Archives par mot-clé : sexualité

Décryptage de Sex Education : une série homophobe – malgré sa réputation gay friendly – et donnant une image désastreuse de nous personnes homosexuelles


 

Je sais que c’est difficile à voir et de dépasser le terrain des bonnes intentions (gays friendly) de la série Sex Education (qui récolte un fort succès auprès de nos jeunes en ce moment), mais je vous le dis et vais vous le prouver : Sex Education n’est pas l’amie de la communauté homosexuelle. Certains commentateurs – y compris catholiques – se targuent que cette série nous aime (nous personnes homosexuelles), qu’elle traite vraiment du sujet de l’homosexualité, qu’elle permette de libérer la parole, de briser un tabou, de nous affirmer nous-mêmes tels que nous « sommes », qu’elle défende nos « amours », qu’elle contribue à faire évoluer les mentalités et à favoriser une meilleure intégration de la communauté LGBTQI (Lesbienne, Gay, Bi, Trans, Queer, Intersexe : expression employée par Otis – le héros principal – lui-même) dans la société. Or, rien de plus faux. Ce n’est pas parce qu’elle nous victimise ou parle de nous qu’elle nous aime. Et je dirais même plus : en nous présentant en anges-victimes, elle souhaite nous transforme en bêtes diaboliques et en méchants bonshommes. Donc attention à ces ennemis qui nous souhaitent tout le bonheur du monde… (c.f. émission Radio Présence).
 

 

Une série homophobe (même si elle s’affiche gay friendly) :

 

Dans Sex Education, il y a quasiment le tiers des personnages qui est homo… ce qui ne constitue pas une petite moyenne ! Même les personnages hétéros sont homosexualisés (preuve que l’hétérosexualité est une homosexualité déguisée) : Otis se décrit comme « lesbienne » dans l’épisode 4 ; il est fan d’un film de mauvaise qualité qui s’appelle « Hedwig and the Angry Inch » et qu’il présente comme un chef d’œuvre – je cite – de « la communauté LGBTQI » (c.f. épisode 5) ; il se travestit en femme en solidarité avec son meilleur ami gay Éric (idem). Dans l’épisode 7, Ola se déguise en garçonne pour le bal, avec smoking. Dans l’épisode 8, Maeve et Aimee finissent même main dans la main. Et à plusieurs reprises dans les épisodes, les personnages de la série s’affirment/se disent « bizarres » ou « étranges » (c.f. épisodes 4 et 8), adjectifs traduits à l’anglais par le terme « queer » qui comporte la bisexualité.
 

De plus, les coming out des personnages homos officiels sont particulièrement tardifs voire inaccomplis : Éric ne fera jamais son coming out à sa famille ni au lycée. Ruthie la lesbienne ne s’assume pas dans son couple avec Tanya. On n’apprendra l’homosexualité d’Anwar, l’autre gay connu du lycée aux côté d’Éric, que dans l’épisode 7 : et Adam, qu’à l’épisode 8. C’est dire l’homophobie de la série !
 

Et le pire, c’est que ces homosexuels « honteuses » restent malgré tout applaudis comme des héros qui ont osé s’affirmer. Par exemple, Éric est décrit par son propre père (homophobe repentant) comme un gars « courageux » (dans l’épisode 7) : sauve-t-il des vies ? aide-t-il les autres ? Non. Il a juste soi-disant le « courage d’être soi », de se travestir (alors que par définition, quand on se travestit, on n’est justement pas soi-même). C’est triste à dire mais il est considéré comme héroïque uniquement parce que c’est une victime.
 

 

L’homophobie est présente dans Sex Education jusque dans les dialogues. Les insultes homophobes fusent : « Dégage, chochotte ! » (Maeve s’adressant à Otis, dans l’épisode 1) ; « Comment ça va aujourd’hui, p’tite tapette ? » (Adam, homo, s’adressant à un camarade, dans l’épisode 2).
 

Quant aux relations entre personnes homosexuelles, l’amour y est totalement évacué, que ce soit en amitié ou en « couple »:
 

– Il n’y a aucune solidarité entre homos : Éric et Anwar, les deux gays identifiés comme tels au lycée, ne se serrent pas les coudes. Ils s’enfoncent : « Toi, t’as l’air d’être un clown de chantier, balance Anwar à Éric, j’suis toujours pas ton pote. » (c.f. épisode 6) ;
 

– C’est de l’amour platonique, souvent incestuel : « J’suis amoureux de Monsieur Hendricks mais il sais même pas que j’existe. Comment je fais pour qu’il me voie ? » (un lycéen de 16 ans parlant de son prof de biologie et demandant conseil à Otis, dans l’épisode 3) ;
 

– C’est de l’amour-vache : le couple homo-phare de Sex Education, formé par Éric et Adam, est particulièrement violent. Pendant la quasi intégralité des épisodes, Éric est le souffre-douleur d’Adam. Adam l’insulte de tous les noms, le rackette, le terrorise : « Ferme ta petite gueule, Trompette en l’air. » (c.f. épisode 1) ; « Fais gaffe où tu vas, pédé ! » (idem). Et ce n’est qu’à la fin (c.f. épisode 8) que les deux garçons sortent ensemble. Et la scène de leur premier baiser est particulièrement glamour : ils se battent, se plaquent violemment au sol, se crachent mutuellement dessus (« Alors, ça te plaît ? » demande Adam), juste avant de s’embrasser à pleine bouche et de coucher ensemble : c’est beau l’amour homo, hein ? À aucun moment on ne les voit être tendres, s’aimer, se respecter. C’est un « amour » de misère : « Toi et moi on est différents mais au fond on est pareils. On est deux pauvres losers que tout le monde rejette. » (Éric, dans l’épisode 2). La formation de leur « couple » n’est pas libre : elle est filmée comme purement chimique… et se compose précisément en classe de chimie (sur un cours sur les valves pulmonaires et le cœur-organe, dans l’épisode 8) : so romantic… ;
 

 

 

– C’est de la confusion torturante entre amour et amitié, autrement dit du massacre d’amitié : par exemple, dans l’épisode 4, Ruthie a du mal à dire à sa « meilleure amie » Tanya avec qui elle sort qu’elle ne l’aime pas « d’amour » ;
 

 

– C’est une tyrannie parentale. Dans Sex Education, Jackson, hétéro, est élevée par un « couple » lesbien (Sylvia et sa compagne noire avec qui elle est mariée). Non seulement ce binôme de « mères » ne s’entend pas (« Mes mères vont peut-être divorcer. Elles n’arrêtent pas de se disputer. Et moi je suis genre le ciment qui les aide à rester ensemble. » regrette Jackson, dans l’épisode 5) mais en plus il est vécu comme un enfer dans lequel on se noie (« Je supporte pas d’être chez moi. J’ai l’impression que je suffoque ; comme si je vivais dans le corps d’un autre, comme si je m’enfonçais dans la vie d’un autre. » avoue le jeune garçon noir, dans l’épisode 7). Et le pire, c’est que son entourage ne lui laisse même pas la possibilité de s’en plaindre : « Tu sais pas la chance que t’as. » rétorque Maeve quand Jackson crie son désir d’indépendance par rapport à ses « mamans » lesbiennes oppressives, dans l’épisode 8.
 

 

L’homosexuel défendu par la série : soit violeur, soit diable :


 

Même si tout cela est noyé dans les paillettes romantiques et la victimisation, la série Sex Education donne de nous, personnes homosexuelles, une image absolument catastrophique. Nous incarnons soit le personnage du prédateur sexuel, soit le rôle du diable.
 

Déjà, cinq des personnages gays sont dépeints comme le violeur :
 

Adam. Dès l’épisode 1, il est surnommé « Bitzilla » par Aimee, donc comparé à un monstre. Et Éric prévient Otis qu’Adam est un psychopathe qui va venir « le tuer dans sa propre maison ». Ensuite, comme je le soulignais un peu plus haut, Adam endosse le rôle du harceleur : il violente son futur amant Éric pendant les 8 épisodes de la saison 1. Il le menace de mort à deux reprises (c.f. épisodes 7 et 8), y compris après avoir couché ensemble : « Si jamais t’en parles à qui que ce soit, je te jure que je te tue. » (c.f. épisode 8) ;
 

Lord Zortac, l’« Inquisiteur » extraterrestre de la B.D. dessinée par Lily, et apparaissant sous les trait du diable venant violer l’héroïne Blénoxy (le double de la jeune fille nymphomane), dit qu’il est « gay » (c.f. épisode 3). Il est tantôt appelé « l’Inquisiteur » ou « le geôlier » ou « le Visiteur » ;
 

 

l’automobiliste homosexuel qui dans l’épisode 5 voit Éric déguisé en travelo marcher seul sur la route dans la nuit (« Enfoiré de gay ! »), et qui le viole et le tabasse ;
 

Tanya la lesbienne qui regarde un documentaire sur les requins avec sa copine Tanya puis lui sourie de toutes ses dents (c.f. épisode 4) ;
 

Éric qui donne son premier coup de poing « viril » contre un gars du lycée… et il a fallu que ça tombe sur Anwar, le seul autre gay connu du collège. (épisode 6). Ce dernier lui met sous le nez sa paradoxale homophobie homosexuelle : « Frapper le seul autre gay ici… bien joué, Éric ! Maintenant, ma mère pense que t’es un sale homophobe ! »

 

L’autre personnage homosexuel homophobe que la série colle sur notre front à nous personnes homosexuelles, c’est celle du diable. Même si les spectateurs ne s’en rendent pas compte, on nous dit que « tout homosexuel est le diable incarné ».
 

– Dans l’épisode 4, on voit un pentagramme inversé (figure bien connu des rituels satanistes) affiché dans la chambre de Tanya pendant qu’elle couche avec sa copine Ruthie. D’ailleurs, Ruthie (prononcé dans la série « Roussie »… parce qu’elle sent le roussi !) est rousse et malmène son amante.
 

 

– Dans l’épisode 1, Adam mate sur Porn Hub des scènes de « démons baisant des chevaux ».
 

Éric, le personnage homo principal, se prend pour le diable incarné : dans l’épisode 5, il dit « Je suis une vilaine fille à talons. Une vilaine fille ! Il faut que le monde entier soit au courant ! »
 

Par ailleurs, l’homophobie de cette série se situe en grande partie dans le fait qu’elle ne traite pas de la réelle homophobie, c’est-à-dire les viols (c.f. voir le tableau de définition de l’homophobie). Par exemple, quand Éric se fait lyncher, il n’est pas défendu par son entourage amical (il reprochera d’ailleurs à Otis son absence et sa trahison). L’homophobie dont il pâtit n’est même pas considérée comme une réalité. Par exemple, dans l’épisode 1, Anwar (homo lui aussi) la présente comme une simple « mode », un fait sociétal révolu, et défend mollement son camarade gay contre les attaques d’Adam : « Hey, Adam, je sais pas si t’es au courant mais l’homophobie, ça fait vraiment 2008. C’est super ringard. » Dans l’épisode 5, Éric se fait violer. On ne voit rien de l’événement. Plus tard, on apprend de manière très anecdotique que Maeve s’est fait violée dans une tournante par quatre gars quand elle était plus jeune. Dans la chambre de Jackson, dans l’épisode 8, les lesbiennes sont représentées comme des personnes violées et violentes, mais c’est simplement suggéré par une affiche marquée « Lesbians » avec des mains approchant une poitrine féminine. Cette série qui se targue d’aborder les sujet les plus chauds zappe les viols. C’est juste survolé, mais jamais abordé. D’où son homophobie.
 

 

 

La « gay friendly attitude » n’est que de la poudre aux yeux alchimique (transformation du plomb en or) et franc-maçonne. D’ailleurs, pour la petite histoire, dans l’épisode 7, Éric, le héros homosexuel, se poudre les yeux de paillettes d’or. Quant aux couleurs dominantes choisies pour éclairer le lycée de Moordale lors du bal dans l’épisode 7 – à savoir rose/bleu/vert indigo/violet –, elles symbolisent d’une part la bisexualité (rose et bleu mélangés), l’asexualité (la différence des sexes fusionnent) et la transidentité (le violet est la couleur de la communauté transgenre et transsexuelle). Ce code polychrome peut apparaître comme de la cuisine personnelle, et donc perdre toute crédibilité. Mais je crois que tout a un sens, et que ce n’est pas un hasard que ces quatre couleurs aient été également choisies pour illustrer l’affiche du film « Moonlight » de Barry Jenkins (sacré « Meilleur film » à Hollywood en 2016… et gros navet). Elles illustrent la schizophrénie mondiale à l’égard de la sexualité (sorte de fusion transsexuelle de la différence des sexes), prenant support sur l’homosexualité, dans l’épisode 7).
 

 

 

Une série promouvant l’alchimie et la Franc-Maçonnerie


 

En parlant d’or, c’est amusant comme Sex Education obéit à la lettre au projet antéchristique franc-maçon de destruction de la différence des sexes et de la différence Créateur/créatures (Jésus et l’Église Catholique) par la promotion de l’alchimie et la croyance selon laquelle les êtres humains pourraient créer eux-mêmes, par l’entremise de la science sexologique et des esprits énergétiques, l’Humanité, la Divinité, l’Amour et l’immortalité. Je n’aurai pas le temps de dérouler toutes mes notes sur la série ni les nombreux clins d’œil faits à la Franc-Maçonnerie (je le ferai peut-être un jour pour une vidéo Youtube comme celle sur The Voice).
 

En tout cas, je vous engage à faire attention à plusieurs thèmes quand vous regarderez la série (j’en ai sélectionnés seulement quelques-uns) :
 

L’OR : Par exemple, dans l’épisode 6, Jeffrey, le compagnon de Cynthia, a perdu son alliance près du mobile home de Maeve et la cherche avec son détecteur à métaux. Toujours dans ce même épisode, Sean charrie sa sœur Maeve sur le petit copain de cette dernière, Jackson, qu’il appelle « golden boy ».
 

LA HAINE (NARCISSIQUE) DU MIROIR : À trois reprises, les personnages de la série insultent leur reflet devant le miroir : Maeve dans l’épisode 2, Otis dans l’épisode 2, Éric dans l’épisode 6. C’est l’hygiénisme aseptique de la glace (dans l’épisode 7, il y a un autocollant « Stay Safe » placé dans le miroir des toilettes des filles) qui génère, je pense, cette révolte iconoclaste spéculaire.
 

 

LE FEU : Comme les protagonistes de la série sont prisonniers de leurs pulsions et de leurs sentiments, il est logique qu’ils s’enflamment et soient inflammables comme des torches humaines. On les voit souvent manier le feu (Aimee avec son bec bunsen/chalumeau en cours de chimie dans l’épisode 1, Maeve allumant le gaz dans l’épisode 4, etc.). Et souvent, cela provoque des catastrophes : « On était en chimie ensemble le dernier trimestre. T’as mis le feu à mon bureau. » (Otis s’adressant à Adam, dans l’épisode 1) ; « Je vous rappelle que tous ces composants sont hautement inflammables. » (Monsieur Hendricks, le prof de chimie, dans l’épisode 2) ; « Kyle a mis le feu à son jean : il s’est brûlé au deuxième degré mais il était super défoncé. » (Aimee parlant de son copain, dans l’épisode 4) ; « Il s’agit juste d’un exercice d’incendie. » (Éric au moment où Jackson rameute tout son lycée pour se déclarer à Maeve, dans l’épisode 4) ; « Je crois que mon clito va prendre feu. » (Aimee découvrant les « joies » de la masturbation, dans l’épisode 6) ; etc.
 

 

LE CULTE SOLAIRE (HÉLIOCENTRISME) : Je pense par exemple à la facture d’électricité de Maeve (c.f. épisode 2), à la tête d’Inca sur l’ordinateur d’Otis (c.f. épisode 4), à l’horloge sous forme de soleil dans le salon des Milburn (c.f. épisode 6), à la chanson (adorée par Éric) du bal en l’honneur des « Enfants du Soleil » (« The Children of the Sun » ; c.f. épisode 7), à la Chaîne d’Union maçonnique menée par Sarah dans la clinique d’avortements (c.f. épisode 3), à Sean – le frère de Maeve – qui revient de la ville de Houston où il a suivi « une formation d’astronaute » (c.f. épisode 6), à Monsieur Groff dansant dans les couloirs vides de son lycée comme un Égyptien (c.f. épisode 8), etc.
 

 

 

 

 

 

LES PIERRES : Plusieurs personnages de Sex Education portent des noms ou des prénoms de pierres précieuses ou parlent des talents (lingots d’or) : le personnage de Ruby (c.f. épisode 2), de la prof de français Mrs Sands (« sables » en anglais). « T’es vraiment une perle, Otis. » (Maeve, dans l’épisode 4) ; « Ce serait vraiment tragique de vous voir gâcher votre talent, et manquer cette épreuve. » (Monsieur Groff s’adressant à Jackson, dans l’épisode 8).
 

 

LES CUBES : On retrouve par exemple le Pavé Mosaïque (sorte d’échiquier très présent dans les temples maçonniques) dans la cuisine des parents d’Aimee Lou Wood, ou encore dans la maison de Jean Milburn. La Nouvelle Religion mondiale veut transformer les êtres humains en cubes, en incubés ou en incubateurs, autrement dit en anges démoniaques (appelés « incubes » et « succubes ») : « Elle est compliquée cette fille. C’est comme un Rubik’s Cube. » (Jackson par rapport à Maeve, dans l’épisode 4).
 

 

LES TRIANGLES : On les voit un peu partout fondus dans le décor de Sex Education, parfois sous forme d’équerres (il ne manque plus que les compas !) : le triangle inversé sur le front de Lily (c.f. épisode 3), le triangle avec un œil dedans (… leitmotiv franc-maçon ! c.f. les épisodes 2 et 8), la forme en W de la maison des Milburn (c.f. épisode 5), l’équerre dans le bureau de Sylvia (c.f. épisode 5), la passion de Steve pour la trigonométrie (science des triangles ; c.f. épisode 5), les triangles musicaux dans le débarras de la salle de musique (c.f. épisode 8), l’abat-jour triangulaire de la lampe du bureau du proviseur (c.f. épisode 8). D’ailleurs, dans une scène assez surréaliste de l’épisode 7, Adam, le personnage homo, bouscule Steve, le nouveau petit copain d’Aimee, en lui adressant une étonnante insulte : « Ton p’tit ami ressemble à un putain de triangle ! » (épisode 7). Non, il n’a pas fumé. Il est juste rentré en loge…
 

 

 

 

 

 

DEUXIÈME CHANCE : Une des grandes marottes de la Franc-Maçonnerie mondiale, qui promeut l’amélioration de l’Homme par lui-même, c’est la chance (Serge Gainsbourg a été bien inspiré de désigner celle-ci comme la drogue humaine par excellence : c.f. la chanson « Aux enfants de la chance »), et en particulier la « deuxième chance » (Dans mon prochain livre sur Joséphine ange gardien, j’aurai tout un chapitre sur cette idolâtrie de la « Deuxième Chance »… qui en général ne laisse pas de place à une troisième chance, et qui voudrait signer l’arrêt de mort du pardon christique). Eh bien Sex Education, en bon petit soldat et outil de propagande du Gouvernement de l’Antéchrist, fait comme par hasard la publicité de cette fameuse « deuxième chance », en la personne de son ambassadrice bobo-cool Maeve, sorte d’Anne Hathaway encore plus dark : « J’ai juste pas eu de chance sur le plan familial. Je sais que je peux m’améliorer. Et si vous me laissez une deuxième chance, je ne la gâcherai pas. » (Maeve, prêtant serment d’obéissance devant toute l’équipe de professeurs du lycée dans le bureau du proviseur, dans l’épisode 8).

 

Une série qui crée diabolise le sexe (sous prétexte de le banaliser et de décomplexer les jeunes) :

 

Loin de nous aider et d’aider nos jeunes à nous réconcilier avec la sexualité, la série Sex Education rajoute de la violence, de la peur, ainsi que de la banalité, à cette fragile et belle différence des sexes qui n’a vraiment pas besoin de cette mauvaise publicité en ce moment. En effet, la sexualité y est montrée comme un danger, un crime diabolique. Les personnages prétendent parler de sexe sans tabou, mais en réalité, ils ont plein d’angoisse et sont terrorisés par leur appareil génital et par leur bas-ventre.
 

Je me contenterai de relever trois-quatre messages qui ressortent fortement dans cette série, et qui à mon avis sont aussi faux que dangereux :
 

1) « L’AMOUR N’EXISTE PAS. » : Dans Sex Education, hormis la brève apparition du couple Kate/Sam (c.f. l’épisode 2), aucun couple ne se montre de manifestations de tendresse, ne dure et ne se respecte. Il n’y a pas d’amour entre les personnages… ce qui est un comble pour une série qui a la prétention d’enseigner l’amour et la sexualité à la terre entière ! Cette absence d’amour n’est pas propre à l’amour conjugal : elle s’applique aussi à l’amour filial. Par exemple, dans l’épisode 6, Jean, au moment où Jakob lui demande si elle aime son fils Otis, trouve que l’expression « aimer son fils » est un terme un peu fort. C’est pathétique. C’est comme si les libertins avaient éradiqué toute morale pour la remplacer par une méthode scientifique robotique : quand ils disent que quelque chose est « bon », ce n’est pas dans le sens d’« aimant » mais dans le sens de « validé ». « Il faut que tu fasses ce qui est correct. » conseille par exemple Otis à Ruthie, dans l’épisode 4). Il ne faut plus être bon. La doxa libertine nous demande juste d’être « corrects » !
 

