’homophobie, et remercier joyeusement ton interlocuteur de la perche tendue.
 

87 – J’ose parler du lien entre homosexualité et souffrance, homosexualité et violence, homosexualité et insatisfaction. Et on me traite d’homophobe. Qu’est-ce que je dis ?

Tu peux répondre que la vraie homophobie, c’est d’ignorer la souffrance réelle des personnes homos qu’on prétend défendre. Il suffit de regarder un peu notre parcours (identitaire, affectif, sexuel, scolaire, amical, familial, amoureux, social et professionnel), de s’intéresser un peu à nous, pour comprendre que l’homosexualité c’est douloureux et compliqué. Même quand nous sommes entourées et accueillies. Nous, personnes homos, parlons souvent de notre blessure.
 

88 – Pourquoi les seules personnes qui s’attaquent aux personnes homos sont elles-mêmes homosexuelles ?

Parce que l’homophobie, c’est étymologiquement la peur du semblable (« homo », en grec, signifie « même »). Dès qu’un acte homo est posé, les deux personnes impliquées rejettent systématiquement la différence des sexes, donc se rejettent elles-mêmes puisqu’elles sont toutes deux issues de la différence des sexes.
 

89 – Que puis-je faire pour lutter contre le Sida ?

Défends la fidélité et condamne la pratique homosexuelle, hétérosexuelle, bisexuelle et libertine.
 

90 – Que puis-je faire contre l’homophobie ?

Rencontre les personnes homosexuelles, intéresse-toi vraiment à nos souffrances et aux violences que nous vivons, et ne pratique plus l’homosexualité.
 

91 – La Manif Pour Tous est-elle homophobe ?

Oui. Même si beaucoup de manifestants ne le sont pas, et que les leaders de cette organisation se sont défendus de toute homophobie. Par son refus de parler d’homosexualité et de laisser les personnes homosexuelles en parler en priorité, par sa justification de l’Union Civile et de « l’amour homo », LMPT a fait preuve d’une homophobie inconsciente et dramatique pour notre combat.
 

92 – Quelle a été la plus grosse erreur de La Manif Pour Tous ?

D’avoir négligé la primauté de l’homosexualité dans les débats, et d’avoir négligé la force du témoignage par la personne (homosexuelle, en l’occurrence). Les intervenants du mouvement n’ont pensé qu’à leur gloire perso, ont renié Dieu et l’homosexualité. Ils n’ont pas compris que le Gender était l’hétérosexualité.
 

93 – Pourquoi tant de manifestations contre le mariage gay ?

Les êtres humains, mariés ou célibataires, ne veulent pas que la différence des sexes – qui est le roc principal de notre identité et de notre amour – soit banalisée dans les textes de lois. La banalisation de la différence des sexes fragilise et menace toute la planète. N’ayons pas peur des mots.
 

94 – La grande majorité des personnes homosexuelles voulaient-elles du « mariage gay » ?

Non. La plupart considéraient le mariage comme une prison bourgeoise hypocrite hétérosexuelle et voulaient juste qu’on leur fiche la paix. Quelques mois avant l’approbation de la loi Taubira, elles ont changé d’avis par peur de passer pour des homophobes et des traîtres à leur propre camp.
 

95 – Pourquoi c’est une majorité de personnes hétéros qui ont voulu le « mariage gay » à la place des personnes homos ?

Les personnes qui se présentent comme « hétéros » se sont servies des personnes homosexuelles pour se venger secrètement du mariage traditionnel et religieux dont elles se contrefichent, parce qu’elles en ont fait une expérience ratée et douloureuse.
 

96 – Je ne vois pas pourquoi m’opposer au « mariage gay » vu que les hétéros ne font pas mieux…

Les hétéros ne sont pas une référence d’amour vrai. Le seul modèle que tu dois suivre, c’est uniquement les couples femme-homme qui s’aiment… et ils sont plus nombreux que tu croies.
 

97 – Il y a des problèmes plus graves et urgents à régler que le « mariage gay » (le chômage, la crise, les guerres) et il serait temps de passer à autre chose, vous ne croyez pas ?

Non. Un monde qui banalise et nie son socle d’Humanité qu’est la différence des sexes, s’autodétruit. La banalisation de la différence des sexes engendre la négation de tout individu, la destruction des familles et du mariage, et renforce le chômage, les inégalités sociales. La crise économique que nous vivons maintenant est le résultat direct de la banalisation de la sexualité par le « mariage pour tous ». Tout est lié. La Loi Taubira est responsable du chômage.
 

98 – Les couples homos peuvent fonder une famille et donner de l’amour à un enfant, comme tout le monde. Pourquoi me priverais-je de faire le bonheur d’un orphelin, ou des progrès techniques qui me permettent de transmettre la vie ?

Parce que tu dois à l’enfant que tu souhaites l’amour entre ses deux parents biologiques. Sans cet amour, il souffrira affectivement et identitairement. Regarde les désastres des divorces. Tout enfant a besoin, pour se construire, de savoir de quel amour incarné et complémentaire il est né. Sinon, c’est un drame.
 

99 – De quoi les enfants qui grandissent dans des couples homos manqueraient-ils ?

De l’amour entre leur vrai père et leur vraie mère de sang.
 

100 – Mes voisines de pallier (en couple lesbien) s’entendent bien. Et mon pote Jérémy vit avec ses deux « mamans » et ça se passe très bien. Elles sont trop sympas.

Et alors ? En quoi ça prouve l’« amour homo » ? Bien sûr qu’un « couple » homo peut vivre de certains bienfaits de l’amitié et tenir parfois plus solidement que bien des couples femme-homme. Bien sûr que deux personnes homosexuelles peuvent élever correctement un enfant. Bien sûr qu’il y a beaucoup de personnes homos individuellement sympas. La vraie question, c’est « Est-ce le meilleur et est-ce de l’amour ? » Je réponds non.
 

101 – Mon parrain ou mon oncle ou mon frère ou un ami m’invite à son « mariage » homo. Qu’est-ce que je fais ? J’y vais ?

Il ne m’appartient pas de te dire ce que tu dois faire. L’important est que ton choix soit guidé par l’amour de la personne dans la Vérité. Si ta Charité est couronnée de Vérité (en gros, si tu dis ce que ta foi te commande), la justesse de ta décision en découlera.
 

102 – Ma mère m’impose sa copine comme deuxième maman (ou bien mon père m’impose son copain comme deuxième papa) et je le vis mal.

Je comprends, et c’est légitime. On t’a volé l’amour entre ton père et ta mère. On t’a même peut-être carrément volé ton vrai père ou ta vraie mère (dans le cas de la PMA – bébé-éprouvette – ou de la GPA – Gestation Pour Autrui). C’est injuste. C’est tellement injuste que tu serais en droit de traîner Erwann Binet, Christiane Taubira ou Najat Vallaud-Belkacem en procès. Alors personne ne te demande de simuler avec la copine de ta mère un lien de parenté artificiel.
 

103 – Que dit l’Église catholique au sujet de l’homosexualité ?

Elle condamne les actes homos parce qu’Elle aime les personnes homosexuelles et qu’Elle ne veut pas leur mentir, nier leurs souffrances et leurs péchés, ni qu’elles s’auto-détruisent.
 

104 – L’homosexualité est-elle diabolique ?

Les personnes homos, non. L’acte homosexuel, oui. Car il rejette la différence des sexes, et donc la personne qui le pose. Je te renvoie aux codes « Amant diabolique » et « Se prendre pour le diable » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels).
 

105 – Les personnes homos risquent-elles d’aller en enfer ?

Oui si elles pratiquent leur homosexualité. Le rejet de la différence des sexes, c’est le rejet de Jésus et de son Église. Or l’enfer n’est pas autre chose que le rejet de Dieu. Te voilà prévenu !
 

106 – L’Église est-elle homophobe ?

L’Église, non. Les gens d’Église, en général, oui, car ils ont peur de l’homosexualité, peur des personnes homosexuelles, et font de l’homosexualité un « non-sujet » (au nom d’un humanisme spirituel et d’une recherche puriste de vérités positives), au lieu d’en faire une occasion joyeuse de sainteté, de Miséricorde, de Bonne Nouvelle universelle, au lieu de faire connaître à tous la libération qu’est la verbalisation du mal et l’intégration des pécheurs dans le plan de Salut divin.
 

107 – Les cathos sont-ils majoritairement contre l’« amour homo » ?

Non. Au contraire. Malgré leur réputation médiatique, ils sont à 90% « pour », et en faveur de l’Union Civile. C’est bien ça le drame. Ils sont d’une homophobie sidérante.
 

108 – Comment va me recevoir un prêtre si je lui parle de mon homosexualité ?

En général, très bien, même s’il existe des curés cons… mais c’est de plus en plus rare.
 

109 – Pourquoi aller me confesser ?

Parce que la confession (sacrement de réconciliation) efface carrément tes péchés sur ton Livre de Vie. Les démons, au purgatoire, ne pourront plus t’accuser sur les mauvaises actions que tu as avouées à un prêtre.
 

110 – Que devrait proposer l’Église catholique à la personne durablement homosexuelle ?

Bien plus qu’un simple accompagnement (convivial et spirituel) : carrément une vie, une vocation, une consécration spécifique, un don entier de la personne homosexuelle.
 

111 – L’Église doit-elle instaurer une pastorale spécifique pour les personnes homosexuelles ?

Oui. La condition homosexuelle, parfois durable pour un certain nombre d’entre elles, est une réalité d’Église. L’Église ne peut pas laisser sur le banc de touche tous ses fidèles concernés par la question. Elle a le devoir de leur faire connaître leur péché et de les y éloigner. Elle a le devoir de leur proposer Grand, de leur proposer le Royaume et la Sainteté.
 

112 – Une personne est-elle excommuniée (= écartée) par l’Église catholique si elle pratique son homosexualité et est en couple homo ?

Absolument pas. L’Église aime tout le monde, indépendamment des actes que chacun pose, et préfère même les pécheurs ! Elle existe surtout pour eux ! Une personne homosexuelle (même en couple) peut recevoir le baptême, et le sacrement de confession. Pour la communion, c’est autre chose.
 

113 – Pourquoi l’Église catholique devrait oser parler du thème de l’homosexualité ?

Parce que c’est Elle qui en parle le mieux. Ceux qui défendent l’homosexualité n’y connaissent rien, je te assure.
 

114 – Pourquoi le silence sur l’homosexualité pendant le Synode en 2015 au Vatican est dramatique et préoccupant ?

Parce qu’il traduit à la tête de l’Église un manque de foi en la beauté du célibat continent, en la présence réelle de Jésus dans l’Eucharistie, et en la sainteté de tous les célibataires (homos ou divorcés remariés) qui se trouvent hors-mariage et hors-sacerdoce.
 

115 – Pourquoi l’Église catholique a-t-elle du mal à parler du thème de l’homosexualité ?

L’Église n’a pas de mal à en parler. Seuls les gens d’Église ont parfois du mal, parce que soit ils croient secrètement en « l’amour sans différence des sexes », soit ils pratiquent carrément le rejet de la différence des sexes et l’homosexualité en secret.
 

116 – Pourquoi y a-t-il autant d’homosexualité parmi les prêtres ?

Parce que certains prêtres ont cherché sincèrement à fuir leur peur de la différence des sexes dans le sacerdoce. Mais ils ne sont pas si nombreux. Et ceux qui ne s’adonnent pas à leur homosexualité sont de grands saints.
 

117 – C’est quoi le problème des associations protestantes d’accompagnement des personnes homosexuelles ?

En général, elles sont désincarnées. Elles partent du principe que Dieu peut agir dans la vie de l’individu sans la tendance homosexuelle, alors que souvent, Il se sert de celle-ci.
 

118 – Quel est le chemin de vrai bonheur pour une personne durablement homosexuelle ?

C’est le don entier de sa blessure homosexuelle aux autres et à l’Église, sans la pratiquer. C’est la continence (= abstinence pour Jésus), la fraternité, l’amitié, le service, l’explication de sa tendance homosexuelle, et l’évangélisation. Parfois même le mariage ou le sacerdoce.
 

119 – Homosexuel et catholique, est-ce compatible ?

Oui grâce à la continence. Non sans la continence. On ne peut pas se donner pleinement à l’Église (qui est la différence des sexes) et vivre un « couple » (même supposé « chaste » et « pratiquant catho ») qui rejette la différence des sexes, donc l’Église. On ne peut pas se donner pleinement à deux maîtres si opposés.
 

120 – Y a-t-il pour une personne durablement homosexuelle un autre chemin de bonheur que le couple ?

Oui. La continence (qui n’a pas la sècheresse de l’abstinence) permet la joie de la fraternité, de la mission, du combat pour la Vérité, de l’apostolat, de l’évangélisation, de la vocation d’Église, de la sainteté.
 

121 – Pourquoi devrais-je arrêter de regarder du porno ?

Le porno t’enlève de la joie car tu te donnes à une image qui défigure la beauté de la sexualité. Et il t’enferme sur toi-même. Beaucoup de garçons, en regardant du porno même hétéro, en viennent à se poser la question de l’homosexualité. C’est fréquent. J’ai reçu de nombreux témoignages allant dans ce sens.
 

122 – Comment arrêter la masturbation et le porno ?

En exerçant ta liberté. Si tu veux que ça s’arrête du jour au lendemain, sans douleur et sans effort, ça s’arrêtera, et pour toujours. Il suffit juste de le décider fermement, sans théâtre ni caprice. Personne ne peut se masturber à ta place ni ne peut te forcer à le faire. Si tu retombes, c’est exclusivement de ta faute. Et une fois que tu arrêtes, tu sors de la honte et de la tristesse éternelles. Allez arrête tout de suite.
 

123 – Je suis un chaud lapin, très tactile, très câlin, très romantique, qui ne sait pas rester seul et qui adore embrasser. Comment pourrais-je renoncer au couple et être continent ?

Ne te fie pas aux apparences. Les « boules d’émotivité » les plus sensibles et fragiles dans certaines situations se révèlent les plus fortes dans d’autres cadres. C’est mon cas. Nos pulsions, nos lieux de tentation et nos fragilités, bien orientés, peuvent devenir le moteur de sainteté et de force qu’on rejetait et qui nous faisaient jadis tomber quand on s’y adonnait ! Derrière le libertin se cache un grand ascète qui s’ignore. C’est parce que tu es libertin que tu peux être continent !
 

124 – Quels apports donnent les personnes homosexuelles à la société ?

Le grain de fantaisie et de folie qui détend l’atmosphère, un regard acéré sur le monde, la désinhibition et la décomplexion sociale, l’amitié, la beauté de la fragilité et de la dissidence offertes fraternellement, le jeu avec la différence des sexes, la sensibilité qui peut nous rapprocher des autres.
 

125 – Les personnes homos sont-ils plus sensibles et créatives que les autres ?

Non. Il ne suffit pas d’être blessé pour devenir sensible, génial et artiste. La souffrance peut nous rendre plus proche et réceptif à celle des autres, tout comme elle peut nous enfermer dans la destruction et l’autodestruction.
 

126 – Quels apports donnent les personnes homosexuelles à l’Église ?

La preuve humaine de l’Universalité de l’Amour de Dieu, de la Miséricorde et de l’Humour divins, de la préférence de Jésus pour les pécheurs et les fragiles, de la force évangélisatrice qui transcende nos faiblesses humaines sans les nier.
 

127 – Peut-on être homo et saint ?

Oui. Car c’est par nos fêlures données à Dieu que la lumière de Jésus passe le mieux, de manière plus éclatante, originale et décalée !
 

128 – C’est quoi les richesses de l’homosexualité ?

C’est l’humour et la convivialité dans la vulnérabilité. Une personne blessée sexuellement, mais qui se donne quand même aux autres sans s’adonner à sa fragilité, ça met tout le monde à l’aise, ça décomplexe. Sa blessure homosexuelle offerte devient une porte où tous les blessés de la vie ont envie d’entrer.
 

129 – Les personnes homos sont-elles plus proches des pauvres, des gens qui souffrent ou qui sont tristes ?

Si elles reconnaissent et accueillent humblement leur blessure, beaucoup d’entre elles peuvent alors comprendre encore mieux ceux qui souffrent et les rejoindre. Nous, personnes homosexuelles, sommes des évangélisateurs de première catégorie.
 

130 – Pourquoi le cocktail homosexualité-foi dépote ?

Parce qu’il est inattendu, réel, drôle, et démontre que Dieu appelle vraiment tout le monde, même ceux qui le rejettent ou qui sont des handicapés sexuels.
 

131 – Que je me sente homo ou pas, je pense de toute façon que Dieu m’aime comme je suis et qu’il me destine à une grande vie.

Il n’y a pas de doute là-dessus ! Je le crois aussi dur comme fer.
 

132 – J’aimerais faire un cadeau à mon ami homo. Vous avez une idée ?

Envoie-lui ce questionnaire court et facile à lire.
 

133 – Mon ami homo ne croit pas en Dieu. Comment je lui parle de vous ?

L’homosexualité ouvre tous les cœurs. Et sa combinaison avec la religion intrigue beaucoup plus de personnes homos qu’on ne croie. Les athées seront les premiers à nous évangéliser s’ils se convertissent.

Code n°22 – Bovarysme (sous-code : Prof de lettres homo)

bovarysme

Bovarysme

 

 

NOTICE EXPLICATIVE :

 

Alors que la vocation première des livres est de nous ramener au Réel – parfois paradoxalement par le biais du rêve et de la métaphore – et de nous Le faire aimer, un certain rapport au livre peut en revanche éteindre en nous le désir, tuer le sens du Réel. Ce souhait narcissique de vivre à travers les bouquins s’appelle, selon une formule plutôt personnelle, le bovarysme.

 

Dans les œuvres artistiques traitant d’homosexualité, une place prépondérante est laissée aux univers romanesques déréalisants. En général, le protagoniste homosexuel (mais bien souvent aussi son créateur) s’identifie au destin – tragique et grandiose à la fois – de ses héros de papier, en devenant un rat de bibliothèque, et en vivant sa vie par procuration à travers eux. Pour s’évader d’une réalité humaine qu’il juge terne, insatisfaisante, ou violente, il se réfugie dans l’écriture, et projette sur ses relations sociales l’esthétisme poussif, les états d’âme interminables, et les vicissitudes existentielles, de la femme fatale romanesque par excellence, à savoir Emma Bovary, la célèbre héroïne de Flaubert, celle qui se regarde vivre et aimer… pour justement ne pas vivre ni aimer vraiment. (C’est Emma Bobovary qu’elle aurait mérité de s’appeler…)

 
 

N.B. : Je vous renvoie également aux codes « Tomber amoureux des personnages de fiction ou du leader de la classe », « Homosexualité, vérité télévisuelle ? », « Peinture », « Faux intellectuels », « Artiste raté », « Emma Bovary « J’ai un amant ! » », « Chevauchement de la fiction sur la réalité », « Conteur homo », « Fan de feuilletons » et « Planeur », dans le Dictionnaire des Codes homosexuels.

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 

 

FICTION

 

Le personnage homosexuel croit que le monde du livre est le monde réel (et l’amour même !) :

Film "Les Amitiés particulières" de Jean Delannoy

Film « Les Amitiés particulières » de Jean Delannoy


 

On retrouve des personnages homosexuels proches des livres – et parfois prof de lettres – dans la pièce Dépression très nerveuse (2008) d’Augustin d’Ollone (avec le personnage de Louis), le film « Wagons East » (1994) de Peter Markle, la chanson « Je m’ennuie » de Mylène Farmer (« De l’ennui à Bovary, vivre en beauté, vivre en blessure, sa finitude. »), la pièce L’Autre Monde, ou les États et Empires de la Lune (vers 1650) de Savinien de Cyrano de Bergerac, le roman El Martirio De San Sebastián (1917) d’Antonio de Hoyos (avec Silverio), le film « His Ugly Head » (1974) de Ron Peck, le film « Violence et Passion » (1974) de Luchino Visconti, le roman L’Hystéricon (2010) de Christophe Bigot (avec Bathilde lisant des romans à l’eau de rose), le film « L’Enquête » (1965) de Gordon Douglas, le film « Été 85 » (2020) de François Ozon (avec Melvil Poupaud – M. Lefèvre – en prof de lettres homo refoulé), le film « Eine Liebe Wie Andere Auch » (1982) d’Hans Stempel et Martin Ripkins, le film « Amour et mort à Long Island » (1997) de Richard Kwietniowski, le film « The Pillow Book » (1995) de Peter Greenaway, le roman Encerclement (2010) de Karl Frode Tiller (où David est étudiant en lettres), le film « Un mauvais fils » (1980) de Claude Sautet, le film « Le p’tit curieux » (2003) de Jean Marboeuf, le film « Le Nom de la Rose » (1986) de Jean-Jacques Annaud, le roman Confidence africaine (1930) de Roger Martin du Gard (avec Léandro Barbazano qui est libraire), le roman La Dette (2006) de Gilles Sebhan (où le narrateur, homosexuel, est prof de lettres), le film « Élisa » (1994) de Jean Becker (avec le libraire), le film « Lacenaire » (1990) de Francis Girod, le film « Défense d’aimer » (2000) de Rodolphe Marconi, le film « Moments » (1979) de Michal Bat-Adam, la chanson « Corto » de David Jean, la pièce Tante Olga (2008) de Michel Heim (avec Natacha, pâle copie de Madame Bovary), le film « Céline et Julie vont en bateau » (1974) de Jacques Rivette (où Julie est bibliothécaire), la B.D. Le Petit Lulu (2006) de Hugues Barthe (avec Hugues qui est libraire), le sketch « Club 69 » d’Élie Sémoun (avec « Madame Bernard », le prof de français), le film « L’Immeuble Yacoubian » (2006) de Marwan Hamed (le héros est un homme de lettres cultivé), le film « The Hours » (2003) de Stephen Daldry, le film « À cause d’un garçon » (2001) de Fabrice Cazeneuve (avec le prof de français de Vincent, lui aussi homo), la comédie musicale Cabaret (1966) de Sam Mendes et Rob Marshall (Cliff est romancier), la pièce En ballotage (2012) de Benoît Masocco (où Georges, le héros homo, est prof de français, la pièce Mon frère en héritage (2013) de Didier Dahan et Alice Luce (avec le héros homo Philippe de Monceys, romancier à succès), le film « In & Out » (1997) de Frank Oz (Howard Brackett, le héros homo, est prof de lettres à l’Université), le one-woman-show La Lesbienne invisible (2009) d’Océane Rose Marie (avec Nathalie, la lesbienne bibliothécaire), le film « Hoje Eu Quero Voltar Sozinho » (« Au premier regard », 2014) de Daniel Ribeiro (avec Gabriel, l’un des deux héros homos, qui aime lire), la pièce Un Cœur en herbe (2010) de Christophe et Stéphane Botti (avec Jacques, l’écrivain gay quinquagénaire), le film « Pride » (2014) de Matthew Warchus (Geth, l’un des héros homos, est libraire), etc. Dans la pièce L’Anniversaire (2007) de Jules Vallauri, le père de Vincent est éditeur. Dans la pièce Perthus (2009) de Jean-Marie Besset, Paul est un vrai rat de bibliothèque, et il se présente comme un fan de La Princesse de Clèves (1678) de Madame de La Fayette. Dans le film « Partisane » (2012) de Jule Japher Chiari, la chambre de Mnesya, la protagoniste lesbienne, est une véritable bibliothèque : elle vit sans mobilier mais entourée de livres ; elle les trie et les scanne. Dans le film « Gun Hill Road » (2011) de Rashaad Ernesto Green, Michael le transgenre écrit des poésies au lieu de travailler en cours. Dans le film « Una Giornata Particolare » (« Une Journée particulière », 1977) d’Ettore Scola, Gabriele est passionné de littérature, vit parmi les livres. Il initie d’ailleurs sa voisine de pallier, Antonietta, à la lecture, en lui offrant Les Trois Mousquetaires. Dans le film « Après lui » (2006) de Gaël Morel, Camille, la mère de Matthieu (le héros qu’on suppose homo), est libraire ; et le copain de ce dernier finit par travailler pour elle. Dans le roman The Girl On The Stairs (La Fille dans l’escalier, 2012) de Louise Welsh, Jane, la narratrice lesbienne, a travaillé dans une librairie londonienne. Dans le film « Mine Vaganti » (« Le Premier qui l’a dit », 2010) de Ferzan Ozpetek, Tommaso, le héros homosexuel, est diplômé de lettres et est en train d’écrire un roman. Dans la pièce Le Cheval bleu se promène sur l’horizon, deux fois (2015) de Philippe Cassand, Hugues, le héros homo, vit au milieu des livres et d’une bibliothèque bien fournie. Michel, un autre personnage homo, semble atteint de la même obsession livresque : « J’ai fait des études de lettres. De lettres anonymes, bien sûr. » Dans le film « Plaire, aimer et courir vite » (2018) de Christophe Honoré, Jacques est écrivain. Et quand il rencontre pour la première fois son amant Arthur, ce dernier se définit exclusivement par la lecture : « Vous êtes qui ? » (Jacques) « J’aime bien lire. » (Arthur).

