Ce qui me coupe l’appétit, m’agresse et me navre, c’est le catho sec. Celui qui ne t’adresse pas la parole aux mariages, qui ne te regarde pas dans les yeux, qui ne t’écoute pas, qui ne rigole que très rarement, qui ne s’intéresse pas à toi (même quand tu as une vie objectivement consistante), qui ne te pose des questions sur toi qu’à partir du moment où il apprend que tu es mélomane (musique classique, bien sûr), que tu es né dans la bonne famille (à particule), que tu connais son milieu social, que tu as des tas de diplômes, que tu as SES références culturelles, que tu commences à être connu, que tu sais danser le rock, que tu es militaire (croyant pratiquant, ça marche à peine pour lui, parce qu’il y a aussi des « cathos beaufs » et des « pauvres types » dans l’Église, malheureusement…). Il se comporte en général en homme puriste, élitiste, misogyne, raciste, homophobe, sectaire, imbus de lui-même. Il est catho sur le papier, par la « race » et le CV, mais pas dans la vie. Le catho sec est désespérant parce qu’il donne une image faussée des vrais catholiques, qui eux ne se servent pas de Dieu pour haïr les autres. En ce sens, c’est, pour reprendre le bon jeu de mots de mon ami Charles Vaugirard, un parfait « étouffe-chrétiens » ! Et à ce jour, cela va peut-être vous surprendre, mais je l’ai rencontré beaucoup plus souvent parmi les jeunes femmes que parmi les hommes. (Et parfois, je peux l’incarner quand j’oublie d’aimer… C’est pour ça que j’essaie de l’aimer, et d’aimer tous les chrétiens.)