2) « NOUS HAÏSSONS LA VIRGINITÉ ET LE CÉLIBAT » : Il est étonnant de voir combien le célibat, et en particulier la virginité/chasteté, sont haïs par les pervers libertins. Tous les personnages de Sex Education cherchent à fuir leur célibat, qu’ils envisagent comme une maladie, une honte ou un trophée à posséder et pervertir d’urgence (c’est la fascination malsaine qu’on observe par exemple chez Lily la nymphomane qui s’attaque à la « virginité » d’Otis dès qu’elle apprend, dans l’épisode 4, qu’il est encore puceau à 16 ans). Ils sont tous à se dédouaner de la réputation « infamante » du célibataire : « Je ne suis pas un putain eunuque ! » (Otis, dans l’épisode 1) ; « Je suis pas curé ! » (Otis, dans l’épisode 2) ; « Et si j’étais une tueuse en série ? ou une ermite ? » (Maeve, dans l’épisode 3) ; « C’est mon destin d’être tout seul ! » (Otis, défaitiste, dans l’épisode 6) ; « J’suis pas un ermite ! » (Maeve, dans l’épisode 7) ; « Je me dis que si je ne fais pas l’amour, à la fin du lycée, je serai encore vierge. Et alors je serai en retard à la fac par rapport à tout le monde. Et personne voudra coucher avec moi parce que je serai la fille bizarre qui est encore vierge ! » (Lily, dans l’épisode 8). C’est paradoxal : les libertins voient la pureté comme une impureté. Et cette inversion les rend aussi frustrés voire plus frustrés que les puritains qu’ils diabolisent.
 

3) « IL FAUT VIOLER LES CATHOS (POUR LEUR APPRENDRE LA VIE) ! » : La série Sex Education regorge d’attaques cathophobes plus ou moins directes. Ce n’est plus simplement de la parodie ridiculisante ou bon enfant, comme on pouvait la connaître il y a quelques décennies. Maintenant, c’est carrément le lynchage et l’appel au viol (qui ne sera pas vu comme tel mais comme un rite correctif pédagogique pour se réconcilier avec soi-même et avec sa sexualité…). Par exemple, dans l’épisode 3, les militants pro-Vie (Charly et son amie catholiques), cherchant à dissuader les femmes enceintes venues se faire avorter dans une clinique d’avortement en leur distribuant des prospectus, se font insulter par les vieilles dames passant sur le trottoir d’en face (« Vous devriez avoir honte ! »), et ensuite carrément menacer de viol (« Salopards ! J’espère que vous vous ferez violer ! »). Pour le reste des catholiques, soit ils sont folklorisés à la mode africaine (Éric se rend au Temple protestant, dans l’épisode 7… et on peut constater que les scénaristes athées de la série attribuent aux catholiques les désobéissances protestantes), soit austérisés et homophobisés (les trois homosexuels principaux – Anwar, Éric et Adam – sont issus de familles ultra-pratiquantes et intégristes), soit salis par le blasphème (par exemple, dans l’épisode 4, « mettre le petit Jésus dans la crèche » est la métaphore phallique de la pénétration génitale).
 

 

 

 

4) « LE SATANISME, C’EST SUPER, ET SATAN N’EXISTE PAS. » Plein d’indices et de symboles démontrant une pratique de l’occultisme et du satanisme émaillent la série Sex Education. J’en ai relevés quelques-uns : Olivia vomit sur Éric comme dans le film « L’Exorciste » (c.f. épisode 2), Cédric sautant du plongeoir n°6 (c.f. épisode 3), les trois points tatoués sur l’index de Maeve (c.f. épisode 3), le pentagramme inversé dans la chambre de Tanya (c.f. épisode 4), les crânes « shalespeariens » dans la salle de classe de français (c.f. épisode 4), le langage « suédois » quasi sataniquement incantatoire de Jakob (c.f. épisode 4), le 666 derrière le casier de Tom Baker (c.f. épisode 5) ou à la gare où attend Éric (c.f. épisode 5), la tête de mort « mexicaine » dans la chambre d’Éric (c.f. épisode 7), le tatouage de l’Ange exterminateur et autres symboles satanistes sur la poitrine de Jakob (c.f. épisode 7), la Marque de la Bête sur le poignet de Jean (c.f. épisode 7), etc.
 

 

 

 

 

 

 

 

5) « ON VEUT LA TROISIÈME GUERRE MONDIALE ! » : La série attise autant qu’elle illustre d’une part la fracture entre les Peuples et leurs hommes politiques (en souhaitant, bien entendu, la disparition complète de la politique), d’autre part la haine entre les nations. Par exemple, dans l’épisode 4, Maeve étrille Donald Trump : « On n’a pas de président dans ce pays, Aimee. » Dans l’épisode 6, c’est le continent de Poutine qui est écorné : « La Russie merde légèrement sur le plan des Droits de l’Homme. » (Sean, dans l’épisode 6).
 

 

En résumé…

 

N’écoutez pas les conseils prohibitifs de Famille Chrétienne et de ses scribes pharisiens bourgeois. Ils nous présentent la série comme si c’était un film porno. Grave erreur. C’est une comédie romantique, c’est-à-dire le genre le plus excitant et attrayant qui soit pour le grand public. Alors mettons-nous à la portée des gens. Nos jeunes sont à l’eau. Sautons à l’eau, au lieu de dire « Non, c’est trop dangereux, ne regardons pas ! ».
 

 

N.B. : Pour compléter cet article, je vous engage à retrouver tous les codes homos que j’ai aperçus dans la série dans mon Dictionnaire des Codes homosexuels.

Je découvre que mon jeune fils est accro au porno : qu’est-ce que je peux faire ? (6 petits conseils précieux)


 

Ça fait deux fois que des mères de famille catholiques me prennent à part et me confient, parfois dans les larmes, leur désarroi et leur honte d’avoir découvert que leur jeune fils (de 9-12 ans) regardait du porno en cachette et de manière répétée. Démunies, elles m’ont demandé des conseils pour enrayer subtilement le cercle vicieux. Voilà les six clés que je leur donne :
 

1 – ASSUMEZ VOTRE PEINE CAR ELLE EST LÉGITIME. L’incident n’est ni catastrophique ni anodin. Il est objectivement violent. NON, vous ne vous faites pas de film. NON, vous n’êtes pas triste pour rien. Symboliquement, et donc un peu concrètement, le fait que votre fils aille voir du porno, a fortiori dans votre dos, c’est comme si on vous avait enfoncé un pieux dans le cœur : admettez-le, sans en faire des caisses mais sans le nier non plus. Ce sera déjà un grand pas !
 

2 – DÉDRAMATISEZ LA SITUATION SANS RELATIVISER, ET AJOUTEZ DE LA JOIE/DE L’HUMOUR SANS ÉVINCER LA GRAVITÉ. Je vous conseille, même si c’est difficile, de ne pas noircir le tableau et de ne pas rentrer avec votre fils dans le conflit ou dans le chantage aux sentiments et à la tristesse de la mater dolorosa ou du pater doloroso (même si c’est déjà très bien d’avoir transformé votre colère – « Quoi?? C’est comme ça que mon fils traite les femmes?? C’est un futur prédateur sexuel et un violeur!?! » – en tristesse). L’urgence et l’essentiel, c’est de vous et de le sortir de la peur (la peur étant ce qui alimente en général le vice par l’appel à la transgression de l’interdit) en remplaçant celle-ci par la confiance et la joie. Rappelez-vous également que les péchés de chair, aussi graves soient-ils, sont cependant moins graves que les péchés de l’âme. Et notre Pape François nous invite à laisser les péchés d’impureté à leur juste place, sans les magnifier par la diabolisation et sans en faire une fixette/un drame non plus. Rajoutez de l’humilité/humour à la recherche de pureté de votre fils (le Padre Pio disait que les deux ailes pour aller directement au Paradis sont l’humilité et la pureté : pas l’une sans l’autre, car la pureté sans l’humilité devient du purisme fragile, et l’humilité sans la pureté devient du laxisme tout aussi instable). La joie et l’humour (dans la gravité) sont les meilleurs moyens de substituer la peur et l’humiliation par la confiance. La peur conduit généralement à la désobéissance, alors que la confiance, elle, libère des addictions à un moment donné et pulvérise le mal.
 

3 – SOULIGNEZ LE COURAGE HÉROÏQUE (et même SAINT!) DE VOTRE FILS. Dans un premier temps, il est bon de resituer la/les chute(s) de votre fils dans son contexte, de vous mettre à sa place, et d’universaliser son cas en le dépathologisant et en le déspiritualisant un peu. Quand je parle de « dépathologisation », j’entends : sortir du registre scientifique souvent anxiogène « Mon fils est malade, il ne s’aime pas, il faut que j’admette qu’il rentre dans la catégorie de l’addict au porno. Il faut aller voir un psy! Il faut lui faire faire un parcours Teen star! Il faut l’éduquer à la beauté et lui ôter sa peur des femmes!! » Quand je parle de « déspiritualisation », j’entends : sortir du diagnostic spiritualiste alarmiste « Mon fils commet un grave péché et est un déshonneur pour la famille et pour ses parents, un modèle dangereux pour ses petits frères et sœurs ! Son âme est en grand danger de damnation ! Je prie pour lui et vais le faire désexorciser, avec prières de délivrance et tout et tout ! » Priez pour lui mais dans le secret et sans qu’il le devine, sans le lui faire sentir. Et surtout, priez pour vous d’abord, car vous êtes peut-être 100 fois plus pécheur (ou pécheresse) que lui, malgré les apparences contextuelles. Au bout du compte, essayez de vous mettre à sa place, de remplacer l’apitoiement par l’empathie, voire même de vous forcer à l’admiration à son égard : les jeunes d’aujourd’hui qui résistent à la vague du porno sont des exceptions et des héros. Mesurez la difficulté que c’est, dans le contexte actuel de surexposition aux écrans, d’érotisation généralisée, d’avoir la force d’âme de refuser la facilité d’accès aux sites – votre fils n’est ni plus ni moins qu’un potentiel alcoolique entouré de bouteilles et surtout d’alcooliques comme lui, de faux amis bien plus que d’amis soutenants. La pression des camarades de classe pour passer à l’acte génital et assouvir ses fantasmes est très forte, et peut-être encore plus – paradoxalement – dans les établissements hors contrat et les milieux cathos que dans l’enseignement public. Mesurez aussi la difficulté supplémentaire d’être un homme plutôt qu’une femme en matière de gestion de sa libido. Mesurez la fragilité consubstantielle des ados et les agressions permanentes (visuelles et physiques, sociales, scolaires) auxquelles ils sont confrontés. Bref, comprenez vraiment ce que vit votre fils: qu’auriez-vous fait dans le contexte qui est le sien ? Sûrement pas mieux, et sans doute pire ! Il y a un fossé générationnel immense à franchir pour le rejoindre. C’est indéniable. Tout va tellement vite du point de vue technologie/moeurs/démocratisation des drogues, l’écart entre les enfants préservés et les enfants qui en savent trop en matière de génitalité s’élargit tellement au sein d’une même classe, et votre discours sur la sexualité et l’Amour pèse si peu désormais face au concert assourdissant d’Internet, des films et des séries ! Ne soyez par conséquent pas si sûr(e) de vous-même, ne soyez pas non plus si dur(e) avec vous-même ni avec votre fils. Nous arrivons à la Fin des Temps : vous avez donc des circonstances largement atténuantes, et vous n’êtes objectivement PAS AIDÉ(S) socialement dans votre tâche éducative ni dans votre grandissement humain ! C’est chaud pour TOUT LE MONDE… et pas seulement pour votre fils ! Je me permets de vous le rappeler. Ça ne guérit et ne résout rien, mais ça soulage et ça remet les choses en perspective, quand même !
 

4 – ALLEZ PARLER À VOTRE FILS EN TÊTE À TÊTE, ou bien écrivez-lui une courte lettre de soutien, sans nier votre peine mais sans trop insister sur celle-ci non plus, sans appuyer sur le négatif pour ne pas accroître sa honte ni son humiliation ni son orgueil blessé. Par ailleurs, pour cet entretien coeur-à-coeur, vous n’êtes pas non plus obligé(e) de respecter scrupuleusement le mimétisme des sexes (le-père-avec-le-fils, la-mère-avec-la-fille). Une maman aussi à des choses ajustées à dire sur la masculinité de son fils et s’y connaît parfois bien plus en virilité qu’elle ne le croit (complémentarité des sexes oblige ^^). Un papa peut également très bien comprendre sa fille. De toute façon, c’est votre fils qui exprimera spontanément sa préférence et vous n’aurez qu’à vous ajuster à son désir.
 

5 – PROPOSEZ UN COMPAGNONNAGE PLUTÔT QU’UNE AIDE. Oui. Si vous vous présentez à votre fils comme un compagnon de route – aussi misérable et pécheur que lui – plutôt que comme un aide soignant (en général, l’intention d’aide est souvent condescendante, et instaure un rapport inégalitaire entre la personne aidante et la personne aidée, qui fait repoussoir), ça change tout. Montrez – sans nécessairement rentrer dans les détails ni le relativisme mais en choisissant juste un exemple bien parlant de votre propre vie intime – que vous êtes un pauvre type comme lui, et malgré cela, aimé du Christ et qui a besoin de l’aide de votre fils pour ne pas retomber. Vous pouvez très bien offrir sans complaisance vos blessures, votre vulnérabilité, vos hontes à votre enfant (ça, au moins, ça ne peut que le décomplexer et le mettre à l’aise, si c’est fait avec humour et pudeur) : « Tu vois, mon fils, maman n’est pas parfaite, elle a été et reste une pauvre fille… » ; « Papa est un pauvre type comme toi, qui se bat et qui a besoin de toi. Tes chutes m’aident déjà. On va s’en sortir ensemble. N’hésite pas à m’appeler si tu as une tentation et que tu te sens couler. » Rappelez-lui sa belle responsabilité à votre égard. Vous pouvez même, sans démagogie, le remercier aussi pour ce qu’il vous a appris par sa/ses chute(s).
 

6 – PRÉSENTEZ-LUI DES MODÈLES. Ce sera mon dernier conseil : si possible, mettez votre fils en contact avec des personnes croyantes qui ont positivement et durablement dompté la tentation (maintenant très répandue) de masturbation/porno. Proposez-lui des modèles positifs. Car ils existent (même s’ils ne courent pas les rues) ! Mieux. Soyez vous-même le modèle irréprochable que vous voudriez que votre fils soit. Plutôt que de lui demander de changer d’attitude, plutôt que de brandir un devoir moral ou une peur qu’il recommence, convertissez-vous d’abord. C’est la conversion par l’exemple incarné la plus efficace.
 
 

Courage à nous tous ! Christ est vainqueur, et nos chutes ne sont rien à côté de la puissance de sa Miséricorde.
 

Pourquoi parler d’homosexualité dans les établissements scolaires est Mission Impossible


 

Je ne sais pas si vous vous rendez compte. Mais aujourd’hui, l’ambiance dans beaucoup de bahuts et d’écoles y compris catholiques commence à devenir irrespirable et explosives. Pour une raison simple : la peur et le non-dit se sont installés. Le manque de foi également. Et un fossé croissant entre l’Église et les réalités de nos jeunes se creuse. Je rencontre suffisamment de directeurs de collège et de lycée impuissants, d’infirmières ou de psychologues scolaires, d’aumôniers et de responsables de pastorale scolaire démunis, de parents paniqués, pour le dire. Beaucoup d’établissements, en particulier les hors-contrat, voient leur existence menacée, leur contenu d’enseignement surveillé et contrôlé par l’État, et leur population scolaire retourner sa veste à la vitesse de l’éclair et appuyer les thèses du monde (en matière notamment de sexualité). Les stages virilité-rugby-bière en abbaye n’y font rien. Le tsunami Internet met le personnel éducatif et les directeurs catholiques en porte-à-faux avec l’affectivité malléable et influençable de leurs élèves et des parents de ces derniers. L’homosexualité est un excellent baromètre de ce temps orageux qui s’abat sur le milieu scolaire catholique, puisque c’est LE seul sujet qui clive (bien plus encore que l’avortement) et qui n’est pas abordé (d’un point de vue vraiment catholique, j’entends) dans les établissements. Et je pense d’ailleurs qu’il ne le sera jamais. Moi, personnellement, j’ai eu la chance de pénétrer l’enceinte de quelques établissements à l’époque où c’était encore possible. Mais en 3-4 ans, la situation nationale et mondiale s’est tellement détériorée, la liberté d’expression et d’enseignement s’est tellement restreinte, et la paranoïa des antifascistes pro-gays d’un côté et des conservateurs homophobes s’est tellement durcie, que je crois que le court âge d’or des interventions en milieu scolaire est déjà révolu. J’en tiens pour preuve que les lycées parisiens qui m’avaient invité l’année dernière, par prudence et par peur de la prise de risques, m’ont décommandé. Alors que les besoins sont criants. À moins de faire ça en petit comité, ou de manière accidentelle, non-officielle, et quasi clandestine, c’est devenu quasiment impossible de venir témoigner de l’homosexualité en vérité devant les jeunes et dans les établissements scolaires même privés catholiques. Pour plusieurs raisons que je vais vous dérouler maintenant (j’en ai trouvé 8 !) :
 

1) (LES DIRECTEURS ONT PEUR DE LEURS ENSEIGNANTS) Première raison : parce que les directeurs ont désormais peur de leurs propres étudiants et de leur propre équipe enseignante. Et je devine un peu pourquoi : maintenant, l’enseignement privé abrite un nombre assez conséquent de profs homos. Cette peur, c’est un phénomène nouveau. Et ça montre que c’est bientôt la fin des haricots. Si un chef commence à craindre ses troupes, c’est qu’il ne tient plus son établissement, que l’établissement lui-même n’est plus catholique (autrement dit, il n’a plus la Foi), et qu’il est sur le déclin. Presque à chaque fois que j’ai eu l’occasion de faire des interventions en milieu scolaire pour parler d’homosexualité, y compris dans le cadre très fermé et libre de l’aumônerie du lycée, j’ai eu droit à la présence discrète d’un prof de l’établissement venu espionner ce que je disais, parfois même s’opposer (en vain) à mon analyse devant les élèves, et chargé de rapporter ensuite tout ce que j’avais pu dire, en déformant si possible mon propos pour prouver ma soi-disant « dangerosité ». Concernant l’homosexualité, je me rends compte que les adultes sont autant à former que les enfants. Le chantier est juste gigantesque. Et contre toute attente, il y a plus de révolte chez les adultes que chez les jeunes : ce sont eux qui me bouchent l’entrée. S’il n’en tenait qu’aux jeunes, ils seraient davantage ouverts à la rencontre. C’est au niveau des adultes que ça coince, que la censure s’opère. Je constate qu’aujourd’hui, le personnel éducatif de l’enseignement privé et public est gay friendly ou homo, et en faveur de l’Union Civile. Autre problème : les directeurs des établissements privés ne sont plus catholiques, ou alors sont catholiques d’éducation, « de façade » (bons pères de famille), et ne voient pas l’homosexualité comme une phénomène massif et prioritaire.
 

2) (LES JEUNES CATHOS ACTUELS SONT PRESQUE TOUS GAYS FRIENDLY) Deuxième raison pour laquelle c’est devenu quasiment Mission Impossible de parler d’homosexualité dans les établissements scolaires : parce que les jeunes cathos actuels sont quasiment tous devenus agressivement gays friendly : les démons de La Manifs Pour Tous d’un côté, et la présomption d’homophobie matraquée par les médias et les copains de classe de l’autre, les ont échaudés. En plus, beaucoup pratiquent désormais l’homosexualité (en mode « bisexuel », « occasionnel », « accidentel », « ludique », « cool » ou « pas identitaire »). Et les rares qui ne sont pas encartés/militants vis-à-vis de l’homosexualité sont très mal à l’aise avec le sujet, ou se radicalisent en mode homophobe, sans savoir réellement pourquoi ils s’opposent à l’homosexualité : ils précipitent alors leur premier rapport sexuel, pour se rassurer sur leur pseudo « hétérosexualité »… et feront peut-être un coming out à la surprise générale quelques années plus tard.
 

3) (LA PRUDENCE EST PLUS FORTE QUE LA PRISE DE RISQUE) Troisième raison pour laquelle c’est devenu quasiment Mission Impossible de parler d’homosexualité dans les établissements scolaires : parce que l’argument de la prudence a largement plus de poids que celui de la prise de risques. Pour prendre une comparaison, plutôt que d’accepter l’opération, le malade préfère nier qu’il souffre, jouer le bien-portant, diaboliser le chirurgien et exagérer la douleur de l’opération, en disant même qu’elle empirera sa situation. Ça restera un mensonge et de la mauvaise foi. Mais tant qu’on ne prend pas le risque, la peur a toujours plus raison que la confiance. Idem concernant la visite d’un témoin de l’homosexualité dans une classe. Il est facile d’invoquer la protection des jeunes, leur fragilité (soi-disant ce ne serait pas de leur âge d’entendre parler d’homosexualité), pour décourager l’équipe enseignante et le proviseur de l’inviter.
 

 

4) (POUVOIR DÉLATEUR DES RÉSEAUX SOCIAUX) Quatrième raison pour laquelle c’est devenu quasiment Mission Impossible de parler d’homosexualité dans les établissements scolaires : l’influence croissante des réseaux sociaux, devenus les terrains idoines de la délation et de la surveillance collective. Actuellement, les responsables d’établissement veulent éviter les ennuis, les fuites, les bruits de couloir. Le scandale du Lycée Gerson a marqué les esprits ! Ils veulent s’épargner les attaques post-conférence des internautes en culotte courte qui balanceraient sur Twitter leur mécontentement indigné face aux enseignements sur la sexualité qu’on leur a imposés en cours alors qu’ils n’ont rien demandé !! Internet a instauré un climat de peur généralisée extrêmement dissuasif. On préfère noyer le poisson des sujets sensibles et laisser que la situation pourrisse, plutôt que de se retrouver lyncher en place publique dans les journaux et sur la toile. Quand je parle des étudiants délateurs, ce n’est pas de la fiction. Le Smartphone, les comptes Facebook, les profils anonymes, les tweets cinglants, sont devenus des réelles menaces, effectivement (n’est-ce pas Laurent Wauquiez ?). Ils peuvent en un rien de temps briser une carrière, salir la réputation d’un lycée, entraîner toute une école dans une tourmente judiciaire compliquée. D’autant plus que maintenant, l’homophobie en France est passible de sanctions pénales.
 