 

Série "Buffy contre les vampires" (avec Willow, l'héroïne lesbienne, passionnée de livres)

Série « Buffy contre les vampires » (avec Willow, l’héroïne lesbienne, passionnée de livres)


 

Les intrigues écrites par des auteurs homosexuels racontent souvent des histoires de personnages dépendants du pouvoir de l’écriture et des lettres. « M. Alphand connaissait l’emplacement de chaque livre ancien, et leurs pages étaient marquées dans sa mémoire de façon infaillible. » (cf. la nouvelle « La Servante » (1978) de Copi, p. 63) ; « L’homme de lettres est une sorte de garçon de bain. » (Hugues, homosexuel, dans la pièce Le Cheval bleu se promène sur l’horizon, deux fois (2015) de Philippe Cassand) ; « Quel rat de bibliothèque ! » (Todd s’adressant à son amant Frankie, qui passe son temps à lire, dans le film « Test : San Francisco 1985 » (2013) de Chris Mason Johnson) ; « J’adore lire. » (Jarry dans le one-man-show Entre Fous Émois (2008) de Gilles Tourman) ; « Lire, oui, c’est mon seul plaisir. » (Henriette passant son temps à lire des romans Harlequin, dans la comédie musicale La Bête au bois dormant (version 2007) de Michel Heim) ; « Je n’ai pas de meilleur ami. » (Laurent Spielvogel imitant André, un homme gay d’un certain âge, parlant du livre, dans son one-man-show Les Bijoux de famille, 2015) ; « Vous avez un bac littéraire, vous ? » (le Dr Katzelblum s’adressant ironiquement à Benjamin le héros homo inculte, dans la pièce La Thérapie pour tous (2015) de Benjamin Waltz et Arnaud Nucit) ; etc. Par exemple, dans le roman La Cité des Rats (1979) de Copi, le Copi-Traducteur est atteint de bovarysme. Dans le roman La Nuit des princes charmants (1995) de Michel Tremblay, le narrateur homosexuel n’arrête pas d’acheter des livres, et sa mère ne sait où les mettre dans la maison tellement il y en a : « J’essayais de ne pas exagérer dans mes dépenses, mais mes goûts pour tout ce qui est culturel – le cinéma, les livres, le théâtre, les disques – finissaient par coûter cher à ma mère qui tenait les cordons de la bourse comme une grande ourse veille sur ses petits. » (p. 28) Dans le film « Que Viva Eisenstein ! » (2015) de Peter Greenaway, Sergueï Eisenstein, homosexuel, assure qu’« à New York, il passait son temps dans une librairie ».

 

Pièce Un Coeur en herbe de Christophe Botti

Pièce Un Coeur en herbe de Christophe Botti


 

Le monde livresque est reconnu comme LE vecteur unique de la Vérité suprême, plus encore que la Réalité même. « Dès que j’écris, tout devient réel. » (Tommaso, le héros homosexuel « écrivain », dans le film « Mine Vaganti » (« Le Premier qui l’a dit », 2010) de Ferzan Ozpetek) ; « Pour M. Fruges, la vérité s’apprenait dans les livres. » (Julien Green, Si j’étais vous (1947), p. 135) ; « Je dévore tous les livres que je rencontre. » (le narrateur du roman Le Crabaudeur (2000) de Quentin Lamotta, p. 93) Dans la pièce La Pyramide ! (1975) de Copi, les personnages n’ont d’yeux que pour la littérature : « Oui, ma Reine. C’est un poème vrai. » (le Rat à la Reine, p. 51) ; le Rat se définit lui-même comme un « Rat bibliothécaire royal ». Dans le film « Boys Like Us » (2014) de Patric Chiha, Rudolf, l’un des héros gays, a été jadis libraire, écrit des romans (narcissiques et indigents à souhait), et dépoussière méticuleusement chacun de ses livres de sa bibliothèque comme s’ils étaient des reliques sacrées.

 

Film "Bobby Visits The Library" d'Eric Krasner

Film « Bobby Visits The Library » d’Eric Krasner


 

Dans la B.D. de Logan (pp. 310-315) sur Triangul’Ère 2 (2000) de Christophe Gendron, le protagoniste homo est plongé dans la lecture de Madame Bovary (pp. 310-315). Dans le film « Un autre homme » (2008) de Lionel Baier, on voit justement un extrait de « Madame Bovary » de Claude Chabrol. Le film « La Vie intermédiaire » (2009) de François Zabaleta raconte l’histoire d’une rencontre improbable entre une employée de maison aimant les romans à l’eau de rose et un photographe homosexuel de vingt ans son cadet. Dans le film « Huit Femmes » (2002) de François Ozon, Augustine, la Emma Bovary frustrée (interprétée comme par hasard par Isabelle Huppert, qui a déjà joué Emma Bovary pour Chabrol), lit des romans à l’eau de rose en cachette. Il en est de même pour l’héroïne du film « La Flor De Mi Secreto » (« La Fleur de mon secret », 1995) de Pedro Almodóvar, Leo, qui elle, cette fois, les écrit. Dans la pièce Brigitte, directeur d’agence (2013) de Virginie Lemoine, Damien, le héros travesti M to F, reçoit de son client Monsieur Hamelin les œuvres complètes de Henri de Montherlant, des sœurs Brontë… puis Madame Bovary !

 

BOVARYSME Swimming pool

Film « Swimming Pool » de François Ozon


 

Cependant, cette idolâtrie pour la littérature a des conséquences fâcheuses. « Moi, je lisais beaucoup trop de romans. » (Florence la lesbienne de la pièce Confidences (2008) de Florence Azémar) ; « Il faut toujours que tu en fasses trop. Arrête avec ces bouquins. Ça fait du mal à tout le monde. Même à toi, ça te fait du mal. Au fond, je suis sûr que tu souffres encore plus que moi. » (Suki s’adressant à son amie lesbienne Juna à propos de ses livres de magie, dans la pièce Gothic Lolitas (2014) de Delphine Thelliez) ; etc. Par exemple, dans la pièce La Pyramide ! (1975) de Copi, la lecture est tellement montée à la tête de la Reine que cette dernière finit aveugle (« N’auriez-vous pas peut-être un peu trop lu, Oh ma reine ? » lui fait remarquer le Rat ; la Reine explique l’origine de sa cécité : « Je me suis usé les yeux à déchiffrer les hiéroglyphes de mes ancêtres. »). Dans le roman Les Liaisons dangereuses (1782) de Choderlos de Laclos, la très bisexuelle Marquise de Merteuil finit par perdre un œil à cause de la petite vérole, mais aussi de s’être rêvée toute-puissante à travers l’écriture de lettres. Dans le roman Dix Petits Phoques (2003) de Jean-Paul Tapie, l’adjuvant Diaz cherche à reproduire à la lettre les histoires macabres de ses romans policiers préférés en tuant les hommes qui l’attirent. Dans le roman Le Joueur d’échecs (1943) de Stefan Zweig, un homme est totalement dépendant d’un livre d’explication des règles du jeu d’échecs qui lui a été donné pendant son incarcération. Pour les deux héroïnes du film « Swimming Pool » (2002) de François Ozon, le livre compte plus que la Réalité, et commande même à l’action : Julie tue Franck pour fournir à Sarah le meurtre de son roman policier. « Je crois que je l’ai tué pour vous ; pour le livre » avoue-elle à la romancière. Dans le film « La Vie d’Adèle » (2013) d’Abdellatif Kechiche, Adèle, l’héroïne lesbienne, est en classe de 1ère L (Littéraire) et ne vit qu’à travers les livres. Elle dira elle-même qu’elle « les adore »… même si on constate bien qu’elle ne sait pas trop de quoi elle parle car elle s’emballe pour le premier roman à l’eau de rose (Marivaux, La Vie de Marianne) qu’elle étudie en cours. Elle boit comme du petit lait tous les propos (très discutables) de ses profs de lettres, et essaie de transposer ce qu’elle entend ou lit sur sa vie réelle et sentimentale. Autant dire que c’est le ratage complet. Dans la pièce À partir d’un SMS (2013) de Silas Van H., Jonathan appelle au secours et crie son insatisfaction amoureuse auprès de son amant Matthieu qui reste sourd et imperturbable dans sa lecture. Dans le film « Love Is Strange » (2014) d’Ira Sachs, en même temps qu’ils entament une relation amicale renforcée qui les fait passer pour homos, les deux adolescents Vlad et Joey se font comme par hasard suspecter de vol de livres en français dans leur bahut. On découvrira qu’en réalité, c’est Ben le grand-oncle homo de Joey, qui est l’auteur du larcin. Il se dénonce bien tard, après que le pauvre Joey se soit fait engueuler sévèrement par son père et presque suspecter d’homosexualité, le temps d’un dîner tendu.

 

Dans la pièce Un Tango en bord de mer (2014) de Philippe Besson, Stéphane, le héros homosexuel quinquagénaire, est un écrivain célèbre. Il se présente comme un fou d’écriture (« Les écrivains sont des monstres anthropophages. »), capable de privilégier ses livres à l’amour (« Rien ni personne n’est capable de rivaliser avec les livres. »). Il ne se sent pas compris de son jeune amant Vincent (« Tu ne les lis pas, mes livres, de toute façon. »), et ce dernier lui pique une crise de jalousie (« En vérité, ce qui était plus important que moi, c’étaient les livres ! »). Stéphane fait passer l’écriture pour un rituel sacré, un processus créatif et créateur impossible à interrompre, un moment en suspension : « Je revenais à toi quand l’écriture cessait. ». Les deux amants vont finir par se séparer à cause de leur divergence de foi aux livres : Vincent n’y croit pas (« La vie n’est pas exactement comme dans les livres… »), Stéphane si (« Tu vois, les romans, c’est comme la vie. »).
 

Comme Emma Bovary les a conduit sur une terre d’illusions et de chagrin, il arrive que certains protagonistes homosexuels finissent par la maudire : « … cette espèce de pouffiasse de Mme Bovary ! » (Fantine dans la pièce Les Miséreuses (2011) de Christian Dupouy) ; « Bovary, c’est fini… » (Gabrielle, l’héroïne lesbienne du roman Je vous écris comme je vous aime (2006) d’Élisabeth Brami, p. 93) Le désenchantement s’exprime dans l’amertume : « J’ai toujours confondu la vie avec les bandes dessinées. » (cf. la chanson « S.O.S. d’un terrien en détresse » de Johnny Rockfort, dans le spectacle musical Starmania) ; « Je lisais toujours des livres dont personne d’autre n’aurait lu plus d’une page. […] Je lis et j’ai lu presque tout ce qui existe : dans ma maison, il n’y a que des livres et du vide. » (Garnet Montrose, dans le roman Je suis vivant dans ma tombe (1975) de James Purdy, pp. 28-29) ; « Tu m’aimes à cause de mes livres. » (Jacques, l’écrivain quinquagénaire s’adressant à son jeune amant Mathan dans la pièce Un Cœur en herbe (2010) de Christophe et Stéphane Botti) ; etc.

 

Dans le film « Call me by your name » (2018) de Luca Guadagnino, Elio, le jeune héros homo de 17 ans, n’arrête pas de dévorer des livres. En général, il le fait près d’un étang-fétiche : preuve que sa démarche intellectuelle est avant tout narcissique. « Je ne sais pas combien de livres j’ai lus ici. » (Elio s’adressant à son amant Oliver en parlant du plan d’eau où ils vont amoureusement se baigner) Miarza, la meilleure amie d’Elio, a compris la posture trompeuse du jeune homme : « Je pense que les gens qui lisent sont un petit peu cachottiers. »
 

Dans le roman Sophia House, La Librairie Sophia (2005), Pawel Tarnowski, homosexuel continent, est libraire et vit dans son monde littéraire pour oublier sa tendance : « Son visage se tordit tandis qu’il regardait le labyrinthe de livres. Littérature ! Littérature – les Olympiades des nains de jardin ! Bavardage des déments ! Il fit un pas vers l’avant et renversa une étagère de livres par terre. Puis il brisa une étagère, puis une autre. Saccageant toute la boutique, il jeta les livres à gauche et à droite, renversant les étalages, tapant du pied de-ci de-là dans les tas de mots. Des millions et des millions de mots inutiles, des mots regroupés en une série d’illusions, des mots qui promettaient tout et n’apportaient rien. » (p. 176) Il s’est fait courtiser par un écrivain, Goudron, bien plus âgé que lui.
 

En général, le personnage homosexuel est arrivé au bovarysme par la misanthropie, la peur de la réalité et des autres, et parce qu’il ne s’acceptait pas lui-même. Par exemple, dans la pièce Chroniques des temps de Sida(2009) de Bruno Dairou, le héros veut cacher ses origines « campagnardes/ploucs » et la honte qu’il éprouve à l’égard de ses parents soi-disant incultes : « Je compensais avec toutes les lectures qui me tombaient sous la main. » Dans le film « La Meilleure façon de marcher » (1975) de Claude Miller, Philippe est toujours en train de bouquiner au lieu de se mêler à ses camarades de la colo d’été qu’il est censé encadrer. Dans le film « Joyeuses Funérailles » (2007) de Franz Oz, Robert est un écrivain célèbre tandis que Daniel son frère est un écrivain raté.

 

Le livre est parfois le symbole de l’homosexualité du personnage. « Tu es trop maniéré. On dirait un étudiant en lettres. » (Gérard s’adressant à son fils homo Édouard, dans la pièce En ballotage (2012) de Benoît Masocco) ; « Vous interrompez une pipe historique. » (Jenko feignant de se faire sucer dans la bibliothèque du lycée par son collègue Schmidt, dans le film « 22 Jump Street » (2014) de Phil Lord et Christopher Miller) ; etc.

 

Par exemple, dans le film « Giallo Samba » (2003) de Cecilia Pagliarani, c’est en rendant ses livres à Monica que Claudia rejette sa propre homosexualité : « Entre nous, c’est fini depuis longtemps. Tu dois le comprendre. Reprends tes livres… » Dans le roman At Swim, Two Boys (Deux garçons, la mer, 2001) de Jamie O’Neill, Jim rêve de passer sa vie aux côtés de son amant Doyler, à lire des livres. Dans le roman Journal de Suzanne (1991) d’Hélène de Monferrand, Erika explique a posteriori à Suzanne qu’elle savait d’avance son homosexualité : « Je sentais que tu aimais les femmes. Ou du moins je sentais que je te faisais de l’effet. J’étais sûre que j’arriverais à te convaincre. Tu sais, je lisais des livres, chez mon cousin… Je savais. » (pp. 196-197) Plus tard, le terme « bovarysme » finit par tomber : « Erika avait prononcé, parlant de son propre cas, le mot de bovarysme. » (idem, p. 247) Dans le film « Como Esquecer » (« Comment t’oublier ? », 2010) de Malu de Martino, l’héroïne lesbienne, Julia, est prof de lettres à l’université, et se fait draguer par Carmen, une étudiante qui la met devant le paradoxe de leur lesbianisme mutuel : « Apparemment, je ne suis pas la seule à confondre fiction et réalité. » Tout le film tourne autour du roman Les Hauts de Hurlevent (1847) d’Emily Brontë. D’ailleurs, le meilleur ami gay de Julia, Hugo, en joue l’adaptation théâtrale.

 

L’homosexualité est présentée comme une vérité livresque. C’est ce que traduisent ces quelques lignes du Garçon d’Italie (2003) de Philippe Besson : « Alors, d’un coup, il me faut admettre que l’énigme de Luca ne m’est pas apparue quand j’ai lu le nom d’un inconnu sur la première page d’un livre rangé dans sa bibliothèque. » (Anna, p. 208)

 

BOVARYSME Librairie

Ça se passe dans une librairie…


 

En somme, le livre est considéré comme l’amant, et finit même par se substituer au véritable être « aimé » : « Dans le lit où nous nous glissâmes avec délices, nous voulûmes reproduire ce que nous avions entrevu dans des films ou lu dans ces livres où l’auteur semblait dire : ‘Voici l’Amour’. » (Essobal Lenoir dans sa nouvelle « Un Jeune homme timide » (2010), p. 44) ; « En le regardant mieux, il me parut semblable par ses manières à l’homme qui regardait l’éphèbe au musée. » (Alexandra, la narratrice lesbienne parlant d’un libraire homosexuel, dans le roman Les Carnets d’Alexandra (2010) de Dominique Simon, p.43) ; « Ce sont vos lettres qui m’ont grisée. » (Roxane s’adressant à Christian dans la pièce Cyrano intime (2009) d’Yves Morvan) ; « Je lui montrais comment faire une explication pour le bac en français. On avait un groupement de textes tiré des Fleurs du mal. Quand je relisais avec lui Parfum exotique, j’avais des frissons des pieds à la tête. J’avais l’impression que ça parlait de lui, de nous. » (Mourad, le héros homo, en parlant de son ami Esteban, dans le roman L’Hystéricon (2010) de Christophe Bigot, p. 339) ; « Vous parcourez la littérature dans tous les sens. Vous l’embrassez des deux côtés. Elle vous embrasse en retour. » (la voix narrative homosexuelle parlant d’elle à la deuxième personne du pluriel, dans le roman N’oubliez pas de vivre (2004) de Thibaut de Saint Pol, p. 190) ; « Ce monde dont parle les livres existe donc bien ! » (idem, p. 74) ; « Je ne savais pas que tu aimais Cocteau. Je n’ai pas lu Les Enfants terribles. Je crois que le titre anglo-saxon est The Holy Terrors. Je vais essayer de le trouver en français. Je suis impatient : ce sera comme déguster un morceau de toi. » (Chris s’adressant à son amant Ernest dans le roman La Synthèse du camphre (2010) d’Arthur Dreyfus, p. 48) ; « Je n’avais jamais eu d’aventure avec une femme et sur le moment je compris à peine que j’y courais tout droit. Je croyais encore, probablement, obéir à l’impulsion de quelque sentiment platonique, esthétique, puisé dans l’histoire de l’art ou dans les livres. » (Laura, l’héroïne lesbienne du roman Deux femmes (1975) d’Harry Muslisch, p. 28) ; « Nous aimions les mêmes choses, les mêmes livres surtout, et elle était fascinée par le milieu qui était le mien, et qu’elle n’avait fréquenté jusqu’à présent que dans les romans. » (Suzanne en parlant de sa camarade de classe Jacqueline, dans le roman Journal de Suzanne (1991) d’Hélène de Monferrand, p. 39)

 

Film "the Watermelon Woman" de Cheryl Dunye

Film « the Watermelon Woman » de Cheryl Dunye


 

Par exemple, dans la pièce Gouttes dans l’océan (1997) de Rainer Werner Fassbinder, les deux amants, Franz et Léopold, sont férus de lecture… ou plutôt se le font croire pour se draguer mutuellement. « Je lis beaucoup et je vais au théâtre. » déclare Franz. Il rajoute que « ce qu’il y a de plus important dans sa vie, ce sont les livres ». Dans la série Ainsi soient-ils (épisode 6 saison 1), Emmanuel a inscrit Guillaume (son futur amant) pour l’inventaire des livres anciens de la bibliothèque du séminaire. Dans le film « Le Bal des vampires » (1968) de Roman Polanski, le vampire mord un livre à pleines dents. Dans le film « I Love You Phillip Morris » (2009) de Glenne Ficarra et John Requa, le couple Phillip et Steven se rencontre et se forme précisément dans la bibliothèque carcérale. Dans le film « La Robe du soir » (2010) de Myriam Aziza, Juliette embrasse le livre La Dentellière (1974) de Pascal Lainé offert par sa prof de français, Mme Hélène Solenska, qui attise en elle se premiers émois lesbiens. Dans le film « A Single Man » (2009) de Tom Ford (autre production cinématographique nostalgico-bobo), les amants homosexuels rêvent leur vie comme si elle était un roman : par exemple, on voit le couple Jim et George en train de lire « en parfaite communion » dans leur salon ; George est d’ailleurs prof de lettres à la fac. Dans le film « Nuits d’ivresse printanière » (2009) de Lou Ye, Wang Ping est libraire, et les deux amants homosexuels se lisent des livres entre eux. Dans le film « Vil Romance » (2009) de José Celestino Campusano, Raúl et Roberto sont réunis par la lecture des journaux. Le roman A Glance away (1961) de John Edgar Wideman entrelace les monologues intérieurs d’un ex-drogué noir et d’un professeur de littérature blanc et homosexuel. Dans le film « The Talented Mister Ripley » (« Le Talentueux M. Ripley », 1999) d’Anthony Minghella, Tom, le héros homosexuel psychopathe, lit tout le temps des romans. Dans le film « Vita et Virginia » (2019) de Chanya Button, il est montré une confusion totale entre l’amour et l’écriture. L’écrivaine Vita Sackville-West est littéralement subjuguée par l’écrivaine Virginia Woolf : « Je suis ensorcelée par votre écriture. » lui avoue-t-elle. Et leur histoire sentimentale est avant tout épistolaire. Virginia Woolf ne tombe amoureuse que de ceux qui chantent les louanges de ses livres.

