L’accueil de l’autre et la priorité donnée à sa personne plutôt qu’à ses actes ne sont pas, contrairement à ce que pense le paranoïaque, une soumission. Ce n’est pas baisser le pantalon devant « l’Ennemi ». C’est aimer malgré tout et en vérité.