 

L’année dernière, en 2017, le lycée privé Notre-Dame Sainte-Croix à Neuilly-sur-Seine avait tremblé rien que parce que certains de ses élèves avaient balancé sur Twitter leur écœurement face à un manuel sur la sexualité qui leur avait été distribué et qui décourageait les jeunes filles à avorter et présentait l’homosexualité comme une « anormalité » et une « perversion ».
 

 

 

Pour éteindre les flammes de cette polémique inattendue, le lycée avait dû présenter ses regrets publics. Le fait que désormais les réseaux sociaux ont transformé de simples ados en petits justiciers, en mini-journalistes, en bébés-espions et en délateurs, est une réalité nouvelle dont il faut tenir compte, et qui explique combien il devient quasiment impossible aux proviseurs d’oser s’attaquer au traitement de l’homosexualité.
 

 

5) (ORGUEIL DE L’AUTO-GESTION) Cinquième raison – liée à la quatrième – pour laquelle c’est devenu quasiment Mission Impossible de parler d’homosexualité dans les établissements scolaires : les pressions politiques, les intimidations associatives et médiatiques. À cause d’elles, les établissements « catholiques » jouent la carte non seulement de la prudence mais de l’assurance : « On ne va pas prendre des risques inutiles… même s’il y a des besoins de plus en plus pressants à propos de l’homosexualité… Mieux vaut régler ça en famille. » Le traitement de l’homosexualité est étouffé dans le « cas par cas ». Ils pensent qu’ils peuvent gérer tout seuls ! L’orgueil et la pudibonderie des formateurs à la sexualité, qui surprotègent les jeunes, ou bien mènent une chasse gardée pour conquérir/conserver ce terrain très prisé de l’accompagnement des populations fragiles, obstruent considérablement l’entrée d’analystes de l’homosexualité bien plus compétents qu’eux.
 

6) (PÉNURIE D’INTERVENANTS HOMOS COMPÉTENTS) Sixième raison pour laquelle c’est devenu quasiment Mission Impossible de parler d’homosexualité dans les établissements scolaires : à cause de la pénurie objective de témoins homos en chair et en os, qui ont vraiment étudié la question de l’homosexualité, de l’hétérosexualité et de l’homophobie, avec un regard d’Église solide, qui sont prêts à s’exposer, et qui savent aussi y faire avec les jeunes. Les chefs d’établissement – et je les comprends – n’ont pas envie d’inviter toujours la même personne (Philippe Ariño) et trouvent ça louche de ne pas avoir un choix d’intervenants plus diversifié. Le choix unique, ça les saoule.
 

7) (LES FAMILLES DIVISÉES) Septième raison pour laquelle c’est devenu quasiment Mission Impossible de parler d’homosexualité dans les établissements scolaires : les adultes d’aujourd’hui ignorent ou relativisent le danger de la croyance en « l’identité » homo ou de la pratique homo chez leurs enfants. Ils diluent l’homosexualité dans d’autres problématiques qui lui sont indirectement associées (drogues, dépression, suicide, porno, Internet, etc.) et se satisfont d’un discours généraliste sur la sexualité et les addictions, prodigué par des Thérèse Hargot ou des abbés Pierre-Hervé Grosjean. Plus rassurant. Et ça leur suffit. En réalité, ils sont complètement largués sur l’universalité et la primauté de la bisexualité dans la tête et le cœur des jeunes, sur la gravité des situations intimes et des tsunamis intérieurs qu’expérimente parfois leur fiston ou leur fille. Ils sont devenus indifférents et ignorants à leur réalité, presque totalement hermétiques aux mondes parallèles que ce dernier côtoie au jour le jour (jeux vidéos, porno, chaînes Youtube, infos circulant sur les réseaux sociaux, films et séries, groupe politique, loisirs louvoyant avec des sectes, prostitution, etc.). Et après, ce sont les infirmières et psychologues scolaires qui constatent un peu trop tard les dégâts d’un pareil décalage, et qui colmatent les brèches comme elles peuvent. La raison encore plus profonde du mépris de l’homosexualité par les parents d’élèves, c’est celle de leur propre rapport à la différence des sexes et à l’Église (et donc au mariage) : les couples catholiques mariés divorcent de plus en plus. Alors en même temps qu’ils deviennent gays friendly, ils supportent de moins en moins le reflet de leur division qu’est l’homosexualité. Ils ne veulent pas voir celle-ci traitée. Et encore moins que leurs enfants entendent parler de « ça » en classe ! Au cas où ça leur donnerait des idées et les perturberait encore plus que la séparation familiale !
 

8) (LE CLIMAT MONDIAL TENDU) La huitième et dernière raison pour laquelle c’est devenu quasiment Mission Impossible de parler d’homosexualité dans les établissements scolaires : elle est sociale. Ce sont les blessures invisibles, les divisions profondes et les non-dits laissés par le passage de La Manif Pour Tous et du « mariage gay ». Globalement, les gens sont terrorisés à l’idée de déterrer la hache de guerre, de la discorde, de la confusion, que représente l’homosexualité. Force est de reconnaître que nous sommes confrontés à un climat de guerre civile larvée. Même si ce n’est pas flagrant. Nous nous retrouvons dans une situation de pré-dictature et de Troisième Guerre mondiale, comme l’a souligné le pape François. Nous devons en tenir compte. Car ça n’arrange pas les choses. Et ça explique les nombreuses résistances du personnel éducatif au traitement de l’homosexualité, homosexualité qui je le rappelle est la planque mondiale du diable, donc une véritable boîte de Pandore.
 

Au bout du compte, toutes ces barrières à franchir, pour obtenir ne serait-ce que 50 pauvres petites minutes de temps de parole (c’est bien le seul créneau offert par une heure de cours classique) afin de traiter d’un sujet aussi énorme que l’homosexualité, ça découragerait même le plus téméraire des intervenants. T’as envie de dire aux parents frileux et aux chefs d’établissements catholiques qui se prennent la tête sur ton cas : « C’est trop compliqué pour vous ? Eh bien restez dans votre merde ! Laissez la télé et Internet éduquer vos élèves en douce et à votre place ! Démerdez-vous sans moi ! Si c’est ça que vous voulez. Moi, j’ai juste le devoir de vous dire que votre établissement n’est plus catholique, malgré l’écriteau qu’il porte sur sa devanture ! »
 
 

Cet article bénéficiera bientôt d’une vidéo sur Youtube, intégrant une série de 15 entretiens tournés en avril 2018 à Lourdes avec la journaliste Nathalie Cardon, et dans le droit fil de mon livre Homo-Bobo-Apo. Voici les articles de chacun d’eux :
 

1 – « Les 11 messages subliminaux diffusés dans l’émission ‘The Voice’ »

2 – « Le Synode des jeunes : la cata »

3 – « Le raz-de-marée de la transidentité » (transsexualité)

4 – « Le Boom des pastorales d’accompagnement des personnes homosexuelles dans l’Église »

5 – « Mylène Farmer, Grande Architecte de la Franc-Maçonnerie gay friendly »

6 – « Pourquoi La Manif Pour Tous est un vrai désastre »

7 – « Pourquoi parler d’homosexualité dans les établissements scolaires est Mission Impossible »

8 – « L’homosexualité dans la série de TF1 Demain Nous Appartient »

9 – « Je me suis ridiculisé publiquement : Comment vivre avec cette honte ? »

10 – « L’Hétérosexualité est la Bête de l’Apocalypse »

11 – « Les 4 armées de la Bataille finale d’Armageddon »

12 – « Visite maçonnique de Macron aux Bernardingues »

13 – « Les 12 obsessions des cathos bobos de la Réacosphère »

14 – « Homosexualité, la priorité niée dans l’Église »

15 – « Définition de la bisexualité »

Forum Wahou : encore et toujours la langue-de-bois de la « positivité de la sexualité » dans laquelle s’enlisent les formateurs catholiques français à l’affectivité

Ils ne nous ont pas encore fait : « Le corps (ou la sexualité), Témoin d’une Espérance »… mais ça ne saurait tarder.
 

Avec le Forum Wahou, on retrouve typiquement l’exemple de ce que je dénonce chez les catholiques actuels : le discours langue-de-bois et pseudo dynamique de la POSITIVITÉ DE LA SEXUALITÉ. Les méta-vérités apprises à la Inès de Franclieu, comme je le décris dans mon livre Homosexualité, la Priorité niée (cf. chapitre sur l’affiche VIH de Robert Ménard). Un attachement crispé, maladif et faussement souriant à « la beauté », à « la joie (du don total) », à « la Bonne Nouvelle », à la « complémentarité des sexes », au mot « sexualité » en lui-même… pour ne pas nommer le mal (« homosexualité », « hétérosexualité », « homophobie », « bisexualité », les mots des jeunes de notre temps en somme). Les formateurs catholiques à l’affectivité s’enlisent dans la positive attitude infantilisante, refusent de se mêler à la novlangue, en s’agrippant sous les jupons du Pape Jean-Paul II et sa Théologie du Corps (certains amis prêtres me disent à raison que le rapport de la majorité des catholiques français à la Théologie du Corps est « pornographique » !), en se targuant d’être dans la Vérité vraie, dans le dynamisme de la positivité, de la modernité et de la sacralité corporelle, dans l’énergie du militantisme catho « sans concession » et « Nouvelle Génération », dans la joie de ceux qui ont des gueules de Ressuscités quand ils parlent d’Amour et de Sexualité… alors qu’en réalité, ils ne rejoignent pas le cœur et l’esprit de nos contemporains, bloqués par l’hétérosexualité et l’homosexualité. Ils ont apparemment la bonne réponse, mais ils ne rejoignent pas les gens dans leur système de pensée, affectif et émotionnel, de croyance. Ils ne leur présentent pas les bons témoins, pensant que parler d’homosexualité remplacera les personnes homosexuelles, que parler de sexualité et de différence des sexes remplacera l’étude de l’hétérosexualité et de l’homosexualité. Ils n’ont toujours pas compris que l’hétérosexualité était le vrai nom du Gender. C’est l’hémiplégie de l’humanisme intégral (ou, ce qui revient au même, du spiritualisme intégral). La paralysie intellectuelle et « miséricordieuse ». Par sécurité, par obéissance scolaire à la « Vérité stricte », par peur de verbaliser le mal et les mots qui gênent, par pudibonderie. Combien de temps ce cirque va encore durer ?
 

L’Expo « Zizi Sexuel » : les pédophiles qu’elle dénonce, ce sont ses organisateurs

Zizi (pornographie 7)
 
Zizi (affiche)
 

Sonnez trompettes dans tout Paris ! On nous annonce à quasiment tous le coins de rue et les panneaux publicitaires le « grand Retour » de l’Exposition Zizi Sexuel, financée par vos impôts et par notre gouvernement socialo-bobo-libertaire en pleine chute « libre » (Et si vous n’applaudissez pas, vous n’êtes que des « intégrisses » coincés et homophobes ! Na !) J’ai voulu aller voir de mes propres yeux le « Phénomène », en visitant ce Musée des horreurs version bobo guimauve avec des cœurs partout, mercredi 25 février 2015 dernier… Enjoy.
 
 
 
Zizi sexuel - le retour
 

Après une tournée européenne « triomphale » de 7 ans, l’Expo Zizi Sexuel fait son Revival à la Cité des Sciences et de l’Industrie, du 14 octobre 2014 au 2 août 2015. « Une expo abordant avec finesse et humour les questions des 8-14 ans sur l’amour et la sexualité. » Oui… Finesse, je crois que c’est le mot.
 
Zizi (pornographie 4)
 
 

I – Je ne vais pas m’offusquer une énième fois : d’autres l’ont fait avant moi

 

Dire que cette exposition constitue une honte nationale, un des nombreux arrêts de mort que nos Hommes politiques socialistes signent contre eux-mêmes sans même s’en rendre compte, une énième provocation gouvernementale orchestrée par des obsédés sexuels qui ont en plus le culot de prétendre nous apprendre ce qu’est la sexualité et le véritable amour, ne sera pas d’une grande nouveauté ni d’une grande utilité : l’article de S.O.S. Éducation « Zizi sexuel : l’Expo qui tue l’amour » pourrait déjà largement suffire. Je n’ai pas grand-chose à y rajouter.
 

Si j’avais juste voulu susciter l’indignation irréfléchie ou la réaction offusquée, je me serais abstenu d’écrire l’article suivant. Mais par ce biais, j’ai envie d’essayer de rajouter une analyse qui permettra de faire raisonner les quelques parents français encore dotés de bon sens, de foi en l’amour durable et unique, de respect envers leurs enfants. Il est temps que les bobos qui nous gouvernent cessent d’abrutir les faibles et de créer des beaufs. Car oui, ceux qui se rendent à l’Expo Zizi Sexuel sont bien braves mais se font visiblement avoir comme des bleus. Ça me fait mal au cœur pour eux et pour ceux qui les imiteront. Je me suis d’autant plus rendu compte de la misère culturelle et affective que notre gouvernement socialiste exploite que j’ai eu la bonne idée de me rendre à cette Expo un mercredi après-midi, pile au moment où ça fourmille de familles. Celles de que j’ai vues, en grande partie monoparentales, ne semblaient absolument pas se rendre compte de la violence de l’Expo. Je dois avouer que les réactions des parents accompagnateurs m’ont encore plus affligé que celles des enfants. C’était vraiment Beauf-Land en direct. Certains parents, pour faire bonne figure face à moi qui prenais des notes et recensais tout dans le moindre détail, et pour reconquérir leur « autorité » paternelle perdue, simulaient avec leurs enfants un cours sérieux d’éducation sexuelle (« Regarde, chéri, ne passe pas ton chemin. ») ou un dialogue filial profond sur la sexualité (« Il faut communiquer sur ces sujets-là. C’est important. »), ou bien par mimétisme prenaient en photo ce que je capturais sur mon téléphone, en feignant de trouver ça hyper pertinent ou hyper drôle (… alors que moi, ça me glaçait le sang).
 
Zizi (changement de sexe)
 

J’ai vu des parents encourager leurs enfants à « changer de sexe » en se mettant derrière un décor animé, à s’abaisser à faire des jeux dégradants avec leurs mômes, à lire des conneries. J’ai vu des parents et des enfants se parodier les uns les autres dans la médiocrité. J’ai vu des parents se vanter de leur « audace » de montrer « de l’interdit », du pseudo « informatif » et « de l’intime » à leurs enfants en les emmenant voir une Expo pareille… puis dans le même mouvement, quand on les met devant leur imprudence ou leur immaturité mimétique, on voit ces mêmes géniteurs reculer de trois pas et ne pas assumer leur prétendu « courage », leur démarche « pédagogique ». Je les ai vus jouer les enfants et les lâches. Par exemple, tandis que je mitraillais l’Expo de photos et que je faisais chauffer mon crayon devant un écriteau montrant que les banques de sperme « existaient » et que c’était « normal » (la déproblématisation froide d’un fait mercantile honteux, c’est bien vu : c’est du péché par omission), une petite fille demanda à sa maman : « Pourquoi il prend des notes, le monsieur ? ». Sa mère lui répondit : « Parce que c’est intéressant, ma chérie. Lisons donc comme lui. » Je me suis alors tourné vers la fillette en corrigeant sa mère : « Non. Je prends en note cet article qui défend les banques de sperme car je suis scandalisé que cette exposition en fasse la promotion. » Là, la mère est montée mollement au créneau, en a parte : « Ouais… mais ça, elle comprendra quand elle sera plus grande. Là, elle est trop petite. Et c’est pas le but de cette expo de montrer tout aux enfants. » J’avais envie de lui répondre : « Ben si, justement. Cette expo en a la prétention. Et vous aussi, madame, même si, juste après, vous bottez en touche. » Mais j’ai laissé cette pédagogue de bazar à sa contradiction, en rabattant mon indignation sur le Livre d’Or où il n’y avait presque que des messages d’enfants super gentils « C’était trooop bien ! »…
 
 

II – Le paradoxe de cette Expo : Les pédophiles qui préviennent contre les pédophiles

 

Plutôt que de cracher sans fin ici mon effarement et de m’enfermer dans la réaction, je trouve plus pertinent de centrer mon article sur un seul point : l’ambivalence paradoxale de cette Exposition. Les deux visages (rose et noir) d’une même violence qui s’habille en science et en bons sentiments. Je souhaite, de la manière la plus synthétique possible (car sinon, je suis parti pour en écrire des tartines !) expliquer l’ambivalence criante qu’est ce parc d’attractions à prétention universitaire, humoristique et pédagogique (il y a même un coin « École » !). Je veux surtout par mon article que nous comprenions tous que l’Expo Zizi sexuel, malgré ses bonnes intentions, crée exactement ce qu’elle dénonce : l’inceste, la viol, la pédophilie, la prostitution, le libertinage, le sadomasochisme, l’infidélité, l’avortement, les divorces. Vous comprendrez en me lisant que mon accusation n’est en rien exagérée.
 
Zizi (Pornographie 6)
 
Zizi (inceste)
 
Zizi (cougar)
 
Zizi (pornographie 12)
 

En effet, les adultes pervers (il faut bien appeler certaines personnes par leur nom) semblent avoir mis toute leur énergie, leur humour et leur inventivité, à monter une galerie qui vise à prévenir inconsciemment l’être le plus fragile et le influençable qui soit (= l’enfant) contre eux-mêmes, de sorte qu’à travers l’affichage sincérisé de leur propre contradiction ou de leur peu de lucidité par rapport à eux-mêmes, ils croient s’innocenter, voire même faire œuvre de charité et d’honnêteté auprès de lui. On trouve par conséquent à chaque recoin de ce lieu d’« éducation et de prévention à la sexualité » qu’est Zizi Sexuel des messages qui portent ce curieux mélange entre bonne intention et acte verbal ou visuel froidement violent, entre franchise et mensonge ou non-dit, entre chérissement des causes et dénonciation de leurs conséquences désastreuses.
 

Il y a comme deux expositions en une, en réalité : l’Expo rose et l’Expo noire.
 

1) L’Expo rose, bien intentionnée, qui passe son temps à… :

 

– promouvoir une sexualité amuse-gueule, ludique, « cool » et rassurante.
 
Zizi (ludique)
 
Zizi (drague)
 

– promouvoir une sexualité cinématographique… comme si les couples du cinéma étaient la réalité, étaient des modèles d’amour à imiter. D’ailleurs, dans la liste des films censés illustrer l’Amour universel, il y en a, je dirais, à peu près 1/5 qui défendent l’« amour » homosexuel.
 
Zizi (cinéma 2)
 
Zizi (Amour cinématographie 2)
 

– promouvoir une sexualité rose bonbon, avec des cœurs et des fleurs partout, des nuages qui planent, de la musique mièvre et des niaiseries à droite à gauche. Exemple : Tina Arena chantant « Aimer jusqu’à l’impossible », la fleur avec les degrés de passion amoureuse « un peu/beaucoup/à la folie/pas du tout », les canapés en forme de cœur, etc.
 
Zizi (cinéma)
 
Zizi (cucul)
 
Zizi (irréel)
 
Zizi (Irréel 2)
 

– promouvoir une sexualité poétique. Par exemple, Maud Gouy, la commissaire de l’Exposition, est sincère quand elle se défend d’avoir créé un Événement non-violent et non-choquant : « On rentre dans l’exposition par le sentiment amoureux. On se met sur un lit pour regarder des scènes romantiques au cinéma. L’exposition livre une approche poétique avec la ‘machine à déclarations’ qui délivre des poèmes personnalisés. »

 

– promouvoir une sexualité banale et sans effort : « La sexualité, c’est méga facile ! » s’exclame Titeuf dans le Quizz du Zizi Sexuel.

 
Zizi (fastoche)
 

– promouvoir une liberté sans limite, une sexualité irréelle (noyée dans les métaphores et les clichés graveleux ou coquins), un amour asexué/bisexuel/monosexuel.
 
Zizi (métaphore 2)
 
Zizi (métaphore)
 
Zizi (misogynie)
 
Zizi (métaphores 3)
 

– promouvoir une sexualité qui fait l’apologie du fameux « consentement mutuel », bref, de l’« individualisme à deux », de la consommation érotique en couple… exactement comme le font les prostituées et leurs clients ; exactement aussi comme le font les violeurs (cf. la conclusion du Quizz du Zizi Sexuel : « L’essentiel, pour que ça soit bon, dit Nadia, c’est que les deux soient d’accord ! »). L’amour serait le résultat de la recette du couple seul, qui « fait l’amour » et le créerait par lui-même. La sexualité serait de l’ordre du strictement privé, du « fait-maison ». Jamais une construction sociale, et encore moins un don de Dieu !

 

– promouvoir l’envie comme critère central d’amour vrai. Là encore, c’est la logique du violeur ou du consommateur, qui veut faire les choses « parce qu’il en a envie » et non parce qu’il respecte vraiment la liberté de chacun des deux partenaires du couple.