 

Dans le roman Je vous écris comme je vous aime (2006) d’Élisabeth Brami, Gabrielle et Émilie entretiennent une relation épistolaire totalement schizophrénique et adolescente, malgré leur grand âge, puisque leur rencontre est ré-écrite et sublimée par l’écriture, alors qu’elle ne repose sur presque rien : en effet, elles ne se sont vues qu’une seule fois… et pourtant cela ne les empêche pas de faire de l’impossibilité de leur amour son unique possibilité. On a l’impression que chacune des deux héroïnes se tourne son film toute seule, se contemple narcissiquement dans le miroir de ses missives manuscrites, et s’organise une séance de masturbation individuelle en utilisant sa destinataire invisible comme prétexte pour « se sentir aimante » : « Enfin, elle [Gabrielle] redécouvre l’état d’écriture, jubile à évoluer parmi les créations de son esprit, éprouve sa toute-puissance à l’égard des personnages, repousse les limites des mots, affronte le courage de dire. » (p. 98) ; « Lorsqu’elle [Gabrielle] écrit, des vagues émotions la traversent. […] Elle n’a jamais ressenti cela. Elle se sent vivante. » (p. 99) On retrouve la même complaisance puérile et narcissique avec le film « Le Cimetière des mots usés » (2011) de François Zabaleta, dans lequel Denis, un Français, construit sur Internet une « conjugalité épistolaire » vieille de 19 ans avec un amant lointain nord-américain, Luther, à qui il raconte tout ce qu’il vit au jour le jour (aujourd’hui, j’ai mangé une pomme…), et qu’il ne voit que très épisodiquement (juste pour « niquer », en fait…). D’ailleurs, ces deux étrangers l’un pour l’autre se donnent l’illusion qu’ils s’aiment et se connaissent par cœur parce qu’ils ont eu le coup de cœur pour le même roman, Le Quatuor d’Alexandrie (1957) de Lawrence Durrell. Leurs échanges sont truffés d’allusions à leurs goûts individuels, à leurs sensations d’Amélie Poulain ratées, de références littéraires privées qui ne délivrent aucun message… sauf celui de la volupté nihiliste. On s’épanche sur ses petits goûts et sur le « bonheur d’écrire » pour oublier qu’on n’aime que soi et l’irréel dans l’histoire. Dans le film « A Moment in the Reeds » (« Entre les roseaux », 2019) de Mikko Makela, Leevi, le héros homosexuel finlandais, est thésard en littérature depuis 5 ans à Paris. Il travaille sur deux poètes : Kaarlo Sakia et Arthur Rimbaud. Tareq, son amant syrien, lui demande des conseils de lecture.

 

Dans le film porno « New-York City Inferno » (1978) de Jacques Scandelari, les deux héros maintiennent une relation épistolaire à distance. Et c’est juste drôle de voir comme le romantisme des mots d’amour employés par Paul (la lecture de passages de sa lettre ponctue le film comme un fil rouge) contraste avec ses infidélités sexuelles étalées à l’écran. Plus le personnage homosexuel conte fleurette et s’évade dans les hautes sphères de la pensée « littéraire », plus il s’expose en actes au mensonge et à la violence.

 

Le livre, en plus de constituer un écran de fumée sur la véritable ouverture d’esprit et sur l’intelligence des héros homosexuels, semble être leur cache-misère privilégié pour cacher une imposture, la caution esthético-morale pour ne pas regarder leurs souffrances en face ni la violence de la pratique homosexuelle. « Pourquoi n’avais-je sur les livres que le goût triste de la cendre ? » (Jacques, le quinquagénaire s’adressant au jeune Mathant de 19 ans, au lendemain de leur nuit d’amour, dans la pièce Un Cœur en herbe (2010) de Christophe et Stéphane Botti) Par exemple, dans le film « The Boys In The Band » (« Les Garçons de la bande », 1970) de William Friedkin, le groupe de potes homos a tout l’air d’une confrérie d’amateurs de haute littérature : Harold et Michael, qui vivent en colocation, possèdent une grande bibliothèque ; on voit toujours Hank un livre à la main, se la jouer nouveau Prix Goncourt de Littérature. En réalité, ce n’est que de la gueule ou du décor. Emory, par exemple, avoue cyniquement que « le dernier bouquin qu’il a commencé à lire, c’était en 1912 ». Et les ouvrages que les amis feuillettent sont majoritairement des livres d’art à la plus grande gloire de leurs actrices glamour.

 
 

FRONTIÈRE À FRANCHIR AVEC PRÉCAUTION

 

PARFOIS RÉALITÉ

 

La fiction peut renvoyer à une certaine réalité, même si ce n’est pas automatique :

 
 

Comme on peut régulièrement le constater dans le monde réel, il existe des liens invisibles très forts entre les livres et les personnes homosexuelles.

 

Film "Les Équilibristes" de Nico Papatakis

Film « Les Équilibristes » de Nico Papatakis


 

Il y a parmi elles des lecteurs maladifs : Frédéric II, le Grand Frédéric de Prusse, se piquait de philosophie et de littérature ; Louis II de Bavière était un grand lecteur jamais rassasié. Certains disent même imiter leurs livres comme des Don Quichotte fous : « … Ores, estant d’aventure en la librairie du dict château, je trouvai un livre latin de la vie et des mœurs des Césars de Rome, par un savant historien qui a nom Suetonius. Le dict livre était orné d’images fort bien peintes, auxquelles se voyaient les déportements de ces empereurs païens. Et je lus, en cette belle histoire, comment Tiberius, Caracalla et autres s’esbattaient avec des hommes et des enfants et prenaient plaisir à les martyriser. Sur quoi je voulus imiter les dicts Césars et, le mesme soir, je commençai à le faire en suivant les images de la leçon du livre… » (Gilles de Rays écrivant au Roi de France Charles VII, cité dans l’essai Histoire et anthologie de l’homosexualité (1970) de Jean-Louis Chardans, p. 132)

 

Plus proche de nous, on trouve beaucoup de sujets homosexuels parmi les profs de lettres (le fameux trans M to F français Bambi, le compositeur britannique Bill Pritchard, Jean-Louis Bory, Maurice Pinguet, Henri Chapier – qui a été professeur de français au lycée de Suresnes en 1958 –, etc.) et les romanciers. Dans son essai autobiographique La Vie dure : Éducation sentimentale d’une lesbienne (2010), l’écrivaine lesbienne Paula Dumont se décrit elle-même comme « une consciencieuse prof de Lettres qui a passé sa vie à compulser des dictionnaires » (p. 136).

 

Beaucoup d’auteurs homosexuels avouent leur passion précoce pour les livres, parfois considérés comme des reliques sacrées : « Mon cousin fit une fois la remarque que je ne lisais pas seulement des livres mais des bibliothèques. » (Carson McCullers dans la biographie Carson McCullers (1995) de Josyane Savigneau, p. 34) ; « À environ dix ans, je lisais très assidûment des livres pour fillettes. » (un patient homo cité dans l’article « Le complexe de féminité chez l’homme » de Félix Boehm, sur l’ouvrage collectif Bisexualité et différence des sexes (1973), p. 441) ; « J’étais une dévoreuse, la bibliothèque. » (Anne citée dans l’essai L’Homosexualité dans tous ses états (2007) de Pierre Verdrager, p. 87)

 

Hanté, comme il le dit lui-même, par « cette croyance » bibliophile qu’il a volontairement adoptée, l’écrivain français Marcel Proust excuse son isolement social par « la lecture, la rêverie, les larmes et la volupté » (Marcel Proust, Du côté de chez Swann (2000), p. 20), et par l’identification (voulue) complète avec les héros de ses lectures : « Il me semblait que j’étais moi-même ce dont parlait l’ouvrage. » (idem, p. 11) Pour le romancier Renaud Camus, vivre, c’est essayer de « reproduire des bonheurs qu’on a lus » (Renaud Camus, interviewé dans le documentaire « L’Atelier d’écriture de Renaud Camus » (1997) de Pascal Bouhénic). Le couturier Yves Saint-Laurent, à 15 ans, illustra de ses propres dessins le roman Madame Bovary.

 

Il n’est pas très étonnant que l’homosexualité latente de Gustave Flaubert, le papa d’Emma Bovary, soit évoquée dans le Dictionnaire des Homosexuels et Bisexuels célèbres (1997) de Michel Larivière. Certains défenseurs de la Queer Theory vont même jusqu’à récupérer le fameux « Madame Bovary c’est moi » prononcé par Flaubert lui-même (François Cusset, Queer Critics (2002), p. 111) pour prouver la bisexualité latente du romancier français !

 

Toute sa vie, le couturier Yves Saint-Laurent s’est pris pour un personnage littéraire puisqu’il baptisait les pièces de ses maisons des prénoms des héros proustiens ; et il se faisait surnommer « Swann » à l’étranger : « Swann est un personnage qui a beaucoup fasciné Yves. Quand il voyageait, il se faisait appeler Swann. » (Pierre Bergé dans le documentaire « Yves Saint-Laurent et Pierre Bergé : l’Amour fou » (2010) de Pierre Thoretton)

 

Film "Drean Boy" de James Bolton

Film « Dream Boy » de James Bolton


 

En général, le bovarysme indique l’existence d’un viol, ou d’un fantasme de viol. « L’errance ne pouvait pas durer, je le savais. J’avais trouvé refuge dans le couloir qui menait à la bibliothèque, désert, et je m’y suis réfugié de plus en plus souvent, et quotidiennement, sans exception. » (le protagoniste fuyant ses camarades de classe au collège, qui le maltraitent et l’insultent de pédé, dans le roman En finir avec Eddy Bellegueule (2014) d’Édouard Louis, p. 36) ; « J’étais aussi timide et donc lointain, paraissais hautain dans la conversation de mes camarades, et m’isolais à la bibliothèque jusque très tard le soir. Je cultivais cette image pour échapper à toute investigation dans ma vie. […] J’avais trouvé réconfort et solution à mes angoisses en m’asseyant confortablement dans la cour de récréation, un livre à la main, pour éviter qu’ils m’approchent. » (Berthrand Nguyen Matoko, Le Flamant noir (2004), pp. 27-28) ; « La lecture et l’écriture m’ont alors sauvé. Très jeune, je me suis inventé un univers. » (Jean Le Bitoux, Citoyen de seconde zone (2003), p. 26) ; « Je me réfugiais dans l’écriture, mon exutoire de toujours. » (Jean-Claude Janvier-Modeste, dans son autobiographie Un Fils différent (2011), p. 146) ; « Après le déjeuner, au lieu de rester dans le salon, où les invités peu à peu affluaient, je me réfugiais dans le bureau, entre les livres, furetant dans les étagères. […] » (Dominique Fernandez, Ramon (2008), p. 37) ; « Les autres garçons admirent que je préférasse les livres à leurs jeux. » (Gore Vidal, Palimpseste – Mémoires (1995), p. 124) ; « La seule occupation qui me reste, quand je suis seule, celle qui ne me sera jamais reprochée, c’est la lecture. J’ai su lire à cinq ans, je peux lire du matin au soir tout ce qui me tombe sous la main, livres d’école, journaux, revues, imprimés divers. » (Paula Dumont, Mauvais Genre (2009), p. 53) ; « Je suis […] une femme qui a survécu en remplaçant les enfants par les diplômes, les bibliothèques dévorées, les livres avalés et pondus, sans oublier les petites chiennes… » (idem, p. 56) ; « J’étais interne, loin de ma famille, et, dans le silence de la bibliothèque, je dévorais les volumes d’un roman-fleuve : À la recherche du temps perdu. À 13 ans, j’avais lu Eugénie Grandet. C’est à l’héroïne que je m’identifiais. J’épousais la désillusion d’une jeune fille abandonnée par son séducteur. […] À quinze ans, faute de pouvoir me désigner ou me dire, je me donnai une ‘famille romanesque’ – des hommes qui vivaient ce qu’inconsciemment j’avais deviné être mon avenir. Dès mes 15 ans, je ne me sentis plus seul. Je compris ma manière singulière d’être heureux et de souffrir. » (Hugo Marsan, « Proust, les jeux du désir et du hasard », dans la revue Magazine littéraire, n°426, décembre 2003, p. 41) ; « Je devais être en classe de troisième, peu avant la fin du collège. Il y avait un autre garçon, plus efféminé encore que moi, qui était surnommé ‘la Tanche’. Je le haïssais de ne pas partager ma souffrance, de ne pas chercher à la partager, ne pas essayer d’entrer en contact avec moi. Se mêlait pourtant à cette haine un sentiment de proximité, d’avoir enfin près de moi quelqu’un qui me ressemblait. Je le regardais d’un œil fasciné et plusieurs fois j’avais essayé de l’approcher (uniquement lorsqu’il était seul à la bibliothèque, car il ne fallait pas que je sois vu en train de lui parler). » (Eddy Bellegueule dans le roman autobiographique En finir avec Eddy Bellegueule (2014) d’Édouard Louis, p. 195-196) ; etc.

 

Très souvent, dans l’esprit des personnes homosexuelles, on lit une confusion entre littérature et amour (rien que le titre choisi par la romancière Élisabeth Brami pour son roman Je vous écris comme je vous aime (2006) le signifie !). Par exemple, dans le docu-fiction « Le Deuxième Commencement » (2012) d’André Schneider, les deux amants Laurent et André saupoudrent leur relation chaotique et creuse de références littéraires pour lui apporter une consistance mélodramatique.

 

Caricature de Jean Lorrain

Caricature de Jean Lorrain


 

Même si intellectuellement tout a l’air de tourner rond dans leur tête, on se rend compte que, chez beaucoup d’entre elles, le problème de la captation du désir par le livre n’est pas consciente ni réglée, qu’il concerne le cœur et non d’abord le bon fonctionnement du cerveau. Peu de distance semble être prise avec ce qu’elles lisent. « J’ai lu la Recherche comme un documentaire sur l’homosexualité et j’ai pris au pied de la lettre toutes les informations que j’y ai trouvées. » (Paula Dumont, Mauvais Genre (2009), p. 77) ; « J’avais lu trop de livres, vu trop de films. Ma vie et mes sentiments me dépassaient. » (Abdellah Taïa, Une Mélancolie arabe (2008), p. 41) ; etc.

 

 

Le premier émoi homosexuel de certains individus homosexuels semble avoir été suscité par les livres : « C’est par les livres que c’est venu. » (Luc cité dans l’essai L’Homosexualité dans tous ses états (2007) l’essai Pierre Verdrager, p. 87) ; « Toujours est-il que ce garçon brièvement fréquenté au lycée me donna le goût des livres, un rapport différent à la chose écrite, une adhésion à la croyance littéraire ou artistique, qui ne furent au début que joués, et qui devinrent chaque jour un peu plus réelles. » (Didier Éribon, Retour à Reims (2010), p. 178) ; « Thomas Mann lit Blüher pour la première fois et note dans ses carnets les plus intimes qu’il retrouve chez cet auteur sa propre homosexualité. » (Philippe Simonnot, Le Rose et le Brun (2015), p. 119) ; etc. Dans le documentaire « Le Bal des chattes sauvages » (2005) de Véronika Minder, une femme lesbienne affirme que son homosexualité a trouvé corps grâce à son dictionnaire. Dans mon cas personnel, je sais que les illustrations réalistes de Roger Payne (j’apprendrai plus tard il est un célèbre dessinateur de nus pornographiques gays) dans de banaux livres de Grèce Antique pour enfants, a beaucoup impacté mes yeux d’adolescents et a servi de détonateur de mon désir homosexuel.

 

BOVARYSME Payne

 

Dans le cadre de la drague gay ou lesbienne, énormément de personnes homosexuelles érotisent et saupoudrent de références littéraires leurs pulsions sexuelles pour leur donner une légitimité artistique et amoureuse. C’est une technique de drague cousue de fils blancs, mais qui remporte actuellement un fort succès auprès des nombreux dandys esthètes bobos du « milieu homosexuel » (passant leur temps à se dire « hors milieu »…) : « Tu n’étais pas comme moi qu’un usager anonyme du 7h19, gare du Ranci-Villecomble-Montmerveil ; mais quoique le hasard seul nous eût placés en vis-à-vis ce jour-là, notre rencontre s’inscrivit au premier instant comme une évidence dans son livre. […] Je ‘lisaisMaurice, le roman d’Edward Morgan Forster, et toi aussi, mais tu le disais vraiment, et en version originale. Qui étais-tu, que voulais-tu ? Si je m’affichais avec ce livre, qu’il me semblait avoir suffisamment lu en voyant le film qu’en avait tiré James Ivory, c’était parce que j’aspirais à un amour aussi… comment dire ? Romantique. Par ce truchement, peut-être forcerais-je le destin ? […] Ainsi la coïncidence du livre constituait-elle un signe susceptible de m’encourager à t’aborder. » (Essobal Lenoir dans sa nouvelle « Un jeune homme timide » (2010), pp. 42-43) ; « Ah la littérature ! Quelle invention géniale pour séduire les femmes ! […] Quels ravages je vais faire auprès des jeunes goudous, à cent ans, quand mon talent sera enfin reconnu ! » (Catherine dans l’essai autobiographique La Vie dure : Éducation sentimentale d’une lesbienne (2010) de Paula Dumont, p. 176)

 

Il y a une forme de théâtralité pleurnicharde et dépressive dans la préférence homosexuelle pour les lettres au détriment du Réel. « Il pleurait. De joie. De peur. De déchirement. De Paris. D’être là, pas loin de la tombe de Marcel Proust. » (Abdellah Taïa parlant de lui à la troisième personne, dans son autobiographie Une Mélancolie arabe (2008), pp. 62-63) Beaucoup de personnes homosexuelles se réfugient dans l’univers figé des romans parce qu’elles considèrent que la vie, la réalité, et l’amour, sont des mascarades, et qu’elles sont les personnages impuissants de cette mascarade. La lecture devient pour elle une posture d’arrogance, de l’ordre de la supériorité suffisante de la grande bourgeoise que tout agace et que tout indiffère.

 

Film "Guillaume et les garçons, à table !" de Guillaume Gallienne

La mère de Guillaume, lisant un roman Harlequin, dans le film « Guillaume et les garçons, à table ! » de Guillaume Gallienne

 

Mais le bilan existentiel reste amer : « J’ai eu le sentiment d’une intensité terrible que j’avais gâché ma vie entière en ne suivant pas le Christ comme il le voulait. Alors où en suis-je à quatre-vingt ans ? Que vaut cette accumulation de livres que je laisse derrière moi ? » (Julien Green face au Saint Suaire de Turin, dans son autobiographie L’Arc-en-ciel, Journal 1981-1984, 12 juillet 1981, p. 50)
 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 

Code n°23 – Boxe

boxe

Boxe

 

 

NOTICE EXPLICATIVE

 

Film "Garçons d'Athène" de Constantinos Giannaris

Film « Garçons d’Athène » de Constantinos Giannaris


 

Pourquoi y a-t-il tant de boxeurs dans les œuvres de fiction traitant d’homosexualité ? Puisque dans la réalité concrète, on voit bien que les boxeurs ne sont pas spécialement homos ni même efféminés (… peut-être parfois lesbiennes, et encore…). Plutôt le contraire ! Ce code est à prendre dans son sens symbolique, bien sûr, comme beaucoup des codes de ce Dictionnaire des Codes homosexuels (qui ne sont pas des « vérités » et des généralités sur les individus homos réels, mais des contours probables de leur désir homosexuel). La boxe symbolise très bien le désir homosexuel dans la mesure où elle est l’alliance de l’amour et de la violence, de l’esthétique et de la mort (exactement comme pour la corrida). Le corps à corps fusionnel entre les deux boxeurs cinématographiques annonce en général une liaison amoureuse destructrice, ou bien parfois un conflit intérieur passionnel dû à la bisexualité de l’un des protagonistes homosexuels.

 
 

N.B. : Je vous renvoie également aux codes « Liaisons dangereuses », « Adeptes des pratiques SM », « Fusion », « Don Juan », « Solitude », « Coït homosexuel = viol », et « Corrida amoureuse », dans le Dictionnaire des Codes homosexuels.

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 

 

FICTION

 

Film "Les Yeux de sa mère" de Thierry Klifa

Film « Les Yeux de sa mère » de Thierry Klifa (avec le boxeur homo)


 

Le personnage homosexuel pratique la boxe, ou bien tombe amoureux d’un boxeur : c’est ce que l’on voit par exemple dans le film « Borstal Boy » (2000) de Peter Sheridan, le film « Like It Is » (1998) de Paul Oremland, le dessin Tijuana Muscle (2006) de Xavier Gicquel, le film « Hazel » (2012) de Tamer Ruggli, la série Hit & Miss (2012) d’Hettie McDonald (Mia, le héros transsexuel M to F pratique la boxe), la chanson « Boxing Club » d’Alizée, le film « Maurice » (1987) de James Ivory, le film « Le Trou aux folles » (1979) de Franco Martinelli, le dessin Boxeurs (2005) de Boris X, le film « Reflection On A Goldeneye » (« Reflets dans un œil d’or », 1967) de John Huston (où Leonora s’intéresse plus au matche de boxe que le major Weldom, davantage occupé à regarder de loin son amoureux…), le conte Papa porte une robe (2004) de Piotr Barsony (dans lequel Jo Cigale, le papa de Gégé, 7 ans, ne peut plus boxer, et se met à danser en se travestissant : « Papa porte une robe… Il est triste, le fils du boxeur… » dit son fils), le film « Praia Do Futuro » (2014) de Karim Aïnouz (avec Ayrton qui simule un combat de boxe dans le vide), le film « Rocco et ses frères » (1960) de Luchino Visconti, le film « Les Nuits fauves » (1991) de Cyril Collard, le vidéo-clip de la chanson « Je t’aime Mélancolie » de Mylène Farmer (avec le combat de boxe sulfureux), le vidéo-clip de la chanson « Et c’est parti ! » de Nâdiya, le vidéo-clip de la chanson « Too Much » des Spice Girls, le film « Rude » (1995) de Clement Virgo, le film « Fighting Tommy Riley » (2005) d’Eddie O’Flaherty, le film « La Ville » (1998) de Yousry Nasrallah, le conte El Laucha Benítez Cantaba Boleros (1995) de Ricardo Piglia (avec le « Viking », le fantasme de l’homosexuel), la pièce L’Anniversaire (2007) de Jules Vallauri, le film « À cause d’un garçon » (2001) de Fabrice Cazeneuve (avec le personnage de Régis), le film « Kids Return » (1996) de Takeshi Kitano, le film « On ne choisit pas sa famille » (2011) de Christian Clavier (avec une scène de boxe entre femmes), le film « Le Cimetière des mots usés » (2011) de François Zabaleta (avec la photo d’un boxeur), le film « Ixe » (1982) de Lionel Soukaz, le film « Wild Side » (2004) de Sébastien Lifshitz (avec Jamel et Mikhail), la B.D. (de La P’tite Blan) Coming Soon et Coming Out (2010) de Blan et Galou, le film « Le Planeur » (1999) d’Yves Cantraine (Fabrice pratique la boxe, et il est repéré par son amant homosexuel pour la première fois lors d’une séance d’entraînements), le film « Garçons d’Athènes » (2000) de Giannaris Constantinos, le film « Fils préféré » (1993) de Nicole Garcia (Francis est rejeté par son père qui voulait en faire un boxeur), le film « L’Embellie » (2000) de Jean-Baptiste Erreca (avec Saïd et Karim), le film « Jerking » (2007) de Val Desjardins, le film « Wrestling » (2007) de Grimur Hakonarson (avec les deux lutteurs homos), le film « Chéri » (2009) de Stephen Frears, la pièce Ma double vie (2009) de Stéphane Mitchell (avec le judo cette fois), l’album de dessins Un Livre blanc (2002) de Copi (dans lequel le boxeur est féminisé : « La colombe de la paix, un gros pigeon blanchâtre, ex-boxeur », p. 79), le film « Bettlejuice » (1988) de Tim Burton (avec la femme-boxeur), le film « Brüno » (2009) de Larry Charles, le film « Un Amour à taire » (2005) de Christian Faure, la pièce Casimir et Caroline (2009) d’Ödön von Horváth, le film « Vil Romance » (2009) de José Celestino Campusano, le roman La Mort difficile (1926) de René Crevel, l’opérette Ketty Boxeur (1927) de Gaston Gabaroche, le film « Beautiful Boxer » (2004) d’Ekachaï Uekrongtham, le roman El Misántropo (1972) de Llorenç Villalonga, le roman A Sodoma En Tren Cobijo (1933) d’Álvaro Retana (avec le personnage de Nemesio), la pièce D’habitude j’me marie pas ! (2008) de Stéphane Hénon et Philippe Hodora, le film « L’Air de Paris » (1954) de Marcel Carné, le film « La Dernière Rafale » (1948) de William Keighley, le film « La Polka des marins » (1951) d’Hal Walker, le film « Adam est… Ève » (1954) de René Gaveau, le film « Hold-up à Londres » (1960) de Basil Dearden, le film « Les Lunettes d’or » (1987) de Giuliano Montaldo, le film « La Parade » (2011) de Srdjan Dragojevic, le film « À toute vitesse » (1995) de Gaël Morel, le one-man-show Comme son nom l’indique (2008) de Laurent Lafitte, etc. Par exemple, dans le film « Plan B » (2010) de Marco Berger, Bruno a accroché un poster d’un boxeur noir chez lui. Dans le vidéo-clip de la chanson « College Boy » d’Indochine, le protagoniste principal, homosexuel, pour se défouler, boxe dans le vide. Dans la pièce Hétéro (2014) de Denis Lachaud, le couple des deux « pères » homosexuels de Gatal s’affublent sans cesse de sobriquets à la fois affectueux et machistes : l’un d’un appelle toujours l’autre « mon Boxeur » pour l’un.

