Voici les 5 scoops que je vais développer ici et auxquels vous ne vous attendiez pas :
 

1) Thomas n’est pas un salaud ! (C’est même le seul qui a un peu compris l’émission)
 

2) C’était pas une émission sur le mariage mais sur la prostitution et l’inceste
 

3) Mariés au 1er regard promeut l’homosexualité, en fait
 

4) C’était une émission islamiste
 

5) Mariés au 1er regard a été programmée par le Gouvernement Mondial antéchristique (hahaha : rire sardonique)
 
 
 

N.B. : Voir aussi, en complément, mon décryptage de The Voice, mon livre sur les bobos, mon article sur l’Antéchrist ainsi que « l’homosexualité à l’intérieur de l’Église catholique ».
 
 

Moi aussi, j’ai regardé…

 

J’ai regardé l’émission d’M6 en 4 épisodes Mariés au premier regard, dont le concept, testé dans plusieurs pays du monde, repose sur la formation de couples sur la base de la science : des hommes et des femmes acceptent de faire confiance à des « experts » pour se marier officiellement à la mairie sans se connaître du tout avant et sans s’aimer.
 
indignation
 
indignation-3
 

On pourrait se questionner éternellement sur le bien fondé de l’existence d’un tel programme. Mais je crois qu’au fond, le débat moraliste (« Est-ce bien ou mal que cette émission existe et qu’elle soit regardée ? »), ou le débat de goûts (« J’ai détesté/J’ai aimé »), ou le débat de réactions (« Ça m’a choqué/indigné/excité/scandalisé ? »), est un concert stérile, car on a déjà la réponse : « Tout le monde » a adoré détester et regarder cette émission de merde ; et peu y ont cru.
 
deteste
 

En revanche, ce qui m’intéresse, personnellement, c’est justement les nombreuses choses auxquelles les gens (même les méprisants, les ricanants, les voyeurs, les curieux, les beaufs et même ceux qui ont refusé de regarder !) ont crues sans s’en rendre compte ou n’ont pas vues ! C’est pour ça que j’ai préféré regarder Mariés au premier regard ! En prenant plein de notes, au lieu de m’offusquer ou de mépriser, au lieu finalement de rentrer – par le rejet – dans le jeu affectif de ce genre d’émissions. En reconnaissant que j’y ai pris du plaisir, que je me suis pris au jeu. Et surtout, en me disant qu’en donnant ma propre interprétation, je rejoindrai plein de Français et les aiderai à décoder d’une manière constructive et vraiment catholique une émission qui sera méprisée/ignorée par l’ensemble des catholiques qui se sont boboïsés/endormis/révoltés contre leur époque.
 

Le paradoxe de l'idôlatrie : dire à la fois qu'on n'y croit pas en même temps qu'on y croit ("choqué et déçu")

Le paradoxe de l’idôlatrie : dire à la fois qu’on n’y croit pas en même temps qu’on y croit (« choqué et déçu »)


 
 

1er scoop : Thomas n’est pas un salaud ! (C’est même le seul qui a un peu compris l’émission)

thomas-a-tout-compris
 

À en croire les réactions sur les réseaux sociaux, Thomas, l’un des candidats de Mariés au premier regard, le prototype du beau gosse ténébreux, qui s’est marié avec la jolie Tiffany, qui a fait rêver/languir de nombreux téléspectateurs, et qui a décidé contre toute attente de finalement divorcer « parce qu’il ne ressentait plus rien » (face à une jeune mariée effondrée et prise de court juste après le voyage de noces), a été considéré par l’opinion publique comme le grand Traître de l’émission (la mère de Nathalie arrive un peu derrière dans le classement des renégats). Le salaud ! clame en chœur le Peuple cathodique. Il ne sait pas ce qu’il veut ! Il ne va pas au bout de l’expérience, alors qu’en plus il nous a fait croire de manière belle et vraisemblable que le conte de fée scientifique était possible ! Ça c’est bien les mecs d’aujourd’hui ! Thomas a été une nouvelle occasion pour la France d’exprimer sa misandrie, son féminisme sexiste, son incroyance idolâtre au mariage et à la science.
 

