Capture d'écran 2016-02-01 10.32.09
 

Elle est belle, l’Église de demain, hein ? Désormais, les fidèles ne sont plus comptés en humains mais en « kilo » (en mégaoctets, bientôt) ou en nombre de connections. Les paroisses ne sont plus des communautés simples mais des start-up qui font du co-working derrière leurs écrans. Les croyants deviennent des vitrines d’audimat et de fréquentation, des valeurs allouables, des « partages » Facebook et des followers. Les prêtres deviennent des bornes à confession, des outils de service sacramentel géolocalisables (cf. GeoConfess). Les occasions de charité seront des signaux d’appel téléphonique, et les pauvres, des « alertes ». Et là où, dans les sphères financières, le carburant était les sentiments, les fantasmes et les pulsions, eh bien dans le cas de l’Église, ce sera la courbe des « intentions » spirituelles et des « prières » qui régira l’inflation des cours de la Bourse Transcendantale. C’est formidable. Vous savez ce que je leur dis, à ces marchands-geek bobos du Temple de Dieu ? Allez vous prostituer ailleurs !
 
Capture d'écran 2016-02-01 10.32.32
 
Capture d'écran 2016-02-01 10.31.21
 
Capture d'écran 2016-02-01 10.52.08
 
Capture d'écran 2016-02-01 15.49.25