 
Zizi (envie bon)
 
Zizi (violeur)
 

– promouvoir le relativisme culturel, pour uniformiser et valider tous les actes sexuels/affectifs à partir du moment où ils sont intentionnellement amoureux et consentants, pour prouver qu’il n’y a pas de règles en amour ni de choses objectivement « bizarres » en matière de sexualité : ça dépendrait des cultures, des générations, des points de vue, de l’éducation, de l’intention, de chaque pays et de chaque époque, etc. (Ce relativisme culturel, c’est aussi le discours caractéristique du violeur : rien n’est étrange… même l’étrange. C’est juste une question de perceptions…). Les concepteurs du Zizi Sexuel, comme tout promoteur du Gender qui se respecte, instrumentalisent le Papou-du-bout-du-monde ou l’Homme préhistorique en lui faisant dire n’importe quoi, en multipliant les anachronismes ou les raccourcis transhistoriques dignes des blagues Carambar, en feignant l’érudition et l’ouverture de la page culturelle, tout ça pour donner raison à leur ignorance post-moderne, pour ne pas porter la responsabilité de certaines de leurs pratiques sexuelles dites « amoureuses », pour gommer l’universalité et le sens de certains gestes, pour enfermer le public dans la surréaction et l’empêcher de raisonner : « Il y a 100 ans, les grosses étaient considérées comme des top-models. » ; « Dans certaines tribus aborigènes, pour montrer à une fille son amour, le garçon lui passe un doigt sous l’aisselle puis se le met sous le nez pour le sentir. » ; « Les Amazones étaient un peuple de guerrières qui vivaient il y a très longtemps. Elles tiraient à l’arc en montant à cheval ; alors, pour ne pas être gênées dans leur tir, elles se coupaient un sein. » ; « Les célèbres lutteurs sumotori qui peuvent peser 300 kg sont les idoles des femmes japonaises. Plus ils sont énormes, plus elles les aiment. »
 
Zizi (mépris parents 3)
 
Zizi (l'amour n'est plus lié à l'intelligence, la responsabilité)
 
 

2) L’Expo noire qui, concrètement, tombe… :

 
 

– dans l’illustration mimétique (et non la dénonciation explicitée et explicite !) de la gravité de cette liberté et de cette sexualité rose sans limite. Voilà toute la contradiction et la perversion de la démarche du Zizi Sexuel

 
Zizi (pornographie 3)
 

– dans la pornographie voilée. Les enfants de l’Expo sont invités à appuyer sur une pédale pour faire éjaculer un mannequin, le faire bander, le faire ovuler, etc. Ils voient de la pornographie vulgarisée sous forme de dessins enfantins simplistes. Et en plus, ils s’entendent dire que « regarder du porno, ce n’est pas grave » (véridique).
 
Zizi (Pornographie 8)
 
Zizi (Pornographie 5)
 

– dans l’exhibitionnisme… qui se fait passer pour de la « franchise », du « sans concession », de la vérité, du militantisme. Démagogie, quand tu nous tiens…

 
Zizi (pornographie 2)
 

– dans le voyeurisme gratuit.
 
Zizi (pornographie 10)
 

– dans les fausses questions soulevant des évidences qui font diversion sur les vraies réponses, ou bien rapportant des infos anecdotiques, inutiles, intrusives, voire mensongères et dénuées d’intériorité, posant des questionnements binaires (dits « à choix multiples ») qui obligent mine de rien l’enfant à cautionner des pratiques violentes, ou à rentrer dans un système de pensée unique sans s’en rendre compte : « Le zizi des garçons se ratatine dans l’eau froide ou si on le met à l’air à très basse température. » ; « Le plus grand soutien-gorge… fabriqué dans le monde mesure 15 mètres de long ! » ; « C’est nul de se moquer des homosexuel-le-s. Es-tu d’accord ? », etc.

 
Zizi (questions binaires)
 
Zizi (binaire)
 
Zizi (info inutile)
 
Zizi (info inutile 2)
 
Zizi (fausse question)
 

– dans le non-dit. L’Expo ne rentre pas toujours dans tous les détails les plus compromettants des actes sexuels violents des adultes, et pourtant, l’air de rien, elle parle en filigrane de réalités – sodomie, fellation, implants mammaires, procréation médicalement assistée, films pornos, etc. – sans poser aucun diagnostique moral, livrant ainsi les enfants à leur propre libre arbitre, précisément à un âge où ils ne savent pas ce qui est bon ou mauvais, ni la frontière entre ce qui existe et ce qui mérite d’être vécu ou laissé de côté. Par exemple, rien n’est dit sur l’existence (pourtant bénéfique) des méthodes de régulation naturelle des naissances et la responsabilisation des futurs parents : tout le discours de l’Expo à propos de la procréation humaine est focalisé sur l’avortement et sur la nécessité absolue d’utiliser les préservatifs et la pilule. Rien n’est dit non plus sur les drames du porno (alors que, paradoxalement, juste après, on nous fait tout un laïus insistant sur les nouveaux risques d’Internet !) : la voix-off enfantine près de « l’arbre à confidences graves » demande : « Est-ce que c’est grave de regarder des films pornos ? » Réponse pré-enregistrée de l’adulte : « Non. Mais ce sont des films pour adultes. » Qui peut s’attendre logiquement à découvrir derrière cet Arbre de la Franchise l’immense Forêt de la Langue-de-bois ? Personne, à part l’esprit averti.
 
Zizi (arbre)
 
Zizi (possibilité)
 
Zizi (non-dit)
 
Zizi (mensonge)
 

– dans le mensonge. Exemple : La « pilule du lendemain » – qui concrètement constitue un véritable tsunami pour le corps des femmes, aussi bien sur le plan physique que moral – est totalement banalisée, mise sur le terrain de la « possibilité », du « pouvoir », du « droit » : « Il existe aussi la pilule d’urgence. Si on fait l’amour et qu’on a oublié de se protéger, la femme peut prendre cette pilule très vite. Celle-ci empêche soit l’ovulation de se faire, soit à l’ovule fécondé de se loger dans l’utérus et donc empêche d’avoir un bébé. » Idem pour la banque de sperme : « Les femmes qui ne peuvent pas avoir de bébé avec le sperme de leur amoureux, peuvent demander du sperme dans une banque prévue pour ça ! La première banque du sperme date de 1973. [point final] » De plus, on nous fait croire dans cette Expo que l’amour ne serait qu’une question de technique et d’émotion, de responsabilité avant tout individuelle ; pas une question de sexuation humaine, d’engagement, de durée, de sacré, de responsabilité collective, de volonté aussi. Ce n’est pas une Expo sur l’Amour, mais une Expo qui désapprend à aimer.
 
Zizi (banque)
 

– dans la victimisation légaliste. Selon les concepteurs gays friendly de cette Expo, une chose ne serait pas « bonne » ou « juste » du fait qu’elle soit concrètement violente : elle est jugée injuste et mauvaise uniquement parce qu’elle est « contraire à la loi ». « C’est ça l’inceste : l’inceste est un crime puni par la loi. » ; « On met les pédophiles en prison ou dans un hôpital psychiatrique car ils sont dangereux. » ; etc. Ainsi, zéro explication morale ! Zéro recherche de Vérité ou de compréhension des faits ! Zéro Sens ! L’inceste, « c’est pas bien parce que c’est punissable par la loi ». L’homophobie, la pédophilie, « c’est pas bien parce que c’est passible de prison et parce que c’est dit dans la loi ». Et une fois que la loi change, on fait quoi ? Une fois que la loi protège des actes mauvais, comme c’est le cas du « mariage pour tous » concernant les actes homos, la GPA, la PMA, on fait quoi de ce légalisme moraliste à la noix ?
 
Zizi (légalisme)
 

– dans la diabolisation (déresponsabilisante, démobilisatrice) des violeurs, avec en prime la création aberrante et grotesque d’une espèce étrangère immonde, d’un Méchant de dessin animé presque innommable, d’un Troisième Type – « le Pédophile » – qu’il conviendrait d’expulser sans chercher à comprendre les ressorts psychologiques et sociaux de l’acte pédophile (à commencer par la promotion et l’existence d’expos telles que le Zizi Sexuel !). La voix-off du speaker près de « l’Arbre de la Connaissance », justement, nous somme avec insistance de reconnaître que la pédophilie c’est « mal » et que l’adulte qui satisfait ses envies sur un enfant est « crès méchant » : « L’adulte qui a fait ça est un pédophile. Quel que soit le moyen, il ne faut pas se laisser faire. Il faut se débattre, fuir en courant ! Il n’y a pas à réfléchir. C’est NON ! NON ! NON ! On met les pédophiles en prison ou dans un hôpital psychiatrique car ils sont dangereux ! »

 
Zizi (violeur)
 

– dans le mépris des parents et des adultes, carrément censurés ou dénigrés pendant l’Expo… alors que la destruction de la différence des générations (qui participe de la destruction de la différence des sexes), la ridiculisation de la transmission généalogique adulte, la flatterie de la supposée maturité des enfants par rapport à l’immaturité de leurs géniteurs, c’est le discours et la démarche typiques du violeur ou des États totalitaires prétendant se substituer aux parents sur le terrain de l’éducation et de la sexualité !
 

Espace "interdit aux adultes"

Espace « interdit aux adultes »


 
Zizi (mépris parents 1)
 
Zizi (mépris adultes)
 

– dans le mépris des enfants. Durant toute l’Expo, ces derniers sont pris pour des potes (qui doivent parler bobo comme « çô », et « pô » comme de enfants naturels), pour des confidents royaux, pour les adultes qu’ils ne sont pas encore, pour des adolescents à conneries, pour des fruits d’une « belle histoire »… mais ils ne sont pas aimés ni respectés dans leur innocence et leur réalité générationnelle, ils ne sont pas considérés comme le fruit d’un amour humain unique et éternel : « Un bébé, ça doit être le résultat d’une histoire d’amour »… et c’est tout. Misère de misère…
 
Zizi (l'amour n'est pas unique. Confusion entre être amoureux et aimer)
 
Zizi (vulgarité)
 
Zizi (mépris des enfants)
 

"Rigolez ! Moi, au moins, j'aurai pô un bébé !"

« Rigolez ! Moi, au moins, j’aurai pô un bébé… »


 

– dans la misandrie (haine des hommes, des pères) et la ridiculisation des garçons. C’est normal : ils sont présentés comme des gros dégueulasses, des violeurs en puissance. L’Expo Zizi sexuel résonne à bien des reprises comme un appel à candidatures inconscient.
 
Zizi (misandrie)
 
Zizi (misandrie 3)
 

– dans la misogynie (haine des femmes, des mères). Les filles sont traitées comme des poupées Barbie caractérielles, des poules pondeuses (… d’un seul œuf… parce que deux, faut pas déconner non plus) et des salopes en devenir… avec tous les accessoires de la pétasse qui irait se faire sauter en boîte ou qui doit savoir au plus vite faire la nique aux mecs.
 
Zizi (salope)
 

– dans l’orchestration de la guerre des femmes contre les hommes (sous couvert d’égalité des sexes, et de défense des droits des femmes, des enfants et des z’homosexuels). Par exemple, on donne aux filles plusieurs astuces pour jarter les mecs qui les draguent « lourdement » en une phrase dite « cassante », dans la rubrique « La Réplique qui tue ». En effet, Titeuf, le jeune garçon gaffeur et intrépide, demande à sa copine Nadia « Vous habitez chez vos parents ? », et celle-ci répond : « Non. Je vis dans les égouts et je croise ton sosie tous les jours. » (Cassééé !) ; Titeuf demande « Tu danses ? » ; Réponse de sa douce et tendre : « Non… J’ai oublié mes bottes blindées. » Il ne manquait plus que : « Tu veux ma photo ? / Oui, pour la mettre dans mon album de singes. »
 
Zizi (misandrie 4)
 
Zizi (jarter)
 
Zizi (jarter 2)
 

III – Mais vous allez niquer, oui !?!

 
Zizi (technique)
 

En matière de sexualité (spectaculairement réduite au triptyque romantico-libertaire hétérosexiste suivant : sentiment/génitalité/procréation), cette Expo cherche à démontrer au jeune visiteur que tout ce qui nous est POSSIBLE (« Pour faire l’amour sans avoir de bébé, il existe plusieurs moyens. Les garçons peuvent mettre un préservatif. » ; « Les femmes qui ne peuvent pas avoir de bébé avec le sperme de leur amoureux, peuvent demander du sperme dans une banque prévue pour ça ! » ; etc.) est PERMIS et FAISABLE à partir du moment où chacun serait « fidèle à lui-même » (= Écoute ton corps. Contrôle-le et protège-le pour un maximum de sécurité et de jouissance. Connais par cœur son fonctionnement technique et tes cycles hormonaux.) et que l’acte sexuel se ferait entre deux pré-adultes consentants. Pas question de parler de vraie liberté ! Pas question de considérer les actes réels qui se cachent derrière les intentions ou les perceptions subjectives des acteurs de la pratique sexuelle ! Pas question de lier la sexualité à la complémentarité des sexes, ni à l’engagement ni à la vie de couple sur la durée ni au mariage ni à une quelconque dimension morale ou sacrée de la sexualité, cela va de soi ! Pas question, plutôt que de laisser le POSSIBLE faire loi d’amour universel, de nous présenter l’éventail plus réduit de ce qui nous est SOUHAITABLE et le plus PROFITABLE, le plus HUMANISANT pour aimer sur la durée et la fidélité à l’autre ! Comme si nous étions des bêtes humaines ou des robots conviés à tester tous les gadgets d’un grand supermarché de la consommation sexuelle soft rempli d’accessoires pour intensifier nos émotions.
 
Une jeune fille et sa grande soeur devant la marguerite de l'amour.
 

Et comble du comble, le spectre de nos « possibles », de nos probabilités émancipatrices, que nous exhibe cette Expo s’impose aux enfants sous la forme d’ordres à exécuter, de poncifs tacites, de nécessités absolues, de sécurités obligatoires pour se prémunir de risques décrits comme inéluctables, d’obligation à niquer… pardon, à « faire l’amour » et à se mettre en couple à tout prix. « Le célibat, c’est pas bien. Quoi que vous fassiez, les enfants, un jour ou l’autre, tout le monde devra passer à la casserole ! » Voilà le merveilleux message implicite laissé à notre jeunesse. C’est effrayant.
 
Zizi (mépris du célibat)
 
Zizi (régulation 2)
 
Zizi (supermarché)
 
Zizi (ordre)
 

L’Expo Zizi sexuel s’affaire à nous prouver que l’être humain serait son propre objet de plaisir sexuel, sa propre « machine à jouir, à ressentir des émotions amoureuses », sa propre « usine à procréer » quand il veut et comme il veut, un robot qui se consomme lui-même ou qui fonctionne/aime/jouit de telle manière (souvent violente et pulsionnelle, d’ailleurs : cf. je vous renvoie à l’atelier auditif de l’Expo où, simplement en pressant une manette, le visiteur est invité à entendre différents types de bisous, tous plus artificiels et déshumanisés les uns que les autres : « baiser agressif », « baiser passionné », « baiser métallique », « baiser baveux », « baiser contagieux », etc.).
 
Zizi (baiser agressif)
 
Zizi (sexuel Coeur)
 
Zizi (robot)
 
Zizi (homme-objet)
 

Plus grave : cette Expo nous fait même croire qu’on peut tout aussi bien faire l’amour à un Homme qu’à une machine… et comme cette machine ce serait nous-même, qu’on peut très bien se faire l’amour tout seul sans l’aide de personne. Question de savoir-faire technique !
 
Zizi (robot 2)
 

Il suffit d’appuyer sur tel ou tel bouton. C’est écrit noir sur blanc : Mesure ton amour à l’« amouromètre » ; regarde ton futur couple à travers les couples hétéros et homos des écrans de cinéma ; change de sexe en te regardant au « pubertomatic » ; presse le cœur-punching-ball pour entendre tous les chanteurs bobos du moment – Anaïs, Tryo, Manu Chao, Amadou et Mariam, etc. – te dicter combien tu aimes et quelle est « l’intensité de ton amour » ; exerce-toi – avec la langue ou avec le doigt – sur un mannequin pour devenir un pro du roulage de pelles, positionne-toi comme ça pour embrasser ou pour troncher/te faire troncher (ça te permettra de ne pas avoir mal), etc. Il ne manque plus que l’atelier poupée gonflable et sextoys ! Et franchement, on est à la frontière…
 
Zizi (comment rouler une pelle)
 
Zizi (robot 4)
 

"Allez, avec la langue ! Trop marrant !"

« Allez, avec la langue ! Trop marrant ! »


 

Et le pire, c’est qu’après tout ça, la conclusion de l’Expo, c’est : « Ne te laisse pas consommer. C’est très grave ! Tu n’es pas un objet de jouissance. Tu ne seras pas l’instrument des pédophiles ! Tu dois connaître les dangers d’Internet ! » Vous vous foutez de la gueule de qui ? a-t-on envie de dire aux concepteurs et aux hommes politiques qui soutiennent cette Expo immonde. Regardez-vous en face. Les pédophiles, ce ne sont pas « les autres » : c’est vous !
 
 

IV – Malgré les intentions déculpabilisatrices, une incitation à la peur de la sexualité

 
Zizi (peur)
 

En somme, aussi paradoxal que cela puisse paraître (car ils jouent aux « cools » qui connaissent tout sur tout de la sexualité, et qui vont briser tous les tabous du passé par leur « humour » décalé), les exposants du Zizi Sexuel sont bien plus frustrés en amour et bien plus effrayés par leur appareil génital que les soi-disant « cathos coincés », qui eux savent contrôler un peu mieux leurs pulsions et envisager la sexualité comme quelque chose de plus grand et noble qu’un bien de consommation. À force de regarder leur zizi (réel ou fantasmé) de trop près, par la lorgnette de leur microscope nombriliste, et d’en faire un mauvais usage masturbatoire, les bobos socialistes et leurs méthodes communistes « égalitaristes » finissent étonnamment par faire vivre à tout le monde, à commencer par eux-mêmes, l’angoisse de l’adolescent attardé qui réveille les complexes corporels humains les plus enfouis et les plus archaïques, et qui alimente socialement toutes les violences de la sexualité régressive adulte. Ils prétendent tout dévoiler de la sexualité et de l’amour parce qu’en réalité ils en ont une frousse terrible et que la génitalité les dégoûte (à tort… sauf quand ce sont eux qui la mettent en pratique d’une façon inhumaine et irrespectueuse). En dépit des apparences, leur purisme positiviste et leur langage clinique cru sur la sexualité sont angoissés et anxiogènes.
 
Zizi (animaux)
 
Zizi (émotion:génitalité:positivisme)
 
Zizi (émotion:génitalité:chimie)
 
Zizi (émotion:génitalité:amoureux c'est hormonal)
 

D’ailleurs, l’Expo Zizi Sexuel parle sans arrêt de la peur (même si ses concepteurs la projettent ensuite sur les enfants et prétendent les en délivrer), de la croyance que le sexe c’est sale et mal (même s’ils attribuent celle-ci aux prétendus « ignorants » qu’étaient leurs ancêtres, ou aux bourgeois coincés), de l’angoisse de la castration. Ils n’ont pas compris que la pudeur, c’est la condition et la limite de l’Amour vrai. Que la sexualité, c’était beau (et pas qu’un phénomène chimique ou mécanique qui « fait du bien » !). Et que c’est Dieu qui leur a donné leur zizi, pour l’honneur de son nom et de sa beauté.
 
Zizi (peur 2)
 
Zizi (peur 3)
 
Zizi (peur 4)
 
Zizi (peur 5)
 
Zizi (peur 6)
 

L’Expo Zizi sexuel, c’est finalement les pédophiles qui préviennent la jeune génération contre le risque de leurs propres attaques, en commençant par agresser celle-ci visuellement et verbalement sous le prétexte du jeu. C’est un peu le Parc d’attractions michaeljacksonien, et l’antithèse du Aimer en vérité de Pierre-Hervé Grosjean. Ces expositions libertaires me font penser à ces parents qui montrent des films pornos à leurs ados, en ayant la sincérité et l’inconscience de leur dire « C’est la Nature ! ». J’y suis allé pour que vous n’y alliez jamais. Merci de suivre mon conseil.
 

Je rends grâce à Dieu tous les jours d’être regardé

Regard

Ma petite règle de vie, c’est que j’essaie de faire en sorte que rien de ce que je fais dans mon intimité ne me fasse rougir si ça devenait un jour public. Ça demande une attention de tous les instants. Mais cet effort d’imagination me fait connaître tout de suite mes péchés, éclaire instantanément ce qui est honteux ou injuste dans mes agissements et dans mes paroles. C’est radical ! Rappelez-vous la fois où, par erreur, vous avez envoyé le mail de médisances précisément à la personne que vous critiquiez… Repensez à la honte d’être pris en flagrant délit de masturbation, d’infidélité ou de visionnage de porno… et vous comprendrez très vite de quoi je parle !

En revanche, si j’applique vraiment cette règle dans mon quotidien, je vis une véritable libération. Non seulement je ne fuis plus le regard des autres mais je le recherche, je l’appelle au secours et il accourt immédiatement. Et combien plus le regard de Dieu ! Ce n’est pas un hasard si, de nos jours, le « regard des autres » est autant méprisé par nos contemporains. Il est très décrié, tout simplement parce que l’être humain ne veut plus assumer ses actes mauvais et rendre compte du mal qu’il se fait à lui-même, il ne veut pas reconnaître que son propre regard s’est sali, est devenu voyeuriste. Je vois pourtant dans ces regards humains un appel à la perfection, un miroir salutaire et un réel appui. Sans le regard des autres, je vis pour moi. Et c’est bien triste. J’aime Facebook et Twitter pour les mines de regards qu’ils sont : ces réseaux m’encouragent à avoir une vie impeccable. La disparition terrestre de ma mère aussi m’aide incroyablement à devenir irréprochable. Loin de créer une angoisse ou une surveillance stériles, elle me stimule encore plus à la sainteté. Je rends grâce à Dieu tous les jours d’être regardé par les autres. En bien, en mal, peu importe. D’être regardé, tout simplement. Il n’y a que ceux qui regardent/agissent mal qui voient du narcissisme et du Big Brother partout.

Code n°96 – Inceste entre frères (sous-code : Frères homos tous les deux / Cousin / Oncle)

Inceste entre frères

Inceste entre frères

 

 

NOTICE EXPLICATIVE

 

Plusieurs enfants homos dans la même famille ?

