Un ami homosexuel, malade du Sida, à qui je confie mes découragements, m’écrit ceci hier : « Moi aussi, ces jours-ci, je suis fatigué et ma santé n’est pas au top… aujourd’hui, je pensais ne pas pouvoir travailler… mais finalement, tout s’est passé bien. J’avais demandé l’aide ce matin pendant la Messe et ça a marché. En tout cas, j’ai offert mes peurs et mes malaises pour toi et ça me donne bcp de courage. » Comment pourrais-je tomber et me décourager après ça?