Différences culturelles

Différences culturelles

 

 

NOTICE EXPLICATIVE

 

L’orgueil érotisé du petit Génie

 

La difficulté à rentrer en relation avec les autres, à trouver sa place dans la société, à rester soi-même tout en se mélangeant aux êtres humains, n’est pas propre aux personnes homosexuelles. Elle est humaine et universelle, bien entendu. Cependant, chez elles, l’adaptation au monde, le rapport au phénomène de groupe, l’assimilation sereine et amicale aux sphères collectives, ont eu tendance à se faire dans la douleur, la violence et la rupture. L’adaptation excessive aux regards de l’entourage et l’oubli de leur propre regard négatif sur eux-mêmes vont encourager beaucoup d’individus homosexuels à affirmer l’existence d’une différence radicale par rapport aux autres.

 
CULTURELLES 2 Dubernet
 

En plus de se baser sur le corps (cf. je vous renvoie au code « Différences physiques » du Dictionnaire des Codes homosexuels), cette différence dite « naturelle et fondamentale » est d’ordre social, culturel et intellectuel. Très jeunes, certains sujets homosexuels vivent le choc des cultures avec leur entourage comme une véritable épreuve, puis un moyen de sortir du lot. Il n’est pas très étonnant qu’il y ait parmi les personnes homosexuelles un certain nombre de petits surdoués ou d’individus blessés dans leur amour propre parce que dans leur cursus scolaire, ils ont senti que leurs talents avaient été fortement dévalués ou ignorés. Beaucoup d’entre elles ont l’impression qu’elles ne sont radicalement pas sur la même longueur d’onde que les autres, qu’ils ne pourront jamais les comprendre totalement. Le fossé avec le reste de l’Humanité « hétérosexuelle » se creuse au fil des ans, et se fixe parfois en orientation sexuelle. L’homosexualité est envisagée à l’âge adulte comme une solution bien pratique pour camoufler par l’identitaire leur problème d’intégration sociale sans le régler vraiment à la racine.

 

Affirmer « Je suis différent », ainsi que le font beaucoup de personnes homosexuelles, n’est pas faux en soi, étant donné que tout Homme est unique et donc fondamentalement différent des autres. Mais le problème peut se situer dans les conséquences fâcheuses que la reconnaissance de leur différence jugée « exceptionnelle » ou « minable » peut entraîner sur leur rapport aux autres : mépris, isolement, exclusion, orgueil mal placé. « Je croyais que j’étais un petit garçon singulier et les autres garçons étaient jaloux de moi, parce qu’ils étaient, eux, on ne peut plus ordinaires. » (Luc, le héros homo du roman Frère (2001) de Ted Van Lieshout, p. 128)

 
 

N.B. : Je vous renvoie également aux codes « Différences physiques », « « Je suis différent » », « Bobo », « Poids des mots et des regards », « Se prendre pour Dieu », « Milieu homosexuel infernal », « Homosexualité noire et glorieuse », « Haine de la famille », « Petits Morveux », « Promotion « canapédé » », « Bovarysme », « Faux intellectuels » et « Solitude », dans le Dictionnaire des Codes homosexuels.

 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 
 

FICTION

 

Très souvent dans les fictions traitant d’homosexualité, le personnage homosexuel a le sentiment de ne pas être du même monde que les autres : cf. le film « Le Feu follet » (1963) de Louis Malle, le film « Un Élève doué » (1998) de Bryan Singer, le film « Whole New Thing » (2005) d’Amnon Buchbinder, le film « Get Real » (« Comme un garçon », 1998) de Simon Shore (avec la distance prise par rapport aux camarades de classe « footeux » et dragueurs de filles), le film « Oublier Chéyenne » (2004) de Valérie Minetto (avec l’éloignement du monde adolescent), le film « À cause d’un garçon » (2001) de Fabrice Cazeneuve (avec le choc culturel au lycée), le film « Boys Don’t Cry » (1999) de Kimberly Peirce, le film « Will Hunting » (1997) de Gus Van Sant (avec l’élève surdoué), le film « La Meilleure façon de marcher » (1976) de Claude Miller (où le personnage homosexuel s’isole dans les livres pour ne pas affronter ses camarades de colonie de vacances), le film « Les Loups de Kromer » (2003) de Will Gould (avec la thématique du rejet social des homos en tant qu’espèce culturelle à part), le roman Un Garçon d’Italie (2003) de Philippe Besson (avec Léo, le marginal social), le film d’animation « Shark Tale » (« Le Gang des Requins », 2004) d’Eric Bergeron (avec Lenny, le petit requin trouillard et complexé), les chansons « L’Innamoramento » et « Lonely Lisa » de Mylène Farmer, la chanson « Toujours debout » d’Emmanuel Moire (évoquant l’isolement sur la cour d’école face aux rituels de drague), etc.