INCESTE frères Two Brothers

Film « Two Brothers » de Richard Bell


 

Bien qu’il soit évident que l’homosexualité n’est pas le résultat immédiat et causal d’une « mauvaise éducation » comme dirait Pedro Almodóvar, il n’empêche qu’il peut exister des ponts entre l’environnement familial et le désir homosexuel. Quand nous regardons autour de nous, nous constatons que les situations familiales des personnes homosexuelles, sans être plus extraordinaires ni catastrophiques que d’autres, sont souvent complexes, et parfois perturbées. Même s’il est impossible, fort heureusement, de dresser un portrait-robot de la famille d’où émergera une ou plusieurs personnes homosexuelles, nous pouvons tout de même définir des terrains porteurs, car oui, ils existent. Ce sont certaines coïncidences (une possible possessivité maternelle, un supposé absentéisme paternel, une certaine expérience de la gémellité, une influence écrasante des frères et sœurs, une jalousie entre frangins, une éducation ressentie comme trop rigide ou trop laxiste, etc.) qui nous le font dire.

 

Par ailleurs, on rencontre un certain nombre de cas où plusieurs frères d’une même famille se disent « homosexuels » (pensez à la fratrie Jáuregui, Mann, Tchaïkovski, Strachey, etc.), ou bien un des parents avec son fils (la famille Ackerley, la famille Mann, la famille Schwarzenbach, la famille Cocteau, etc.). Ce n’est pas rare, bien qu’en effet, personne dans le « milieu » ne le crie sur les toits par peur d’alimenter l’argument de la dégénérescence, c’est-à-dire d’une « hérédité homosexuelle », ou bien l’idée d’une « homosexualité éducationnelle » qui pourrait, si elle existait, être désapprise.

 

Beaucoup de personnes homosexuelles rejettent avec véhémence le concept de dégénérescence, parce qu’elles défendent inconsciemment dans le rejet le lien causal entre parents et enfant homosexuels, entre frères possiblement jumeaux en homosexualité. Il arrive que certains individus reconnaissent en leur frère, leur oncle, leur beau-frère, leur demi-frère ou leur cousin, un amant homosexuel, ou, sans aller jusque-là, leur propre désir homosexuel. Cette correspondance leur déplaît énormément, parce qu’elle renvoie à un autre interdit que celui de la transgression de la différence des sexes par le couple homosexuel ou par le viol génital : celui du viol de la différence des générations, donc de l’inceste. S’il finit par se savoir que, dans une même fratrie, il est fréquent qu’il y ait plusieurs personnes homos (et je peux vous assurer, de par mon expérience de terrain, que c’est plus fréquent qu’on ne le croit !), cela engage à soutenir des thèses essentialistes ou constructionnistes particulièrement homophobes (le soi-disant « gène homosexuel », la soi-disant « éducation homosexualisante » – qui pourrait, pour le cas – être désapprise, et qui indique l’homosexualité comme une passade ou un trauma familial, etc.). Cela oblige plus fondamentalement à s’interroger sur la nature des sentiments qu’on se porte entre frères… et j’en conviens, il n’a jamais été glorieux, pour une personne homosexuelle pas plus que pour une personne non-homosexuelle, de reconnaître un sentiment voire une appétence sexuelle pour un pair de sang, surtout quand on s’est parfois valu de l’alibi de « l’amour fraternel » pour masquer un viol (symbolique?) venu de la part d’un proche dont on ne doute pas de la sincérité, ou qu’on a soi-même exercé avec une « innocence » presque complaisante.

 

Enfin, petite précision avant de me lancer : ce code ne doit pas convaincre certains lecteurs naïfs que (je penserais que) toute personne homosexuelle est tombée amoureuse de son frère/de sa sœur, ou qu’elle a subi les assauts sexuels d’un frangin ou d’un cousin. Le fantasme de l’inceste fraternel, même s’il est très marqué dans le désir homosexuel, n’est pas exclusif à l’homosexualité et aux personnes homosexuelles. Il est humain. Le désir homosexuel n’est que le reflet d’incestes fraternels/fratricides sociaux qui dépassent largement les frontières de la communauté homosexuelle.

 
 

N.B. : Je vous renvoie également aux codes « Inceste », « Jumeaux », « Ombre », « Frère, fils, père, amant, maître, Dieu », « Personnage homosexuel empêchant l’union femme-homme », « Trio », « Duo totalitaire lesbienne/gay », « Moitié », « Doubles schizophréniques », et à la partie « Frère homophobe » du code « Homosexuel homophobe », dans le Dictionnaire des Codes homosexuels.

 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 
 
 

FICTION

 

a) Les deux frères amants (la fraternité incestuelle voire incestueuse) :

Film "Les Enfants terribles" de Jean-Pierre Melville

Film « Les Enfants terribles » de Jean-Pierre Melville

 

Le personnage homosexuel a une relation très proche avec l’un de ses frères (d’ailleurs, on ne sait pas toujours si c’est un frère réel, biologique, ou s’il s’agit juste de son reflet narcissique, de son double schizophrénique) : cf. le roman Hawa (La Différence, 2010) de Mohamed Leftah (avec les frères jumeaux Zapata et Hawa), la pièce L’Ombre de Venceslao (1978) de Copi (avec le probable inceste entre Rogelio et sa sœur China), le film « New Wave » (2008) de Gaël Morel (avec Romain, le héros homo, et son frère Jérémy), le film « Les Abysses » (1962) de Nico Papatakis (avec les sœurs incestueuses), la pièce Cosmopolitain (2009) de Philippe Nicolitch (avec Jean-Luc, le héros homo, et Rachid, son demi-frère arabe), le film « Two Brothers » (2001) de Richard Bell (avec Riley et son frère Chad, l’un homo et l’autre hétéro), le roman Les Enfants terribles (1929) de Jean Cocteau (je pense surtout à la scène du bain commun entre Paul et Élisabeth), le film « L’Embellie » (2000) de Jean-Baptiste Erreca (avec Saïd et Karim), le roman Frère (2001) de Ted Van Liedshout, le film « Brothers » (2003) de Deniz Buga, le film « Almost Normal » (2005) de Marc Moody (avec Julie et Brad), la pièce Antigone (1922) de Jean Cocteau (avec Antigone et son frère), la pièce Le Retour au désert (1988) de Bernard-Marie Koltès (avec Mathilde et Adrien), la pièce Inconcevable (2007) de Jordan Beswick (avec le couple fusionnel Cindy et son frère homosexuel Paul), le film « Harry et Max » (2005) de Brian Epstein, le film « Mascara » (1987) de Patrick Conrad, le film « Aprimi Il Cuore » (2002) de Giada Colagrande, le film « Sister My Sister » (1994) de Nancy Meckler, le roman Journal de Suzanne (1991) d’Hélène de Monferrand (avec la relation androgynique entre Suzanne, l’héroïne lesbienne, et son frère Pierre), le roman Sang réservé (1929) de Thomas Mann (racontant l’amour incestueux des deux jumeaux Siegmund et Sieglind), le film « Brother To Brother » (2004) de Rodney Evans, le téléfilm « Prayers for Bobby » (« Bobby : Seul contre tous », 2009) de Russell Mulcahy, le sketch du Testament de Muriel Robin (avec Jean-Denis, le frère coupé en deux), le film « Praia Do Futuro » (2014) de Karim Aïnouz (avec la relation passionnelle entre Donato, le héros homo, et son petit frère Ayrton), etc.

 

« Vous êtes habituée à vivre avec votre sœur qui vous facilitait tout. Toute seule, vous êtes comme un enfant. » (Fougère dans la pièce Les Quatre Jumelles (1973) de Copi) ; « Je deviens sa demi-sœur. » (Jean-Charles/Jessica à son meilleur ami non-homo Jean-Louis, dans la pièce Y a comme un X (2012) de David Sauvage) ; « En perdant ma sœur, c’est comme si on avait arraché une partie de moi-même. » (Nicolas dans le téléfilm « Sa raison d’être » (2008) de Renaud Bertrand) ; « Pour l’héritage de ma mère, ça aurait tout facilité si j’avais été mariée avec ma sœur. » (Frédérique Kelven dans son one-woman-show Nana vend la mèche, 2009) ; « Tout ce que je sens, tu sens. Et ce que je suis, tu suis. Nous voici sœurs de sang. Déjà nos cheveux s’emmêlent, comme des cheveux de jumelles. Ils s’envolent, cheveux de folles… » (cf. la chanson « Toi c’est moi » de Priscilla) ; « On n’a pas de colocataire à 30 ans passés. On vit avec son amant ou avec sa sœur ! » (Michael, l’un des héros homos évoquant l’évidence de l’homosexualité à travers certains modes de vie, dans le film « The Boys In The Band », « Les Garçons de la bande » (1970) de William Friedkin) ; etc.

 

Par exemple, dans la pièce Scènes d’été pour jeunes gens en maillot de bain (2011) de Christophe et Stéphane Botti, Lennon, le héros homosexuel, et sa sœur Chloé ont une relation fusionnelle, au point qu’ils sont présentés comme les deux moitiés d’une seule personne. D’ailleurs, ils se qualifient comme des « demi-frères » (Malik, en parlant d’eux, les confond totalement : « L’honneur d’une sœur, c’est l’honneur d’un frère. »). Dans la pièce L’Héritage était-il sous la jupe de papa ? (2015) de Laurence Briata et Nicolas Ronceux, Vanessa et son frère homosexuel Nicolas sont un spectre de réactions étonnantes face à la mort de leur père. Dans la pièce Ma Double Vie (2009) de Stéphane Mitchell, la sœur de Tania (l’héroïne lesbienne) dit à celle-ci qu’elle est sa « petite sœur, un bout de son âme ». Dans le film « A Streetcar Named Desire » (« Un Tramway nommé Désir », 1950) d’Élia Kazan, les deux sœurs Stella et Blanche forment un couple androgynique, peu dissocié en deux personnes uniques. Dans le film « Fried Green Tomatoes » (« Beignets de tomates vertes », 1991) de John Avnet, Idgie a une relation d’admiration quasi amoureuse avec son grand-frère Buddy, qui mourra tragiquement dans un accident de train. Dans le film « Facing Mirrors : Aynehaye Rooberoo » (« Une Femme iranienne », 2014) de Negar Azarbayjani, Adineh l’héroïne transsexuelle F to M a un frère – à la fois de sang et symbolique –, qui se nomme Emad, qu’elle invoque et qui va l’aider à s’exiler en Allemagne pour son opération de changement de sexe : « C’est mon frère. Il n’est pas d’ici. » Dans la pièce Les Faux British (2015) d’Henry Lewis, Jonathan Sayer et Henry Shields, Thomas, le héros homosexuel, maintient une relation très fusionnelle avec sa sœur Florence. « Je n’apprécie pas que vous mettiez vos sales pattes sur ma sœur ! » dit-il à Helmer, le fiancé de Florence, en lui faisant comprendre que la chasse est gardée. Helmer résiste, en vain : « C’est un être dangereux, particulièrement déséquilibré. Il ne supportera de donner sa sœur à qui que ce soit. ». « Il est de notoriété publique que vous êtes d’une possessivité maladive à l’égard de votre sœur. » lui lance-t-il à la face.

 

Dans le film « Die Mitter der Welt » (« Moi et mon monde », 2016) de Jakob M Erwa), Phil, le héros homosexuel, est né jumeau avec sa sœur Dianne. Celle-ci est un peu spéciale car elle a le don d’attirer à elle la Bête et les animaux. Elle ne respecte pas l’intimité de son frère : par exemple, elle rentre dans la salle de bain alors que Phil est tout nu dans son bain. Elle devine qu’il a un copain : « Ce genre de truc m’échappe pas. Je suis ta sœur, hein ? » Et leur gémellité est à double tranchant : « Dianne et moi, on était comme McGyver et son couteau, les asperges et la sauce hollandaise ou les jumelles Olsen. Elle était mon ange gardien, mon amie et alliée. Et moi, son deuxième cœur. »
 

Dans la pièce Les Vœux du Cœur (2015) de Bill C. Davis, Irène la sœur de Bryan, le héros homo croyant, qui est une femme libérée et adultère, défend son frère de manière amoureuse : « J’aime mon frère plus que tout au monde » ; « On est tellement proches… » ; « J’adore ma sœur. » (Bryan enroulant tendrement sa sœur par derrière) ; etc. Le degré de fusion incestueuse est telle qu’Irène, enceinte, décide d’offrir son bébé au couple formé par Bryan et Tom… comme ça, Bryan et elle seront les « parents » de « leur » fils : « Bryan vaut cent fois mieux que le père de mon bébé ! ». Et par ailleurs, Irène s’applique l’after-shave (l’après-rasage) de son frère pour se sentir mieux.
 

Dans la pièce Sugar (2014) de Joëlle Fossier, William, le héros homo, et Adèle sa sœur, ont une relation particulièrement fusionnelle et incestuelle : elle l’appelle « mon p’tit chat », est particulièrement collante. Et William lui a décerné un statut exceptionnel : « C’est la sentinelle de ma vie, ma sœur. Mon pilier. » Georges, l’amant de William, ignore d’abord qu’elle est la sœur de son compagnon. « Vous êtes sa mère, sa nounou, sa petite amie ? » Et Adèle accepte d’être un peu tout, joue à être l’« ex » de son frère. Quand Georges découvre qu’Adèle a pris sa place dans le cœur de William, il s’insurge contre cette « copine » envahissante : « Qu’est-ce que c’est que cette sangsue ?? »

 

La séparation entre le frère et la sœur est parfois comparée à la coupure amoureuse de la sexualité (vécue par Adam et Ève), à l’acte de naissance de la différence des sexes : « Le ventre collé contre le grand lit de fer. Je cherche mon frère. J’avance vers le sommier. Le dos fermé couché, j’ai mal à reconnaître. La voix de mon frère, un sanglot étouffé. Pour le rencontrer, j’ai fait un millier de mètres à pied car ils nous ont séparés. » (cf. le poème « Le Dos d’un cœur » (2008) d’Aude Legrand-Berriot)

 
 

Les frères des fictions homo-érotiques s’admirent en général l’un l’autre à travers le miroir de leur narcissisme :

Darren – « Pourvu que je sois comme toi… »

Connor – Tu es comme moi. »

(les deux frères incestueux du film « Starcrossed » (2005) de James Burkhammer)

 
 

Ils s’aiment tellement que certains tombent amoureux entre eux, et vivent une relation sexuelle (parfois semi-forcée) : cf. la B.D. Dads And Boys (2007) de Josman (avec des frères jumeaux qui couchent ensemble), le film « Do Começo Ao Fim » (2009) d’Aluizio Abranches (avec Tomaz et Francisco), le film « Starcrossed » (2005) de James Burkhammer (avec Darren et son frère Connor), le film « Shimai Renzoku Rape : Eguru ! » (« Rape Between Sisters Penetration », 1989) d’Hisayasu Sato, le film « Lonely Boat » de Christopher Tram et Simon Fauquet (avec l’inceste entre demi-frères), le film « L’Heure du désir » (1954) d’Egil Holmsen (avec l’inceste entre sœurs), le film « 800 Tsu Rappu Rannazû, Fuyu No Kappa » (1994) de Kazama Shiori, le tableau Frères (1997) de Liu Xiaodong, le roman Mon Frère, mon amour (2003) d’Eyet-Chékib Djazari, le roman Mon frère et son frère (1993) d’Hakan Lindquist, le film « Paulo et son frère » (1997) de Jean-Philippe Labadie, le film « Comme un frère » (2005) de Bernard Alapetite et Cyril Legann, le film « The Mafu Cage » (1978) de Karen Arthur (avec l’inceste entre sœurs), la photo Comme des frères (1982) de Jean-Claude Lagrèze, etc.

 

Tomaz et Francisco, les deux frères du film « Le Commencement de la fin » (2009) d’Alizio Abranches

 
 

Par exemple, dans la pièce Psy cause(s) (2011) de Josiane Pinson, Madame Gras a connu l’inceste avec son frère. Dans le film « Potiche » (2010) de François Ozon, Floriane et Laurent (qu’on suppose fortement homosexuel) sortent ensemble… mais seraient en fin de compte frère et sœur. Dans son one-man-show Entre fous émois (2008) de Gilles Tourman, Jarry n’arrête pas de se comparer à ses frères, et va même jusqu’à regretter qu’ils n’aient pas franchi le pas de l’inceste ! : « De mes trois frangins, y’en a même pas un qui m’a violé gamin ! » Dans le film « Esos Dos » (2012) de Javier de la Torre, Eloy, le beau prostitué homosexuel, dit qu’il vient d’une famille de 8 enfants, et qu’il a toujours aimé les douches serrés comme des sardines avec ses frangins en caleçon… et que ça aurait inconsciemment stimulé son homosexualité. Dans le film « Xenia » (2014) de Panos H. Koutras, la relation entre les deux frères Ody (soi-disant hétéro) et Dany (ouvertement homo) donne à réfléchir : Dany louche sur son grand frère musclé et poilu avec envie ; et lorsqu’ils dansent quasi nus ensemble, complètement bourrés, Ody se rapproche de son petit frère en lui disant qu’il le trouve « sexy »… Dans le roman Harlem Quartet (1978) de James Baldwin (mis en scène par Élise Vigier en 2018), la relation entre Hall (hétéro) et son frère Arthur (homo) est si forte, qu’on se demande si elle n’était pas de nature incestueuse : « Ami, sais-tu comme un frère aime son frère ? Est-ce que vous savez combien mon frère m’aimait ? » (Hall parlant d’Arthur). Même la serveuse du bar Le Sylvia’s émet un doute : « Vous êtes vraiment son frère ? Les gens racontent tellement d’histoires… »

 

Dans la pièce L’Héritage était-il sous la jupe de papa ? (2015) de Laurence Briata et Nicolas Ronceux, Nicolas est en couple avec Vincent depuis 10 ans déjà… et à la suite du décès de son père, il apprend que, légalement et par héritage, Vincent devient aussi son demi-frère puisqu’il est le fils de la maîtresse de son père. L’homosexualité se double donc d’inceste. Le flyer de la pièce l’affirme explicitement : « Nicolas n’aurait jamais pu imaginer voir son homosexualité transformée en inceste. » Pendant l’enterrement, le jeune homme a des pensées incestueuses quand il regarde son amant/demi-frère : « Mais c’est mon frère, quand même… Qu’est-ce qu’il est beau ! » Il se déresponsabilise et jette la faute à son père dans le cercueil : « Tu vas voir tes deux fils s’aimer. Mais tu ne peux t’en prendre qu’à toi-même. » Nicolas, finalement, a du mal à se faire à cette nouvelle situation et rejette Vincent qui essaie de l’embrasser sur la bouche : « Enfin, Vincent, on n’encule pas son frère ! » Vanessa, la sœur de sang de Nicolas, tente de se rapprocher de manière également ambiguë avec son nouveau demi-frère Vincent : « Nous aussi, on est proches… Très proches… » Et comme elle voit que ses efforts sont vains, sa jalousie s’offusque de découvrir la liaison cachée entre Vincent et Nicolas : « Pédés, c’est déjà pas mal. Mais frères, c’est de l’inceste. »
 

Dans le roman The Girl On The Stairs (La Fille dans l’escalier, 2012) de Louise Welsh, Petra, la compagne de Jane, a un frère jumeau, Tielo, avec qui elle a une relation très ambiguë : « Les années 1970-80, c’était une bonne époque pour être homo. Le style androgyne était à la mode ; même les garçons hétéros portaient du maquillage et des bijoux, et se teignaient les cheveux. Je crois qu’une partie de Tielo aurait bien voulu être gay. Jusque-là, on avait tout fait ensemble, mais il avait toujours été le plus dévergondé de nous deux. […] Il s’est laissé draguer par des mecs une ou deux fois. […] On dormait dans la même chambre quand on était petits. On était jumeaux. C’est l’autre partie de moi. » (pp. 81-85) Jane a l’outrecuidance de lui demander si Tielo a « essayé de la sauter » : « Bien sûr que non. » coupe court Petra. Mais un peu plus tard, on apprend que l’enfant que porte Jane est en réalité le fruit du don de sperme de Tielo…
 

« J’ai le cœur serré à cause de toi, mon frère Jonathan. Tu m’étais délicieusement cher… » (Yossi Hoffman, le héros homosexuel du film « Yossi » (2012) d’Eytan Fox) ; « Tu pries pour que ton frère, comme toi, au même moment, soit blotti dans les bras d’un beau jeune homme plein de vigueur, et qui prendrait soin de toi comme d’une poupée. » (Félix à propos d’un soldat allié, Bob, dans le roman La Synthèse du camphre (2010) d’Arthur Dreyfus, p. 132) ; « J’ai eu mon premier orgasme. […] tout cela dominé par le visage-dieu de mon frère. – Tu sais que tu es mon dieu ? – Je sais que tu es mon dieu. » (Carlos, le narrateur homosexuel parlant d’Antonio, son frère de 6 ans son aîné, dans le roman L’Agneau carnivore (1975) d’Agustín Gómez-Arcos) ; « Évidemment, elle, maman n’était pas dupe de tout ce qui se passait entre Antonio et moi, et se foutait pas mal de nos relations sexuelles, mais elle ne pouvait pas supporter l’univers d’amour dans lequel mon frère m’abritait. » (idem) ; « Toi, je t’aime. » (Marie, la sœur de Benoît, le héros homo, dans la pièce Bonjour ivresse ! (2010) de Franck Le Hen) ; « Mon frère et moi étions très proches. Peut-être trop, même. » (Ariana, l’héroïne lesbienne à propos de son frère Hector, homosexuel et assassiné dans une forêt, dans le film « La Bête immonde » (2010) de Jann Halexander) ; « Frapper à cette porte pour ressusciter la voix de la mère. Imaginer qu’elle allait enfin se réveiller. Enfin répondre. Parler au petit frère […] qui, chaque soir, voulait qu’on recommençât le jeu : ‘Adi, tu me serres très fort dans tes bras ?’ » (Adrien, le héros homosexuel du roman Par d’autres chemins (2009) d’Hugues Pouyé, p. 41) ; etc.

