Je vais commencer à faire un sérieux ménage dans mes contacts italiens de Facebook. Surtout ceux qui applaudissent ou excusent Silvana di Mari qui soutient que « l’homosexualité est une maladie ». Une peur n’est pas une maladie, que je sache. À la rigueur, qu’ils disent « blessure », « héritage du péché originel », « handicap », « péché » (concernant l’acte homosexuel), « signe de péché », « fragilité », « arrêt dans le développement psycho-sexuel », « bug », « dysfonctionnement », « honte », OK (le meilleur étant « peur »). Mais là, « maladie », ils dépassent les bornes.