La positive attitude et le "bonheur" à la gueule, ça fait mal

La positive attitude et le « bonheur » à la gueule


 

Est-ce aussi simple ? Rassurez-vous, je ne viendrai pas à la rescousse de Thomas. Lui-même a joué le jeu du lynchage par son mutisme, par l’interprétation très réussie du gars désolé qui s’est fait surprendre par sa propre « lâcheté », qui esquisse un mea culpa, et dont les dégâts sont rattrapés in extremis par Justin, le lot de consolation de Tiffany.
 
thomas-a-tout-compris-5
 

Cependant, le cas de Thomas est très intéressant. Car loin d’en faire un héros, un génie, un rebelle, une victime du Système télévisuel dans lequel il est rentré volontairement, ou une exception de bobos, car je ne pense pas qu’il ait compris exactement pourquoi il a refusé de rentrer complètement dans le piège que lui a été tendu, Thomas est un vrai bobo. Et il s’est retrouvé confronté à la nuance subtile entre Boboland et Bobeaufland. Mariés au premier regard est un concentré de boboïsme : du blanc partout, bougies, guirlandes lumineuses, psychologisation, théisme déchristianisé, amour énergétique, espoir, etc. Et en même temps, l’émission est à la charnière entre boboïsme et beaufisme.
 
thomas-a-tout-compris-3
 

La « chance » (ou plutôt la malchance : ça dépend de quel côté on se place) de Thomas, c’est qu’il appartient beaucoup plus à Boboland (c’est un bobo à 100% : photographe, bonnet, séducteur indépendant, barbe de trois jours, citadin, etc.) qu’à Beaufland, contrairement aux autres candidats, et a fortiori contrairement à Tiffany qui, elle, se trouve à mi-chemin entre Boboland et Beaufland : elle appartient à Bobeaufland, en fait ! Du coup, son « mari » s’est retrouvé piégé à son propre boboïsme, ainsi qu’aux inattendues mutations hybrides de celui-ci. Quand il a pénétré la dînette bobo dans laquelle allait l’installer/le momifier sa « femme », la maison de poupées Bobeaufland d’adolescente attardée, toute en blanc avec des cœurs partout et des bougies parfumées, je comprends sa panique et son étouffement ! J’aurais réagi pareil. Vision d’horreur pour un gars comme Thomas un chouia plus artiste, plus cultivé, plus fantaisiste, plus wild, plus dark, plus libre, moins empoté (cf. la séance du shooting où Tiffany n’avait pas la pose attitude de la nana décomplexée et audacieuse que Thomas aurait espérée), moins ordonné et moins conventionnel que les bobeaufs.
 
blanc-maison-du-monde
 

Rien à voir chez lui avec une « incapacité à s’engager », comme ça lui a été reproché. Son refus de moisir au Musée Bobeaufland reconstitué par Tiffany est plutôt un signe qu’il sait justement un peu plus s’engager que les bobeaufs immatures qui l’entourent. Il n’a juste pas encore le bagage culturel et spirituel pour mettre des mots sur son mal-être. Alors il s’est senti l’obligation de sortir des excuses-bidon qu’on sort à chaque fois qu’une rupture amoureuse est tellement évidente qu’elle se passe de commentaires : « Je ne ressens plus rien. » ; « Je pense qu’on se correspond pas. » ; « J’ai jamais menti sur ce que je ressentais. » ; etc. Bref, l’éternelle confusion – classique dans le boboïsme – entre sincérité et Vérité, ou bien entre « être amoureux » et « aimer ». Lui et les « experts » de l’émission ont préféré conclure à la toute-puissance de « son mutisme », à sa « difficulté (dite typiquement masculine) à exprimer ce qu’il ressent ». Mais en réalité, même si presque personne ne l’a vu, Thomas sortait un peu du lot. Il était bien plus bobo et un peu moins beauf que tous les autres, c’est tout.
 

"Deviens mon bibelot bobo"

« Deviens mon bibelot chéri »


 
 

2e scoop : C’était pas une émission sur le mariage mais sur la prostitution et l’inceste

mere-nathalie-pute
 
mariee-pute
 
prostitution-gratuite-consentante
 

Même si on enrobe le concept mercantile de romantisme, de suspens, de « science » et de sincérité, Mariés au premier regard demeure un commerce : les candidats exhibent leur intimité et leur engagement en échange d’argent et de notoriété, la chaîne M6 les corrompt en leur « offrant » un mariage tous frais payés (en échange en réalité de la violation de leur intimité), le divorce se profile comme un « service après-vente » quasi incontournable (retour à l’employeur : pas un des couples-candidats n’a finalement accepté de rester marié).
 