 

Parfois, le couple homosexuel fictionnel se prend pour des frères, ou bien est confondu avec des frères, ou bien se fait passer pour des frères (afin de garder secrète leur homosexualité) : « On pourrait devenir des sœurs de sang. […] Si on mélange notre sang, on sera sœurs pour toujours. » (Ronit et Esti, les deux amantes lesbiennes du roman La Désobéissance (2006) de Naomi Alderman, pp. 214-215) ; « Ça s’appelle de l’inceste…[…] Soudain cette pensée m’envahit. Si tu avais été mon frère, aurais-je eu la même affection pour toi ? Si oui, aurais-je eu le droit de t’aimer en toute liberté, sans que personne ne me méprise ? C’était déjà assez compliqué, je refusais de m’égarer dans de telles suppositions. » (Bryan à son amant Kévin. dans le roman Si tu avais été… (2009) d’Alexis Hayden et Angel of Ys, p. 183) ; « Il y a toujours dans cet amour [homo que nous vivons] de l’inceste fraternel. » (le comédien dans la pièce Les Hommes aussi parlent d’amour (2011) de Jérémy Patinier) ; etc.

 

Par exemple, dans le roman Le froid modifie la trajectoire des poissons (2010) de Pierre Szalowski, Michel et Simon, les amants homos de l’histoire, sont pris pour des frères. La pièce Confidences entre frères (2008) de Kevin Champenois s’achève par un langoureux de baiser sur la bouche entre Samuel et Damien qui se sont faits passer pendant toute l’intrigue pour deux « frères ». Dans la pièce En ballotage (2012) de Benoît Masocco, Georges, la première fois qu’il a rencontré son copain Édouard et qu’il a cherché à le draguer, a prétexté qu’il l’a confondu avec le « petit frère d’un ami » pour engager la conversation. Dans le film « L’Homme blessé » (1983) de Patrice Chéreau, Jean fait passer son amant Henri pour « son frère ». Dans le film « Toute première fois » (2015) de Noémie Saglio et Maxime Govare, Jérémie, le héros homo qui n’assume pas son homosexualité au moment où il se découvre amoureux d’une femme, Ana, fait passer son futur « mari » Antoine pour son frère. Du coup, il s’empêtre dans un imbroglio de mensonges : « C’était mon frère. Du coup, on est demi-frère. » Dans le film « L’Objet de mon affection » (1998) de Nicholas Hytner, George fait passer auprès de Nina son ex-amant Joley pour son « frère ».

 
 

b) « Et de deux dans la famille ! » (fantasme homosexuel du frère, de l’oncle, du cousin, du beau-frère)

Dans les films et les romans traitant d’homosexualité, il est assez fréquent de retrouver dans une même famille deux membres homosexuels. Ils ne couchent pas nécessairement ensemble, ne sont pas ouvertement attirés physiquement l’un par l’autre (surtout quand l’un est gay et l’autre lesbienne)… mais ce qui est sûr, c’est que leur coming out se font écho, se croisent en simultané ou en différé : cf. la pièce Ça s’en va et ça revient (2011) de Pierre Cabanis (avec Jean et Hugo), le roman Accointances, connaissances, et mouvances (2010) de Denis-Martin Chabot (avec Patrick et Lucie, tous deux homos et frère et sœur), la pièce Cosmopolitain (2009) de Philippe Nicolitch (Jean-Luc et sa sœur Hélène), le film « Mine Vaganti » (« Le Premier qui l’a dit », 2010) de Ferzan Özpetek (avec les coming out croisés de Tommaso et de son frère Antonio), le film « Lola et Bilidikid » (1998) de Kutlug Ataman, le film « Le Frère, la sœur… et l’autre » (1970) de Douglas Hickox, le film « Le Confessionnal » (1995) de Robert Lepage, le film « The Perfect Son » (2000) de Leonard Farlinger, le film « Rice Rhapsody » (2004) de Kenneth Bi, le roman Frère et sœur (1930) de Klaus Mann, etc. « Elle me dit : Qu’est-ce que t’as ? T’as l’air coincé. T’es défoncé ou t’es gay. Tu finiras comme ton frère. » (cf. la chanson « Elle me dit » de Mika) ; « Ah ! si j’avais su que tu en étais toi aussi ! » (le petit frère du protagoniste homosexuel principal, dans la nouvelle « Le Potager » (2010) d’Essobal Lenoir, p. 39) ; « T’as pas un frère homo ? un tonton ? une tata ? » (Yoann, le héros homosexuel, dans la pièce Ma belle-mère, mon ex et moi (2015) de Bruno Druart et Erwin Zirmi) ; « C’est impossible que ce soit toi sur cette photo ! C’est ton frère ? C’est ton cousin ? C’est ton père ? C’est ta mère ? » (le narrateur homosexuel remettant en cause la véritable identité de son « plan cul » qu’il rencontre au seuil de son appartement et qui ne ressemble pas à sa photo de profil internet, dans le one-man-show Les Gays pour les nuls (2016) d’Arnaud Chandeclair) ; etc. Par exemple, dans le roman Le Cœur éclaté (1989) de Michel Tremblay, Michael et Rob sont frères et homosexuels, … tout comme leur sœur Jaclyn ! Dans la pièce Confessions d’un vampire sud-africain (2011) de Jann Halexander, Pretorius, le vampire homosexuel, évoque l’existence de « ses deux sœurs aînées qui vivent comme deux lesbiennes aigries au-dessus du cap ». Dans le film « La Bête immonde » (2010) de Jann Halexander, Hector et sa sœur Ariane sont chacun homos, et sont pourtant sortis avec le même homme, Arsène. Dans le film « In & Out » (1997) de Frank Oz, lors de la cérémonie des prix censée récompenser le « Meilleur Professeur de l’Université de l’Année », et où, à cause de son coming out, le professeur Howard Breckett a été écarté de la sélection, Walter, le frère d’Howard, opère un coup devant tout le monde et, par solidarité, se dit ouvertement « gay » lui aussi. Dans la pièce La Belle et la Bière (2010) d’Emmanuel Pallas, Léo, le héros, et Garance, sa sœur, sont respectivement gay et lesbienne. Dans le one-man-show Au sol et en vol (2014) de Jean-Philippe Janssens, Jeanfi, le steward homo, dit que sur la fratrie de quatre enfants dont il fait partie, ils sont deux, sa sœur et lui, à avoir fait un coming out : « Ça fait un beau ratio ! ». Il fait la remarque qu’avec sa frangine, qui a choisi d’être chauffeur routier, de se comporter en mec, de changer les plaquettes de freins de leur père, et lui qui a décidé d’assumer sa féminité, d’être hôtesse de l’air, il a dû y avoir « inversion. Leurs parents ont cherché une explication à cette émergence massive d’homosexualité dans la famille nucléaire, et en concluent que c’est parce que c’était sans doute dû au fait que leur gars et leur fille travaillent « tous les deux dans les transports ». Dans le film « Mine Vaganti » (« Le Premier qui l’a dit », 2010) de Ferzan Ozpetek, Tommaso et son frère Antonio sont tous les deux homosexuels : l’un coupe l’herbe sous le pied de l’autre en annonçant en premier son homosexualité alors qu’il venait d’apprendre la décision de son frère de se déclarer gay. Le copain de Tommaso fait la remarque à son amant : « Il y a plein de frères gays. »

 

Il arrive que certains héros homosexuels expriment le fantasme sexuel de l’oncle ou du neveu, ou bien qu’ils découvrent que leur tonton/leur neveu est aussi homosexuel comme eux : cf. le film « Uncle David » (2010) de Gary Reich, Mike Nicholls et David Hoyle (avec la relation sexuelle entre Ashley et son oncle), la pièce L’Homosexuel ou la difficulté de s’exprimer (1967) de Copi (avec Irina et son oncle Pierre), le film « Día De Boda » (2002) de Juan Pinzás (avec l’oncle et le neveu homos, ayant eu une liaison), le one-man-show Jefferey Jordan s’affole (2015) de Jefferey Jordan (avec « Tonton Thierry », le barman homo de la boîte gay), etc. « 1960 : l’Oncle Sam montre ses seins. » (cf. un dessin de Copi à la Une du journal Libération, 8 août 1979). Par exemple, dans le one-(wo)man-show Zize 100% Marseillaise (2012) de Thierry Wilson, Zize, le travesti M to F, pousse sa nièce à se prostituer au Bois de Boulogne. Dans le film « Pédale douce » (1996) de Gabriel Aghion, Bibiche, un des clients sadomasos de la boîte gay Chez Eva, appelle Adrien, le héros homo, « mon neveu ».

 

« Dans certaines tribus de Nouvelle-Guinée, dans le cadre de rite d’initiation, on impose à de jeunes garçons de pratiquer des fellations sur leurs oncles ou leurs pères… Ah ben y’a beaucoup de papous alors, en France, non ? » (le comédien de la pièce La Fesse cachée (2011) de Jérémy Patinier) ; « Je pense à mon oncle souvent. Lui, il vivait chez sa maman. » (un des protagonistes homosexuels, par rapport à son oncle homosexuel qui est mort du Sida, dans la comédie musicale À voix et à vapeur (2011) de Christian Dupouy) ; « Marcel passa de plus en plus de temps devant son écran, se créant tout un univers de rêve. Il avait ainsi un père qui ne l’eut pas abandonné et une mère qui ne chercha pas tant à le contrôler en voulant trop le protéger. Son oncle n’hésiterait pas à lui offrir son corps et sa beauté, car Marcel adulait son oncle, homme séduisant toujours entouré de beaux mecs aussi attirants que lui. Il lui arriva souvent de se branler en rêvant à ce type au charme irrésistible qui dormait dans la chambre d’à côté, ou en train de lui faire l’amour. » (Marcel dans le roman Accointances, connaissances, et mouvances (2010) de Denis-Martin Chabot, p. 19) ; « On est cousin alors ? » (Karim, un « plan cul » prometteur de Guillaume, qui le branche en boîte dès que Guillaume lui dit qu’il est de Casablanca, dans le film « Guillaume et les garçons, à table ! » (2013) de Guillaume Gallienne) ; « Mais vous le connaissez pas, vous. La dernière fois qu’il a cru que je sortais avec un garçon, il est allé dans sa famille, il a fait un scandale. Il criait tellement fort que personne n’a osé lui dire que c’était pas avec ce garçon que je sortais mais avec sa sœur. » (Romane, l’héroïne lesbienne, à propos de son père, dans l’épisode 68 « Restons zen ! » (2013-2014) de la série Joséphine Ange gardien) ; « C’était un mec dingue et génial. Je l’aimais. » (Tony en parlant de son oncle homosexuel Arthur, dans le roman Harlem Quartet (1978) de James Baldwin, mis en scène par Élise Vigier en 2018) ; etc.

 

Par exemple, dans le film « Le Secret d’Antonio » (2008) de Joselito Altarejos, Antonio, à 15 ans, tombe amoureux de son oncle Jonbert. Dans le film « Strella » (2009) de Panos H. Koutras, Strella, le héros transsexuel M to F, a eu une liaison avec son oncle quand il était petit ; Mary, un autre ami trans à lui, a été également amant d’Atonis, son oncle. Dans le film « Dérive » (1983) d’Amos Gutmann, Robbie, le héros homo, a subi l’inceste par son oncle. Dans le film « Love Is Strange » (2014) d’Ira Sachs, Ben (50 ans) et George (71 ans), les deux « mariés », ont une grande différence d’âges. Et ils se mettent même à projeter une homosexualité sur Joey, le neveu de Ben, alors que ce dernier n’a que 15 ans ! Dans la pièce L’Héritage était-il sous la jupe de papa ? (2015) de Laurence Briata et Nicolas Ronceux, le grand-oncle Victor est défini comme « une grande tante ».

 

Dans la pièce La Thérapie pour tous (2015) de Benjamin Waltz et Arnaud Nucit, Benjamin raconte à son psy sa première rencontre homosexuelle avec son amant Arnaud, à qui il a fait volontairement un croche-patte, alors que le tableau est idyllique. De son côté, Arnaud donne une autre version des faits au psychanalyste, en partant sur le quiproquo incestueux que le thérapeute lui parlait de sa première cuite : « Ma première fois, c’était avec mon oncle dans sa cave. » « Je comprends le traumatisme… » interrompt le psy. « J’avais 12 ans. J’étais consentant. […] C’était un Cabernet d’Anjou. Ma première cuite. »
 

Plus connu et répandu est le fantasme homosexuel du cousin, car avec ce dernier, la transgression de la différence des générations est moins flagrante. Elle passe mieux. Quelques héros homosexuels reconnaissent en leur cousin un jumeau de désir, et échangent avec lui du sexe : cf. le film « Rue du Bac » (1990) de Gabriel Aghion (avec l’inceste entre cousins), le film « Charmants cousins » (1983) de Jean-Daniel Cadinot, le film « Les Cousines » (1970) de Louis Soulanes, le film « Nunzio’s Second Cousin » (1994) de Tom DeCerchio, le film « Cousins » (1983) de William Higgins, le film « Boys Like Us » (2014) de Patric Chiha (avec Jean-Luc, le cousin homo tatoué), le film « Carmen et Lola » (2018) d’Arantxa Echevarría, le film « Cousins » (2019) de Mauro Carvalho, etc.

 

Par exemple, Dans le téléfilm « Le Clan des Lanzacs » (2012) de Josée Dayan, Barthélémy, le héros homosexuel, cherche au départ à draguer son cousin Julien. Dans le film « Sexual Tension : Volatile » (2012) de Marcelo Mónaco et Marco Berger, un geek, lors d’un chaud après-midi d’été, voit son désir homosexuel déclenché par le Speedo (= maillot de bain) de son cousin. Dans le roman Si tu avais été… (2009) d’Alexis Hayden et Angel of Ys, Bryan, l’un des deux héros homosexuels, avoue être attiré sexuellement par « ses deux cousins, ces deux beaux mecs de son âge qu’il a repérés au cimetière » (p. 409) ; et son amant Kévin lui avoue qu’il s’est déjà fait embrasser sur la bouche par son propre cousin (idem, p. 100). Dans le film « Contracorriente » (2011) de Javier Fuentes-León, la momie de Carlos, le cousin de Miguel, plongé dans le fond des mers, est le symbole de l’amour homosexuel entre Miguel et Santiago. Dans le téléfilm « Juste une question d’amour » (2000) de Christian Faure, Cédric, le jeune héros homosexuel, est obsédé par le souvenir de son cousin, décédé et abandonné par ses parents (donc l’oncle et la tante de Cédric) parce qu’il leur avait annoncé qu’il était homo. Dans le roman Les Julottes (2001) de Françoise Dorin, Romain maintient une relation incestueuse avec son cousin Marie-Jean.

 

« Dany, quand tu dis que tu m’aimes, tu m’aimes un peu comme un pote, c’est ça ? Alors comme un frangin ? Comme un cousin, donc ? Comme deux mecs en prison ? » (Billy Stevens, le personnage du faux film « Servir et protéger » interprété par Cameron Drake, s’adressant à son futur amant Dany en pleine guerre du Vietnam, en faisant mine de ne pas comprendre les sentiments que son camarade de tranchée qu’il porte sur le dos lui exprime, dans le film « In & Out » (1997) de Frank Oz) ; « Le cousin du grand-père a couché avec le garde-barrière. » (l’un des protagonistes homos parlant d’un cousin très éloigné, homo comme lui, dans la comédie musicale À voix et à vapeur (2011) de Christian Dupouy) ; « Tu sais, ce soir, on n’est pas cousins. » (Malik, en boutade, au moment où il découvre qu’il embrasse sur la bouche son cousin Wassim lors d’un « plan sexe », dans le film « Le Fil » (2010) de Mehdi Ben Attia) ; « J’ai dit que t’étais ma cousine. » (Floriane voulant camoufler sa liaison avec Marie, dans le film « Naissance des pieuvres » (2007) de Céline Sciamma) ; etc.

 

Dans le roman Les Carnets d’Alexandra (2010) de Dominique Simon, Alexandra tombe amoureuse de sa cousine et elles ont une aventure sexuelle ensemble : « Sans calcul, nous nous laissâmes aller, et bientôt, dans une complétude presque parfaite, chacune répondit à la douceur de l’autre, comme si nous ne faisions qu’une. » (p. 63) La situation incongrue, même si elle est banalisée par l’héroïne lesbienne, n’en est pas moins difficile à assumer : « En prenant le plaisir que je voulais avec ma cousine, je fus envahie d’une extase aussi soudaine qu’étrange. » (idem, p. 65) « Je dus lui dire au revoir, sans pouvoir la serrer dans mes bras ni lui confier les sentiments, assez ridicules d’ailleurs, que j’avais pour elle. » (idem, p. 69) ; « Après ma nuit avec ma cousine, rien de tout cela, sinon un sentiment d’inachevé et de solitude. » (idem, p. 72) La violence et la vanité de l’inceste se diluent en dépression laconique, en narcissisme mutuel (la cousine offre en cadeau à Alexandra un miroir !) dans lequel le Réel et la durée n’ont pas leur place : « Le corps de chacun a sa façon d’aimer, et il me semble que je suis condamnée à trouver dans chacune des autres femmes, au hasard des rencontres, seulement un morceau du plaisir complet que je reçus d’elle, puisque sans doute jamais elle ne voudrait que nous vivions ensemble. » (idem, p. 132) Le plus intriguant, c’est qu’avant d’avoir couché avec l’héroïne, la cousine lesbienne était à la base amoureuse de son oncle et s’était fait sodomiser par lui : « Elle était donc bel et bien amoureuse de son oncle et elle avait des désirs de lui qui ne se pouvaient imaginer. Chaque soir, elle aurait voulu être ‘prise’ par lui comme si elle avait été sa femme… » (idem, p. 84)

 

Il arrive que certains protagonistes homosexuels se servent de la relation de proximité (incestuelle ?) entre deux frères, un cousin et une cousine, ou entre un frère et une sœur, pour vivre leur homosexualité discrètement. Le binôme bisexuel des frères et sœurs fait alors office de rempart et de glissement progressif vers l’acte homo. L’inceste sera la passerelle de l’homosexualité. Par exemple, dans le film « Cibrâil » (2010) de Tor Iben : le héros homo Cibrâil sort avec le cousin de sa petite amie. Dans le film « La Vie d’Adèle » (2013) d’Abdellatif Kechiche, lors de la deuxième rencontre entre Emma et Adèle dans le bar lesbien, Emma fait passer Adèle pour sa « cousine » auprès de ses camarades lesbiennes, pour mieux lui mettre le grappin dessus et se la réserver. Dans le film « Patrik, 1.5 » (« Les Joies de la famille », 2009) d’Ella Lemhagen, Patrik pense que Sven et Göran, les amants homos qui l’ont adopté, sont des « demi-frères ».

 

Ça peut être aussi le beau-frère qui et l’objet de convoitise du héros homosexuel : cf. le film « Bayaw » (2009) de Monti Parungao (avec l’amour entre Rhennan et Nilo, les deux beaux-frères en cavale…), la nouvelle « Mélanie couche avec sa belle-sœur » sur le site www.sex-erotique.com, etc. Par exemple, dans le sketch « Sacha » de Muriel Robin, la mère de Bruno, le héros homosexuel, rêve qu’elle se fiance avec Tante Claudette. Dans le film « Néa » (1976) de Nelly Kaplan, Sybille a surpris sa mère Helen au lit avec sa tante Judith.

 

La fraternité dans les fictions homo-érotique sera parfois le symbole incestueux de la bisexualité du personnage homosexuel. Par exemple, dans la pièce Scènes d’été pour jeunes gens en maillot de bain (2011) de Christophe et Stéphane Botti, Lennon, le héros homo, aime Martin par l’intermédiaire de sa demi-sœur Chloé qui sort avec ce dernier : « Il a l’air si fragile ! Je vais mieux le protéger que toi ! »

 
 

c) La jalousie fraternelle comme moteur d’homosexualité et comme possible germe du viol:

Bien avant d’être une réalité, l’inceste fraternel est un fantasme créé par le héros homosexuel, l’expression chez lui d’une diabolisation de la sexualité ou d’une sacralisation de l’unicité. C’est l’amour, l’engendrement et la différence des sexes qui sont vus à tort comme l’inceste qu’ils ne sont pas en substance : « Soyons le frère et la sœur incestueux dont le pardon est dans les mains du Seigneur ! » (Solitaire et Pédé, les parents de Lou, le héros homo, dans la pièce Les Escaliers du Sacré-Cœur (1986) de Copi)

 

Par exemple, dans le film « À mon frère » (2010) d’Olivier Ciappa, le fait que l’un des deux ait trouvé copine est ressenti par l’autre comme une trahison. Dans la pièce Lacenaire d’Yvon Bregeon et Franck Desmedt, Lacenaire se sent trahi par le désamour de sa mère qu’il adorait parce que, selon ses dires, « elle n’avait d’affection que pour son frère » à lui. Dans le film « Guillaume et les garçons, à table ! » (2013) de Guillaume Gallienne, Guillaume, le héros bisexuel, avoue qu’il est devenu homo pour se démarquer de ses frères.

 

Ensuite, on voit que ce fantasme incestuel s’origine le plus souvent dans une idéalisation excessive du frère et un amour jaloux : cf. le roman J’ai tué mon frère dans le ventre de ma mère (2011) de Sophie Cool, etc. Par exemple, dans le film « La Robe du soir » (2010) de Myriam Aziza, Juliette, l’héroïne lesbienne, est sans cesse jalouse de son grand frère Adrien. Dans le film « Donne-moi la main » (2009) de Pascal-Alex Vincent, Quentin, le héros homo, épie son frère jumeau Antoine en train de faire l’amour à Clémentine.