 

Film "Like It Is" de Paul Oremland

Film « Like It Is » de Paul Oremland


 

Dans l’idée, le personnage homosexuel est tenté par les sports de combat : « Si j’abandonne les études, je me mettrai au karaté : ce sport est génial. Ton père trouverait bizarre qu’un jeune homo aime les arts martiaux, mais ma passion est sincère. » (Chris s’adressant à son amant Ernest dans le roman La Synthèse du camphre (2010) d’Arthur Dreyfus (2010), p. 119) ; « Olivier a fait de la boxe. » (Jacques, l’ex d’Olivier, dans la pièce Un Cœur en herbe (2010) de Christophe et Stéphane Botti) ; « Y’a de la boxe, si tu veux. » (Juna proposant différents jeux vidéo à son amante Kanojo, dans la pièce Gothic Lolitas (2014) de Delphine Thelliez) ; « Je boxe pour la liberté d’expression. » (la figure de Sergueï Eisenstein, homosexuel, simulant de boxer dans le vide, dans le film « Que Viva Eisenstein ! » (2015) de Peter Greenaway) ; « Les choses ont bien changé depuis que tu t’es mis à boxer des gens. » (Otis s’adressant à son meilleur ami gay Éric, dans l’épisode 8 de la saison 1 de la série Sex Education (2019) de Laurie Nunn) ; etc.

 

Téléfilm "Un Amour à taire" de Christian Faure

Téléfilm « Un Amour à taire » de Christian Faure


 

Le boxeur incarne l’Éternel masculin qui fait fantasmer le personnage homosexuel. « Le Père Benicho, à la boxe, il est champion ! » (Bernard, le héros homo de la pièce À quoi ça rime ? (2013) de Sébastien Ceglia) ; « Il a même fait un sermon contre la boxe ! » (Bryan, le héros homosexuel parlant du père Raymond, dans la pièce Les Vœux du Cœur (2015) de Bill C. Davis) ; etc. C’est la raison pour laquelle ce combattant est souvent féminisé ou homosexualisé par celui qui rêverait de l’avoir dans ses bras.

 

Dida Diafat

Dida Diafat, l’icône fantasmatique de la boxe médiatisée


 

Le désir de boxe est également présenté par le personnage homosexuel comme l’expression d’un amour passionnel qui conduit à la mort, comme une démarche esthétisée de vengeance à l’encontre de son amant dont il ne supporte plus la domination. « Et j’ai compris. Khalid était mon ennemi. J’étais son ennemi. C’était écrit. Rien ne pouvait plus changer cette fatalité. J’ai fermé les yeux, moi aussi. Pour mieux me préparer au dernier combat. Le dernier round. Le dernier chapitre. L’un contre l’autre. » (Omar dans le roman Le Jour du Roi (2010) d’Abdellah Taïa, p. 163) ; « Petra et elle s’étaient écartées l’une de l’autre et se tenaient à présent face à face sur le canapé, comme si elles s’apprêtaient à entamer un match de boxe ou un jeu de ficelle. » (Jane, l’héroïne lesbienne en couple avec Petra, dans le roman The Girl On The Stairs, La Fille dans l’escalier (2012) de Louise Welsh, p. 54) ; etc.

 

Les Lunettes d'or (titre original : Gli occhiali d'oro) est un film italien réalisé par Giuliano Montaldo

Film « Les Lunettes d’or » de Giuliano Montaldo


 

La boxe peut être enfin le masque du viol, une manière pour le héros homo de sortir les griffes – ou plutôt les gants, ici… –pour prendre sa revanche sur son agresseur sexuel. Dans le film « Corps à corps » (2009) de Julien Ralanto, par exemple, l’héroïne Raphaëlle se met à la boxe et au lesbianisme pour remonter la pente du viol qu’elle vient de subir (deux hommes l’ont coincée dans une rue isolée), pour sauver la face et jouer la dure. Dans le téléfilm « Baisers cachés » (2017) de Didier Bivel, Louis, le héros homosexuel, joue de la boxe. Il semble pratiquer ce sport pour plaire à son père et par homophobie, pour s’endurcir. D’ailleurs, c’est lorsqu’il assume son homosexualité qu’il dira « Je n’ai plus envie de boxer. »… ce à quoi Stéphane, le père de son amant Nathan, lui rétorquera : « Tu boxes pour qui ? Pour ton père ou pour toi ? »

 

La pratique des arts du combat n’est pas sans conséquences fâcheuses. La boxe est la forme sportive que le machisme homophobe et le désir homosexuel se choisissent souvent pour frapper et violer les protagonistes homosexuels. « Je crois que c’est le dernier round. » (Harold, le héros homosexuel capitulant la soirée entre amis homos qui s’entredéchirent, dans le film « The Boys In The Band », « Les Garçons de la bande » (1970) de William Friedkin) ; « Polly ferait mieux de devenir hétéro et coucher avec un boxeur italien qui la mettrait sur le trottoir et la tabasserait de temps en temps, chuis sûr que là, et là seulement, elle prendrait son pied ! » (Simon par rapport à sa meilleure amie lesbienne Polly, dans le roman Des chiens (2011) de Mike Nietomertz, p. 46) ; etc. Par exemple, dans le film « L’Homme blessé » (1983) de Patrice Chéreau, Henri, le héros homosexuel, en cherchant à séduire Jean et lui prouver sa force, se blesse au front en tapant sa tête contre un punching-ball de fêtes foraines. Retour de bâton désirant !

 

Le héros homosexuel est attiré à l’âge adulte par quelque chose qu’il fuit toute son enfance : sa masculinité, sa force. Par exemple, dans le film « No Se Lo Digas A Nadie » (1998) de Francisco Lombardi, le père de Joaquín force son fils homo de 15 ans à s’endurcir, en le faisant jouer à la boxe, mais il finit par le maltraiter. Dans le film « Billy Elliot » (1999) de Stephen Daldry, le monde viril de la boxe est mis nettement en opposition/miroir avec le supposé « monde de tapettes » de la danse. Dans le film « Call me by your name » (2018) de Luca Guadagnino, Sammy et Oliver regardent ensemble des diapositives de statues grecques et de boxeurs : « Des centaines de photos de nos boxeurs sont arrivées hier. » (Sammy, le père homosexuel d’Elio, lui-même homo, s’adressant à Oliver, l’amant secret de son fils) Dans la série 13 Reasons Why, Caleb avoue que la boxe l’a engagé vers l’homosexualité mais également qu’elle a été un rempart contre l’homophobie : « J’étais un boxeur bien avant de réaliser que j’étais gay. Quand j’ai capté que j’étais gay, j’étais bien content d’être boxeur. » (épisode 12, saison 2)

 

 
 

FRONTIÈRE À FRANCHIR AVEC PRÉCAUTION

 

PARFOIS RÉALITÉ

 

La fiction peut renvoyer à une certaine réalité, même si ce n’est pas automatique :

 
 

Couple lesbien en conflit dans le film "We Have To Stop Now!" de Robyn Dettman

Couple lesbien en conflit dans le film « We Have To Stop Now! » de Robyn Dettman


 

Cette attraction homosexuelle pour la boxe, je l’explique par la recherche d’une force qu’on a jadis fuie (sa force d’homme, celle qui peut effrayer un jeune adolescent notamment) ou que l’on recherche parce qu’on se croit inexistant et qu’on se prend pour un dieu invincible : « Je me faisais toujours gronder aussi pour les jeux turbulents voire dangereux que j’inventais : bataille de feuilles, courses sur les pierres, combat de boxe… » (cf. article-témoignage « Tom Boy à l’affiche » d’Isabelle, une femme qui a voulu dans sa plus tendre enfance devenir un garçon)

 

Certaines personnes homosexuelles sont réellement passionnées par la boxe : c’est le cas de Francis Bacon, Patrick Sarfati, Nicolas Wagner, Jean Cocteau, entre autres… Quand elles ont l’argent, elles s’offrent quelquefois la galante compagnie des athlètes du ring : « Deux boxeurs brésiliens pour moi tout seul. Des garçons de très bonne humeur, disposés à tous les jeux. » (Pascal Sevran, Le Privilège des jonquilles, Journal IV, (2006), p. 155) D’autres exercent carrément ce sport. Par exemple, le boxeur Panama Al Brown, en dehors des terrains de combat, était danseur de claquettes dans La Revue Nègre de Joséphine Baker ; et par ailleurs, il fut l’amant du poète Jean Cocteau il lui baisait même les pieds !). L’histoire d’Emile Griffith, le boxeur gay, restée célèbre dans le monde de la boxe, est racontée dans une bande dessinée Knock Out ! (2020), de Reinhard Kleist. La sportive lesbienne Violette Morris, en 1939, réorganise la boxe en France et se propose de rouvrir toutes les salles, du Central au Palais des Sports. L’ex-manager de Lennox Lewis, Kellie Maloney, ancien boxeur, est maintenant un homme transsexuel M to F. La boxeuse lesbienne April Hunter a fait un coming out très remarqué en 2020.

 

Violette Morris

Violette Morris


 

Dans son essai Le Rose et le Noir (1996), Frédéric Martel relève – sans l’analyser – la mystérieuse fascination esthétique et fantasmatique qu’exerce la boxe sur les sujets homosexuels : « Au cinéma, comme dans le dessin, la chanson, les ballets (et même la boxe et la corrida), les homos ont reconnu une légèreté, une grâce, une élégance qui étaient trop maniérées pour ne pas être équivoques. » (p. 63) On retrouve cette idée de « boxe désirante » dans l’autobiographie Folies-fantômes (1997) d’Alfredo Arias : « J’aime le mouvement et la violence. C’est pour ça que je veux te photographier en train de danser le tango. Le tango est une sorte de boxe sentimentale. Tu as remarqué ? Quand les boxeurs s’accrochent l’un à l’autre, il ne manque plus que la musique. » (Florence B. à Angelito, pp. 76-77) L’essayiste Hélène Cixous insiste également sur la dimension affective du combat pugilistique lorsqu’elle commente l’exposition de lutteurs sumos « Les Lutteurs » de la peintre Danièle Heusslein-Gire : « La peinture de Danièle pour moi est une peinture onirique. Ce qui me frappe c’est que le vrai sujet des Lutteurs, ce n’est pas la violence. C’est la danse lente de la lutte, la complicité amoureuse. »

 

Film "Reflet dans un oeil d'or" de John Huston

Film « Reflet dans un oeil d’or » de John Huston (avec l’inversion de « genres »)


 

Autre exemple : le metteur en scène homo Patrice Chéreau a organisé la pièce Dans la solitude des champs de coton (1985) de Bernard-Marie Koltès – racontant une rencontre amoureuse entre un prostitué et son client potentiel – sous forme de combat de boxe. La boxe est envisagée ici comme une danse amoureuse à la fois sensuelle et dangereuse, y compris dans le rapport entre l’artiste et son œuvre : « Construire une œuvre, c’est surtout ‘se découvrir’ comme on le dit à la boxe, c’est-à-dire baisser la garde, se retrouver en état de grande vulnérabilité. » (Patrice Chéreau) Le dramaturge et comédien argentin Copi dit « se préparer comme un boxeur » quand il joue la comédie (cf. l’article « Au Festival d’Automne : Copi sur le ring » dans le journal Le Figaro, le 8 octobre 1983).

 

Film "Billy Elliot" de Stephen Daldry

Film « Billy Elliot » de Stephen Daldry


 

Le goût homosexuel pour la boxe et les rapports corporels de grande proximité (quasi fusionnels) entre personnes de même sexe sont, je pense, probablement le contrecoup d’un vieil éloignement de la juste violence/camaraderie entre adolescents pendant l’enfance. Moins les personnes homosexuelles se sont « frottées » amicalement avec leurs pairs sexués étant jeunes, plus elles désirent les retrouver dans une fusion pour le coup amoureuse plus tard : le phénomène de l’élastique est assez logique. Dans l’histoire des garçons gays notamment, la (peur de la) boxe a pu être, l’élément déclencheur par défaut de l’homosexualité. « Ils [les curés] ont décidé d’en faire un boxeur. Ils le firent boxer avec un enfant plus petit que lui. » (Alfredo Arias parlant d’un danseur espagnol gay, dans son autobiographie Folies-fantômes, op. cit., p. 162) Comme certains individus craintifs et un brin « mauviettes douillettes » ont fui les bagarres, les sports collectifs, et les rapports d’homo-sensualité avec les copains qui se battaient sur la cour d’école, ils en ont déduit un peu rapidement à l’âge adulte qu’ils devaient être attirés par leurs semblables sexués « autrement » (comprendre = amoureusement), loin des sentiers d’une guerre ludique qu’ils craignaient par-dessus tout. La boxe, très peu pour eux !

 

Peter Griggs incarnant Paco, le boxeur gay de la pièce Killer Queen

Peter Griggs incarnant Paco, le boxeur gay de la pièce Killer Queen


 

Concernant les liens de coïncidence entre boxe et homosexualité, je suis tombé dernièrement sur un article du journal L’Express, assez court mais très intéressant (« Dans le coin rose… Boxe et Homosexualité »), où le journaliste Jean-Charles Bares développe l’idée selon laquelle il existe dans le milieu de la boxe – pourtant réputé homophobe – une homosensibilité réelle : « Aucun plaidoyer ne saurait soustraire la boxe à son auto-critique. La boxe professionnelle porte encore aujourd’hui les marques d’une homophobie normée. Peut être le noble art devrait-il ouvrir les yeux sur une partie de son histoire. » Bares se penche sur le cas du boxeur homo nord-américain Émile Griffith, qui faisait secret de son homosexualité alors qu’il vivait en couple : « Dans le New York des années 60, les rumeurs vont bon train sur la sexualité d’Émile Griffith, qui est toujours resté lui même ambigu. Émile Griffith et Benny Paret ne s’apprécient guère. Ce 24 mars 1962, leur troisième combat sent la poudre : ‘Hey pédale, je vais te corriger toi et ton époux.’ Rigolard, Paret provoque, roucoule quand Griffith s’avance pour la pesée. ‘Je n’étais la pédale de personne’ confiera-t-il plus tard dans le documentaire « Ring Of Fire » [(2004) de Ron Berger] qui lui est consacré. L’histoire retiendra qu’au 12e round, Benny Paret, à bout de forces, est acculé dans le coin. Griffith s’acharne alors sur son adversaire. Son corps s’affaisse sur les cordes puis tombe inerte au sol. Plongé dans le coma, le cubain décède dix jours plus tard. Rongé par la culpabilité, Emile Griffith confessera plus tard. ‘J’ai tué un homme et beaucoup de gens comprennent et me pardonnent. J’aime un homme et beaucoup le considèrent comme un péché impardonnable’. » L’article se termine par la mention des clubs de boxe amateurs ou semi-professionnels existant dans le monde entier : « Aujourd’hui encore, la boxe gay est un tabou, à la marge. Pourtant, ces dernières années, des clubs homosexuels se sont crées un peu partout à travers le monde : San Francisco, Londres, Sydney… En France, le projet a ses fans, mais reste au point mort. » D’ailleurs, Peter Griggs, l’un des fondateurs du San Francisco Gay Boxing Club, joue le rôle de Paco, un boxeur homo surnommé « The Pink Pounder », dans la pièce Killer Queen (2011) de Michael Onello. Griggs et ses amis gays boxeurs souhaitent démocratiser la pratique de la boxe en la sortant du carcan « hétérosexuel » dans lequel on l’aurait cantonnée depuis des siècles : « Nous voulons créer une ligue pour que la boxe soit à nouveau pratiquée aux Gay Games, les jeux olympiques homosexuels. Le rêve c’est d’entraîner des compétiteurs pour qu’ils aillent un jour défendre le drapeau arc-en-ciel ! »

 

Emile Griffith, boxeur bisexuel

Emile Griffith, boxeur bisexuel


 

D’autres lutteurs témoignent de leur expérience de boxeur homo, comme par exemple Mitchell Geller : « En 1976, j’avais 25 ans. Je participais au tournoi des Golden Gloves à Lowell, Massachusets. Un cousin de mon adversaire savait que j’étais gay, nous traînions dans les mêmes bars… Les insultes homophobes ont commencé à fuser dans la foule. J’étais fou de rage, j’avais honte pour mon père qui était dans la salle. Lui se moquait que je sois gay. Un boxeur ne doit jamais céder à la colère. Alors j’ai ravalé ma haine et je l’ai dirigé contre mon adversaire. J’étais calme, déterminé, je frappais durement au corps. Au fil des rounds et des coups donnés la foule s’est tue. Quand j’ai été déclaré vainqueur, plus personne ne m’insultait. […] De mon expérience, les boxeurs, les entraîneurs acceptent aisément l’homosexualité. Les personnes les plus homophobes, celles qui ne peuvent tout simplement pas accepter, ce sont les fans de boxe. Ils vivent si intensément à travers les boxeurs qu’ils admirent, un culte un peu érotique en soi, que l’idée qu’un homosexuel puisse avoir le cran de passer les cordes et se battre avec ses poings les rend fous. Car eux ne le peuvent pas. » À travers ces lignes, on peut lire que la boxe, bien plus que l’expression d’une « fierté homosexuelle en action », est surtout l’instrument homosexuel d’une hétérophobie/homophobie sous-jacente, voire d’une réponse vengeresse face au viol. « Quand il s’est fait insulter par les autres élèves sur le ring, il a utilisé la cadence des injures pour exécuter une danse gitane. Quelque temps plus tard, les mêmes élèves, pour l’humilier, ont voulu introduire un morceau de craie dans son anus. Il a tellement crié qu’ils ont arrêté net. Dans ses cris, le danseur a découvert une voix ample que de temps en temps il utilise avec succès dans son répertoire de chansons espagnoles. » (Alfredo Arias, Folies-Fantômes (1997), p. 162)

 

 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 

 

Code n°27 – Chat (sous-codes : Chatte / Tigre)

chat

Chat

 

NOTICE EXPLICATIVE :

 

 

« Chat alors ! » s’exclamait Mylène Farmer dans une publicité de l’année 1984 pour la lessive Le Chat Machine. Je ne peux pas être plus explicite… Tout ce que je peux rajouter comme complément d’enquête, c’est que chat peut faire mal/mâle !

 

Jean Cocteau et son chat

Jean Cocteau et son chat


 
 

P.S. 1 : Ce code est indissociable de mon étude sur « Catwoman » dans le code « Femme-Araignée », ainsi que du chapitre dédié à « la langue au chat » du code « Amant diabolique » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels.

 

P.S. 2 : Je précise que je n’aime pas les chats. J’ai toujours eu beaucoup de mal à me faire à leur imprévisibilité, à leur sauvagerie, et en général, ils ne m’attirent pas du tout. Donc vous voyez : je n’instaure aucune règle ni généralité sur « les » homos, ou bien sur les amoureux des chats.

 

P. S. 3 : Ce code est l’exemple parfait du bon usage et de la valeur des codes de mon Dictionnaire des Codes homosexuels. Le goût des chats n’est pas une cause de l’homosexualité. Celui qui lirait ce code comme une réalité ou une vérité typiquement homosexuelle (= « Les homos aiment tous les chats » ; « Si tu aimes les chats, c’est sans doute que tu es homo »), qui prendrait mes codes au pied de la lettre comme si j’en faisais un indice d’homosexualité ( = « Le con… Il pense ou donne à penser que tous les homos aiment les chats ! »), n’aurait rien compris, adopterait une conception magique, essentialiste, et homophobe de mon discours et de l’homosexualité. On peut aimer les chats sans être homosexuel, même si, à l’inverse, on ne peut pas dire que la présence des chats dans la fantasmagorie, et parfois dans la vie des personnes homosexuelles, soit anodine et insensée. Ce ne sont pas des vérités sur le désir homosexuel et des tendances particulièrement marquées chez lui qui font les homos, et qui séparent les personnes homosexuelles des personnes hétérosexuelles.

 
 

N.B. : Je vous renvoie également aux codes « Aigle noir », « Araignée », « Corrida amoureuse », « Quatuor », « Chiens », « Moitié », « Extase », « Vampirisme », « Doubles schizophréniques », « Douceur-poignard », « Animaux empaillés », « Se prendre pour le diable », à la partie « Langue au chat » d’« Amant diabolique » et à la partie « Catwoman » du code « Femme-Araignée », dans le Dictionnaire des Codes homosexuels.

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 

 

FICTION

 

a) Le chat, le meilleur ami de l’homo… ou l’homo lui-même :

Docu-fiction "Butch Jamie" de Michelle Ehlen

Docu-fiction « Butch Jamie » de Michelle Ehlen


 

Dans les œuvres de fiction homosexuelles, le chat apparaît régulièrement, sans qu’on comprenne trop pourquoi au départ : cf. la pièce Tu m’aimes comment ? (2009) de Sophie Cadalen, le film « À corps perdu » (1988) de Léa Pool, le film « Le Traqué » (1950) de Frank Tuttle et Boris Lewin, la pièce Happy Birthday Daddy (2007) de Christophe Averlan, le film « Scènes de chasse en Bavière » (1969) de Peter Fleischmann, le film « Pauline » (2009) de Daphné Charbonneau, le roman La Cité des Rats (1979) de Copi (et le chat noir avec une tache rousse sur le museau), le one-woman-show La Lesbienne invisible (2009) d’Océane Rose-Marie (avec « Lili le Petit Chat »), le one-woman-show Betty Speaks (2009) de Louise de Ville, le film « Harvey Milk » (2009) de Gus Van Sant (avec le chat empaillé), la pièce Chatte sur un toit brûlant (1955) de Tennessee Williams, le film « Cat People » (« La Féline », 1942) de Jacques Tourneur, le roman N’oubliez pas de vivre (2004) de Thibaut de Saint Pol, la chanson « Cool Cat » de la Groupie dans le spectacle musical La Légende de Jimmy de Michel Berger, la chanson « Cool Cat » du groupe Queen, le film « Les Chattes » (1964) d’Henning Carlsen, le film « Ixe » (1982) de Lionel Soukaz, le film « Inspecteur Gadget » (1999) de David Kellogg, le film « Catfish In Black Bean Sauce » (2000) de Chi Muoi Lo, la pièce Confidences entre frères (2008) de Kevin Champenois, le film « Un Amour de Swann » (1983) de Volker Schlöndorff, le film « Cat Swallows Parakeet And Speaks ! » (1996) d’Ileana Pietrobruno, le film « Alice au pays des merveilles » (1951) de Clyde Geronimi, Wilfred Jackson et Hamilton Luske, le dessin The Cat (1957) d’Andy Warhol et Julia Warhola, le tableau Osman (1972) de Jacques Sultana, la pièce La Cage aux folles (1973) de Jean Poiret, la chanson « Où est le chat? » de Christophe Madrolle, etc. Par exemple, dans le film « Partisane » (2012) de Jule Japher Chiari, il y a la sculpture d’un chat dans la chambre de la protagoniste lesbienne Mnesya. Dans le film « Plaire, aimer et courir vite » (2018) de Christophe Honoré, Louis et Arthur (le héros homo) s’amusent avec des chatons. Nadine, l’ex petite amie d’Arthur, possède dans sa bibliothèque le livre intitulé Comment vivre avec votre chat.