 

L’impression d’être différent commence toujours par une dévalorisation de soi. « J’étais une épave. Je me sentais vraiment mal. » (Emory, le héros gay efféminé, dans le film « The Boys In The Band », « Les Garçons de la bande » (1970) de William Friedkin) Le personnage homo se compare à l’excès aux autres et se sent minable par rapport à eux : « Parfois, je crois que je suis fou. Je ne vois pas les choses comme les autres. » (Kenny dans le film « A Single Man » (2009) de Tom Ford) ; « Stephen était un désastre social. Aux ‘garden parties’, c’était toujours un échec, elle semblait mal à l’aise et peu aimable. […] Ou elle ne disait mot ou elle bavardait trop librement. » (Stephen, l’héroïne lesbienne, dans le roman The Well Of Loneliness, Le Puits de solitude (1928) de Marguerite Radclyffe, p. 100) ; « Mes semblables me dépriment, je ne sais pas être comme eux. » (Denis Lachaud, J’apprends l’allemand (1998), p. 133) ; « Avec des si, je n’aurais jamais eu l’étiquette du mouton noir. » (cf. la chanson « Paradis imaginé » de Monis) ; « Sa différence le poussait à chercher l’anonymat, loin du mépris quotidien des Antillais. » (Jean-Claude Janvier-Modeste, dans son roman autobiographique Un Fils différent (2011), p. 65) ; « À l’école, les garçons se moquaient de moi parce que j’écoutais des trucs de filles. » (Jefferey Jordan dans son one-man-show Jefferey Jordan s’affole, 2015) ; « Je ne sais pas jouer les nanas cools » (Laurel s’adressant à son amante Stacie, dans le film « Freeheld », « Free Love » (2015) de Peter Sollett) ; etc.

 

Par exemple, dans le roman Les Nettoyeurs (2006) de Vincent Petitet, Antoine est jugé de la tête aux pieds par ses collègues à cause de sa tenue vestimentaire. Dans le film « Hoje Eu Quero Voltar Sozinho » (« Au premier regard », 2014) de Daniel Ribeiro, Léo, le héros homosexuel, est la risée des gars de sa classe : il vit l’isolement à cause du rejet social de sa cécité.Dans le vidéo-clip de la chanson « College Boy » d’Indochine (réalisé par Xavier Dolan), le personnage principal, homosexuel, est lynché dans son lycée, dans sa famille, puis finit par se faire crucifier par ses camarades de classe. Dans la pièce Les Vœux du Cœur (2015) de Bill C. Davis, Tom, l’un des héros homos, est un handicapé social : « La vérité, c’est que je ne suis pas très à l’aise… sauf avec les animaux. Je ne suis pas très à l’aise dans ma propre peau. » Dans la série Demain nous appartient diffusé en 2017 sur la chaîne TF1, Étienne, l’interne homo à l’hôpital de Sète, était pendant l’adolescence l’ancien camarade de classe de Victoire Lazzari, le souffre-douleur du lycée, surnommé « Bouboule » par ses camarades. Dans le film « Ma Vie avec John F. Donovan » (2019) de Xavier Dolan, Rupert, le jeune héros homo de 10 ans, est maltraité à l’école à cause de son homosexualité : « Au collège, j’ai découvert la méchanceté ordinaire des garçons de mon âge. ».

