Revenons sur le scandale du canular homophobe Hanouna sur Touche Pas à Mon Poste le 18 mai dernier.
 

Parce que d’un côté une homophobie révèle de manière graveleuse la violence de la pratique homosexualité la plus communément partagée dans le « milieu homo », de l’autre côté l’homophobie de la doxa du déni gay friendly de souffrance dans l’homosexualité s’indigne et se déchaîne. Mais qui est la pire entre les deux homophobies (qui sont le reflet d’une même complaisance pour l’homosexualité) ? Aucune. Hanouna se sent « blessé » parce qu’il n’est pas compris dans ses bonnes intentions. Taubira joue la blessée parce qu’elle veut briller par ses bonnes intentions accusatrices. De l’accusé ou de l’accusateur, pas un pour rattraper l’autre. Car au fond, aucun des deux camps ne veut écouter les personnes homosexuelles, ni remettre en question la violence de la soi-disant « identité » homo ni de la pratique homo.