 

"Le Club des Amis des Chats" de Jean Cocteau

« Le Club des Amis des Chats » de Jean Cocteau


 

Le chat apparaît comme l’« accessoire vivant » classique du vieux garçon ou de la vieille fille bourgeoise. La mère Michèle qui a perdu son chat. Il rentre parfaitement dans le tableau pathétique de l’adolescente attardée ou du trentenaire incasable et perturbé. « J’habite seul avec maman, dans un très vieil appartement rue Sarasate. J’ai pour me tenir compagnie une tortue, deux canaris et une chatte. » (cf. la chanson « Comme ils disent » de Charles Aznavour) ; « M. de Coëtquidan jouissait d’un grand prestige auprès des chats. » (Henry de Montherlant, Les Célibataires, 1934) ; « Hum, je fredonne, dans la chambre vide ma voix résonne. À mes côtés un chat qui déconne et un électrophone. » (cf. la chanson « Encore cette chanson » d’Étienne Daho) ; « Quoi de pire qu’une vieille folle avec un chat… dans la gorge ! » (Toddy, le héros homosexuel de la comédie musicale Victor, Victoria (1982) de Blake Edward) ; « Il serait pas un petit peu gay, ton mec ? ll a un chat, il kiffe les vieilles, il aime bien le shopping. » (Sonia s’adressant à sa pote Joëlle par rapport à Philippe le mari de celle-ci, dans le film « L’Embarras du choix » (2016) d’Éric Lavaine) ; etc. Par exemple, dans le film « Cloudburst » (2011) de Thom Fitzgerald, Dotty, l’une des deux héroïnes lesbiennes âgées, joue avec son chat. Dans le film « Demain tout commence » (2016) d’Hugo Gélin, Bernie, le producteur homosexuel, porte une écharpe avec des pattes de chat. Un peu plus tard, on le voit draguer un assistant dans les couloirs de tournage, avec qui on lui devine une liaison : « Salut mon chat ! »

 

B.D. "Le Monde fantastique des Gays" de Copi

B.D. « Le Monde fantastique des Gays » de Copi


 

Des traits humains sont généralement prêtés au chat : « J’ignorais qu’un chat pouvait sourire. » (le père d’Alice dans le film « Alice In Wonderland » (2010) de Tim Burton) Par exemple, dans le film « Navidad » (2009) de Sebastian Lelio, Aurora, l’une des héroïnes lesbiennes, déclare aimer particulièrement le chat d’Alice au pays des merveilles. Dans la pièce La Mort vous remercie d’avoir choisi sa compagnie (2010) de Philippe Cassand, le chat de Jean-Loup (le héros homo) est décrit comme un animal humain. Dans la pièce Angels In America (2008) de Tony Kushner, Prior demande à Louis si « le chat n’est pas revenu » ; et celui-ci lui répond : « Les chats ont de l’intuition. » Dans le pièce Brigitte, directeur d’agence (2013) de Virginie Lemoine, Damien, le transgenre M to F, a baptisé son chat (mâle) « Patricia ».

 

Le héros homosexuel se prend lui-même pour un chat : « Je suis un chat. » (Sherlock Holmes dans le film « Sherlock Holmes II : Jeu d’ombres » (2011) de Guy Ritchie)
 
 

b) Chat va faire mal :

Le chat semble être une symbolisation de la conscience ou du désir : cf. le film « Chacun cherche son chat » (1996) de Cédric Klapisch, la pièce Vierge et rebelle (2008) de Camille Broquet (avec le chat maltraité), la pièce Un Lit pour trois (2010) d’Ivan Tournel et Mylène Chaouat (avec Pepita, la chatte morte), le one-woman-show Chatons violents d’Océane Rose-Marie, etc. Par exemple, dans le film « Le Placard » (2001) de Francis Veber, Jean-Pierre Belone, le retraité homosexuel habitant à côté de l’appartement du héros François Pignon, passe tout son temps à chercher son chat : « C’est le chat de gouttière le plus anonyme du monde. » Dans le film « Como Esquecer » (« Comment t’oublier ? », 2010) de Malu de Martino, une gamine cherche son chat.

 

Ce matou est la conscience individuelle que le héros homosexuel croit morte (cf. le film « Qui a tué le chat ? » (1977) de Luigi Comencini) ou qu’il évacue (et qui revient sous forme de subconscient violent) : « Votre passé, donnez-le à votre chat ! » (Cyrille, le héros homosexuel à Regina Morti, dans la pièce Une Visite inopportune (1988) de Copi) ; « Debout, je tenais un chat en bois sculpté qu’il m’avait offert, sans savoir ce que j’allais en faire. » (Ronit, l’héroïne lesbienne à propos de son amant Scott, dans le roman La Désobéissance (2006) de Naomi Alderman, p. 49) ; « Le Docteur Feingold [le psychanalyste de Ronit] a prétendu que cette obsession vestimentaire trahissait une activité de substitution. Elle m’a dit que j’avais besoin de ritualiser mon chagrin et que cette manie de choisir des vêtements remplaçait dans mon esprit une expression plus profonde de la perte. J’ai eu envie de lui demander : ‘Et vous, docteur Feingold, vous vous êtes déjà interrogée sur ce que cela signifie, pour vous, de vivre seule dans un appartement blanc immaculé, avec un chat impeccable que vous appelez Bébé ?’ Bien sûr, je me suis contentée de l’écouter et d’acquiescer, car je n’avais aucune envie d’entamer de nouveau une conversation sur mon agressivité, mes limites et ma tendance à ‘résister au processus’, comme elle dit. Ce qu’elle ignore, c’est que ma vie est bâtie sur cette résistance au processus. » (idem, p. 67) ; « On se les partage [les tranches de saumon], mais il y a un chat. Dès le début il ne m’aime pas, il n’aime pas non plus Marielle, on ne sait pas d’où il est sorti, il se précipite sur nos tranches de saumon, il nous griffe, je le tiens à distance avec ma canne, Marielle ouvre la porte, on le chasse. C’est un chat noir énormes à moustaches blanches. Il a dû rentrer avec toi, me dit Marielle. » (le narrateur homosexuel du roman Le Bal des folles (1977) de Copi, p. 135) ; « J’arrive mon chat. » (Maurice, le styliste homosexuel, s’adressant à son ami-e Nate, dans le film « Les Douze Coups de Minuit », « After The Ball » (2015) de Sean Garrity) ; etc.

 

Par exemple, dans le film « Après lui » (2006) de Gaël Morel, les chats sont le retour du refoulé de la conscience du personnage homosexuel Matthieu, ses doubles schizophréniques : au moment de son accident qui lui coûtera la vie, les chats se battent et sont super nerveux ; Franck, son meilleur ami/amant, chante « Albator » au chat de Matthieu, nommé Stelly (Stelly était le nom de la protégée d’Albator).

 

Souvent, le héros homosexuel est lui-même comparé à un chat, à un animal de compagnie, infantilisé, étouffé, réifié. La chat-chat à sa mémère : cf. le roman Une Vie de chat (1988) d’Yves Navarre, le film « Gatos Viejos » (« Les Vieux Chats », 2010) de Sebastián Silva et Pedro Peirano, le film « Giallo Samba » (2003) de Cecilia Pagliarani (avec Mónica, l’héroïne lesbienne, vivant avec son chat, et appelant son meilleur ami ainsi), le film « Les Enfants terribles » (1949) de Jean-Pierre Melville (avec le personnage de Paul, comparé à un chat), etc. « J’ai retrouvé ma mère. Le problème, c’est qu’elle m’a oublié. Pour rester avec elle, j’ai pris la place du chat. » (Bill, le héros de la pièce Bill (2011) de Balthazar Barbaut) ; « Je confonds toujours le nom du petit avec le nom des chats. » (la grand-mère à propos de son petit-fils, dans le one-man-show Gérard comme le prénom (2011) de Laurent Gérard) Par exemple, dans la pièce Hors-Piste aux Maldives (2011) d’Éric Delcourt, Francis, le héros homosexuel, est surnommé « chaton ». Dans la pièce Bill (2011) de Balthazar Barbaut, la mère de Bill veut castrer son fils en même temps que son chat. Dans la pièce Sugar (2014) de Joëlle Fossier, William, le héros homo, se fait surnommer « mon p’tit chat » par sa sœur Adèle. Dans le film « Stand » (2015) de Jonathan Taïeb, Vlad surnomme tendrement son amant Anton « chaton ».

 

Le personnage homo finit même par s’identifier complètement à son chat. Par exemple, dans le film « Senza Fine » (2008) de Roberto Cuzzillo, Giulia, l’une des héroïnes lesbiennes, se donne le surnom de « Pussycat ».

 

Dans son one-woman-show Chaton violents (2015), Océane Rose-Marie tente de s’évader de sa vie de couple ennuyeuse à travers ses deux chats, Froustinette et Craquinette, qu’elle a commandés sur LOLCat. Le problème, c’est qu’elle semble les confondre avec sa compagne, qu’elle appelle aussi « mon chat ». Mais également, que les chatons prennent une place démesurée dans leur couple : « C’est comme si David et Katy Guetta avaient pris possession de nos cerveaux. » Froustinette, le félin, fait cinq fois la taille de Craquinette, la chatte fatale qui fait sa star. Océane pense même que sa « femme » lui a greffé dans le cerveau une application « Je veux un chaton ». On voit bien ici que les chats traduisent une schizophrénie, en même temps qu’ils sont le baromètre de la vie (orageuse et violente) lesbienne, et de la souffrance homosexuelle cachée : à un moment, Océane raconte la vie désastreuse de Ricky Chaton, un petit chat vendu sur internet, à qui il est arrivé les pires sévices sexuels (violé par son père, son grand-père…), et qui boit du sang humain.
 

À maintes reprises, le chat est présenté comme un symbole typique du désir homosexuel et de la passivité sexuelle (contrairement au chien, qui serait plutôt la métaphore du désir hétérosexuel, bisexuel, « actif ») : cf. le roman La Sombra Del Humo En El Espejo (1924) d’Augusto d’Halmar (avec le passage descriptif sur la félinité explicitement homosexuelle du jeune Zahir). « Tu as vu la vidéo du chat qui rentre dans la machine ? » (Gabriel essayant d’initier son amant aveugle Léo aux délires des vidéos Youtube sur Internet, dans le film « Hoje Eu Quero Voltar Sozinho », « Au premier regard » (2014) de Daniel Ribeiro) ; « Alors que les hommes acceptent petit à petit d’être de petites chattes, nous ne revendiquons pas encore d’être de vrais loups… » (un des personnages féminins de la pièce La Fesse cachée (2011) de Jérémy Patinier) ; « Papa… J’ai un chat ! Un chat ! C’est comme un chien… mais gay ! » (Anthony Kavanagh imaginant qu’il annonce à son père son homosexualité alors que celui-ci refuse de se faire à l’idée, dans le one-man-show Anthony Kavanagh fait son coming out, 2010) ; « Le chat est dans la gorge. » (les deux cordes vocales – figurées par les deux comédiens – au moment où elles rentrent en contact homosexuel, dans la pièce Vu duo c’est différent (2008) de Garnier et Sentou) ; etc. Par exemple, dans son one-(wo)man-show Charlène Duval… entre copines (2011), Charlène Duval lit avec délectation des extraits (qu’il force à être « ambigus » et salaces) de Oui-Oui chauffeur de taxi, avec l’histoire de la queue du chat coincée dans la porte du taxi. Dans le roman At Swim, Two Boys (Deux garçons, la mer, 2001) de Jamie O’Neill, Anthony MacMurrough met sur le même plan la sodomie qu’il a infligée au jeune Doyler et le fait de donner à boire à son chat : « Reste mon chaton, j’ai encore du lait. » Plus tard, Kettle, un ancien camarade de classe d’Anthony, connaissant les affaires de mœurs pédophiles dans lesquelles Anthony a trempé, fait discrètement allusion à l’homosexualité de ce dernier, à travers la métaphore du chat : « Peut-être avez-vous raison. Il ne faut pas réveiller le chat qui dort… » Plus tard, le chat s’immisce dans la relation amoureuse entre les deux jeunes héros du roman, Jim et Doyler : « C’est toi le chat. » (Doyler)

 

Le félin accompagne souvent le personnage homosexuel, et est homosexualisé. Par exemple, dans le film « Valentine’s Day » (2009) de Garry Marshall, Eddie, un des personnages gays, a un chat qui s’appelle Barbara. Dans la pièce Dernier coup de ciseaux (2011) de Marilyn Abrams et Bruce Jordan, Romain, le coiffeur homosexuel, possède deux chats, qu’il surnomme « David et Jonathan ». Le film « Le Baiser de la lune » (2010) de Sébastien Watel raconte l’histoire d’amour entre Félix, un poisson-chat, et Léon un poisson-lune.

 

Le chat est régulièrement la métaphore de l’amant homosexuel ou du désir homosexuel : cf. la chanson « Hey ! Amigo » d’Alizée (« Elle est comme toi, un chat qui ondule, qui fait le dos rond, elle manipule celui qui dit non… »), la pièce Los Gatos (1992) d’Agustín Gómez Arcos, etc. Il représente la moitié androgynique avec laquelle le héros homosexuel va fusionner et devenir complet : cf. le vidéo-clip de la chanson « Redonne-moi » de Mylène Farmer, le film « Le Chat à neuf queues » (1971) de Dario Argento, etc. Je vous renvoie au code « Quatuor » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels. Par exemple, dans la pièce Un Cœur en herbe (2010) de Christophe et Stéphane Botti, quand Mathan demande à Jacques « s’il n’a personne dans sa vie », ce dernier lui répond que si : « Il s’appelle Narcisse. […] C’est mon chat angora. Un peu comme un amant. » Dans le film « Toute première fois » (2015) de Noémie Saglio et Maxime Govare, la première chose qu’on voit à l’écran, en même temps que la bisexualité du héros Jérémie, c’est un chat.

 

L’animalisation en chat se fait passer pour affectueuse ou aimante. Le héros minaude, séduit, se montre caressant, ou bien se fait baptiser « chaton » par son amant : « Toutes petites, déjà, on jouait avec les chats. » (la Religieuse et Preciosa dans la comédie musicale La Nuit d’Elliot Fall (2010) de Vincent Daenen) ; « Plus fort, mon p’tit chat ! » (Bernard, le héros homosexuel s’adressant à son amant Didier, dans la pièce À quoi ça rime ? (2013) de Sébastien Ceglia) ; « Mais oui mon chaton, je t’aime comme une folle. » (une femme à son mari homosexuel, dans la pièce Tu m’aimes comment ? (2009) de Sophie Cadalen) ; « Exactement comme les chats portent leurs chatons, tu t’occupes de moi comme un animal de compagnie. » (Judy Minx dans le spectacle de scène ouverte Côté Filles au 3e Festigay au Théâtre Côté Cour de Paris, en avril 2009) ; « Il est comme un chat… à marquer son territoire. » (Matthieu par rapport à son amant Jonathan, dans la pièce À partir d’un SMS (2013) de Silas Van H.) ; « C’était au chat que je parlais. Tu mélanges tout. » (Frank, le frère gay de Daniel, s’excusant au téléphone auprès de sa mère de s’adresser à son copain maquilleur Jack, dans le film « Madame Doubtfire » (1994) de Christ Columbus) ; etc.

 

Par exemple, dans la pièce Y a comme un X (2012) de David Sauvage, Jean-Charles (travesti en Jessica) surnomme son meilleur ami Jean-Louis « chaton ». Dans la pièce Et Dieu créa les folles (2009) de Corinne Natali, Jean-Luc donne à son amant Romuald le sobriquet « mon gros chat ». Dans le roman À ta place (2006) de Karine Reysset, Chloé est constamment comparée à un chat par son amante Cécile. Dans le film « Presque rien » (2000) de Sébastien Lifshitz, Mathieu (Jérémie Elkaïm), le héros homosexuel, fuit son amant Cédric pour s’isoler dans une maison de campagne familiale, où il retrouve son chat qu’il désigne comme son seul et unique « prince charmant ». Dès le début du film « Plan B » (2010) de Marco Berger, Bruno, le tentateur homosexuel, joue avec son chat.

 

Plus encore que le kitsch – assumé ou carrément sincère – du gentil surnom « chaton », plus encore que l’allusion peu discrète et un peu graveleuse à l’appareil génital masculin ou féminin, il y a plus profondément derrière l’icône du chat une métaphore d’un désir amoureux en général non-rassasié, en baisse et violent (ça va ensemble : la force est douceur, et la faiblesse est potentiellement violence) : « Je me plie en quatre, et elle m’engueule parce que j’oublie de nourrir le chat. » (Polly parlant de son amante Claude, dans le roman Des chiens (2011) de Mike Nietomertz, p. 116)

 

Par exemple, dans la pièce Copains navrants (2011) de Patrick Hernandez, Vivi appelle Norbert, son amant, « Minou » ; et son pote Stef, au moment où Vivi veut quitter Norbert parce qu’il lui a été infidèle, déclare « Le petit chat est mort… » comme il aurait dit « Le désir entre vous deux est mort ».
 

Comme en général le chat homosexuel n’est pas doux ou n’est pas vivant, il arrive que le héros homosexuel se venge de lui. Dans les fictions homo-érotiques, le chat peut être l’allégorie animalière de la déception/violence du couple homosexuel, ou de la violence du réveil de conscience qu’expérimente le héros homosexuel s’adonnant aux sentiments ou aux actes homosexuel. C’est la raison pour laquelle il est souvent maltraité : « Le petit chat était si bien caché que la voiture de maman en a fait du steak haché. » (Shirley Souagnon s’imaginant en train de raconter un conte à son enfant, dans son concert Free : The One Woman Funky Show, 2014) Par exemple, dans la pièce String Paradise (2008) de Patrick Hernandez et Marie-Laetitia Bettencourt, Frisette, la chatte de Marilou, se suicide en se jetant du haut d’un immeuble. Dans le one-man-show Ali au pays des merveilles (2011) d’Ali Bougheraba, Valérie, la chatte de Mme Suzanne, se défenestre, et est traitée de « pute ». On peut penser au « chat qui s’défenestre » de Mylène Farmer dans la chanson « L’Instant X ».

 

Comme je le disais plus haut concernant l’analogie entre le chat et la conscience intérieure jetée extatiquement dehors, le chat dont il est question dans les fictions homo-érotiques n’est pas toujours un chat réel : il habite le corps sous forme de désir sombre, schizoïde, comme on peut le voir avec le film « Le Chat noir » (1934) d’Edgar G. Ulmer, le one-woman-show Chatons violents (2014) d’Océane Rose-Marie, le film « Katter » (« Tomcat », 2016) de Klaus Händl (avec le chat maléfique qui bousille le couple Stefan/Andreas), etc.

 

Le chat homosexuel est tout simplement l’autre nom du désir de viol, narcissique, incestueux, d’un mal intérieur sauvage et qui divise : « Je rêvai que j’étais moi-même mais que ma queue finissait en une tête de chat qui essayait de m’attraper le museau, et je tournais en cercles sur moi-même de plus en plus vite pour lui échapper. Puis une énorme mouette à tête d’aigle avalait la tête de chat […]. » (Gouri dans le roman La Cité des Rats (1979) de Copi, p. 68) ; « Il [Franck] a un truc à l’estomac qui lui fait mal, qui le griffe. » (Emmanuel Adely, Mon Amour, 2009) ; « Comme j’utilise le mot ‘chatte’, j’passe par un violeur en puissance. » (Max, l’un des héros homosexuels de la pièce Penetrator (2009) d’Anthony Neilson) ; « On voit tout de suite qu’elle a quelque chose de bizarre, que ce n’est pas une femme comme les autres. Comme les chats. » (Molina, le héros homosexuel parlant d’Irena la Féline, dans le roman El Beso De La Mujer-Araña, Le Baiser de la Femme-Araignée (1976) de Manuel Puig, p. 9) ; « Je t’amène là où je veux. J’ai toutes les cartes du jeu. » (cf. la chanson « Chatte » de Mauvais Genre) ; etc.

 

Roman "Comment j'ai couché avec Roger Fédérer" de Philippe Roi

Roman « Comment j’ai couché avec Roger Federer » de Philippe Roi


 
 

La mère – « Paulo… Il faudrait que tu viennes reprendre ton chat. Moi j’en ai assez. Il ne mange plus. Je le rends malheureuse.

Paulo – T’aurais pu l’emmener voir un véto, quand même.

La mère – J’ai accepté de garder un animal en bonne santé. Pas une bête malade.

Paulo – Ah oui ? Et c’est quoi la différence ?

La mère – Il a un problème ce chat. Un problème de dents, c’est sûr !

Paulo – C’est bon, je vais venir le reprendre.

La mère – Faudrait qu’il voit le dentiste. Ça existe, les dentistes pour chats !

Paulo – Ça va, j’te dis, je vais venir le reprendre.

La mère – Quand ?

Paulo – Samedi.

La mère – Bon ben alors je l’enfermerai dans la pièce du fond, et je cacherai sa boîte.

Paulo – Ah non, tu ne fais rien du tout.

La mère – Mais je ne veux pas qu’il voit sa boîte. Sinon, tu ne pourras pas l’attraper.

Paulo – Tu laisses la boîte où elle est. Tu ne l’enfermes pas !

La mère – Mais tu sais qu’il comprend tout, ce chat ! Dès qu’il te verra, il aura compris !

Paulo – TU NE FAIS RIEN !

