Voilà ce qui est en train de se passer : par manque de considération de la primauté du témoignage par la personne (homosexuelle en l’occurrence), par manque de considération de l’importance de l’Incarnation dans les mots, par manque de confiance faite aux personnes homosexuelles continentes, par manque de courage des témoins homosexuels catholiques qui se cachent, le message de l’Église Catholique sur l’homosexualité, même s’il dit apparemment la Vérité (par écrit, dans le « respect des personnes », avec les nuances, dans des prospectus équilibrés, etc. etc.), n’est pas reçu, et pire, alimente les quiproquos, nourrit une révolte populaire croissante qui va très vite exciter les foules (qui malgré tout, ont besoin de comprendre, de réponses, de rencontres réelles, de témoins crédibles, de personnes homosexuelles réelles) à un point incontrôlable. L’homosexualité n’est pas un petit sujet. Et les personnes homosexuelles, nous ne sommes pas des petits témoins, des options. La guerre gronde. Et la persécution anti-catholique s’habille en rainbow et en jeunesse (la majorité des jeunes d’aujourd’hui sont dressés contre les catholiques, nourris aux mots « tolérance », « égalité » et « discriminations »). Je vous aurai prévenu d’une évidence.
 

 
 
 
P.S. : Pour compléter, une citation de Asger Jorn, très éclairante sur l’anti-fascisme moralisant :