 

Comme le frère est mis sur un piédestal, mais que fatalement il n’est pas aussi parfait que prévu (et bien oui ! : il a pour défaut d’être libre et unique !), il finit par être haï comme un traître, un concurrent qu’il n’est pas : « Wanda [une des héroïnes lesbiennes] déclara avec une bizarre fierté que ses frères étaient des hommes de pierre et d’acier. Selon Wanda, c’étaient des saints, inflexibles, féroces, inexorables, ne voyant que l’étroite et droite route de chaque côté de laquelle béait l’abîme de feu. ‘Je n’étais pas comme eux, ah, non ! déclara-t-elle, je n’étais pas non plus comme mon père et ma mère ; j’étais…’ Elle cessa brusquement de parler, regardant Stephen de ses yeux brûlants qui disaient clairement : ‘Vous savez ce que j’étais, vous comprenez.’ » (Marguerite Radclyffe Hall, The Well Of Loneliness, Le Puits de solitude (1928), p. 489) ; « Je n’ai jamais haï personne excepté toi ! » (Nietzsche à sa sœur Élisabeth, dans la pièce Nietzsche, Wagner, et autres cruautés (2008) de Gilles Tourman) ; « Jalouse. Elle a toujours été jalouse, ma sœur. » (Zize, le travesti M to F décrivant la jalousie de sa sœur Lili à son égard, dans le one-(wo)man-show Zize 100% Marseillaise (2012) de Thierry Wilson) ; « Et maintenant que j’y pense, je n’ai jamais entendu un homme parler de son frère. La plupart des hommes semblent trouver ce sujet déplaisant. » (Gwendolen dans la pièce The Importance To Being Earnest, L’Importance d’être Constant (1895) d’Oscar Wilde) ; etc.

 

La jalousie entre frères est généralement l’aveu inconscient d’un amour incestuel entre un fils et un père/une mère qui ne veut pas être partagé(e) : « Tu as raison, je suis mauvais. Je le sais depuis assez longtemps. Aaron, lui, est bon. J’ai dû prendre la mauvaise part. […] Aaron a raison. Il a toujours raison. Et c’est comme ça depuis toujours. […] Apprends que je suis jaloux depuis toujours. Je suis jaloux à en crever. » (Cal – interprété par James Dean – s’adressant à son père dans le film « East Of Eden », « À l’est d’Éden » (1955) d’Elia Kazan) ; « La préférence, elle, en revanche, je l’ai vue. Très vite. J’ai vu qu’on me préférait Thomas, que c’est à lui que les gens accordaient leur attention lorsque nous étions enfants puis adolescents, que c’est vers lui qu’on allait. Et je ne comprenais pas cette préférence, dès lors que je faisais l’effort d’admettre notre ressemblance. Pourquoi lui, plutôt que moi ? Pourquoi toujours lui ? […] Ce sont des différences infimes, à peine perceptibles, et pourtant, à la fin, elles font de l’un un enfant choyé, un adolescent séducteur, de l’autre un garçonnet solitaire, un jeune homme mélancolique. » (Lucas en parlant de son frère Thomas, dans le roman Son Frère (2001) de Philippe Besson, p. 43) ; « Nous étions deux filles. Vous étiez la plus belle à l’orphelinat. Quand on nous passait en revue vous étiez toujours la préférée des parents d’adoption. » (Vicky s’adressant à sa sœur la Comédienne, dans la pièce La Nuit de Madame Lucienne (1986) de Copi) ; « Tu sais que les mamans n’ont pas de ‘préféré’. […] Néanmoins, le chimiste que tu es discerne une composition différente dans les larmes versées pour Victor. » (Félix dans le roman La Synthèse du camphre (2010) d’Arthur Dreyfus, p. 171) ; etc.

 

Par exemple, dans le film « C.R.A.Z.Y. » (2005) de Jean-Marc Vallée, l’influence des frères est perçue comme écrasante par Zac, le héros homosexuel, qui voudrait être le premier dans le cœur de son papounet d’amour. Dans le film « Celui par qui le scandale arrive » (1960) de Vincente Minnelli, il existe une jalousie désirante entre les deux demi-frères, Théron et Rafe : l’un est un fils admis, l’autre est un fils bâtard ; ils finiront par interchanger leur vie… tout ça pour trouver grâce aux yeux de leur père.

 

Comme je viens de l’expliquer, il y a de la jalousie entre les frères des fictions homosexuelles parce qu’en toile de fond, il y a de l’inceste, soit entre le héros homosexuel et son frère (ils vivent alors une relation idolâtre trop fusionnelle), soit entre le héros homosexuel et ses parents, soit entre son frère et leurs parents. L’inceste fraternel peut rejoindre l’inceste paternel : le père ou la mère sont alors considérés comme des frères ou des sœurs. « Anibal se sentait plus le frère aîné de son fils que son père. […] Il avait une réputation de don Juan. » (Copi, La Vie est un tango (1979), p. 86) ; « Belle jeunesse, vraiment ! Ma mère, ma digne mère qui préférait mon imbécile de frère » (Lacenaire à Garance, dans le film « Les Enfants du Paradis » (1943-1945) de Marcel Carné) ; « Vous êtes bien de la même veine tous les deux. C’est pour ça qu’elle te préférait. » (Sandre parlant de leur mère à son frère Audric, dans la pièce L’Héritage de la Femme-Araignée (2007) de Christophe et Stéphane Botti) ; etc. Par exemple, dans la pièce Frères du bled (2010) de Christophe Botti, François souffre de ne pas être le préféré de sa mère et de sa sœur Jasmine par rapport à son frère Djalil ; sa jalousie va même le pousser à imaginer l’inceste entre Jasmine et Djalil.

 

Souvent, il existe un conflit entre le héros homosexuel et son frère/sa sœur parce qu’ils aiment le même Homme (le père/la mère/le petit ami de l’autre/la petite amie de l’autre), ou parce qu’ils se reflètent une même homosexualité : je vous renvoie avec insistance à la partie sur le « Frère homophobe » du code « Homosexuel homophobe » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels.

 

Par exemple, dans le film « Suddenly Last Summer » (« Soudain l’été dernier », 1959) de Joseph L. Mankiewicz, l’inceste entre Sébastien et sa cousine Catherine est exactement mis sur le même plan que l’homosexualité de Sébastien, et que le crime homophobe que Sébastien a subi de la part de ses « ex » :

 
 

Dr Cukrowicz – « Cette ombre sur le mur… qu’est-ce qu’elle représente pour vous ?

Catherine (cyniquement) – Une ombre sur un mur.

Dr Cukrowicz – Je croyais que nous devions jouer ?

Catherine – Ok. Je vois des forêts… des arbres… une jeune fille… et ces arbres sont des chênes…et cette forme tourmentée, c’est la jeune fille, Catherine, perdant son… honneur. J’essaie de vous apitoyer sur elle. J’espère que j’y réussis.

Dr Cukrowicz – Je suis désolé.

Catherine – Vous en avez réellement l’air.

(pause)

Dr Cukrowicz – Parlez-moi de votre cousin Sébastien.

Catherine – Il m’aimait bien, aussi je l’adorais.

Dr Cukrowicz – Comment ? J’entends, sur quel plan l’aimiez-vous ?

Catherine – Sur le seul qu’il acceptât.

[…]

Dr Cukrowicz – Essayez de vous rappeler. Vous et Sébastien, l’été dernier… »

 
 

C’est pour cette raison que le lien fictionnel de fraternité ou de parenté, en même temps qu’il servira de couverture à l’homosexualité du couple qui ne veut pas s’afficher homo, est pour le coup symbole d’homophobie. Par exemple, dans le film « Rose et Noir » (2009) de Gérard Jugnot, le couple homosexuel formé par le couturier Saint Loup et son assistant Casta se fait passer pour des frères.

 

L’inceste vient non seulement alimenter l’amour homosexuel mais aussi le détruire. « Pourquoi les yeux de mon tonton nous dévisagent fixement ? » (Raulito à son amant Cachafaz, dans la pièce Cachafaz (1993) de Copi) Par exemple, dans le film « Circumstance » (« En secret », 2011) de Maryam Keshavarz, le couple lesbien Shirin/Atefeh est menacé par le fait que Mehtan, le frère de Atefeh, force Shirin à se marier avec lui. Dans le film « Starcrossed » (2005) de James Burkhammer, Darren et son frère Connor, amants secrets, finissent par se suicider ensemble dans une piscine (avec des menottes). Dans le roman La Douceur (1999) de Christophe Honoré, Baptiste cherche à cacher le crime homophobe de son frère homosexuel Steven.

 

Film "Les Enfants terribles" de Jean-Pierre Melville

Film « Les Enfants terribles » de Jean-Pierre Melville


 

Le couple homosexuel incestueux, dans son élan de fusion, figure le viol et (s’)entraîne (lui-même) vers la mort : cf. le film « Les Blessures assassines » (2000) de Jean-Pierre Denis (avec Christine et Léa Papin, les sœurs criminelles), le film « Les Enfants terribles » (1949) de Jean-Pierre Melville (avec la relation incestueuse meurtrière entre Paul et Élisabeth), le film « My Brother The Devil » (2013) de Sally El Hosaini, etc. Par exemple, dans le film « Comme des voleurs » (2007) de Lionel Baier, Lucie et Lionel, le frère et la sœur vivent une relation très fusionnelle et finalement misérable : « Tout comme moi. On est pareils. On est des animaux morts. »

 

La fusion entre les frères (biologiques ou simplement schizophréniques/narcissiques) cache en général un viol, aussi bien intérieur qu’extérieur. Par exemple, dans la pièce Mi Vida Después (2011) de Lola Arias, l’héroïne lesbienne, dont le petit frère n’est finalement pas le vrai frère puisqu’il a été enlevé à la naissance lors de la dictature argentine de 1976-1983, illustre que la relation quasi gémellaire qu’elle entretient avec son demi-frère est à l’image de l’horreur de la guerre civile. Dans le film « Festen » (1998) de Thomas Vinterberg, Linda et Christian, la sœur et le frère (homosexuel), ont été abusés par leur père : leur entente fusionnelle ne fait que reproduire la violence de l’inceste inter-générationnel.

 

Dans la pièce Gothic Lolitas (2014) de Delphine Thelliez, Juna, l’héroïne lesbienne, vit sous le même toit que sa grande sœur, un personnage invisible qu’on n’entend qu’en voix-off mais qui semble occuper une place omniprésente, excessive : « Elle est très… affectueuse. » Juna finit par s’en débarrasser et par la carboniser dans la cave familiale : « Un jour je la tuerai. Quand je serai une vraie sorcière, je la tuerai. » Kanojo, une amie de Juna, flaire quelque chose : « Je pense qu’elle t’aime beaucoup.[…] Est-ce qu’elle te prend dans ses bras, ta sœur ? […] Juna, qu’est-ce qui se passe avec ta sœur ? » Juna crache le morceau : « C’est ma faute. J’ai pas su mettre les limites. Elle ne m’a jamais fait de mal. J’ai juste besoin que tout soit clair. » Curieusement, Kanojo semble avoir établi un rapport malsain similaire avec sa propre sœur : « Ma sœur me reproche d’être trop gâtée. Mais elle n’arrête pas de m’offrir des cadeaux. »
 

Parfois l’inceste androgynique entre les frères fictionnels est aussi le fruit/la représentation du divorce de leurs parents : « Et des frères à demi on aimera. » (cf. la chanson « Je, tu, ils » de Zazie)

 
 

FRONTIÈRE À FRANCHIR AVEC PRÉCAUTION

 

PARFOIS RÉALITÉ

 

La fiction peut renvoyer à une certaine réalité, même si ce n’est pas automatique :

 
 

a) Les deux frères amants (la fraternité incestuelle voire incestueuse) :

Le thème du lien entre homosexualité et inceste constitue un grand tabou parmi les personnes homosexuelles et ceux qui les justifient sans les connaître vraiment. Par exemple, Jean Cocteau, en évoquant l’inceste entre Catherine et Paul (le frère et la sœur) dans son roman Les Enfants terribles (1929), parle du « jeu » pour ne pas parler du viol : « Pour moi, c’était si loin du sexe, ce que j’appelle le ‘jeu’ des Enfants terribles… D’ailleurs, j’évite d’expliquer ce jeu. On ne touche pas à ces choses-là avec des mains d’homme. » (cf. le documentaire « Jean Cocteau, Autoportrait d’un inconnu » (1983) d’Edgardo Cozarinsky)

 

Pourtant, j’entends autour de moi beaucoup d’amis homosexuels qui ont vécu l’inceste avec un frère (petit ou grand), une sœur, un cousin, un oncle. Ce ne sont absolument pas des cas isolés, y compris sur les continents latino-américain, africain et dans le Maghreb, réfractaire à la pratique homosexuelle visible. « Mon cousin a profité de moi. Mon cousin avec qui il s’est passé des choses… très dures. C’était avec lui que j’ai perdu une partie de moi. Une fois mariée avec lui, il m’a fait payer le fait que j’aie été avec une fille avant. Il m’a séquestré. Il y a eu des coups. J’étais juste un corps. » (Amina, jeune femme de 20 ans, lesbienne, de culture musulmane, dans le documentaire « Homos, la haine » (2014) d’Éric Guéret et Philippe Besson, diffusé sur la chaîne France 2 le 9 décembre 2014) ; « J’ai été élevée par mon frère homosexuel. » (Virginie Lemoine) ; « Aux repas de famille, on parle de son cousin de dix ans son aîné qui a quitté la Savoie pour Strasbourg, comme d’un homme qui a ‘des mœurs à part’. » (Jean-Michel Dunand, homosexuel, cité dans l’essai Dieu est amour (2019) de Jean-Loup Adénor et Timothée de Rauglaudre, Éd. Flammarion, Paris, p. 270) ; etc.

 

On rencontre dans la communauté homosexuelle un certain nombre de personnes qui ont (eu) une relation très proche avec l’un de leurs frères (d’ailleurs, on ne sait pas toujours si c’est un frère réel, biologique, ou s’il s’agit juste d’un reflet narcissique intérieur, d’un double schizophrénique). Par exemple, l’écrivain français Edmont de Goncourt (1822-1896) a été amoureux de son frère Jules. L’écrivain français Pierre Louÿs (1870-1925) admirait énormément son grand-frère Georges. Dans l’essai El Látigo Y La Pluma (2004) de Fernando Olmeda, on apprend que José Pascual s’est amouraché de son grand frère pour qui il ressent une attraction érotique depuis le jour où il lui a vu les organes génitaux (p. 144). Dans le documentaire « Une Vie de couple avec un chien » (1997) de Joël Van Effenterre, la relation entre Bruno Ulmer, homosexuel, et sa sœur Catherine est clairement montrée comme incestuelle et maritale. Dans l’essai Le Rose et le Brun (2015), il est dit que Klaus Mann, homosexuel, « adorait sa sœur Erika [lesbienne] d’un amour jaloux » (p. 117).

 

 

« Aux vacances, Oscar Wilde est heureux de retrouver sa petite sœur et sa mère. En 1867, alors qu’il atteint sa treizième année et Isola ses neuf ans, subitement, pendant un séjour à la campagne, la petite fille meurt. Oscar, quatorze ans plus tard, se souviendra de ce terrible événement, de ses longues visites au cimetière. Tout au long de ses poèmes – si artificiels, si peu sincères – il n’en consacre qu’un seul, simple et profondément émouvant, au souvenir de son Isola. C’est un peu la clef de l’existence fiévreuse du grand malade que fut Wilde que contient la conclusion du poème : ‘Toute ma vie est enterrée là. Jetez de la terre dessus…’ » (Jean-Louis Chardans, Histoire et anthologie de l’homosexualité (1970), p. 170) ; etc.

 

La dimension incestuelle de l’homosexualité (j’entends par « incestuel » l’inceste « de désir », le fantasme d’inceste) est notammment suggéré dans le jargon LGBT anglo-saxon : « sister » (sœur) et ses diminutifs « sissy » et « sis » signifient « pédé ». L’homosexualité est l’expression d’une fraternité forcée, caricaturée et aussi excessive. Elle est, identitairement et en pratique, le signe d’un inceste. Dans le docu-fiction « 120 battements par minute » (2017) de Robin Campillo, l’« incestuosité » de l’homosexualité, thèse développée par des psychanalystes, est tournée au ridicule… mais cette opposition n’est pas argumentée.

 

Il arrive que certaines personnes homosexuelles se servent de la relation de proximité (incestuelle ?) entre deux frères, un cousin et une cousine, ou entre un frère et une sœur, pour vivre leur homosexualité en cachette (cela me semble très clair dans le choix du titre du roman Son Frère (2001) de Philippe Besson, par exemple). Le binôme bisexuel des frères et sœurs fait alors office de support, de rempart et de glissement progressif vers l’acte homo. L’inceste sera la passerelle de l’homosexualité. « Ce que j’aimais chez la sœur éclatait chez le frère. Au premier coup d’œil, je compris le drame et qu’une douce existence me demeurerait interdite. Je ne fus pas long à apprendre que de son côté, ce frère, instruit par l’école anglaise, avait eu à mon contact un véritable coup de foudre. Ce jeune homme m’adorait. En m’aimant il se trompait lui-même. Nous nous vîmes en cachette et en vînmes à ce qui était fatal. L’atmosphère de la maison se chargea d’électricité méchante. Nous dissimulions notre crime avec adresse, mais cette atmosphère inquiétait d’autant plus ma fiancée qu’elle n’en soupçonnait pas l’origine. À la longue, l’amour que son frère me témoignait se mua en passion. Peut-être cette passion cachait-elle un secret besoin de détruire ? Il haïssait sa sœur. Il me suppliait de reprendre ma parole, de rompre le mariage. Je freinai de mon mieux. J’essayai d’obtenir un calme relatif qui ne faisait que retarder la catastrophe. Un soir où je venais rendre visite à sa sœur, j’entendis des plaintes à travers la porte. La pauvre fille gisait à plat ventre par terre, un mouchoir dans la bouche et les cheveux épars. Debout devant elle, son frère lui criait : ‘Il est à moi ! à moi ! à moi puisqu’il est trop lâche pour te l’avouer, c’est moi qui te l’annonce !» (Jean Cocteau dans le Livre blanc, 1930)

 

L’amour fraternel, mené à l’excès, peut parfois laisser place à l’émergence d’un désir homosexuel : « Le frère aîné […] favorise par sa position intermédiaire l’identification narcissique et le choix homo-érotique de l’objet. » (cf. l’article « L’Identité sexuelle : pour quoi faire ? » de Jean-Marc Alby, dans Bisexualité et différence des sexes (1973), p. 521)

 

Les frères, quand ils franchissent le pas de la sensualité, s’admirent en général l’un l’autre à travers le miroir narcissique de l’auto-érotisme : « Abdellah, parfois, pour plus de plaisir, sans rien me dire, prenait ma tête par sa main, doucement la rapprochait de la sienne et, au moment du miracle, plaquait contre ma joue gauche ses lèvres chaudes, baveuses, entrouvertes, affamées, heureuses. Le baiser fraternel. » (Abdallah Taïa observant à 13 ans un autre Abdallah se masturber devant lui, épisode raconté dans l’autobiographie Une Mélancolie arabe (2008), p. 12)

 

Ils s’aiment tellement que certains tombent amoureux entre eux, et vivent une relation charnelle/sexuelle (parfois semi-forcée) : « À 13 ou 14 ans, une relation sexuelle s’est établie avec mon frère aîné. Tout a commencé par du tiraillage. On s’est collés l’un sur l’autre. Je ne sais pas comment ça s’est passé, mais à un moment donné nos pantalons se sont baissés… Je n’ai pas été forcé. Je ne voyais pas ça comme un abus. C’est par la suite que je me suis aperçu qu’il m’avait trompé émotivement, qu’il avait exploité ma soif d’affection. J’ai des séquelles encore aujourd’hui de cette trahison-là. […] Bizarrement, il était passif et c’est moi qui était actif, qui le faisais jouir, autrement dit. Lui, il était très peu participant, sauf pour faire les premiers pas. Il sait que je suis stimulé par son corps, par ce que je vois, il sait comment me prendre. Mon frère devient mon idole. On baisait depuis au moins 3 ans, régulièrement. […] Je me dis que je l’aimais, mais en dehors de nos activités sexuelles, on ne se parlait pas tellement. À vrai dire, il n’était pas vraiment présent dans ma vie. C’était seulement dans l’acte sexuel comme tel qu’il me donnait de l’amour. Mais à ce moment-là, j’en étais plus ou moins conscient. […] L’homosexualité reste associée à la trahison de mon frère. » (Justin, 34 ans, abusé dès l’âge de 4 ans par son père, son oncle, et son frère aîné, cité dans l’essai Ça arrive aussi aux garçons (2008) de Michel Dorais, pp. 246-248) Par exemple, dans l’essai Ça arrive aussi aux garçons (1997) de Michel Dorais, Pierre, d’orientation homosexuelle, a vécu l’inceste avec son frère Joseph ; c’est le cas aussi de Jean-Sylvain avec l’un de ses frères.