La mère – Il reste caché. Tu ne pourras pas l’attraper. »

(cf. dialogue dans la voiture entre Paulo, le héros homosexuel, et sa mère, particulièrement possessive, dans le film « Une Voix d’homme » de Martial Fougeron)

 
 

B.D. "El Caso Pasolini" de Gianluca Maconi

B.D. « El Caso Pasolini » de Gianluca Maconi (Pasolini dans la gueule du tigre)


 

Quelquefois, le tigre ou la panthère remplacent symboliquement le chat, désignant ainsi ce dernier comme un animal-désir potentiellement méchant, agressif, immature et incontrôlable : cf. le film « Tigerstreifenbaby Warter Auf Tarzan » (1998) de Rudolf Thome, le film « The Politics Of Fur » (2002) de Laura Nix, le film « Les Larmes du tigre noir » (2001) de Wisit Sasanatieng, le film « Entre Tinieblas » (« Dans les ténèbres », 1983) de Pedro Almodóvar (avec carrément l’élevage de tigres dans le couvent !), le film « Aimée et Jaguar » (1999) de Max Färberböck, le film « Mysterious Skin » (2004) de Gregg Araki, le film « Embrasser les tigres » (2004) de Teddi Lussi Modeste, le roman La Course au tigre (2002) d’Emmanuel Pierrat, le film « Tous les papas ne font pas pipi debout » (1998) de Dominique Baron, le film « Garçon stupide » (2003) de Lionel Baier, le film « Jaguar » (1979) de Lino Brocka, le film « Je t’aime toi » (2004) d’Olga Stolpovskay et Dmitry Troitsky, le film « The Leopard Man » (1943) de Jacques Tourneur et Val Lewton, l’album Bijoux et Babioles de la chanteuse Juliette, le film « Der Tiger Von Schnapur » (1959) de Fritz Lang, les romans El Crimen Del Fauno (1909) et La Pantera Vieja (1916) d’Antonio de Hoyos, le film « L’Homme qui en savait trop » (1955) d’Alfred Hitchcock, le film « Rosatigre » (2000) de Tonino De Bernardi, le film « Tropical Malady » (2004) d’Apichatpong Weerasethakul, certains dessins de Roger Payne, la photo Tigres en grand péril d’Orion Delain, le tableau Signe du Tigre (1990) de Charles-Louis La Salle, la pièce Cannibales (2008) de Ronan Chéneau, le vidéo-clip de la chanson « Relax » du groupe britannique Frankie Goes to Hollywood (avec le Néron homosexuel et son tigre), la pièce Quand je serai grand, je serai intermittent (2010) de Dzav et Bonnard (avec les lions gays, et Bonnard en costume de panthère), le ballet L’Après-midi d’un faune (1912) de Vaslav Nijinski, le film « La Panthère est de retour » (1975) d’Arthur Marks, le film « Coffy, la Panthère noire de Harlem » (1974) de Jack Hill, les films « Quand la Panthère rose s’emmêle » (1976) et « La Malédiction de la Panthère rose » (1978) de Blake Edwards, la pièce El Tigre (2014) d’Alfredo Arias (avec Arielle Dombasle), le vidéo-clip de la chanson « No Big Deal » de Lara Fabian (avec Lara enfermée dans une cage de fauve de cirque), etc.

 

Film "Dans les ténèbres" de Pedro Almodovar

Film « Dans les ténèbres » de Pedro Almodovar


 

Par exemple, dans le film « Les Infidèles » (2011) de Jean Dujardin, le couple homosexuel Fred et Greg montent ensemble un spectacle de magiciens avec un tigre blanc. Dans le roman La Mort difficile (1926) de René Crevel, le personnage d’Arthur Bruggle, le danseur, est associé à une panthère. Dans le film « Camping 2 » (2010) de Fabien Onteniente, Patrick Chirac, avec son petit débardeur rose très « seyant », est surnommé « la Panthère rose » par Jean-Pierre. Dans la pièce Ça s’en va et ça revient (2011) de Pierre Cabanis, Benji imite le « puma dans la savane, version George Clooney ». Dans l’épisode 3 de la saison 1 de la série Sex Education (2019) de Laurie Nunn, Éric le héros homo porte un pull avec un tigre, ainsi que des vêtements en peau de léopard. Dans l’épisode 5 de la saison 1, il porte un manteau tigré.

 

L’image du tigre dans les contextes homosexuels exprime en général un désir possessif et incestuel : « J’ai dû te tirer des griffes du hobbit. » (Russell s’adressant à son amant Glen, dans le film « Week-end » (2012) d’Andrew Haigh) ; « Passablement, je suis lion, gggrrrrrrr…. Ascendant lion…. Miaaaaaooouuu ! » (Jarry dans son one-man-show Entre fous émois (2008) de Gilles Tourman) ; « En général, quand on est petit, on veut devenir un pompier, une infirmière… un tigre. » (Ali Bougheraba dans son one-man-show Ali au pays des merveilles, 2011) ; « J’ai heurté, savez-vous, d’incroyables Florides, mêlant aux fleurs des yeux de panthères à peaux d’hommes ! » (Arthur Rimbaud, « Le Bateau ivre », Poésies 1869-1872, p. 87) ; « Je veux bien que tu sois libre mais, Lou, tu n’es pas un tigre dans le vent de l’aventure ni dans le sens du destin ! » (Solitaire à sa fille lesbienne Lou, dans la pièce Les Escaliers du Sacré-Cœur (1986) de Copi) ; « La nuit, on éteint la lumière en string panthère. » (Fred en parlant de son couple avec Max, dans la pièce Des bobards à maman (2011) de Rémi Deval) ; « Nous devrions faire jouer nos rôles par des tigres. L’art dramatique des bêtes féroces. » (Valmont s’adressant à Merteuil, dans la pièce Quartett (1980) d’Heiner Müller) ; « Attention, ça va saigner parce que je peux être méchant comme un tigre. » (Jerry travesti en Daphnée, dans le film « Certains l’aiment chaud » (1959) de Billy Wilder) ; « Mais parmi les chacals, les panthères, les lices, les singes, les scorpions, les vautours, les serpents, les monstres glapissants, hurlants, grognants, rampants, dans la ménagerie infâme de nos vices, il en est un plus laid, plus méchant, plus immonde : c’est l’ennui. » (c.f. la chanson « Au lecteur » de Mylène Farmer, reprenant Charles Baudelaire) ; « Dans votre milieu, il n’y a que des gays…pards. » (Caroline s’adressant à Dominique et Marcel, couple « marié », dans la pièce Drôle de mariage pour tous (2019) de Henry Guybet) ; etc. Par exemple, dans le roman Le Bal des folles (1977) de Copi, le Rouquin sadique qui s’apprête à violer sauvagement le narrateur homosexuel est habillé d’un « imperméable imitation panthère » (p. 109). Dans la bande dessinée La Foire aux Immortels (1980) d’Enki Bilal, le chat télépathe d’Aurélien (l’intendant de Choublanc – et sans aucun doute son amant) est tigré vert et blanc et toujours à deux doigts d’attaquer Jean-Ferdinand Choublanc. Dans le film « Homme au bain » (2010) de Christophe Honoré, les amants d’Emmanuel qui défilent dans son appartement « après la nuit d’amour » portent tous le même peignoir tigre, et attisent chez lui les instincts de viol les plus inattendus. Dans la pièce Et Dieu créa les folles (2009) de Corinne Natali, Jean-Luc saute sur son amant Romuald « comme un tigre ».

 

B.D. "Kang" de Copi

B.D. « Kang » de Copi


 

Le chat renvoie le plus souvent à un désir errant, violent, diabolique, nocturne ; au cadre sombre de la prostitution et du viol : cf. la comédie musicale Cabaret (2011) de Sam Mendes et Rob Marshall (avec le Kit Cat Club), le film « Your Vice Is A Locked Room And Only I Have The Key » (1972) de Sergio Martino, le concert Le Cirque des mirages (2009) de Yanowski et Fred Parker (avec le diable et son chat nommé « Chacha »), le film « La Chatte à deux têtes » (2002) de Jacques Nolot (se déroulant dans un cinéma porno parisien), le film « Le Chat croque les diamants » (1968) de Bryan Forbes, etc. « Comment vont vos chats, madame Choyeuse (c’est son vrai nom) ? Je lui demande remontant mon décolleté. Mes chats ? Mes chats ? me dit-elle, qu’est-ce que vous avez à dire de mes chats ? Elle sort un poireau de son filet et me flagelle. J’essaie de la tenir à distance, elle redouble de coups, elle miaule. » (le narrateur homosexuel du roman Le Bal des folles (1977), Copi, p. 45) ; « Il y a des soirs où il faut que je baise avec un gars. À la limite, avec n’importe qui. Comme un chat de ruelle qui rôde. » (Claude dans le film « Déclin de l’Empire américain » (1985) de Denys Arcand) ; « Notre vie est un chiffon de papier que le chat promène en jouant. » (Laura, une des héroïnes lesbiennes du roman Deux femmes (1975) d’Harry Muslisch, p. 195) ; « Assise sur le canapé, elle lisse sous ses doigts les éraflures laissées dans le cuir par les griffes de son vieux chat, mort la veille. » (cf. la description de Gabrielle, l’héroïne lesbienne, dans les toutes premières lignes du roman Je vous écris comme je vous aime (2006) d’Élisabeth Brami, p. 10) ; « Jane gratouilla le chat entre les oreilles. L’animal se retourna et cracha, babines retroussées. Jane sentit son souffle, chaud et vivant sur sa peau, tandis qu’elle retirait vivement sa main. ‘Je suis désolé. L’âge a donné mauvais caractère à Albert.’ […] Son haleine effleura son visage, aussi chaude et malvenue que le souffle du chat. » (Jane, l’héroïne lesbienne face au chat « Albert » de Karl Becker, dans le roman The Girl On The Stairs, La Fille dans l’escalier (2012) de Louise Welsh, p. 66) ; etc.

 

Par exemple, dans la nouvelle « La Servante » (1978) de Copi, il est question d’un « chat péripatéticien » (p. 68). Dans sa chanson « À force de retarder le vent », Jann Halexander décrit une femme fatale qui le fixe des yeux et « murmure à son chat ». Dans le film « Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain » (2000) de Jean-Pierre Jeunet, Amélie se fait surnommer « chaton » par une lesbienne garçonne qu’elle croise par erreur sur le pallier d’un immeuble chic parisien, et qui est disposée à la croquer. Dans le one-(wo)-man show Désespérément fabuleuses : One Travelo And Schizo Show (2013) du travesti M to F David Forgit, la mère-prostituée se décrit comme une « chatte brûlante » : « C’est moi la panthère rose. » En complément, je vous renvoie bien évidemment à la figure de la féminité fatale particulièrement célébrée en tant qu’icône identificatoire par la communauté homosexuelle : je veux parler de Catwoman, la prostituée tueuse (cf. le code prostitution et la partie « Catwoman » du code « Femme-Araignée » dans mon Dictionnaire des Codes homosexuels).

 

Le chat homosexuel, en plus de violer, peut aussi tuer. Par exemple, dans le film « Ossessione » (« Les Amants diaboliques », 1942) de Luchino Visconti, les chats surexcités le soir d’orage sont la symbolisation des envies de meurtre de Giovanna. Dans le roman Si j’étais vous (1947) de Julien Green, le diable agit « avec la rapidité d’un chat » (p. 51).

 

Film "L'Inconnu du Nord-Express" d'Alfred Hitchcock

Film « L’Inconnu du Nord-Express » d’Alfred Hitchcock


 

Mais il fait le mal en montrant le plus souvent patte blanche. Le désir homosexuel est un désir duel et violent, qui s’annonce sous les hospices de l’innocence, de la pureté, de l’Amour, mais qui va quelquefois frapper. Le symbole du chat noir aux pattes blanches (« Ce chat est mon ami. » avouera Silvano à propos du chat blanc, dans le roman La Vie est un tango (1979) de Copi, p. 151), ou bien du personnage portant des chaussures noires maculées de blanc, revient de temps en temps dans la fantasmagorie homosexuelle : cf. le film « Pattes blanches » (1949) de Jean Grémillon, le film « Huit femmes » (2002) de François Ozon (avec les chaussures de Louise, couverte de poudreuse blanche… la neige de l’adultère), le film « Reflections In A Goldeneye » (« Reflets dans un œil d’or », 1967) de John Huston (avec William, le héros homosexuel allant silencieusement violer Eleonora dans sa chambre, avec ses chaussures noires aux extrémités blanches), le film « Strangers On A Train » (« L’Inconnu du Nord-Express », 1951) d’Alfred Hitchcock (avec Bruno, le psychopathe qui va s’ingérer de manière violente dans la vie d’un tennisman célèbre), le film « Toto Che Visse Duo Volte » (« Toto qui vécut deux fois », 1998) de Daniele Cipri et Francesco Maresto (avec les chaussures blanches de Pietrino), le film « Certains l’aiment chaud » (1959) de Billy Wilder, etc.

 

« J’ai toujours été folle des chaussures. Avec des paillettes. » (Zize, le travesti M to F dans le one-(wo)man-show Zize 100% Marseillaise (2012) de Thierry Wilson) ; « Il portait des chaussures différentes, des espadrilles vertes simples et très jolies. Je les ai tout de suite adorées. Je voulais les mêmes. […] Je voulais de toute façon avoir exactement les mêmes espadrilles que lui. » (Abdellah Taïa parlant d’un domestique noir, Karabiino, sur qui il craque et qu’il essaie d’approcher comme un félin, dans son autobiographie Une Mélancolie arabe (2008), p. 76) ; etc.

 
 

FRONTIÈRE À FRANCHIR AVEC PRÉCAUTION

 

PARFOIS RÉALITÉ

 

La fiction peut renvoyer à une certaine réalité, même si ce n’est pas automatique :

 
 

a) Mon chat, c’est Quelqu’un (c’est même moi !) :

Yves Navarre et ses chats

Yves Navarre et ses chats


 

Dans les reportages traitant d’homosexualité, il arrive que le chat apparaisse, sans qu’on comprenne trop pourquoi au départ : cf. le documentaire « Beyond The Catwalk » (2000) de Grant Gilluley, le documentaire « Le Bal des chattes sauvages » (2005) de Véronika Minder (les chattes sauvages étant ici les femmes lesbiennes interviewées), le documentaire « Du Sollst Nicht Schwul Sein » (« Tu ne seras pas gay », 2015) de Marco Giacopuzzi (Alexander et son chat), etc.

 

Certains nous apprennent même que les chats peuvent avoir des comportements « homosexuels ». Première nouvelle ! : « On a observé un comportement homosexuel chez 13 espèces appartenant à 5 ordres de Mammifères (Beach, 1968). En voici quelques exemples. Il se produit chez la truie, la vache, la chienne, la chatte, la lionne et les femmes du singe Rhesus et du Chimpanzé. » (cf. l’article « Les Facteurs neuro-hormonaux » de Claude Aron, Bisexualité et différence des sexes (1973), pp. 161-162) ; « Aux côtés de Christine Bakke, Max, son chat tigré, lui réclame des caresses. ‘C’est un homme âgé, plaisante-t-elle. Il est très attaché à ses habitudes, donc attaché à sa maîtresse. Sur l’écran, Max le chat miaule doucement, comme s’il approuvait la prise de conscience [homosexuelle] de sa maîtresse. » » (Christine Bakke, ex-ex-lesbienne, interviewée à Denver, dans le Colorado, fin 2018, dans l’essai Dieu est amour (2019) de Jean-Loup Adénor et Timothée de Rauglaudre, Éd. Flammarion, Paris, p. 77)

 

Salvador Dali et son chaton

Salvador Dali et son chaton


 

Et si l’on observe notre entourage amical homosexuel, on ne peut que constater que le félin occupe une place importante dans sa vie (artistique, esthétique, fantasmatique, et quotidienne). Certains établissements spécialisés dans la clientèle interlope choisissent de s’appeler Le Chat noir.

 

Les personnes homosexuelles ont parfois été nommées « catamini » (chattemites = « ceux qui jouaient les innocents ») (cf. Jean-Louis Chardans, Histoire et anthologie de l’homosexualité (1970), p. 126).

 

Il n’est pas exagéré de parler, pour un grand nombre d’entre elles, d’une sincère adulation pour cet animal domestique : « J’adore les chats. » (Yukio Mishima dans sa Correspondance 1945-1970 avec Yasunari Kawabata, p. 104) ; « Par la porte du studio, entra Pepe, chargé de l’armoire d’Ernestito, dont la décoration, de papillons et de chats, ravit aussitôt Nelly. » (Alfredo Arias, Folies-Fantômes (1997), p. 278) ; « Vous ne pouvez parler de rien. Si. À la rigueur de votre chat. » (un témoin homosexuel breton avouant qu’il dissimule sa vie privée homosexuel au travail, dans le documentaire « Coming In » (2015) de Marlies Demeulandre) ; etc. La passion de Jean Cocteau, de Sacha Zaliouk, de Carson McCullers, d’Yves Navarre, de Salvador Dalí, Cathy Bernheim, ou de Colette (elle habitait dans une maison peuplée de mistigris), pour les chats est de notoriété publique (cf. ce festival photographique du kitsch). Par exemple, dans son autobiographie Le Privilège des jonquilles, Journal IV (2006), Pascal Sevran décrit son amant Philippe comme « un homme qui craque pour les chats, qui les adore même » (p. 197). Pierre Loti aimait tellement ses chats qu’il leur a même fait faire des cartes de visite personnalisées ! La photographe lesbienne Claude Cahun voue un vrai culte aux chats : elle se photographie avec (cf. Autoportrait, 1939), ou bien s’en sert pour illustrer ses « images-mouvement » dans Le Chemin des chats (1949). Dans le documentaire « Desire Of The Everlasting Hills » (2014) de Paul Check, Rilene, femme lesbienne, dit en blaguant qu’elle a comblé le manque d’une relation de 25 ans avec sa compagne Margo par la présence de ses deux chats. Dans le documentaire « Tellement gay ! Homosexualité et Pop Culture » (« Inside », 2014) de Maxime Donzel, on nous dit que « les chats des icônes gays s’appellent tous Ripley ».

 

Photo "Lucie et Kid" par Claude Cahun

Photo « Lucie et Kid » par Claude Cahun


 

Le fanatisme pour les chats va parfois jusqu’à la fusion identitaire : « Si Cocteau était un animal, déclare Raymond Moretti, évidemment il serait un chat. » (cf. l’article « Cocteau était un dictionnaire » de Valérie Marin La Meslée, dans le Magazine littéraire, n°423, septembre 2003, p. 42) ; « J’étais un chat sauvage débordant de tendresses et de peurs. » (Cathy Bernheim, L’Amour presque parfait (2003), p. 52) ; etc. Il peut mal finir. Par exemple dans son autobiographie Il m’aimait (2004), Christophe Tison nous raconte la séance de torture qu’il inflige à un chat. Quant au réalisateur italien Pier Paolo Pasolini, avec ses œuvres provocatrices, il a cherché à se faire des ennemis partout et se découvre chat : « Je suis comme un chat brûlé vif. » (cf. le documentaire « L’Affaire Pasolini » (2013) d’Andreas Pichler)

 
 

b) Chat va faire mal :

Au niveau du sens, le chat semble être une symbolisation de la conscience ou d’un certain désir. À maintes reprises, il est présenté comme un symbole typique du désir homosexuel et de la passivité sexuelle (contrairement au chien, qui serait plutôt la métaphore du désir hétérosexuel, bisexuel, « actif »). Par exemple, sur le dessin (à l’époque, jugé raciste) de Copi publié dans le journal Libération du 5-6 juillet 1979, on retrouve cette idée de l’homosexualité féline quand un chien, sodomisant un chat, s’écrie : « J’aime les races inférieures ! » La félinité homosexuelle est donc un cliché misogyne, machiste, et homophobe, qui dit le viol et qui appelle à celui-ci ; parfois de manière très caressante, paradoxalement.

 

Mylène Farmer

Mylène Farmer


 

Les femmes lesbiennes sont parfois qualifiées vulgairement (par elles-mêmes !) de « broute-minou ».

 

Souvent, dans les discours des personnes homosexuelles, le chat est la métaphore de l’amant homosexuel ou du désir homosexuel (un désir compliqué, inconstant, étouffant) : « J’ai trouvé l’amour. J’ai trouvé un chat… Comme toute bonne lesbienne qui se respecte, j’ai un chat ! » (Blandine Lacour à l’émission Homo Micro de radio Paris Plurielle, le lundi 11 avril 2011) ; « Plus aucune nouvelle de Julien depuis quinze jours. Que fait-il, mon grand garçon ? […] Il me reviendra, comme rentre un chat de gouttière, se faufiler entre mes jambes, c’est le plus probable. » (Pascal Sevran, Le Privilège des jonquilles, Journal IV (2006), p. 154) Par exemple, dans le documentaire « Homos : et alors ? » de l’émission Tel Quel, diffusée sur la chaîne France 4 le 14 mai 2012, Marion appelle sa copine Charlotte « chaton ». Dans le sketch de la fausse publicité « Shebon » du trio comique des Inconnus, Bernard Campan, travesti en femme, entretient avec son chat « Hervé » une relation totalement fusionnelle.

 

Plus encore que le kitsch – assumé ou carrément sincère – du gentil surnom « chaton », plus encore que l’allusion peu discrète et un peu graveleuse à l’appareil génital masculin ou féminin, il y a plus profondément derrière l’icône du chat une métaphore d’un désir amoureux en général non-rassasié, en baisse et violent (ça va ensemble : la force est douceur, et la faiblesse est potentiellement violence). Ceci est constamment visible dans l’autobiographie L’Amour presque parfait (2003) de Cathy Bernheim, par exemple. Le chat homosexuel est tout simplement l’autre nom du désir de viol, du désir incestueux, d’un mal intérieur sauvage et qui divise.

 

Quelquefois, le tigre ou la panthère remplacent symboliquement le chat, désignant ainsi ce dernier comme un animal-élan potentiellement méchant, agressif, et incontrôlable. « Vaslav était comme l’une de ces créatures irrésistibles et indomptables, comme un tigre échappé de la jungle, capable de nous anéantir d’un instant à l’autre. » (Romola Nijinski, la femme du fameux danseur-étoile homosexuel, dans la biographie Nijinski, 1934) Par exemple, la guétapiste lesbienne Violette Morris (1893-1944) est surnommée « la Lionne de la Gestapo ». Dans la pièce Le Frigo (1983) de Copi, mise en scène par Érika Guillouzouic en 2011, le comédien principal, pour jouer le rôle d’un schizophrène, se déguise en tigre sur scène.

 

Juliette et son tigre

Juliette et son tigre


 

Quelques personnes homosexuelles se prennent effectivement pour des fauves aux griffes crochues (et pas qu’aux Gay Pride) : « Je suis une fan de Sandokan, le tigre du Bengale. » (Mirna dans l’autobiographie Folies-Fantômes (1997) d’Alfredo Arias, p. 209). Par exemple, « le Tigre » est le nom d’un groupe de punk rock que se sont choisi trois femmes lesbiennes féministes.