 

 

Ce sentiment de différence repose sur les goûts, sur les fantasmes de peur ou d’identité inexistantes, et non sur des faits et des réalités objectifs : « Si j’étais comme les gens avec qui j’ai grandi, je regarderais le catch en buvant des bières en canette. J’amènerais ma copine sur un parking pour lui tripoter les seins. J’aime être différent. Parce que je vaux mieux. » (Paul, l’un des héros homos du film « The Big Gay Musical » (2010) de Casper Andreas et Fred M. Caruso) ; « Tu aurais pu être né en Bavière, en Basse-Saxe ou en Rhénanie, t’engager dans les Jeunesses avec tous les copains, te sentir très tôt un peu différent, caresser le torse imberbe de Franz sous les douches, le retrouver la nuit tombée dans sa couchette, devenir officier, ne jamais porter de triangle rose ou violet, être promu commandant, exterminer des homosexuels, coucher avec des garçons. Mais tu es né en France, tu es né juif, tu voulais être chimiste et rejoindre de Gaulle. » (Félix, l’un des héros homos du roman La Synthèse du camphre (2010) d’Arthur Dreyfus, p. 110) ; etc.

 

Il aura suffi que le personnage homosexuel n’ait pas été invité aux « boom » de son collège, qu’il n’ait pas été bon en sport, qu’il se soit dirigé davantage vers les arts et les livres que vers le foot, l’alcool, et les filles, qu’il ne corresponde pas à l’archétype caricatural de masculinité ou de féminité qu’il a vu au cinéma, pour vite s’écarter des groupes et se réfugier dans son propre monde. Par exemple, dans la pièce Confidences (2008) de Florence Azémar, Stéphane pense être « en retard par rapport aux autres » en matière d’amour, de flirts, et de sexualité. Dans le roman Par d’autres chemins (2009) d’Hugues Pouyé, Adrien se décrit comme « l’adolescent qui s’endort dans la honte de ne ressembler à aucun des siens » (p. 42). Dans l’épisode 68 « Restons zen ! » (2013-2014) de la série Joséphine Ange gardien, Romane, l’héroïne lesbienne, a eu une scolarité très tourmentée : elle a été renvoyée de plusieurs lycées, elle a fait plusieurs fugues. Quand le personnage homosexuel évoque son cursus scolaire, il ne manque pas de cynisme : « Le collège… Les plus belles années de notre vie… » (Allan dans la pièce Penetrator (2009) d’Anthony Neilson)

 

Le sentiment de différence culturelle commence d’abord avec la famille. Le personnage homosexuel ne s’identifie pas à ses parents ni aux membres de son entourage proche : « Je suis née un 24 décembre, dans une famille de blaireaux incultes. » (Karine Dubernet dans son one-woman-show Karine Dubernet vous éclate !, 2011) ; « Notre Mère Nature m’a fait porter un sacré coup… en me faisant naître dans une petite ville de l’Indiana. » (Billy dans le film « Billy’s Hollywood Screen Kiss » (1998) de Tommy O’Haver) ; « C’est l’enfer. » (Nathan, le héros homosexuel racontant son calvaire, dans le téléfilm « Baisers cachés » (2017) de Didier Bivel) ; etc. Dans la pièce Chroniques des Temps de Sida (2009) de Bruno Dairou, le héros homosexuel a des propos lapidaires à l’égard de la « beaufitude » de ses géniteurs et de leur prétendue « débilité pavillonnaire » (il parle de « ses cons de parents »). Dans le film « Pièce montée » (2010) de Denys Granier-Deferre, Marie, la lesbienne excentrique, cultive cyniquement/avec élégance son statut d’outsider : par exemple, le jour du mariage de son frère, elle porte un grand chapeau original et une robe transparente (on lui voit même la culotte), se définit comme le vilain petit canard de la famille, et joue à fond le jeu de la provocation homosexuelle.

 

Le sentiment de différence homosexuelle peut provenir également de la nationalité. « Tu es tellement, tellement, tellement différent. Et j’ai très peur de ce qui peut t’arriver. » (le père d’Éric le héros homo racontant sa difficulté d’intégration sociale en tant que Noir aux Etats-Unis, dans l’épisode 7 de la saison 1 de la série Sex Education (2019) de Laurie Nunn). Par exemple, dans la pièce Frères du Bled (2010) de Christophe Botti, François et Serge, Algériens de naissance et de culture, souffrent d’être des « étrangers » dans leur terre d’adoption, la France. Dans son one-man-show Bon à marier (2015), Jérémy Lorca, homosexuel, raconte son arrivée à Paris, dans un foyer de jeunes travailleurs où il a quelques difficultés à s’afficher gay : « Les garçons du foyer étaient un peu différents de moi. » Ce sont parfois les membres de son entourage qui font au héros gay sentir cette différence. « Ils se moquaient toujours de moi. Sûrement à cause de l’accent. » (Heïdi, la lesbienne dans la pièce Et Dieu créa les folles (2009) de Corinne Natali)

