Je découvre à l’instant le soutien par défaut du Pape François à l’Union Civile dans le livre d’entretien Politique et Société. Et ça me fait vraiment mal, car il n’a pas compris la gravité de cette loi. Je vois bien dans quel sens il la promeut : comme un moyen par défaut de contourner le « mariage gay », et par une crispation infantile, romantique et pseudo dogmatique au mot « mariage ». Mais c’est de la compromission et du marchandage de la Vérité quand même, troc donc se saisissent évidemment des personnalités homophobes gays friendly comme Virginie Tellenne (alias Frigide Barjot). Je ne sais pas qui entoure le Pape François, mais ce dernier n’a toujours pas compris le Gender (qu’il lobbyise pour ne pas l’analyser comme ce qu’il est : l’hétérosexualité) ni l’hétérosexualité ni le « mariage gay » (Union Civile masquée).
 

Cette sacralisation hystérique du mot « mariage », au détriment de la réalité du mariage même, sacralisation typique du boboïsme ritualiste, je me souviens l’avoir entendue de la bouche d’une bonne mère de famille catholique qui m’avait reconnu avec enthousiasme, en février dernier, à l’église Notre-Dame de l’Assomption, à Paris, à la fin d’une messe. Elle avait envie de venir à ma conférence de Jean Zay sur l’homosexualité, d’ailleurs. Malgré son intérêt pour mon message (ce qui est déjà louable et montrait qu’elle avait déjà un peu plus de culture que bien des militants de La Manif Pour Tous), j’entendais qu’elle n’avait absolument rien compris à ce que je dis, rien compris à la dangerosité de l’hétérosexualité, de l’Union Civile, ni même finalement à la réalité du « mariage gay », puisqu’elle me tenait exactement le discours insipide du Pape François : « Le problème dans cette loi du mariage pour tous, c’est juste de donner le mot ‘mariage’ aux unions homosexuelles. » Sous-entendu, l’Union Civile est un bon compromis, eût été un lot de consolation nécessaire pour éviter la catastrophe. Les catholiques même un peu informés dissocient artificiellement (et pour se rassurer) le « mariage gay » et l’Union Civile, sans voir que ce sont une seule et même loi, et que derrière, c’est la même réalité intentionnelle (l’hétérosexualité, autrement dit la justification de toutes les formes d’« amours », y compris et surtout l’« amour homosexuel »). Chez la très grande majorité des catholiques, ce protectionnisme du mot « mariage » délaissant la réalité du mariage, je le décris abondamment dans mon chapitre sur les « bobos cathos anars d’extrême droite » de mon dernier livre HOMO-BOBO-APO, ainsi que dans le chapitre sur l’Union Civile (p. 38), comme la « Grande Apostasie ».
 

Je suis navré que le Pape cède à l’esprit du monde. Et je pense qu’il est en train de faire LE fameux faux pas que je décris à la page 285 de mon chapitre III. Et je précise que le dérapage du Pape ne porte pas, comme les mauvais catholiques le croient, sur la question des migrants (car là, je le soutiens à 100 %), mais bien sur le Gender et l’hétérosexualité (donc l’Union Civile et l’homosexualité). Et je pense que je serai à peu près le seul à le voir et à le dénoncer.
 

 

 

Je pars me flinguer. À quoi ça sert ce que j’écris? Les catholiques ne comprennent rien à rien.