 

Ou bien certains individus homosexuels se comportent comme des tigres dès qu’ils obéissent à leur désir homosexuel : « La vie en couple est affreuse. Nous nous aimons comme des tigres. » (Paul Verlaine à son amant Arthur Rimbaud, cité par l’officier Lombard, Rapport de la Police française, 1873, dans l’exposition « Vida Y Hechos De Arthur Rimbaud », La Casa Encendida, à Madrid, visitée le 30 décembre 2007)

 

Le tigre indique l’existence d’un désir possessif et incestuel : « Mon premier patient a raconté d’abord le rêve du tigre sous la forme suivante : ‘Je veux aller avec ma mère au Jardin zoologique ; à la porte un tigre furieux bondit avec nous ; il veut mordre ma mère ; je tends ma jambe au tigre, pour qu’il ne morde pas ma mère ; le tigre me mord violemment la jambe…’ La dernière phrase du récit : ‘… et nous laisse libres d’entrer dans le zoo’ n’a été prononcée que beaucoup plus tard. C’est pourtant sur elle qu’il convient d’insister : elle montre que si le patient voulait être traité en femme par le père, c’était pour que le père lui laisse la voie libre vers la mère. » (un patient homo dans l’article « Le complexe de féminité chez l’homme » de Félix Boehm, Bisexualité et différence des sexes (1973), p. 465)

 

En écoutant les discours d’un certain nombre de personnes homosexuelles, le chat renvoie souvent à un désir violent, diabolique, nocturne, à un contexte sombre de prostitution ou de viol : « Il a alors attrapé ma tête, m’a tiré les cheveux et a dit, autoritaire, vulgaire : ‘ouvre tes fesses, j’ai dit… Ouvre-les ou bien je te viole… Je le jure que je vais te violer, petite Leïla… […] Je m’étais transformé en petit tigre enragé. Il aimait ça. La bagarre. Les défis. Les offensives. Il était de plus en plus excité. Moi aussi. En colère et excité. On se donnait des coups, pour de vrai, pour de faux. Il m’insultait. Zamel. Salope. Petite Leïla. Je le mordais, au bras, aux cuisses. On se poussait. » (Abdellah Taïa, par rapport à son cousin Chouaïb dont il est amoureux, dans son autobiographie Une Mélancolie arabe (2008), pp. 22-23) ; « Lui, allongé sur son lit, nu comme au premier jour de sa naissance, me reluquait à la manière d’un tigre qui guette sa proie. » (Berthrand Nguyen Matoko, Le Flamant noir (2004), p. 112) ; etc.

 

Par exemple, dans le film pornographique « New York City Infierno » (1978) de Jacques Scandelari, chaque séquence de coït homosexuel est observée et célébrée par un chat. Et quand on demande au réalisateur François About le pourquoi (c’était le 15 octobre 2011, juste après la projection du film, lors du 17e Festival de cinéma LGBT Chéries-Chéris au Forum des Images de Paris), celui-ci s’explique avec facétie et un amusement flou qui n’entre pas dans les détails : « À chaque fois que je fais une scène porno, j’aime bien mettre un chat dans le champ de la caméra. Parce que j’adore les chats. » Le captif des idolâtries violentes est bien en peine de mettre des mots derrière elles…

 

 

Dans le documentaire « Ni d’Ève ni d’Adam : une histoire intersexe » de Floriane Devigne diffusé dans l’émission Infrarouge sur la chaîne France 2 le 16 octobre 2018, Déborah, personne intersexe élevée en fille, et son amie Audrey, elle aussi intersexe, se baladent au Muséum d’Histoires Naturelles de Lausanne (en Suisse), et y observent les animaux empaillés, et notamment un « Chat : Monstre à tête double ».
 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 

 

Code n°28 – Cheval (sous-codes : Jockey gay / Cavalière / Zèbre)

cheval

Cheval

 

NOTICE EXPLICATIVE :

 

Vidéo-clip de la chanson "Je te dis tout" de Mylène Farmer

Vidéo-clip de la chanson « Je te dis tout » de Mylène Farmer

 

Comme vous le savez, je m’appelle Philippe, prénom grec qui signifie « Qui aime les chevaux ». J’étais donc pré-destiné à écrire ce code, il faut croire… 😉

 

Un jour, je suis tombé par hasard sur un extrait du roman El Beso De La Mujer-Araña (Le Baiser de la Femme-Araignée, 1976) de l’écrivain argentin Manuel Puig où est décrite « une jeune fille qui monte admirablement à cheval, une fille qui ne parle presque pas, une jeune fille timide ou sournoise, une jeune fille qu’on utilise et qu’on laisse ensuite, une jeune fille qui raconte comment l’ancien administrateur de la propriété l’a violée, une jeune fille qu’on gifle et qu’on insulte parce qu’elle dit de terribles vérités… » (pp. 128-129) Et j’y ai reconnu un portrait similaire de la Libertine de Mylène Farmer dans le vidéo-clip de la chanson « Pourvu qu’elles soient douces ». Et ça a fait « tilt » pour moi que le cheval était la symbolisation du désir homosexuel, à savoir un désir de viol fortement esthétisé, une peur-attraction de/pour la sexualité, une force passionnelle souvent incontrôlée.

 
 

N.B. : Je vous renvoie également aux codes « Corrida amoureuse », « Adeptes des pratiques SM », « Cirque », « Manège », « Homme invisible », « « Je suis un Blanc-Noir » », « Doubles schizophréniques », « Animaux empaillés », « Désir désordonné », « Quatuor », et à la partie sur les hippocampes du code « Eau », dans le Dictionnaire des Codes homosexuels.

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 

 

FICTION

 

a) L’Hipp-homo :

Film "Reflet dans un oeil d'or" de John Huston

Film « Reflet dans un oeil d’or » de John Huston


 

Le cheval est très présent dans l’iconographie homosexuelle : cf. le one-man-show Comme son nom l’indique (2008) de Laurent Lafitte, le roman Club équestre (1951) de Yukio Mishima, l’album Horses (1975) de Patty Smith, le film « Horse » (1965) d’Andy Warhol, la chanson « Only The Horses » des Scissor Sisters, le one-woman-show Nana vend la mèche (2009) de Frédérique Quelven, la pièce Tante Olga (2008) de Michel Heim, le film « Navidad » (2009) de Sebastian Lelio, le vidéo-clip de la chanson « Je te dis tout » de Mylène Farmer, le film « Caballeros Insomnes » (« Les Chevaliers insomniaques », 2012) de Stefan Butzmühlen et Cristina Diz, le film « Les Chevaux du Vercors » (1943) de Jacqueline Audry, le film « Cruising » (« La Chasse », 1980) de William Friedkin (Skip, un des héros homos, travaille dans un resto qui s’appelle le Cheval de fer), la pièce Le Cheval bleu se promène sur l’horizon deux fois (2015) de Philippe Cassand, etc. Par exemple, dans le film « Glückskinder » (« Laissez faire les femmes ! », 1936) de Paul Martin, Frank, le héros homosexuel, joue aux courses de chevaux et parie son argent sur une jument nommée Vierge Wendy. Dans le film « La Folle Histoire de Max et Léon » (2016) de Jonathan Barré, Eugène, le publiciste de propagande pétainiste efféminé, se choisit comme nom de code « Poney ».

 

Et on comprend pourquoi ! Il symbolise souvent la négation de la différence des sexes, ou bien le passage d’un sexe à un autre : cf. le dessin animé « Mulan » de Tony Bancroft (des studios Disney), le film « Le Derrière » (1999) de Valérie Lemercier (avec Frédérique, la cavalière qui se travestit), le film « La Belle Saison » (2015) de Catherine Corsini (avec Delphine la cavalière lesbienne), le film « La Princesse et la Sirène » (2017) de Charlotte Audebram, etc. Le mythe des amazones – souvent lesbianisé – en fournit un parfait exemple. Dans le roman The Well Of Loneliness (Le Puits de solitude, 1928), Stephen, l’héroïne lesbienne fait de l’escrime et de l’équitation parce que ce sont des sports soi-disant plus virils que les autres activités féminines qu’on lui propose : « Je déteste toutes ces sortes de sports pour les filles. » (p. 78) Dans la pièce La Belle et la Bière (2010) d’Emmanuel Pallas, Léo, le héros homosexuel compare son amie (et sœur) lesbienne Garance à une jument ou à Rocinante.

 

Quelquefois, c’est le héros homosexuel lui-même qui s’identifie au cheval qu’il monte, qui ne fait plus qu’Un avec lui : cf. le roman El Hombre Que Parecía Un Caballo (1920) de Rafael Arévalo Martínez. « Il fait corps avec l’animal. » (Tchang dans le roman La Synthèse du camphre (2010) d’Arthur Dreyfus, p. 141) ; « Déjà à l’époque t’aimais beaucoup les chevaux. » (Mamie Suzanne s’adressant à son petit-fils homosexuel, dans le one-man-show Jefferey Jordan s’affole (2015) de Jefferey Jordan) ; etc.

 

Le cheval des fictions homo-érotiques est parfois un cheval mythologique, comme le Centaure, la Licorne, le cheval de Troie. « Le garçon mugissait, écartelait sa croupe sur mon lutrin et contactait par intervalles cet étau de chair qui broya ma tête, au point que ce fut un centaure qui se releva et trotta vers le palier supérieur. » (cf. la nouvelle « Au musée » (2010) d’Essobal Lenoir, p. 110) ; « Mon miroir, mon gant, mon cheval, ma rose et ma clé d’or. » (la Bête énumérant les 5 instruments sur lesquels repose son pouvoir, dans le film « La Belle et la Bête » (1945) de Jean Cocteau) ; « Tu sais, les trans, c’est comme les licornes. Ça intrigue. » (Fred, le trans M to F, dans le film « Les Crevettes pailletées » (2019) de Cédric le Gallo et Maxime Govare) ; etc. Il représente chez le héros homosexuel un désir de se prendre pour Dieu : cf. la pièce La Journée d’une rêveuse (1968) de Copi (avec le Vrai Facteur, un homme cheval qui hennit et qui se définit comme un « facteur cheval volant »), le film d’animation « Inside Out » (« Vice-versa », 2015) de Peter Docter (avec la Licorne Arc-en-ciel de San Francisco). Par exemple, dans le film « 30° Couleur » (2012) de Lucien Jean-Baptiste et Philippe Larue, Patrick, le héros hétéro/bisexuel, raconte que dans sa jeunesse, il s’est déjà réveillé en pleine nuit car il avait vu un Centaure.

 

Le cheval symbolise également la dualité du désir homosexuel. Il est d’ailleurs à la fois blanc (il apparaît alors comme l’allégorie de la pureté) et noir (c’est alors l’animalisation d’un désir destructeur) : cf. le film « Comme des voleurs » (2007) de Lionel Baier (avec le cheval blanc), le film « L. A. Zombie » (2010) de Bruce LaBruce (avec la licorne blanche en peluche), le film « Le Cavalier noir » (1961) de Roy Ward Baker, la chanson « La Légende de Rose la Tulipe » dans le spectacle musical Cindy (2002) de Luc Plamondon (où le jeune cavalier noir est satan), le vidéo-clip de la chanson « I Don’t Care » d’Aube Lalvée (avec le cheval blanc), le vidéo-clip de la chanson « Whenever » de Shakira (avec le cheval blanc en tant que puissance de séduction), le film « El Topo » (1971) d’Alejandro Jodorowsky, le poème « Le Condamné à mort » de Jean Genet, l’affiche du spectacle Calamity Jane : Lettres à sa fille (2009) de Dominique Birien (avec l’emboitement d’un cheval blanc et d’un cheval noir), etc. Par exemple, dans le film « Boys Like Us » (2014) de Patric Chiha, Gabriel, l’un des héros homosexuels, raconte qu’il a fait un cauchemar avec Franz, son « ex » : il lui donnait rendez-vous sur un quai de gare, mais ce dernier ne venait pas, et en revanche était remplacé par une drôle de cavalière : « Et là, Romy Schneider traverse le quai sur un cheval noir. »

 
 

b) L’invisibilité du zèbre :

Scissors Sisters

Scissors Sisters


 

Comme le désir homosexuel est hybride, le cheval qui correspond le mieux aux personnages homosexuels est le zèbre. « J’ai un côté zèbre. Le zèbre, c’est un cheval en pyjama. Justement, ce pyjama le différencie des autres chevaux. C’est un animal à quatre pattes qui est tout en foucades, en rouades. Il n’y a rien de plus insolite, pour un brave cheval, qu’un zèbre. » (Jean-Louis Bory au micro de Jacques Chancel, dans l’émission Radioscopie sur France Inter, 6 mai 1976) On le retrouve souvent : cf. la pièce Un Mariage follement gai ! (2008) de Thierry Dgim, le film « Drôles de zèbres » (1976) de Guy Lux, le téléfilm « Sa Raison d’être » (2008) de Renaud Bertrand, le livre Papa, c’est quoi un homosexuel ? (2007) d’Anna Boulanger, le film « Le Zèbre » (1991) de Jean Poiret, le one-woman-show La Folle Parenthèse (2008) de Liane Foly (avec l’imitation de l’attachée de presse d’Élie Kakou), le film « L’Orpheline » (2011) de Jacques Richard (avec l’habit « zèbre » du portier efféminé du club SM tenu par « le Fétichiste », Jean-Claude Dreyfus), la peinture Zebra (1938) de Victor Vasarely (avec l’enlacement amoureux de deux zèbres), la nouvelle « Les vieux travelos » (1978) de Copi (avec la mention des deux caleçons en peau de zèbre, p. 91), le film d’animation « Yulia » (2009) d’Antoine Arditi, le vidéo-clip « Only Gay In The World » de Ryan James Yezak, le film « La Mante religieuse » (2014) de Natalie Saracco (avec le tapis zébré), etc. « Ni homme ni femme. Tu es un zèbre ! » (Malik à son fils homo Dany, dans le film « Sexe, gombo et beurre » (2007) de Mahamat-Saleh Haroun) ; « Il ne faut pas que je pleure. Sinon, je vais renverser mon rimmel… et je vais ressembler à un zèbre. » (le transsexuel M to F Roberto-Octavia dans la pièce Se Dice De Mí En Buenos Aires (2010) de Stéphan Druet) ; « Oh le beau zèbre ! » (le professeur, en tirant avec son fusil sur saint Hubert, le chasseur efféminé, dans le film « Adèle Blanc Sec » (2010) de Luc Besson) ; « Y’a 20 ans, le zèbre du zoo a eu la chaude-pisse. » (Citron dans le film « La Parade » (2011) de Srdjan Dragojevic) ; etc. Par exemple, dans son roman La Peau des zèbres (1969), Jean-Louis Bory baptise les hommes homosexuels « les zèbres » ou les « chevaux en pyjama ».

 

En général, les vêtements imitation « zèbre » fonctionnent comme des allusions comiques et faussement discrètes au sadomasochisme. « De thavais que tu étais un violent, me dit-elle […] Elle enlève sa chemise imitation panthère, la peau de son dos zébrée de coups de fouet. » (le Rouquin s’adressant, avec un cheveu sur la langue, au narrateur homosexuel du roman Le Bal des folles (1977) de Copi, p. 110, qui le féminise) ; « C’était Jolie. En robe en soie très décolletée à l’imprimé façon zèbre, un manteau de léopard sur les épaules, le visage en partie dissimulé derrière d’immenses lunettes noires. » (Copi, La Vie est un tango (1979), pp. 73-74)

 

Groupe Animal Collective

Groupe Animal Collective


 

Plus symboliquement, le vêtement zébré ressemble à l’habit rayé du prisonnier, à la parure narcissique de l’Homme invisible camouflé désirant devenir caméléon ou bien vivre une sexualité désincarnée (cf. je vous renvoie au code « Homme invisible » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels). Par exemple, dans la pièce Curriculum vite fait (2010) de Vincent Delboy, François, qui se définit lui-même comme « le gros porc qui bande mou » (donc impuissant et possiblement homosexuel), dit à un moment donné à Mélissa qu’« il mettra son slip zèbre ». pour essayer de la séduire.

 

Film "The Watermelon Woman" de Cheryl Dunye

Film « The Watermelon Woman » de Cheryl Dunye


 

Le zèbre est figure d’inversion par excellence. « Tu t’es toujours demandé si les zèbres étaient blancs à rayures noires, ou noirs à rayures blanches. » (Félix, l’un des héros homosexuels du roman La Synthèse du camphre (2010) d’Arthur Dreyfus, p. 124) On peut interpréter le zèbre comme l’allégorie animale de la bisexualité ou de la négation de la différence des sexes : rayures noires sur fond blanc, ou bien rayures blanches sur fond noir ? C’est une question de points de vue, une question de « gender » ! diraient les théoriciens queer… « Avant de partir chez Linde, le lendemain matin, je me rongeai les sangs pour savoir comment j’allais m’habiller. Pour la plupart, mes vêtements faisaient encore très petite fille. Je choisis ma chemise de garçon rayée et un jean. » (Anamika, l’héroïne lesbienne du roman Babyji (2005) d’Abha Dawesar, p. 15)

 

Le "Livre blanc" de Copi

Le « Livre blanc » de Copi


 
 

c) L’amant-cheval au paddock ! :

Film "Le Testament d'Orphée" de Jean Cocteau

Film « Le Testament d’Orphée » de Jean Cocteau


 

Zèbre homosexuel, cheval homosexuel… La présence de ces deux masques animaliers dans le paysage fictionnel homo-érotique désigne le cheval comme un double schizophrénique, une moitié de conscience humaine éjectée (et donc souvent comme une furie infligeant la tourmente !), une passion amoureuse dévorante et incontrôlable, parfois même un désir homosexuel refoulé : cf. la pièce Equus (1973) de Peter Schaffer, le film « Farinelli » (1994) de Gérard Corbiau (le cheval au galop représentant dans ce cas le viol inconscient et la castration réelle qu’a subis le héros émasculé), le film « Reflections In A Goldeneye » (« Reflets dans un œil d’or », 1967) de John Huston (avec la course folle en cheval du major Weldon, homosexuel très refoulé), la planche de Copi (1963) dans la revue Bizarre de Jacques Sternberg et Jean-Pierre Castelnau (ce dessin représente un cheval qui finit par marcher sur une petite fille qui l’en avait instamment prié, la réduisant à l’état d’une galette informe qui murmure « Merci »), le film « Les Rencontres d’après-minuit » (2013) de Yann Gonzalez (avec le personnage de l’Étalon), etc. « Bouge-toi, Gueule de Rat ! » (Venceslao parlant à son cheval, dans la pièce L’Ombre de Venceslao (1999) de Copi) ; « Allez grouille, avant que la foudre nous coupe en deux ! » (idem) ; « Au galop ! Plus vite ! » (Dick montant sur le dos de Tom, le héros homosexuel, dans le film « The Talented Mister Ripley », « Le Talentueux M. Ripley » (1999) d’Anthony Minghella) ; etc. Par exemple, dans la pièce Dans la solitude des champs de coton (1985) de Bernard-Marie Koltès, l’un des personnages homos parle de son cheval intérieur, par conséquent de sa conscience : « Qui connaît cependant l’humeur des chevaux ? »

 

CHEVAL Métro

(Merci de regarder l’affiche dans le wagon…)


 

Le cheval peut renvoyer à la stimulation génitale (masturbation), au coït homo (notamment avec sodomie, ou en tous cas un rapport de domination), à l’amour homosexuel (souvent compulsif et indomptable) ou bien à l’amant homo : cf. le roman Sur un cheval (1960) de Pierre Guyotat, le film « Ben Hur » (1959) de William Wyler (avec la scène de la course de chars), le vidéo-clip de la chanson « Don’t Tell Me » de Madonna, la chanson « La Monture » de Fleur-de-Lys dans la comédie musicale Notre-Dame de Paris de Luc Plamondon, le film « Lucky Luke » (2009) de James Huth (avec la scène pseudo homosexuelle entre Lucky Luke et son cheval Jolly Jumper), etc.

 

« Au fond des écuries, des paquets d’hommes s’affairaient dans le noir ; des écrans vidéo diffusaient des films pornos. Serrés au fond des boxes à chevaux, des mâles se branlaient, suçaient, sodomisaient. » (Benoît Duteurtre décrivant les backroom, dans son roman Gaieté parisienne (1996), p. 180) ; « J’ai l’impression de toujours miser sur le mauvais cheval. » (Wave, la copine d’enfance lesbienne de Peyton, l’héroïne du film « Elena » (2010) de Nicole Conn) ; « J’aime entendre ton souffle court, comme celui d’un cheval de labour ! » (Raphaël Beaumont dans son one-man-show Raphaël Beaumont vous invite à ses funérailles, 2011) ; « J’étais pas amoureuse du prince de Candy mais de son cheval. » (Océane Rose-Marie dans son one-woman-show La Lesbienne invisible, 2009) ; « Je n’étais pas de marbre. Ma bouche goba goulûment l’un, puis l’autre testicule. Leur propriétaire se retourna, appuya ses genoux sur une marche, cambra son échine, prit la pose et apposa sa croupe fendue à cheval sur l’arrête de mon nez. Mes paumes pétrirent les deux globes. » (le narrateur homosexuel de la nouvelle « Au Musée » (2010) d’Essobal Lenoir, p. 110) ; « J’avais les rênes de Sugar [le cheval] en main et la sensation de maîtriser la situation. Si on peut faire trente kilomètres par heure sur un cheval et maîtriser la situation, tu peux faire quelques centimètres par minute avec une dame et maîtriser la situation, pensai-je. » (Anamika, l’héroïne lesbienne parlant de Sheela, une de ses camarades de classe dont elle est amoureuse et avec qui elle fait un tour en cheval pour la draguer, dans le roman Babyji (2005) d’Abha Dawesar, p. 62) ; « La bête est plutôt du genre étalon. » (Bernard parlant à son nouvel amant, dans la pièce À quoi ça rime ? (2013) de Sébastien Ceglia) ; « Un monsieur aimait un jeune homme. Cela n’a rien que de banal. Les habitués des hippodromes font des folies pour un cheval. Ai-je dit qu’ils vivaient ensemble, ensemble une même maison ? C’était plus commode, il me semble. Si c’est vrai, ils avaient raison. » (cf. la chanson « Un Monsieur aimait un jeune homme » de Guy Béart) ; « J’irai avec Jérôme à cheval jusqu’au village. » (Jacques répétant une phrase apparemment récurrente pour lui, dans le film « Friendly Persuasion », « La Loi du Seigneur » (1956) de William Wyler) ; « T’es monté comme un cheval ? J’ai jamais fait d’équitation, mais bon… on ne sait jamais. » (Fabien Tucci, homosexuel, s’adressant à Momo, dans son one-man-show Fabien Tucci fait son coming-outch, 2015) ; « Il est venu le temps de monter à chevaaaaleu ! » (idem, parodiant la chanson « Le Temps des cathédrales » de la comédie musicale Notre-Dame de Paris) ; « À la télé, tout le monde savait que Steevy Boulay était gay… sauf lui ! Je le soupçonne d’avoir couché avec sa peluche, Bourriquet ! » (idem) ; « T’as pas une allure d’étalon, ça c’est sûr. » (Rettore, le prostitué homo s’adressant à un « camarade » travesti, dans le film « Mezzanotte » (2014) de Sebastiano Riso) ; « Elle avait un vagin de jument. Je ne m’y serais pas risquée » (la prostituée Grisélidis Réal parlant de sa collègue Big Mama, dans la pièce Toi, l’imbécile, sors! (2017) de Julie Allainmat) ; etc.

 

Par exemple, le film « Le Derrière » (1999) de Valérie Lemercier commence directement par une scène de coït animalier entre un cheval et sa jument, allusion volontairement grossière à la sodomie pratiquée dans certains ébats homosexuels. Dans le film « Harvey Milk » (2009) de Gus Van Sant, Jack est comparé à un « palomino », à une monture. Dans la pièce Tu m’aimes comment ? (2009) de Sophie Cadalen, la femme fait allusion aux « montures » de son mari bisexuel. Dans la pièce Ma Première Fois (2012) de Ken Davenport, l’une des héroïnes lesbiennes, face à sa copine qui la supplie de stopper ses assauts sexuels (« Arrête ! Lâche-moi ! »), sent son désir monter encore plus… un désir hippique : « Ça, ça me faisait bander comme un cheval. » Dans le film « Que Viva Eisenstein ! » (2015) de Peter Greenaway, Sergueï Eisenstein, homosexuel, compare son amant mexicain Palomino à un cheval : « Palomino… comme un cheval. […] Êtes-vous un étalon, Monsieur Palomino ? » Plus tard, il se met à hennir avant de se faire culbuter par Palomino : « J’ai l’amour d’un Centaure, mi-homme mi-cheval. » Dans la pièce L’un dans l’autre (2015) de François Bondu et Thomas Angelvy, lorsque François propose à son amant Thomas de choisir son camp entre homo ou hétéro, il lui pose la question suivante concernant des boissons : « T’es plus Poulain ou Éléphant ? » Dans la pièce Le Cheval bleu se promène sur l’horizon, deux fois (2015) de Philippe Cassand, Michel parle de « tuer un cheval comme Keller ».