 

CULTURELLES 1 Corde

Film « La Corde » d’Alfred Hitchcock


 

La honte culturelle de soi se transforme très souvent en mépris hautain. Le complexe de supériorité procède en général d’un gros complexe d’infériorité. « En classe, je ne fus pas très attentive. Je me sentais supérieure à tous mes camarades. » (Anamika dans le roman Babyji (2005) d’Abha Dawesar, p. 37) ; « À la sagai, je m’étais sentie plus intelligente que les collègues de mon père, et je me sentais systématiquement plus en avance que la plupart des personnes de mon entourage. » (idem, p. 181) ; « Ce que tu regrettes ton adolescence… » (Anton s’adressant ironiquement à son amant Vlad, dans le film « Stand » (2015) de Jonathan Taïeb) ; « L’adolescence, c’est une période terrible. » (Hall dans le roman Harlem Quartet (1978) de James Baldwin, mis en scène par Élise Vigier en 2018) ; etc. Dans le film « J’ai tué ma mère » (2009) de Xavier Dolan, Hubert, le jeune héros gay, traite ses camarades lycéens de haut, et dit textuellement qu’il fait partie d’« une classe de crétins ». Dans le film « La Corde » (1943) d’Alfred Hitchcock, les deux amants homosexuels sont persuadés de leur avance intellectuelle par rapport à leurs pairs. On retrouve le même scénario dans le film « Le Génie du mal » (1959) de Richard Fleischer. Dans la série nord-américaine United States Of Tara, le thème de l’homosexualité est mis en lien avec la différence intellectuelle : Marshall, le petit surdoué, l’enfant parfait de l’école, se trouve être l’homo de l’intrigue. Dans le film « James » (2008) de Connor Clements, le jeune James tombe amoureux de son professeur M. Sutherland et se sent en décalage avec ses camarades d’école du point de vue intellectuel. Dans le film « Un beau jour, un coiffeur… » (2004) de Gilles Bindi, la volonté d’isolement est marquée par le mépris : le héros homosexuel, un jeune prof de philo se considérant plus intelligent que les autres, exprime son dégoût des fêtes, des « djeunes », des « cools », et s’estime bien loin des préoccupations des gens de son âge. Dans le film « Saisir sa chance » (2006) de Russell P. Marleau, Chance, le héros gay, considère qu’il a par rapport aux autres un « esprit supérieur », même s’il porte en lui un fort complexe d’infériorité et qu’il s’est fait « jeter » par ses amis au lycée. Dans le roman Vincent Garbo (2010) de Quentin Lamotta, le jeune et beau Garbo n’a que mépris pour sa société, ses semblables scolaires (qu’il qualifie de « crétins larbins »), et ses éducateurs : « Dès son début, la vie ne lui fut que risettes, grimaces, faux-semblants et tartuferies d’andouilles. » (p. 16) ; « Toute Société n’est qu’une Immonde et Insatiable Salope. » (idem, p. 17) ; « Je tiens les enseignants pour gens facilement puérils, rarement déniaisés de l’enfance et jamais sortis de l’école, seulement grimpés sur l’estrade. » (p. 44) ; « J’ai toujours vécu à l’école comme tout seul en résistance dans le maquis. […] Vincent Garbo, enfant comme adolescent, a toujours été doué d’une intelligence largement suffisante à bluffer le système […]. » (Vincent Garbo parlant de lui à la troisième personne, idem, p. 72) ; etc.

 

Derrière le fantasme de différence culturelle se cache un perfectionnisme frisant la mégalomanie et le purisme : « J’ai essayé d’être le meilleur homme possible. » (Steven dans le film « I Love You Phillip Morris » (2009) de Glenne Ficarra et John Requa) ; « Un amour passionné des belles-lettres me distinguait de tous les autres potaches. » (le narrateur homo du roman La Confusion des sentiments (1928) de Stefan Zweig, p. 8) ; etc.

