Elle était la seule qui savait véritablement me prendre, dompter la bête, accueillir l’animal blessé ou farouche que je suis, le faire sortir de la honte, lui faire « un peu » baisser les armes. Beaucoup de gens me consolent. Mais pas comme elle.