Aller défiler le 2 février avec LMPT ? J’avoue que c’est dur de trouver la motivation. Mais j’irai quand même. Par amitié et intuition de la gravité de la situation nationale. Par principe plus que par conviction. Par cohérence plus que par gaieté de cœur. Les messages de la Manif Pour Tous sont un peu plus ajustés que ceux de l’année dernière (ce n’était pas très dur de faire mieux que le concert de slogans sans fond de Frigide Barjot et Xavier Bongibault). Mais ils restent portés par des gens qui ne les incarnent pas totalement et qui ne vivent pas exactement ce qu’ils défendent (y compris Jean-Pier Delaume-Myard, qui par son choix de vie, ne remet pas véritablement en cause l’Union civile ni le mariage homo ; il ne remet en cause que l’ouverture du « mariage pour tous » à la filiation : c’est maigre et on ne comprend pas).

À mon sens, les représentants de LMPT ne sont pas assez charismatiques, pas assez humbles, pas assez taillés pour ce combat-ci (la vague de l’homophobie et de la croyance généralisée en l’hétérosexualité les balaie en deux secondes), pas assez adaptés à l’auditoire national (désolé mais Ludovine de la Rochère ou Albéric Dumont, il y a plus sexy… tout courageux et compétents qu’ils soient dans certains domaines. Même Jérôme Brunet – que j’aime beaucoup car il est bon comme du bon pain – a peu de chances de détoner, malheureusement. On veut de « l’homo », pas de l’homme marié et bon père de famille. Qu’est-ce que vous voulez que j’y fasse ?).

Au niveau des messages, le problème du « mariage pour tous » n’est ni la famille ni la filiation, mais bien celui de la différence des sexes aimante et du couple d’amour femme-homme. Le problème du Gender n’est pas celui de la reconnaissance de la différence des sexes, mais bien celui de la différence des sexes aimante, de la sexuation bien portée et épanouissante. Le problème de l’euthanasie et de l’avortement n’est pas celui de la défense de la vie ni même de l’enfant, mais bien celui de la défense de la vie incarnée dans la différence des sexes aimante. Le problème de notre pays n’est pas la présence de François Hollande (rien ne sert de demander qu’il « dégage ») mais bien sa compréhension des décisions qu’il pose.

Encore une fois, tant que dans nos discours nous défendrons la filiation ou la sexuation en soi, nous viserons à côté. Tant que nous ne parlerons pas d’amour incarné dans la différence des sexes, tant que nous ne remettrons pas en cause la bipolarité homos/hétéros, tant que nous n’expliquerons pas ce qu’est l’homosexualité ou l’homophobie en actes, nous raterons notre cible. Avec LMPT, pour l’instant, nous faisons du sur-place car elle n’aborde pas ces problématiques cruciales. Et quand on a à peu près les bons messages, ils sont défendus par des personnes « bien mais pas idéales » pour les porter, volontaires mais inadaptées à la configuration des débats nationaux et aux réelles attentes des Français en matière de sexualité.

Encore une fois, je ne comprends pas la stratégie de LMPT (si stratégie il y a). Le 2 février, je ferai ma petite promenade dominicale avec mes amis. Dans la bonne humeur et sans illusion. En faisant contre « représentants peu idéaux » bon cœur. Mais que c’est dur de stagner à cause des manques d’humilité en interne, et à cause de l’absence de conscience des priorités/des prioritaires !

 

30 janvier 2014