 

Le sentiment de différence a pu être instillé par une idéalisation parentale excessive ou bien une surprotection incestueuse : « Regarde : tu es beau, intelligent, bon élève. Tes parents vivent dans le mythe d’un fils parfait. » (Chris à Ernest dans le roman La Synthèse du camphre (2010) d’Arthur Dreyfus, p. 112) Dans le film « Scènes de chasse en Bavière » (1969) de Peter Fleischmann, Abram reproche à sa mère de l’avoir trop couvé et de l’avoir coupé des enfants de son âge (je vous renvoie à tout le chapitre sur les phobies et la douilletterie dans le code « Différences physiques » du Dictionnaire des Codes homosexuels).

 

CULTURELLES 3 Lacernaire

Lacenaire dans « Les Enfants du Paradis » de Marcel Carné


 

Le héros homosexuel va jusqu’à suspecter ses semblables d’homophobie et de jalousie parce qu’il établit une fausse distance culturelle avec eux, une distance bien souvent jalouse/méprisante, justement : il garde ses talents pour lui, et attise donc les convoitises. « Quand j’étais enfant, j’étais déjà plus lucide, plus intelligent que les autres. Ils ne m’ont pas pardonné. Ils voulaient que je sois comme eux. » (Lacenaire parlant à Garance, dans le film « Les Enfants du Paradis » (1943-1945) de Marcel Carné) ; « Je croyais que j’étais un petit garçon singulier et les autres garçons étaient jaloux de moi, parce qu’ils étaient, eux, on ne peut plus ordinaires. » (Luc dans le roman Frère (2001) de Ted Van Lieshout, p. 128) ; « Il jalousa les autres garçons pétants de santé qui marchaient, couraient, dansaient et faisaient l’amour, lui qui ne pourrait jamais rien faire de cela, sauf, et c’était peut-être son seul réconfort, avoir des relations sexuelles, car cette partie de son corps n’avait pas été affectée : son pénis bandait, et il lui arrivait très souvent d’en jouir. » (Marcel, dans le roman Accointances, connaissances, et mouvances (2010) de Denis-Martin Chabot, p. 17)

 

Paradoxalement, le goût de la différence culturelle, poussée à l’extrême, conduit à son rejet, au sectarisme communautariste entre marginaux et à l’homophobie homosexuelle (cf. je vous renvoie au code « Milieu homosexuel infernal » dans mon Dictionnaire des Codes homosexuels) : « Outre la mauvaise réputation qu’avait la Savane la nuit, je rapportais en détail à ma mère certaines agressions dont j’avais été témoin. Sur la place, je rencontrais toutes sortes d’individus ; les ‘branchés’ étaient une population très hétéroclite. On était du même bord, mais on ne se fréquentait pas. Sans doute par manque de confiance, beaucoup se méfiaient de leur propre clan et jouaient à cache-cache en permanence, se dénigrant et se méprisant mutuellement. Impensable pour un groupe déjà victime du malheur de sa propre différence ! C’est quand même surprenant et regrettable d’en arriver là. […] Cette histoire de clans est une fatalité pour la communauté et l’on ressentait une rivalité oppressante entre les groupes différents. En fait, chaque groupe entrait dans une catégorie bien distincte : les extravagants, les cancaniers, les très discrets et enfin les ‘leaders’, ceux qui incitaient à la prise de conscience contre les discriminations et l’homophobie dans la région d’outre-mer. Je trouvais bien dommage cette diversification au sein de la communauté. » (Ednar parlant des lieux de drague antillais homosexuels, dans le roman très autobiographique Un Fils différent (2011) de Jean-Claude Janvier-Modeste, pp. 188-189)

 

Eh oui ! Il arrive toujours un jour où « l’autre » qu’on ne cherche pas à devenir ou qu’on fuit, c’est nous !

 
 

FRONTIÈRE À FRANCHIR AVEC PRÉCAUTION

 
 

PARFOIS RÉALITÉ

 

La fiction peut renvoyer à une certaine réalité, même si ce n’est pas automatique :

 
 

CULTUREL Tennessee Williams

Tennessee Williams


 

