Capture d'écran 2014-12-07 01.00.22
 

En colère après avoir vu ce soir la pièce Viol de Louis Lefèbvre, jouée au théâtre Darius Milhaud. Comment peut-on se permettre de faire/jouer une pièce sur ce sujet en étant aussi caricatural, mensonger et anachronique ? Ce n’est pas possible ! Et vas-y que je tape sur tous les hommes, et que toute la soi-disant gente masculine y passe. Pas les hommes réels, bien sûr : uniquement les gros beaufs, les adolescents et les machos. Toute la brochette de collabos caricaturaux : les curés, le scoutisme, les psys, les juges, les magistrats, les ouvriers, les policiers, les maris, les étrangers, etc. En toile de fond, c’est le procès de la paternité et du mariage qui est fait. Comme si ces deux instances avaient besoin de cela et que c’étaient elles les responsables du viol. N’importe quoi !
 

Cette pièce de 7 tableaux traite de manière totalement irréaliste le viol… et bizarrement, ce qui est encore plus violent que la thématique elle-même, c’est ce traitement infidèle, traitement qui a pourtant la prétention d’être réaliste et engagé en plus, mais qui occulte les vrais viols. Car dans le réel, les viols ne se passent pas comme ça. Les méchants ne sont pas méchants comme ça. C’est honteux, une telle infidélité. C’est grossier. On n’a pas le droit de faire ça aux victimes ! Être irréaliste et mensonger en parlant du viol, c’est faire encore plus injure à toutes les victimes qu’on prétend défendre, cela revient à couvrir tous les agresseurs réels. Ce n’est pas éclairer la violence. C’est en rajouter, même. C’est simplifier ses mécanismes et les encourager. Cette pièce ne joue pas son rôle et tape sur les mauvaises personnes en concluant : Les violeurs sont tous des méchants et des cons ! Super…. On est bien avancé ! Je cite la réplique finale : « Il reste une Bastille de la connerie à prendre. Venez tous ! » Non merci. Ça ira. Vous l’avez déjà prise pendant une heure et quart. Vous continuerez sans moi.
 

(Dommage car deux comédiennes jouent particulièrement bien : Laurence Naudin et Delphine Lefèbvre)