 
 

b) « Et de deux dans la famille ! » (fantasme homosexuel du frère, de l’oncle, du cousin, du beau-frère)

B.D. "Kang" de Copi

B.D. « Kang » de Copi


 

« Chapitre 4 : Chaque famille a ses secrets » (cf. sous-titre du film « La Bête immonde » (2010) de Jann Halexander)… Dans le « milieu homo », il est assez fréquent de retrouver dans une même famille deux membres homosexuels (voire beaucoup plus !). Ils ne couchent pas nécessairement ensemble, ne sont pas ouvertement attirés physiquement l’un par l’autre (surtout quand l’un est gay et l’autre lesbienne)… mais ce qui est sûr, c’est que leur coming out se font écho, se croisent en simultané ou en différé. Dans les personnes homos et frères célèbres, on connaît Carlos Jáuregui et son frère, les frères Klaus et Erika Mann, Tchaïkovski et son frère Modeste, Ferdinand et Gian-Gastone de Médicis, Lytton et James Strachey, les frères Sirkis du groupe Indochine, Stéphane Desbordes et son frère jumeau, Marlee Matlin (l’actrice de la série The L World) et son frère Marc, Léo et Gertrude Stein, etc. Par exemple, l’écrivain nord-américain Henry James, gay, a une sœur lesbienne. Dans la famille de la chanteuse lesbienne K.D. Lang, ils sont trois enfants sur quatre à se dire homosexuels (cf. l’article « K. D. Lang : Elle World », dans la revue Têtu, n°130, février 2008, p. 22) ! Lors de l’émission Homo Micro sur Radio Paris Plurielle diffusée le 3 avril 2006, une des chanteuses du groupe Anatomie Bousculaire déclare que sa sœur est également lesbienne. Dans son autobiographie La Vie dure : Éducation sentimentale d’une lesbienne (2010), Paula Dumont parle d’une de ses amies lesbiennes, Marie-France, qui a aussi un frère homo. Je vous renvoie également à l’article de la revue Femme actuelle… pardon… Têtu, intitulé « Je ne suis pas le seul homo dans ma famille », datant du 19 novembre 2011 ; ainsi qu’à l’émission Jour après jour, intitulée : « Coming out : Le Jour où j’ai révélé mon homosexualité à mes proches »), diffusée sur la chaîne France 2, en novembre 2000 (émission dans laquelle une mère est venue témoigner que ses deux enfants – fille et garçon – étaient homosexuels.

 

La présence de plusieurs individus homos dans une seule famille ressemble au départ à un parfait vaudeville… mais en réalité, la découverte de plusieurs homosexualités dans une famille est généralement accueillie dans l’angoisse et le déni, bien sûr par les parents (« Le mauvais sort s’était abattu sur la pauvre Alice car sur les trois enfants qu’elle avait eus, les deux garçons étaient homosexuels. » écrit Jean-Claude Janvier-Modeste à propos de la mère d’Ednar, dans son roman semi-autobiographique Un Fils différent (2011), p. 144), mais surtout par les enfants concernés ! Le fait est d’autant plus difficile à exposer que, au-delà de la honte de l’inceste, l’individu homosexuel qui voit son frère ou sa sœur le devancer ou le copier par un coming out qu’il souhaitait « unique et original » peut, pour une affaire d’orgueil mal placé ou de peur, garder son secret homosexuel pour lui. L’homosexualité du frangin ou de la frangine le renvoie directement à son manque de liberté, de personnalité… et ça, ça peut être très violent à accepter. Loin de rapprocher les frères, je connais personnellement des cas où la gémellité fraternelle d’homosexualité a été considérée comme un terrible acte de trahison, un aveu insupportable, un prétexte supplémentaire pour prendre ses distances.

 

Le désir érotique entre frères de sang est parfois exprimé clairement par certaines personnalités homosexuelles. Par exemple, dans l’émission Homo Micro diffusée sur Radio Paris Plurielle le 25 septembre 2006, l’écrivain Abdellah Taïa avoue son attraction et sa fascination pour son grand frère. C’est ce qui fait craindre, dans l’inconscient collectif, et de manière plus ou moins excessive, le risque d’inceste derrière tout signe social apparent d’homosexualité : « Ah ça non, tu touches pas à ton petit frère, tu ne lui fais pas de mal, il manquerait plus que ça, que tu te tapes ton petit frère ! » (Vincent, le grand frère s’adressant à Eddy par rapport à leur petit frère Rudy, dans le roman autobiographique En finir avec Eddy Bellegueule (2014) d’Édouard Louis, p. 53)

 

De ma propre expérience, je ne sais pas à quel point ni dans quelle mesure je ne suis pas la seule personne homosexuelle dans ma famille. J’ai bien mon petit soupçon pour tel cousin ou telle tante… soupçon avéré parfois. Concernant ma propre fratrie réduite, née d’un seul mariage (je précise), c’est plus délicat de me prononcer. Je suis issu d’une famille de cinq enfants : deux frères et deux sœurs. Pour mes frangines, mariées ou en concubinage, je n’ai pas trop de doute sur leurs préférences sexuelles (quoi qu’on pourrait quand même envisager qu’on peut très bien s’homosexualiser en s’hétérosexualisant trop précipitamment). Le doute d’homosexualité m’a effleuré seulement au sujet de mes deux frères : l’un parce qu’il est mon frère jumeau et que notre proximité corporelle a été très forte à une époque (il est marié et a trois enfants maintenant ; mais j’ai déjà vécu avec lui des gestes d’adolescence qui, de mon côté, je l’avoue, était clairement incestuels… même si je n’ai jamais été attiré physiquement par lui, et qu’encore aujourd’hui, imaginer partager avec lui des attouchements me dégoûterait), l’autre parce qu’il possédait à l’adolescence l’intégralité des goûts musicaux qu’un parfait mec homo peut avoir ! (mais mon frère aîné, qui a 10 ans de plus que moi, est à présent religieux dans un ordre, et je trouve qu’avec le temps, son sacerdoce et son célibat consacré l’ont paradoxalement masculinisé et déshomosexualisé à vitesse grand V !… même si j’ai longtemps cru que les filles, ce n’était pas sa tasse de thé. Comme quoi, la prêtrise, ça forge un homme et un père, parfois !).

 

Il arrive que certains individus homosexuels expriment le fantasme sexuel de l’oncle ou du neveu (ce n’est pas un hasard si l’un des plus fameux cabaret travesti de Paris dans les années 1960 s’appelait Chez Tonton !), ou bien qu’ils découvrent que leur tonton/leur neveu est aussi homosexuel comme eux : « Le jour où tu le voudras, je serai à toi. » (Ernestito à son oncle, dans l’autobiographie Folies-Fantômes (1997) d’Alfredo Arias, p. 231) ; « Mon cousin Fabien courait d’un bout à l’autre du terrain de football, nu, en exhibant son sexe dont la taille imposante m’intimidait. » (Eddy Bellegueule dans le roman autobiographique En finir avec Eddy Bellegueule (2014) d’Édouard Louis, p. 148) ; etc. Je vous renvoie bien sûr au code « Tante-objet ou maman-objet » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels pour approfondir la question.

 

Par exemple, dans l’émission Toute une histoire spéciale « Mon père est parti avec un homme » (diffusée sur la chaîne France 2 le 5 décembre 2013), Sébastien (43 ans), à l’âge de 31 ans, a voulu faire croire à sa fille de 5 ans que l’homme avec qui il vivait était son « tonton » à elle… et il n’a pas pu mentir longtemps. Comme par hasard, un peu plus tard dans l’émission, il raconte devant les caméras qu’il s’était senti très tôt homosexuel mais qu’il n’avait pas osé le dire car déjà il avait un oncle homosexuel : « Au niveau historique familial, déjà, j’avais un oncle qui était homosexuel. Et les échos ne m’étaient pas très positifs. Donc je n’avais pas très envie de souffrir par rapport à ça aussi. » Raymond Lecomte est homosexuel comme son neveu Jean Cocteau.

 

Plus connu et répandu est le fantasme homosexuel du cousin, car avec ce dernier, la transgression de la différence des générations est moins flagrante. Elle passe mieux. Quelques sujets homosexuels reconnaissent en leur cousin un jumeau de désir, et échangent avec lui du sexe : « Je m’étais bornée à demander à ma mère quand je serais pourvue à mon tour du même appendice que mon cousin. » (l’essayiste lesbienne Paula Dumont, regrettant très jeune de ne pas avoir de pénis, dans son autobiographie Mauvais Genre (2009), pp. 103-104) ; « Le seul cousin dont nous parlions à mots couverts, en murmurant qu’il avait des ‘mœurs à part’, s’était expatrié dans une autre région. J’avais l’intuition que lui et moi partagions la même inclination. » (Jean-Michel Dunand, Libre : De la honte à la lumière (2011), p. 29) ; « Chouaïb. Mon cousin, dont j’avais été un temps amoureux, portait ce prénom. » (Abdellah Taïa, Une Mélancolie arabe (2008), p. 18) ; « Je haïssais Chouaïb. Il ne m’attirait plus. Mais je voulais rester ainsi pour toujours, nu, collé à lui tout aussi nu, peau contre peau, vivant dans le chaos de cette guerre intime, sexuelle. » (idem, p. 23) ; « Tout en lui rendant ses coups, tout en étant aussi malin et cruel que lui, je sentais bien dans mon cœur le faible que j’avais pour lui et je savais que je pouvais plus tard tomber sérieusement amoureux de lui. Le demander en mariage. Et être à lui. » (idem, p. 24) ; « Je me souviens que, petit, le danseur espagnol jouait avec son cousin blond. Un petit malin, très musclé pour son âge. La mère du danseur espagnol les a trouvés enfermés dans la chambre à coucher. » (Alfredo Arias, Folies-Fantômes (1997), p. 162) ; « Claude retrouve son sourire d’enfant quand il se souvient du plaisir qu’il prenait à se faire sucer par son cousin. […] Philippe et moi, qui n’avons pas eu de cousin aussi bienveillant, sommes un peu jaloux de lui. » (Pascal Sevran, Le Privilège des jonquilles, Journal IV (2006), p. 16)

 
 

c) La jalousie fraternelle comme moteur d’homosexualité et comme possible germe du viol:

INCESTE FRÈRES Egon Schiele

Tableau « Autoportrait double » d’Egon Schiele


 

Bien avant d’être une réalité, l’inceste fraternel est un fantasme créé par l’individu homosexuel, l’expression chez lui d’une diabolisation de la sexualité. C’est l’amour, l’engendrement et la différence des sexes qui sont vus à tort comme l’inceste qu’ils ne sont pas en substance : « À l’époque, je ne connaissais pas les trucs sur l’intersexe, mais j’ai pensé que j’étais un homme. Et je m’étais dit très scientifiquement, pour évaluer si j’étais vraiment un homme, je vais me féminiser et donc là je me suis mise à avoir des cheveux longs, à me maquiller, à avoir des robes, etc., et dans la même période, je suis partie aux États-Unis avec un pote. Et un jour dans une boîte, j’ai failli me faire violer et là je me suis dit : ‘Non, je ne suis pas un homme, mais habillée comme cela ça ne me correspond pas, il y a quelque chose qui ne va pas.’ Et la séduction que j’exerçais à l’égard des hommes ne me plaisait pas, leur regard ne me plaisait pas. Pas parce qu’ils étaient libidineux, mais parce que je ne voulais pas cela avec les hommes. Pour moi, les hommes c’était mes frères. Alors, la seule fois où j’ai embrassé un homme (j’ai eu quelques flirts comme ça), j’avais l’impression d’une relation incestueuse, tu vois un truc tu touches avec la langue et tu as l’impression de ramasser des fraises, tu vois ? (rires). » (Gaëlle, une femme lesbienne de 37 ans, dans l’essai Se dire lesbienne : Vie de couple, sexualité, représentation de soi (2010) de Natacha Chetcuti, pp. 80-81)

 

La violence de l’inceste fraternel a pu déclencher un dégoût de la sexualité, voire une homosexualité : « Un jour, chez des amis, alors que les parents étaient fort occupés à deviser dans le fond du parc, je fus le témoin d’une véritable orgie enfantine, à laquelle, d’ailleurs, je ne pris aucune part, me sentant trop décontenancé à la vue des petites filles. Des frères, des sœurs, d’autres garçons se livraient à des expériences sexuelles très poussées et je garderai toujours en mémoire le spectacle de la sœur d’un de mes camarades ‘utilisée’ par quatre garçons à la suite… Cette scène (qui se renouvelait, d’ailleurs, paraît-il, à chacune des réunions familiales, à l’insu des parents, naturellement) fut interrompue, ce jour-là, par l’entrée intempestive de la mère de l’une des fillettes… Ce fut un beau scandale. Il y eut des scènes pénibles. Un procès faillit en résulter mais, au cours des interrogatoires, chacun se tira d’affaire par des mensonges. Cet épisode aux couleurs crues s’imprima profondément dans mon esprit et me fit, plus que jamais prendre en horreur les filles et les femmes. » (Jean-Luc, 27 ans, homosexuel, racontant un souvenir d’enfance, dans l’essai Histoire et anthologie de l’homosexualité (1970) de Jean-Louis Chardans, p. 79)

 

L’inceste est tout autant un effacement brutal de la différence des générations qu’un effacement de la différence des sexes : « Des transsexuelles me prirent sous leur coupe, persuadées qu’elles avaient la solution à mon chagrin. Amour divin, amour profane, nous entretenions les sentiers d’une relation juste et sensible. Mais, ces ébats qui ne me procuraient aucun plaisir, ne faisaient qu’aggraver le trouble existant de la scène de violence vécue avec mon frère. Cette scène qui me hantait et réveillait ces horribles douleurs au ventre. Et puis pour moi, c’était des filles ; Et les filles, franchement, ne m’attiraient pas. » (Berthrand Nguyen Matoko, Le Flamant noir (2004), p. 119)

 

Ensuite, on voit que ce fantasme incestuel s’origine le plus souvent dans une idéalisation excessive du frère et un amour jaloux : « Dans ce texte sur l’homosexualité féminine, Freud mentionne comme un élément clé la jalousie qu’éprouva la jeune fille lors de la naissance d’un frère. » (Daniel Borillo et Dominique Colas, L’Homosexualité de Platon à Foucault (2005), p. 312) ; « L’homosexualité peut être aussi le résultat d’une rivalité jalouse dans la fratrie qui se transforme en recherche de relation tendre avec des personnes de même sexe. » (Tony Anatrella, Le Règne de Narcisse (2005), p. 56) ; etc. Par exemple, le film « Enfances » (2007) de Yann Le Gal traite précisément de la jalousie infantile du futur réalisateur Ingmar Bergman, au moment de l’arrivée de sa petite sœur : il tenta de l’étouffer avec un oreiller. Dans l’autobiographie La Mauvaise Vie (2005), on perçoit une comparaison obsessionnelle de Frédéric Mitterrand avec ses frères aînés (notamment à la page 78).

 

Comme le frère est mis sur un piédestal, mais que fatalement il n’est pas aussi parfait que prévu (et bien oui ! : il a pour défaut d’être libre et unique !), il finit parfois par être haï par l’individu homosexuel comme un traître, un concurrent qu’il n’est pas : « J’ai aimé ce frère, ensuite je l’ai détesté. » (Ednar parlant de son « tortionnaire » de frère, Ti-Éloi, qui le frappait physiquement, dans le roman très autobiographique Un Fils différent (2011) de Jean-Claude Janvier-Modeste, p. 16) ; « Mon frère me servait implicitement de point de repère. Ce que je voulais se résumait à ceci : ne pas être comme lui. » (Didier Éribon, Retour à Reims (2010), p. 114) ; « Tous ces hommes se sentent marqués par leurs expériences sexuelles avec leurs frères. Non sans désarroi, certains constatent qu’ils sont attirés par des hommes qui ressemblent étrangement à ce frère qu’ils détestent ! » (Michel Dorais, Ça arrive aussi aux garçons (2008), p. 55) ; etc.

 

La jalousie entre frères est généralement l’aveu inconscient d’un amour incestuel entre un fils et un père/une mère qui ne veut pas être partagé(e) : « J’accuse aujourd’hui ma mère d’avoir fait de moi le monstre que je suis et de n’avoir pas su me retenir au bord de mon premier péché. Tout enfant, elle me considère comme une petite fille et me préfère à ma sœur, morte aujourd’hui. […] Une véritable peur de la vie résulta de sa façon de nous élever, mon frère et moi. […] De cette période, je sais également que j’enviais ma sœur. » (Jean-Luc, 27 ans, homosexuel, dans l’essai Histoire et anthologie de l’homosexualité (1970) de Jean-Louis Chardans, p. 75)

 

Comme je viens de l’expliquer, il y a de la jalousie entre les frères parce qu’en toile de fond, il y a de l’inceste, soit entre l’individu homosexuel et son frère (ils vivent alors une relation idolâtre trop fusionnelle), soit entre l’individu homosexuel et ses parents, soit entre son frère et leurs parents. L’inceste fraternel peut rejoindre l’inceste paternel : le père ou la mère sont alors considérés comme des frères ou des sœurs : « La veille du départ de Karim et du cameraman, alors que moi je restais seul au Caire, j’ai fait un rêve dans lequel je me souvenais de mon frère et de sa rencontre avec Dieu. Je devais avoir 15 ans et lui 11-12 ans. Je n’étais plus le préféré de ma mère. C’était Mustapha qui dormait avec elle à présent pendant la sieste. Il avait fini par prendre ma place. Malgré moi, j’en étais très jaloux. » (Abdellah Taïa, Une Mélancolie arabe (2008), p. 80) ; « Ce n’est pas le dégoût de la castration féminine qui est au fondement de leur homosexualité, mais la composante narcissique du choix d’objet sexuel. Au cours de l’enfance, le futur homosexuel éprouve des sentiments de rivalité et de jalousie particulièrement intenses envers ses frères aînés avec lesquels il doit partager l’amour de sa mère. Sous l’effet de l’éducation, ces pulsions sont refoulées. L’énergie pulsionnelle ne pouvant être annulée, elle se renverse dans son contraire : la haine viscérale pour les frères se transforme en amour homosexuel. » (Virginie Mouseler, Les Femmes et les homosexuels (1996), p. 73) ; « Dans la prime enfance des motions de jalousie particulièrement fortes, issues du complexe maternel, s’étaient affirmées contre des rivaux, la plupart du temps des frères plus âgés. […] Les rivaux haïs se transforment en objets d’amour. […] Le choix d’objet homosexuel provient plus d’une fois d’un dépassement précoce de la rivalité vis-à-vis de l’homme. » (cf. l’article « Sur quelques mécanismes névrotiques dans la jalousie, la paranoïa et l’homosexualité » de Sigmund Freud, dans Névrose, psychose et perversion, 1894-1924) ; etc.

 

Souvent, il existe un conflit entre la personne homosexuelle et son frère/sa sœur parce qu’ils aiment le même Homme (le père/la mère/le petit ami de l’autre/la petite amie de l’autre/l’Androgyne), ou parce qu’ils se reflètent une même homosexualité : « Bien plus tard, de la part de mes frères et sœurs, je fus l’objet de terribles critiques. […]. Il y avait néanmoins, quelque chose d’intime et de douillet dans celles-ci, je dirais même de profond et de vivant mais, il y avait aussi plus de sincérité et plus profond et de plus de courage de ma part, à assumer cette continuité de moi-même. » (Berthrand Nguyen Matoko parlant de son homosexualité, dans son autobiographie Le Flamant noir (2004), p. 11) Je vous renvoie avec insistance à la partie sur le « Frère homophobe » du code « Homosexuel homophobe » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels.

 

C’est pour cette raison que le lien de fraternité ou de parenté, en même temps qu’il servira de couverture à l’homosexualité du couple qui ne veut pas s’afficher homo, est pour le coup symbole d’homophobie : « Lors de nos visites chez d’autres amis africains, Yoro [l’amant de Berthrand Nguyen Matoko] me recommandait de ne jamais d’afficher. Bien au contraire, ce qu’il trouvait à dire, c’est que nous étions deux cousins. » (idem, p. 138)

 

L’inceste vient non seulement alimenter l’amour homosexuel mais aussi le détruire. Je connais bon nombre de couples homosexuels qui ont été brisés « à priori » directement par la relation fusionnelle que tel ou tel de leurs membres maintenait avec une sœur ou un frère (considéré(e) comme) trop proche.

 

Par ailleurs, je tiens à rajouter pour conclure que la tentation de l’inceste ne concerne pas uniquement les grandes fratries, ou les « sujets homosexuels avec frère(s) ». Aucune personne homosexuelle, même fille ou fils unique, n’échappe, je crois, au fantasme d’inceste fraternel. En général, tout sujet homosexuel a l’impression de remplacer (et donc se donne l’impression de vivre en secrète communion avec) un frère ou une sœur défunte/cinématographique. « Là, dans cette obscurité, dans cette exécution, cette mort volontaire, je me suis souvenu de ma sœur hantée. » (Abdellah Taïa s’adressant à son amant Slimane, dans son autobiographie Une Mélancolie arabe (2008), p. 123) Par exemple, dans son autobiographie Mauvais genre (2009), l’essayiste lesbienne Paula Dumont décrit « son statut enviable de fille unique et de fille qui remplace le fils défunt » (p. 28) que sa mère a perdu en couche. Je vous renvoie aussi à la partie sur le « Syndrome du jumeau solitaire » du code « Jumeaux » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels.

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 

Une « pastorale pour les personnes homosexuelles » ?

L’idée d’une pastorale ecclésiale spécifique aux personnes homosexuelles ne sera envisageable, viable, pas homophobe, vraiment respectueuse des personnes et fidèle à l’Église catholique, qu’à la condition de pointer vers la continence voire la disparition du désir homosexuel. Sinon, elle reste hyper choquante et inappropriée.

Je n’ai plus de sexualité parce que je ne nique plus ?

On me traite d’homophobe uniquement parce que je n’aurais plus de sexualité. Or, d’une part, l’absence de génitalité n’est pas l’absence de sexualité (j’ai toujours un rapport au monde en tant qu’être sexué ; je vis 24h/24 avec ma sexuation, et c’est plutôt fécond) ; et d’autre part, ceux qui m’accusent de ne pas avoir de sexualité vivent-ils vraiment la leur ? Ils ne vivent pas leur sexualité puisqu’ils nient leur sexuation et la différence des sexes, et ne privilégient que la plus réduite de ses dimensions : la génitalité.