Dans la réalité concrète, beaucoup de personnes homos se sentent différentes des autres êtres humains, intellectuellement parlant, et cultivent d’ailleurs cette différence, si bien qu’on ne sait plus trop si celle-ci est objective ou bien artificielle, si ce sont les autres qui ont commencé à en faire une essence/un problème ou bien elles. Ce qui est sûr, c’est qu’elles vivent les rapports sociaux comme un choc violent, un fossé de perceptions. Elles ne se sentent pas sur la même longueur d’onde que le commun des mortels : « C’est cette absence de vérité, de justesse entre mon regard et celui des autres qui me laisse si solitaire. » (Jean-Luc Lagarce dans son Journal, 2008) ; « J’ai pas très bien vécu l’école. Ensuite, j’avais beaucoup de mal à m’entendre avec les gens. Y’a certaines personnes qui qualifiaient ma personnalité de bizarre. Je préfère être différent mais unique, on va dire, qu’être comme tout le monde et n’avoir rien à raconter. » (le chanteur belge Loïc Nottet dans le magnéto de l’émission Danse avec les stars sur la chaîne TF1, le 9 décembre 2015) ; etc.

 

Le sentiment de différence culturelle commence d’abord avec la famille. Il arrive que le sujet homosexuel ne s’identifie ni à son papa ni à sa maman, et que ces derniers – ou bien son statut social – lui fassent honte : « Quand j’étais petite, mes parents, qui avaient juste de quoi ne pas mourir de faim, avaient laissé en friche ce qui relevait de l’esthétique, en particulier dans le domaine vestimentaire. On ne portait que des vêtements bon marché, on se les passait des uns aux autres entre cousins, on rapetissait et ravaudait. » (Paula Dumont, La Vie dure : Éducation sentimentale d’une lesbienne (2010), p. 175) ; « Mon caractère, ma façon d’être, de me vêtir me différenciaient des autres élèves. J’étais grand pour mon âge et, grâce à mes parents, à ma mère surtout, j’étais toujours vêtu avec recherche ; l’éducation que j’avais reçue faisait de moi, je l’avoue, un garçon assez précieux mais, à seize ans, bien des jeunes gens ressemblent à des filles. » (Jean-Luc, homosexuel, 27 ans, cité dans l’essai Histoire et anthologie de l’homosexualité (1970) de Jean-Louis Chardans, p. 82) ; « Ce milieu ouvrier dans lequel j’ai vécu, et cette misère ouvrière qui se lit dans la physionomie des habitations à l’arrière-plan, dans les intérieurs, les vêtements, les corps eux-mêmes. » (Didier Éribon, Retour à Reims (2010), pp. 19-20) ; « Pourquoi, moi qui ai tant éprouvé la honte sociale, la honte du milieu d’où je venais quand, une fois installé à Paris, des gens qui venaient de milieux sociaux si différents du mien, à qui je mentais plus ou moins sur mes origines de classe, ou devant lesquels je me sentais profondément gêné d’avouer ces origines, pourquoi donc n’ai-je jamais eu l’idée d’aborder ce problème dans un livre ou un article ? » (idem, p. 21) Dans ses essais (La Place (1983), Une Femme (1987), et La Honte (1997)), Annie Ernaux a beaucoup écrit sur la « distance de classe » qui la séparait de ses propres parents.

 

Le sentiment de différence homosexuelle peut venir de la nationalité, du décalage de cultures ou d’éducations : « Être lesbienne, c’est être toujours étrangère dans les cadres où je suis. Je suis étrangère à la culture anglaise ; bien sûr c’est ma langue, mais ce n’est pas ma langue maternelle. » (Patricia Duncker citée dans le Dictionnaire gay (1994) de Lionel Povert, p. 178) Patrick White a souffert à l’école anglaise de ton statut de « colon » et de « provincial » aux vues de ses compatriotes londoniens, ainsi que du fossé culturel avec ses camarades écoliers ; il disait lui-même que le niveau intellectuel de leurs conversations le navrait. Les camarades de classe de Jean Genet se moquaient de lui et le rejetaient parce qu’il était un « enfant trouvé » : « J’ai su très jeune que je n’étais pas français, que je n’appartenais pas au village » écrit-il dans L’Ennemi déclaré (1910-1944). Dans le biopic « Noureev, le Corbeau blanc » (2019) de Ralph Fiennes, on voit que Rudolf Noureev, le danseur et chorégraphe homo russe, a fait une fixette sur ses origines paysannes : « Bien sûr, moi, je suis un plouc d’Oufa ! » (région provinciale de Russie) s’indigne-t-il face à ceux qui veulent le garder pour eux dans sa mère-patrie russe. Il fera de son complexe social un moteur d’ascension sociale pour devenir chef de ballet à Paris.