 

Film "Riding Ryder" de Raven Mcallan

Film « Riding Ryder » de Raven Mcallan


 

Certains enchaînements d’idées prêtent fortement à deviner la blague potache peu accidentelle… « En m’endormant, je rêvai que Linde et moi étions des particules tournant l’une autour de l’autre, se transformant brusquement en ondes, marées et courants. Mr Garg avait fait un commentaire à propos du dualisme que je n’avais pas noté. Si l’on croise un âne avec une jument, avait-il expliqué, on obtient une mule. La mule est-elle une ânesse ou une jument ? » (Anamika, l’héroïne lesbienne du roman Babyji (2005) d’Abha Dawesar, p. 31) Par exemple, dans la nouvelle « Une Langouste pour deux » (1978) de Copi, la phrase qui suit sans transition celle-ci « Françoise serra plus fort la main de Marina. », c’est « Le cheval stoppa et se mit à brouter les œillets de la rambla. » (p. 83). Dans la pièce Le Problème (2011) de François Bégaudeau, par un jeu de mots explicite, Adam, en parlant du Gai Savoir (1882) de Nietzsche, fait croire à sa petite sœur Julie qui prépare le bac de philo que Nietzsche a embrassé son cheval pour savoir ce qu’était la « conscience gaie/gay ». Analogies graveleuses ou pas, le lien entre cheval et homosexualité est pourtant bien là !

 
 

d) La folle course passionnelle du cheval homosexuel :

Le cheval n’est pas un amant/cavalier comme un autre. Il est cette idole narcissique avec laquelle le héros homosexuel va fusionner pour le meilleur et surtout pour le pire… « Collins [la domestique dont Stephen, l’héroïne lesbienne, est amoureuse] avait maintenant un rival des plus sérieux, qui avait fait depuis peu son apparition aux écuries. Il ne possédait point de véritable genou de servante, mais, en revanche, quatre émouvantes jambes brunes… Il avait, de plus que Collins, deux jambes et une queue, ce qui n’était guère en faveur de cette dernière ! Ce Noël-là, quand Stephen avait eu huit ans, Sir Philip [le père de Stephen] lui avait acheté un robuste poney bai. » (Marguerite Radclyffe Hall, The Well Of Loneliness, Le Puits de solitude (1928), p. 53) ; « Stephen essayait de monter en amazone. » (idem) ; « Quant au poney, il était sûrement plus digne de vénération que Collins qui vous avait si méchamment traitée à cause du valet de pied ! Et pourtant… pourtant… vous deviez quelque chose à Collins, précisément parce que vous l’aviez aimée, bien que cela eût pris fin. Toutes ces pénibles pensées sont terriblement ennuyeuses quand on désire jouir d’un nouveau poney ! » (Stephen se parlant à elle-même, idem, p. 54) ; « Venez ici, cheval ! […] Écoutez-moi, vous n’êtes plus vous, vous êtes Collins ! » (Stephen s’adressant à son poney, idem) ; « À sa place régna Mlle Duphot, une jeune gouvernante française, dont la longue et agréable figure rappelait à Stephen un cheval. » (idem, p. 74) ; « Stephen aima Raftery [c’est le nom du cheval] et Raftery aima Stephen. Ce fut tout de suite de l’amour. » (idem, p. 79). Entre le héros homosexuel et son amant-cheval, il se conclut une sorte de mariage diabolique : « Stephen et Raftery se jurèrent ainsi un dévouement mutuel, seuls dans cette écurie qui embaumait le foin. Et Raftery avait cinq ans et Stephen douze ans lorsqu’ils échangèrent ce pacte solennel. » (idem, p. 80) On apprend finalement les clauses du contrat : c’est l’exclusion de l’autre sexe qui est tacitement signée : « Comme Raftery prenait son élan, les singulières imaginations de Stephen se renforcèrent et commencèrent à l’obséder. Elle se figura qu’elle était poursuivie, que la meute était derrière elle au lieu d’être en avant, que les gens excités, les yeux étincelants, la poursuivaient, des gens cruels, implacables, infatigables… ils étaient nombreux et elle n’était qu’une créature solitaire, avec les hommes dressés contre elle. » (idem, p. 165)

 

Le cheval dans les œuvres de fiction homo-érotiques représente souvent la mort, la fuite face à un crime, un élan passionnel sans frein, une peur du viol, ou bien carrément le viol : cf. le tableau El Caballero De La Muerte (1935) de Salvador Dalí, le film « Les Cavaliers de l’orage » (1983) de Gérard Vergez, le recueil de poème Romancero Gitano (1942) de Federico García Lorca (et notamment le « Romance à l’épouse infidèle » ; voir aussi l’escapade à cheval suite au crime, dans la pièce Noces de Sang en 1932), le tableau Baignade du cheval rouge (1912) du peintre symboliste russe Kouzma Petrov-Vodkine, la pièce La Fuite à cheval très loin de la ville (1976) de Bernard-Marie Koltès, etc. « J’aime les poneys avec des têtes de mort. Des poneys qui perdent un œil. » (Juna, l’une des héroïnes lesbiennes, dans la pièce Gothic Lolitas (2014) de Delphine Thelliez) ; « Lâche parmi les lâches, le coupable remonta sur son cheval, pressé qu’il était sans doute d’aller déshonorer d’autres femmes et de les laisser, après avoir abusé d’elles, seules et au désespoir. » (Dominique Simon, Les Carnets d’Alexandra (2010), p. 115) ; « On joue à quelque chose ? Aux petits chevaux peut-être ? » (Leopold s’adressant à son amant Franz avant de coucher avec lui et de le « chevaucher » concrètement, en composant 3 fois aux dés le chiffre 6, dans la pièce Gouttes dans l’océan (1997) de Rainer Werner Fassbinder) ; « Il faudrait mieux de faire un break parce qu’avec le cheval, ça fait mal. » (Vincent parlant à Moussa du film « Le Secret de Brokeback Mountain », dans le film « Ce n’est pas un film de cowboys » (2012) de Benjamin Parent) ; « Le silence de l’appartement fut brisé par des sons creux qui évoquaient un cheval traversant une cour d’écurie pavée. » (Jane, l’héroïne lesbienne du roman The Girl On The Stairs, La Fille dans l’escalier (2012) de Louise Welsh, p. 86) ; etc.

 

Par exemple, dans le film « Una Giornata Particolare » (« Une Journée particulière », 1977) d’Ettore Scola, Gabriele, le héros homosexuel communiste, s’extasie ironiquement devant une photo d’un des chevaux de Mussolini, Med, en feuilletant l’album d’Antonietta : « Quel beau cheval ! » Dans la série Sex Education (2019) de Laurie Nunn, Adam, le héros homosexuel, se targue de regarder des films zoophiles sur Porn Hub où par exemple « un démon en images de synthèse baise un cheval. ».
 

La figure imposante du cavalier ou bien l’esthétisme de la force fragile féminine de la cavalière (avec sa cravache de guerrière !) sont des archétypes de la féminité fatale et du machisme : cf. le roman El Jinete Azul (1983) de José Rafael Calva, le vidéo-clip de la chanson « Libertine » de Mylène Farmer (avec Libertine en fuite suite à l’adultère), le film « Marnie » (« Pas de printemps pour Marnie », 1964) d’Alfred Hitchcock (avec Marnie, la gamine fuyant son passé de gamine violée et violente), le film « Reflections In A Goldeneye » (« Reflets dans un œil d’or », 1967) de John Huston (avec la fougueuse Leonora), la pièce El Público (1930-1936) de Federico García Lorca (avec le personnage de Julia), la chanson « Fier et fou de vous » de William Sheller (avec l’écuyère), etc.

 

Plus fondamentalement, l’animal équestre dans les fictions homo-érotiques renvoie à la peur de la génitalité. Par exemple, dans la pièce Les Sex Friends de Quentin (2013) de Cyrille Étourneau, Michèle, la cruche bimbo, essaie de draguer et de convertir Jules, le héros homo ; tous deux commandent comme boisson un « puceau à cheval ». Dans son one-woman-show Wonderfolle Show (2012), Nathalie Rhéa dit qu’elle préfère vivre seule car quand elle est en couple, elle a l’impression d’être contre le cul d’un cheval et qu’elle ne sait même pas où mettre ses jambes. Dans le film « Les Garçons et Guillaume, à table ! » (2013) de Guillaume Gallienne, le cheval est vraiment l’allégorie de la sexualité. Quand le héros bisexuel raconte un de ses premiers « plans cul » avec un homme à l’appareil génital imposant, il prend peur : « Il était tout nu. Et là, j’ai vu… un cheval. » Lorsqu’il exprime sa terreur, sa mère le méprise immédiatement : « Évidemment, t’as toujours eu peur des chevaux ! » Guillaume dit que le cheval est l’animal qui lui a toujours fait le plus peur. Il va apprendre à surmonter sa peur dans un centre équestre. Dans la pièce Hétéro (2014) de Denis Lachaud, Gatal, le héros homosexuel, s’auto-désigne lui-même comme le poulain dressé par ses deux « pères » homos pour leur assurer une descendance (il est leur fils unique) : « Je suis votre seul cheval sur l’hippodrome. » Et le choix du fiancé de Gatal est assuré par le Père 2, qui prend les mesures de ce dernier comme un vétérinaire : « Combien mesures-tu ? » Les pères de Gatal veulent un « pedigree » parfait pour leur fils.

 

Film "Guillaume et les garçons, à table!" de Guillaume Gallienne

Film « Guillaume et les garçons, à table! » de Guillaume Gallienne


 

Dans le film « Naissance des pieuvres » (2007) de Céline Sciamma, le cheval est associé à la fois à l’acte sexuel dans la différence des sexes (« T’avais qu’à faire du cheval. » reproche Marie à sa future amante Floriane qui a envie de se faire sauter pour la première fois par un mec) et à l’avortement (« Du cheval, c’est pour avorter. » rétorque immédiatement Floriane). Bref, il est l’allégorie du viol.

 

Dans la pièce Les Favoris (2016) d’Éric Delcourt, Guen, le héros homosexuel, est en « couple » avec Brice, et explique à Stan l’hétéro qu’ils ne veulent pas se marier. Stan embraye sur la PMA qu’il confond avec le PMU. Guen le reprend : « PMA ! Pas PMU ! PMU, c’est pour les chevaux. Tu m’as pris pour une jument ou quoi ? »
 
 

FRONTIÈRE À FRANCHIR AVEC PRÉCAUTION

 

PARFOIS RÉALITÉ

 

La fiction peut renvoyer à une certaine réalité, même si ce n’est pas automatique :

 
 

a) Communauté homosexuelle et monde équestre:

CHEVAL auteur

 

Le cheval occupe une grande place dans le psychisme et parfois dans la vie de certaines personnes homosexuelles. « Je veux être aimée par tous les capricornes. » (Linn, jeune homme brésilien travesti en femme, dans le documentaire « Bixa Travesty » (2019) de Kiko Goifman et Claudia Priscilla). Par exemple, dans son documentaire « Pêche, mon petit poney » (2012), Thomas Riera raconte qu’étant petit, il s’est identifié à une figurine de cheval en plastique en même temps qu’il a découvert son homosexualité : « Mon envie dans ce film est de faire apparaître la relation que j’ai eue avec Pêche. Parce qu’elle a été sans doute une soupape à mes questions. Parce que j’avais trouvé en lui quelqu’un à qui m’accrocher. À travers cette histoire intime avec Pêche, mais aussi à travers les failles et les choses du monde normées et non normées assimilées, ressortira le cheminement d’un enfant, de sa construction, de ses peurs anciennes face à son homosexualité, mais aussi de ses désirs et secrets les plus beaux qu’il n’ait imaginés. »

 

devenir-hetero-en-brossant-un-cheval-stop-homophobie

 

Dans son documentaire « La Villa Santo Sospir » (1949), Jean Cocteau parle de son amour pour son cheval de bois : « Du reste, mon cheval et mon lion s’entendent à merveille. » Dans son essai L’Amour qui ose dire son nom (2000), Dominique Fernandez a fait toute une étude sur la présence des chevaux dans l’art homosexuel (p. 270 et pp. 282-284). Quand le peintre homosexuel Gustave Moreau a peint Hamlet, il s’est inspiré du cheval. Je pense également au groupe Écurie du chanteur Nicolas Bacchus. Et dans le monde hippique, on ne peut pas dire que la tenue et la silhouette filiforme de certains jockeys sentent particulièrement la testostérone !

 

Dans l’émission de télé-crochet The Voice 4 diffusée sur la chaîne TF1 le 24 janvier 2015, le chanteur homosexuel Mika se met en boutade dans la peau de Cendrillon agressée par ses deux sœurs (et rivales-coachs Jennifer et Zazie) : « Moi, je suis le cheval blanc ! »
 

Casaque rose...

Casaque rose…


 

Des amis à moi fréquentant les clubs équestres (en France), m’ont fait la remarque que d’une part ces derniers étaient fréquentés davantage par des filles que par des garçons, mais également que les rares jeunes hommes y étaient proportionnellement aussi frêles et peu masculins que les jeunes filles étaient en général en surpoids.

 

Tiercé

Publicité Quinté +


 

Beaucoup de personnalités homosexuelles ou bisexuelles montent à cheval ou aiment le monde équestre. Par exemple, Mylène Farmer a pratiqué les sports équestres au Cadre noir de Saumur. La mère d’Annemarie Schwarzenbach (lesbienne comme sa fille) fut une cavalière émérite. « Mon arrière grand-mère maternelle était une comédienne espagnole venue en Argentine jouer des pièces classiques à cheval. Ma grand-mère écrivait des comédies légères de lesbiennes qui trompaient leurs maris. » (le dramaturge argentin Copi, interviewé dans l’article « Copi en forme » de Jean-Pierre Thibaudat, sur le journal Libération du 10 octobre 1983) Dans le docu-fiction « Christine de Suède : une reine libre » (2013) de Wilfried Hauke, la Reine Christine, pseudo « lesbienne », est représentée comme la cavalière sauvage, la métaphore de la liberté.

 

Il arrive même que les personnes homosexuelles soient associées identitairement aux chevaux. Les synonymes du terme « cheval » servent à qualifier les individus homosexuels dans certains pays d’Amérique centrale, Cuba notamment (la « yegua » signifie à la fois « jument » et « homosexuel »). Cette corrélation indique parfois une asexuation et une désincarnation : « La première personne intersexuée que j’ai rencontrée s’appelait Audrey. J’avais l’impression de rencontrer une licorne. Tu sais, les animaux imaginaires. » (Déborah, jeune femme intersexe, dans le documentaire « Ni d’Ève ni d’Adam : une histoire intersexe » de Floriane Devigne diffusé dans l’émission Infrarouge sur la chaîne France 2 le 16 octobre 2018)

 

Quelques bons connaisseurs d’équitation dans mon entourage, m’ont dit qu’il y avait beaucoup de cavaliers homosexuels dans ce sport (Robert Denvert, l’ex-champion du monde d’équitation hollandais Edward Gal – dont le copain est aussi un cavalier connu –, etc. ; par exemple, aux J.O. d’été de Sydney en 2000, 100% du podium était lesbien), particulièrement parmi les cavaliers de dressage. Ils m’expliquent qu’il y a autour de la maîtrise du cheval un fantasme inconscient de domination (cravache, force au galop, pouvoir de direction, etc.) : le cheval peut être considéré par le cavalier comme un instrument de son narcissisme de Pygmalion, comme (je reprends leurs termes) une « prolongation de soi ». Il est à noter d’ailleurs que l’équitation est le seul sport au monde 100% mixte : il n’y a qu’un seule classement homme-femme (ils ne sont pas dissociés sur les podiums).

 
 

b) L’invisibilité du zèbre :

Docu-fiction "Brüno" de Larry Charles

Docu-fiction « Brüno » de Larry Charles


 

Comme le désir homosexuel est hybride, le cheval qui correspond le mieux aux personnes homosexuelles est le zèbre. Par exemple, l’accordéoniste (Sébastien Mesnil) de « Madame Raymonde » (Denis D’Arcangelo) est surnommé « le Zèbre ». Le zèbre représente l’animal-fétiche de certains communautaires homosexuels. Il leur arrive de s’y identifier : par exemple la Cebra est le nom qu’a donné le mexicain José Rivera à sa troupe de danse gay. La mode kitsch des imitations « zèbre » dans le design contemporain est abondamment reprise par les artistes homosexuels (cf. le film « Priscilla, folle du désert » (1995) de Stephan Elliot, la pochette zébrée de l’album Les Mots de Mylène Farmer, le pantalon en zèbre d’Hedwig dans le film « Hedwig And The Angry Inch » (2001) de John Cameron Mitchell, le film « 200 American » (2003) de Richard Lemay, le vidéo-clip de la chanson « Only Gay In The World » de Ryan James Yezak, la chanson « Big Girl » de Mika pendant son concert à Paris-Bercy en 2010, la pièce La Cage aux folles (1973) de Jean Poiret – avec le tapis en peau de zèbre dans la mise en scène 2009 avec Christian Clavier et Didier Bourdon au Théâtre de la Porte Saint Martin à Paris –, le docu-fiction « Brüno » (2009) de Larry Charles, la pièce Les Oiseaux (2010) d’Alfredo Arias – avec les costumes rayés blanc et noir des oiseaux –, le documentaire « Ma Vie (séro)positive » (2012) de Florence Reynel, le téléfilm « Le Clan des Lanzacs » (2012) de Josée Dayan – avec le personnage d’Anne, interprété par Muriel Robin, et portant une tenue zébrée –, etc.). Par exemple, dans le documentaire « Let’s Dance – Part I » (diffusé le 20 octobre 2014 sur la chaîne Arte, Steven Cohen le performer homo est filmé dans son atelier à côté d’une immense peau de zèbre. Dans l’émission Zone interdite spéciale « Être fille ou garçon, le dilemme des transgenres » diffusée le 12 novembre 2017 sur la chaîne M6), Laura, homme M to F, a un porte-monnaie zébré. Dans le documentaire « Du Sollst Nicht Schwul Sein » (« Tu ne seras pas gay », 2015) de Marco Giacopuzzi, Sofiane, musulman homosexuel de vingt ans, possède une collection de chaussures avec semelle compensée zébrées. La reprise artistique des rayures du zèbre se veut humoristique et transgressive, puisqu’elle renvoie implicitement au sadomasochisme et au narcissisme. Mais en réalité, la mention du zèbre indique plus profondément un désir d’invisibilité, de disparition, de mensonge, bref, un désir de mort. « Le Zèbre était le propriétaire de la ‘boîteLa Cravache. […] Au plafond, il avait tendu un plastique transparent. » (Alfredo Arias, Folies-Fantômes (1997), p. 256)

 

Steven Cohen

Steven Cohen


 

CHEVAL photomaton

 
 

c) L’amant-cheval au paddock ! :

Album "The Horse" du chanteur gay Sir Paul

Album « The Horse » du chanteur gay Sir Paul


 

Zèbre homosexuel, cheval homosexuel… La présence de ces deux animaux dans le mode de vie homo-érotique désigne renvoie plus trivialement/sentimentalement à la stimulation génitale (masturbation), au coït homo (notamment avec sodomie), à l’amour homosexuel (souvent compulsif et indomptable) ou bien à l’amant homo : cf. l’essai Deux hommes sur un cheval (2004) de Didier Godard. « De Brazzaville à Goussainville, l’homosexualité était devenue l’ombre de moi-même : Un véritable cheval de bataille, impliqué autoritairement dans ma vie de tous les jours. » (Berthrand Nguyen Matoko, Le Flamant noir (2004), p. 103) ; « Vous avez un diamant brut dans les mains et ça ne sert à rien de brusquer les choses, you know the drill, il suffit de tenir sur le cheval et lui montrer que vous lui faites confiance en serrant bien les jambes pour lui montrer que vous êtes bien en équilibre sur la selle et de là-haut vous voyez bien, au loin, vous regardez l’horizon et le cheval vous suit mais en fait c’est lui qui fait tout le travail. Ça vous revient naturellement, après toutes les chutes du passé quand le cheval s’emballe parce qu’il a peur ou qu’il veut vous tester mais là c’est pas la peine car il est sympa et il voulait une promenade lui aussi… » (cf. l’article « Moi vs le Roi des rois » de Didier Lestrade, publié en mai 2012, dans lequel Lestrade raconte sa rupture amoureuse avec son dernier « ex ».) Par exemple, dans le documentaire « Cet homme-là (est un mille feuilles) » (2011) de Patricia Mortagne, Xavier, le témoin homosexuel dont il est fait le portrait, et qui est présenté comme un vrai « coureur », s’est fait un tatouage de cheval. Symbole inconscient d’un désir intérieur dispersé…

 

Film lesbien "Voltiges" de Lisa Aschan

Film lesbien « Voltiges » de Lisa Aschan


 

L’équitation peut tout à fait répondre à des sensations corporelles d’ordre homosexuel. Certains connaisseurs du monde équestre m’ont rapporté que des filles cavalières pouvaient être stimulées sexuellement par la sensation de chaleur que procure le cheval entre les jambes. Et de même pour les garçons : « En ce temps-là, Hippocrate [-420 ; – 370 av. J.-C.] défendait à ses malades l’équitation qui, selon lui, prédisposait à l’inversion, en raison des vibrations provoquées sur les organes sexuels. » (Jean-Louis Chardans, Histoire et anthologie de l’homosexualité (1970), p. 120)

 
 

d) La folle course passionnelle du cheval homosexuel :

cheval_de_rayure_darc_en_ciel_photo_en_relief-r6d88e3629e7b4405b118468ee1ee9909_x7saz_8byvr_512

 

Le cheval n’est pas un amant comme un autre. Il est cette idole narcissique avec laquelle certaines personnes homosexuelles vont fusionner pour le meilleur et parfois pour le pire… « La lutte contre les discriminations, c’est notre cheval de bataille. Mais vous me direz ‘Mais pourquoi une licorne ?’. Alors je n’en sais rien. Une idée du graphiste, c’est tout. » (le réalisateur Peter Gehardt commentant en voix-off le film d’animation final de son documentaire « Homo et alors ?!? » (2015) de Peter Gehardt) La figure imposante du cavalier ou bien l’esthétisme de la force fragile féminine de la cavalière (avec sa cravache de guerrière !) sont des archétypes de la fantasmagorie homosexuelle, une fantasmagorie en lien avec le désir esthétisé du viol. Moi-même, dans mon enfance et adolescence, je trouvais la figure de la cavalière fugitive particulièrement « sexy ». Il m’arrivait de l’imiter… même si je n’ai jamais pratiqué l’équitation. En revanche, je suis monté une fois à cheval, grâce à un lointain cousin de ma famille, qui tenait un centre équestre, et qui a fait son coming out quelques années après.

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.