Dans son intention de fond (prouver que les catholiques n’aiment pas les personnes homosexuelles), je suis navré de devoir dire que le livre Sodoma de Frédéric Martel a raison (pas dans son intention extérieure : prouver que le clergé est majoritairement de tendance homosexuelle). Oui. Il a malheureusement raison. Nous, personnes homosexuelles, ne sommes pas aimées par les catholiques. Et même celles qui obéissent à l’Église Catholique sont regardées comme des fous, des malades, des dangereux fondamentalistes et des traîtres.

 

Face au battage médiatique autour de cette enquête, on assiste de la part des catholiques à une vague de réactions de défense aussi diversifiée qu’inefficace (indignation, colère, tristesse, réfutation, procès d’intentions, mépris, déni…). En réagissant ainsi, les catholiques sont à nouveau complètement à côté de la plaque. Car que cherchent au final les détracteurs de l’Église et les ouvrages attaquant l’Église en se focalisant sur l’homosexualité ? À démontrer que les gens d’Église n’aiment pas les personnes homosexuelles. Et ça, c’est la vérité. Les catholiques ne nous aiment pas. Ils nous méprisent, nous ignorent, ne nous écoutent pas. J’en sais quelque chose ! Je n’ai pas été accueilli ni écouté par ma propre famille. Et les pro-gays, qui ne nous aiment pas davantage que les cathos, n’essaient pas, par leurs provocations et leurs enquêtes « scientifiques » de terrain, de détruire ou humilier le clergé, comme le pensent la majorité des clercs et des fidèles catholiques. Ce serait se tromper gravement sur leurs intentions que de le croire. Au contraire, ils cherchent juste à montrer une réalité flagrante : le manque d’amour des catholiques à l’égard des personnes homosexuelles.

 

Les catholiques peuvent s’offusquer tant qu’ils veulent, jouer les victimes ou les pleureuses, s’indigner ou crier au complot et à la caricature, jurer leurs grands dieux qu’ils ne sont pas homophobes ou que la proportion des prêtres catholiques de tendance/pratique homosexuelle est exagérément grossie voire fictive : rien n’enlèvera cet état de fait – l’homophobie généralisée des catholiques –, et l’objectif premier du livre de Martel – dénoncer cette réalité.

 

La communauté catholique est donc très mal placée pour pleurer ou s’énerver. Pour se tirer du pétrin, elle devrait humblement reconnaître cette réalité interne désagréable et accablante. Sans récriminer ni discuter. Et surtout, pour répondre au mieux à la demande (agressive) qui lui est faite, il est urgent pour elle de sortir de la comédie hystérique, du débat d’idées ou de l’auto-justification fière et vexée, de confesser qu’elle a été concrètement et massivement homophobe, puis d’aimer les personnes homosexuelles en se laissant enseigner par ces dernières sur ce qu’est véritablement l’homosexualité, l’hétérosexualité, l’homophobie, la transidentité. Autant dire que c’est Mission Impossible et que les catholiques ne feront jamais cet aveu d’homophobie : ils méprisent le terme et ne le voient que comme une insulte.
 

 

N.B. : Article complémentaire.