 

Au fond, le ressenti homosexuel d’une supposée « différence radicale avec les autres » repose sur les goûts, sur les fantasmes de peur ou d’identité inexistantes, et non sur des faits et des réalités objectifs : « Tous les blocages sont dans ma tête. » (Christian, le dandy homosexuel de 50 ans, dans le documentaire « Les Invisibles » (2012) de Sébastien Lifshitz) ; « Je n’avais qu’un désir : c’est d’être différent de mes camarades. Je ne voulais surtout pas être comme les autres enfants. Non non non. » (Karl Lagerfeld dans le documentaire « Yves Saint Laurent et Karl Lagerfeld : une guerre en dentelles » (2015) de Stéphan Kopecky, pour l’émission Duels sur France 5) ; etc.

 

Film "Tanguy" d'Étienne Chatiliez

Film « Tanguy » d’Étienne Chatiliez


 

Le fossé entre les personnes homosexuelles et le reste de l’Humanité s’est creusé en général au collège, dans une indifférence/isolement savamment et lentement travaillés. « C’est un bon sujet, un enfant respectueux et tendre, plus faible et plus petit que ses camarades mais plus intelligent : il tient sans effort la tête de la classe. Bref, sage comme une image. » (Jean-Paul Sartre en parlant de Jean Genet, dans sa biographie Saint Genet (1952), p. 14) ; « Le lycée fut pour moi une effroyable et sinistre expérience. […] Je voulais toujours être pianiste et mes parents ne m’obligeaient pas à aller à l’école tous les jours. J’y allais juste assez pour rester au niveau de ma classe. Maintenant, des années plus tard, mes professeurs sont extrêmement perplexes à l’idée que quelqu’un d’aussi négligent que moi ait pu devenir un auteur à succès. La vérité est que je ne crois guère à l’école. » (Carson McCullers, citée dans la biographie Carson McCullers (1995) de Josyane Savigneau, p. 43) ; « Face à mes bouffées de stress matinales, ma mère avait fini par s’inquiéter et appeler le médecin. Il avait été décidé que je prendrais des gouttes plusieurs fois par jour pour me calmer. Ma mère répondait, quand la question lui était posée, que j’étais nerveux depuis toujours. Peut-être même hyperactif. C’était l’école, elle ne comprenait pas pourquoi j’accordais tant d’importance à ça. » (Eddy Bellegueule dans le roman autobiographique En finir avec Eddy Bellegueule (2014) d’Édouard Louis, p. 64) ; « Retarder artificiellement le moment de l’arrivée dans la cour de l’établissement puis dans le couloir. » (idem, p. 66) ; « Jamais je ne parvins à complètement m’intégrer aux cercles de garçons. Nombreuses étaient les soirées où ma présence était soigneusement évitée, les parties de football auxquelles on ne me proposait pas de participer. » (idem, p. 121) ; « J’étais plutôt rejeté. » (Jean-Paul Gaultier, le couturier racontant qu’adolescent, il venait trouver refuge chez sa grand-mère pour échapper à l’ambiance pesante à l’école et au collège) ; « Dès la maternelle, collé au instit, pendant la récré j’étais en échec scolaire, un élève très sensible instable, ayant peur de tout et du regard des autres. J’ai redoublé le CP et j’ai eu la colère de voir mes camarades passer d’un niveau alors que moi je restais dans la même classe, j’étais le rejeté, l’exclu de mes frères et sœurs qui ne comprenaient pas pourquoi je n’étais pas avec eux et ils me regardaient tous. » (cf. le mail d’un ami, Pierre-Adrien, 30 ans, juin 2014) ; etc. Par exemple, le chanteur Mika raconte comment ses camarades se foutaient de ses manières.

