Articolo su ZENIT Italia (20 de marzo 2015) : qui.
 

Interview à Philippe Ariño par Franco Olearo

 
Capture d'écran 2015-03-20 14.27.46
 

Philippe, dimanche prochain, 22 Mars, nous aurons le plaisir de te avoir à Rome, où tu présenteras ton livre Omosessualità controcorrente qui a déjà été vendu en France à plus de 10.000 exemplaires. Dans ce livre, tu analyses avec lucidité et clarté ce que signifie être une personne qui ressent des désirs homosexuels et tu conclues que l’interprétation la plus correcte de ce phénomène est celle de l’Église Catholique. La semaine dernière, on a beaucoup parlé dans les journaux de l’interview accordée à Stefano Gabbana et Domenico Dolce. Je suis sûr que pendant ta présentation à Rome, on traitera de ce sujet.
 

Les deux designers n’ont pas parlé de l’homosexualité, mais ont fait la défense de la famille composée d’un père, une mère et des enfants nés de leur union. « Procréer doit être un acte d’amour » disaient-ils. Êtes-vous d’accord avec leur déclaration clairement contre toute forme de génération « artificielle » comme la GPA ou la PMA?

 

On peut penser que c’est très courageux de la part de Dolce & Gabbana de dire une vérité, de surcroît impopulaire médiatiquement. Mais à mon avis, le plus important n’est pas d’énoncer certaines choses justes, mais aussi de les vivre, de les mettre en pratique et d’aller jusqu’au bout de sa démarche. Sinon, on finit par se contredire. Or Dolce & Gabbana ont déjà envisagé la procréation médicalement assistée il n’y a pas si longtemps (en 2006, dans le magazine Vanity Fair, Stefano Gabbana confiait qu’il avait demandé à l’une de ses proches de porter son enfant). De plus, en ne parlant absolument pas de l’homosexualité, alors que c’est au nom de celle-ci que le “mariage gay” est demandé, ils défendent ce dernier par omission, même s’ils dénoncent courageusement certaines de ses consequences. Et enfin, leur critique du “mariage gay” ne tient pas la route car ils n’abordent qu’une seule dimension de cette loi (= la filiation), c’est-à-dire la dimension la plus lointaine, secondaire, optionnelle et improbable dans l’esprit des militants LGBT qui n’envisagent le mariage que comme une affaire de couple et d’amour à deux, déconnectée de l’enfant, de la famille. Comment croire deux ex-amants qui prétendent inclure la différence des sexes dans une famille qu’ils ne composeront jamais ensemble, alors qu’ils la rejettent dans leur(s) couple(s) ? Je comprends les sarcasmes et le scepticisme de leurs confrères homos!

 

Les deux designers n’ont pas parlé de l’homosexualité, mais ont fait la défense de la famille composée d’un père, une mère et des enfants nés de leur union. « Procréer doit être un acte d’amour » disaient-ils. Êtes-vous d’accord avec leur déclaration clairement contre toute forme de génération « artificielle » comme la GPA ou la PMA? Si la seule famille juste est composée d’un homme, une femme et des enfants qu’ils ont générés (ou adoptés), alors nous devons conclure qu’un couple homosexuel ne peut pas élever d’enfants parce que leurs droits seraient bafoués? ou est-ce qu’il y a une autre raison plus profonde qui rend l’amour homosexuel différent de l’amour entre un homme et une femme?

 

D’abord, je ne crois pas que l’union homosexuelle puisse être qualifiée d’“amour”. Je vous expliquerai longuement lors de ma conférence de dimanche à Rome pourquoi je dis cela et pourquoi mon jugement n’a rien de sévère. L’amour véritable accueille la difference, et surtout la difference des sexes. Sinon, il n’est pas digne d’être appelé “amour”, et encore moins “sexualité”. Ensuite, je ne crois pas que ce soit l’absence de droits qui disqualifie les couples homosexuels et les empêche d’être parents. Un droit ou une loi n’a pas le pouvoir de modifier le Réel ni la Nature. L’Amour – et l’engendrement humain qui peut parfois en découler – est avant tout une question de corps sexués, de difference des sexes couronnée par l’Amour et la liberté, d’accueil de la Différence qui nous a tous formés.

 

Dolce et Gabbana ont dit que la vision d’une famille révèle sa surnaturalité: c’était une façon de souligner que la famille n’a pas été inventée par la société, mais qu’elle a une mission spécifique qui a été attribuée au moment de la création. Si tu es d’accord avec ce point de vue, qu’est-ce que tu suggères à une personne qui a des tendances homosexuelles mais est un catholique? Comment doit-il organiser sa vie ?

 

Même si je suis catholique pratiquant, je n’aime pas cette justification de la différence des sexes et de la famille par la foi ou par la Bible. Surtout avec un thème comme l’homosexualité, dont la croyance et la pratique témoignent d’un éloignement brutal de la religion. On a déjà suffisamment d’éléments concrets, rationnels, profanes, pour démontrer la gravité des actes homosexuels et de la loi du “mariage entre personnes de même sexe”, sans avoir besoin de recourir à des arguments subjectifs, à l’irrationel et à la transcendance. Mon travail et mes écrits ont choisi comme postulat de base l’observation réaliste des faits. C’est ainsi qu’on parle bien mieux de Dieu qu’en Le citant explicitement. Ce qui se justifie bien divinement se justifie déjà très bien humainement. Au nom de l’Incarnation de Jésus en tout Homme! Vous me demandiez aussi ce que je suggère à une personne homosexuelle catholique pour vivre heureuse ? C’est très simple! L’amour de la Réalité, c’est-à-dire la sainteté! Pas moins que ça !

 

Merci beaucoup, Philippe. Nous nous verrons dimanche le 22 mars à 17 heures en Place Campitelli 9, près de la salle Baldini.
 

 
 
 

P.S. : D’autres liens renvoyant à des interviews qui sont sorties dans des revues en espagnol, français ou italien (dont une inédite à INFO CATÓLICA, et trois sur l’affaire Dolce & Gabbana) : 1 – Entrevista « Sin pelos en la lengua » de Remedios Falaguera en la revista INFO CATÓLICA ; 2 – Interview « Entrevista con Philippe Ariño ‘Dolce y Gabbana son unos hipócritas: defienden la diferencia de sexos, pero la difuminan en su pareja’ » sur ALFA Y OMÉGA par JM Ballester (en espagnol ; traduction française) Cette interview arrive après l’article de Jean-Pier Delaume-Myard qui se dit « homo mais pas gay » et qui offre du prêt-à-penser aux anti-mariage-pour-tous qui veulent un discours anti-lobby-LGBT, nataliste, hétérosexiste, le plus simpliste possible ; 3 – Entrevista « Philippe Ariño: un omosessuale « atipico » » en ZENIT ITALIA por Franco Olearo (en italiano ; traduction en français) ; 4 – Ma critique « La Décharge des stylistes Dolce & Gabbana contre le mariage gay et l’adoption : la fausse solution. » ; traducción española « Descarga de los estilistas Dolce & Gabbana contra el matrimonio gay : la falsa solución. ») suite à l’annulation puis la substitution de mon interview à RADIO VATICANA par celle, affligeante, de Jean-Pier Delaume-Myard)