Celui qui accueille toutes les différences est un despote qui s’ignore. Car tout ne se vaut pas, et parfois se contredit. Aimer les différences, c’est les reconnaître et les hiérarchiser (quand il s’agit des actes). Sinon, ça devient un joli slogan publicitaire qui ne veut rien dire et qui risque d’être dangereux car il gomme les différences, les priorités et les préférences. Il est facile, comme Mme Taubira, de dire à la fois « J’aime et j’accueille toutes les différences »… et « Les différences n’existent pas puisque nous sommes tous égaux ».