 

Comme par réflexe de survie, la honte de soi/des autres a tendance à se transformer en mépris hautain. Le complexe de supériorité procède souvent d’un fort complexe d’infériorité : « Je savais que j’étais intelligent, que j’avais du talent. » (un témoin homo de l’essai Mort ou Fif (2001) de Michel Dorais, p. 91) ; « J’affichais une distance méprisante vis-à-vis des autres élèves avec qui je ne discutais jamais. » (Jean Le Bitoux se décrivant à la fac, dans son essai Citoyen de seconde zone (2003), p. 56) ; « Il m’est impossible d’oublier tous ces camarades de classe, ces dégénérés qui se complaisent désormais dans une médiocrité vulgaire. » (Alexandre Delmar, Prélude à une vie heureuse (2004), p. 7) ; « Il me fascine. […] Je me rends compte très rapidement qu’il est aussi doué que moi en classe et aussi médiocre en foot. » (l’auteur, parlant d’un autre de ses camarades de qui il tombe amoureux car il est à part, comme lui, idem, p. 11) ; « Ah ! Si seulement j’avais pu être mauvais élève, juste un peu, pour faire comme les autres. » (Michel Bellin, Impotens Deus (2006), p. 34) ; « Je m’estimais différent, et pourquoi pas, mieux que les autres. » (Berthrand Nguyen Matoko à propos de son collège à Brazzaville, dans son autobiographie Le Flamant noir (2004), p. 46) ; etc.

 

La souffrance identitaire des personnes homosexuelles provient très souvent d’un sentiment de différence-isolement : peu importe finalement le support ou le prétexte de ce sentiment (orientation sexuelle, statut social, nationalité, religion, intellect, pauvreté ou richesse matérielle, culture…). « Au bout du compte, j’aurai davantage souffert de la haine homophobe de la part de personnes partageant mes origines que du racisme antiarabe. » (Brahim Naït-Balk, Un Homo dans la cité (2009), p. 8) ; « Il faut dire que Sweig a du mal, en public comme en privé. » (la voix-off dans le documentaire « Stefan Sweig, histoire d’un Européen » (2015) de François Busnel) ; etc.

 

Ce sentiment de différence culturelle se construit non seulement sur une rupture radicale avec les autres mais aussi – ce qui revient au même – sur une relation fusionnelle (voire homosexuelle), comme l’illustrent ces lignes étonnantes de l’autobiographie Une Mélancolie arabe(2008) d’Abdellah Taïa : « J’étais comme eux, absolument comme eux. On faisait la nouiba : chacun se donnait à l’autre. On baissait nos pantalons et on faisait l’amour en groupe. J’étais moi-même avec eux. Moi-même et différent. Je les adorais, oui, oui. Je restais avec eux même quand ils m’insultaient, me traitaient d’efféminé, de zamel, de pédé passif. » (p. 13) Il existe un rapport d’attraction-répulsion étrange entre la personne homosexuelle et son entourage bisexuel/adolescent. Comme si le désir homosexuel indiquait la présence d’une rupture relationnelle due à une jalousie narcissique, nourrie par les deux « camps » (hétéro et homo).

 

Je me souviens, pour ma part, que je me suis souvent senti dévalué dans mes capacités intellectuelles et artistiques pendant mon cursus scolaire. Il faut dire paradoxalement que je le cherchais bien ! J’avais un rapport blessé aux groupes et à la collectivité en général, et je marquais la distance pour faire mon intéressant/pour ne pas affronter les gars de mon âge. Je montrais quand même suffisamment de talents à mes camarades pour leur laisser deviner ma singularité et ma richesse de caractère, pour attiser leur curiosité – au collège, j’ai quand même été élu délégué de classe en sixième – mais comme par ailleurs je ne partageais pas assez mes trésors et mon amitié (vu que je m’isolais, que je ne me liais pas assez aux garçons de ma classe, que je me sentais différent de mes semblables culturellement parlant, et que je faisais cavalier seul), cette curiosité s’est mutée très vite en incompréhension, en jalousie, en sarcasme homophobe : la même classe qui m’avait élu chef un an auparavant m’a rejeté massivement en cinquième. Ils se sont mis inconsciemment en tête de dénoncer ma peur, ma misanthropie, mon isolement, mon « originalité suspecte ». Je crois en effet qu’ils étaient jaloux sans le savoir, mais aussi qu’ils cherchaient maladroitement à me connaître ; et comme je ne me donnais pas et que je ne me laissais pas connaître, ils se sont vengés aveuglément. L’homosexualité contient ce secret d’avarice et de peur, qu’on vous arrache parce qu’on a décidé de ne pas lâcher l’affaire avec vous. L’homophobie est le signe violent d’une profonde déception que la rencontre collective et amicale – qui promettait d’être riche – n’ait pas pu se faire.

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.