chef
 
chef-travail
 
chef-travail-embauche-au-1er-regard
 

Le « mariage » tel qu’il est conçu et travesti par les concepteurs de l’émission apparaît surtout comme un contrat professionnel. Par exemple, Benoît, l’un des candidats (qui se mariera avec Nathalie), va voir les parents de sa femme à la table des noces pour leur promettre qu’il fera ce qu’il faut pour « assurer le boulot ». C’est carrément l’entretient d’embauche avec l’employeur ! Dans Mariés au premier regard, tout le monde s’exploite et se considère comme des objets. Voici quelques répliques d’anthologie : « Il faut laisser la chance au ‘produit’, entre guillemets » (Justin face aux caméras, à propos de Valentine, sa future épouse qu’il essaie de rassurer et de défendre après le coup de stress de celle-ci à la mairie) ; « C’est pas qu’un petit bout de papier : c’est un bout d’âme sœur. » (Wilfrid face au faire-part qui l’invite à son propre mariage) ; « C’est seule qu’elle retourne voir sa robe de mariée. » (la voix-off à propos de Valentine et son costume, personnifié) ; « Thomas traite Tiffany comme un mannequin professionnel. Pas comme sa femme. » (Jacques de Sutter) ; « J’ai gagné le gros lot… mais pas au loto. » (Justin faisant deviner en boutade à ses proches qu’il va se marier… mais avec une inconnue) ; etc.
 

Les candidats parlent d’eux-mêmes comme des objets : « J’ai envie de me caser, de me ranger. » (Justin) ; « J’ai envie de m’investir. » (Benoît) ; « Ils vont se filmer eux-mêmes jour après jour avec une caméra. » (la voix-off par rapport au couple Benoît et Nathalie) ; etc. Et entre eux, ils se jaugent et se jugent au paraître. Ils se considèrent comme des souris de laboratoire, lancés dans une « expérience ». Le mot revient tout le temps : « Aller jusqu’au bout de cette expérience » ; « L’expérience est scientifique certes mais scientifique-humaine », etc. Dans ce programme de télé-réalité, « le futur » ou « la future » époux est vu(e) comme un objet et un résultat scientifique qui plaira ou pas au premier regard à tous les proches et à son « promis »/sa « promise ».
 

Les « experts » quant à eux s’amusent à établir les « taux de compatibilité » entre les candidats, comme si l’amour et les personnes se mesuraient, se quantifiaient, se calculaient (d’ailleurs, le concept de « probabilité » ou de « potentialité » ou de « gratuité » ou de « visibilité » induit hypocritement une réserve, une humilité, une transparence sur ce calcul). Les concepteurs de l’émission nous donnent l’illusion que ce n’est pas un business parce que tout est offert (même le divorce !). Mais priver les mariés et les familles de payer leur mariage, c’est finalement les utiliser, les déposséder de leur investissement personnel, les désengager, les exploiter. On les empêche de donner de leur personne et du fruit de leur travail. « Quand c’est gratuit, dit à juste titre l’adage, c’est que c’est vous le produit ! » C’est important de payer son mariage. M6 dérobe ce droit aux mariés et à leur famille.
 

Il ne faut pas avoir peur d’employer les grands mots : avec Mariés au premier regard, on assiste en direct à une forme de prostitution (même si elle est apparemment gratuite et consentie : a priori, personne n’a forcé les candidats à aller jusqu’au bout de « l’aventure »). D’ailleurs, le concept même du programme – s’unir sexuellement et maritalement à un ou une inconnu(e) – est bien la définition de la prostitution, si je ne m’abuse. « Je vais épouser un inconnu. » (une des candidates). Dans l’émission, l’adultère est tacite : par exemple, Tiffany divorce de Thomas puis se marie avec Justin, le promis de Valentine : Mariés au premier regard, en réalité, c’est plutôt On a échangé nos maris. Tout le lexique utilisé dans Mariés au premier regard renvoie à la tromperie, à la débauche, à la luxure, à la prostitution, à l’expérimentation : les mots « aventure », « expérience » reviennent constamment. Le vernis scientifique et émotionnel de Mariés au premier regard n’est que le reflet inconscient d’une soumission, d’un machisme et d’un sexisme sous-jacents : le scandale concernant l’un des trois « psys » de l’émission, Stéphane Édouard, a été gentiment étouffé… mais révèle bien les ressorts prostitutifs de l’émission.
 

Quand on transforme la différence des sexes et le mariage en hétérosexualité (stricto sensu, en « toutes les altérités au niveau de la sexualité » : c’est le sens étymologique du mot « hétérosexualité), il est logique qu’on les ouvre aussi bien à la prostitution qu’au commerce, à l’inceste, à l’adultère, à l’homosexualité (comme vous allez le voir un peu plus précisément dans la troisième partie de cet article), et même à la zoophilie.
 
zoophilie
 

J’exagère en parlant de zoophilie ? Vous allez voir que pas du tout. Il suffit d’entendre les quelques allusions ou comparaisons animales qui ont été faites par les candidats, les animateurs de l’émission, ainsi que le public, pour s’en persuader. Par exemple, l’un des psychologues de Mariés au premier regard, Pascal de Sutter, a fait l’analogie entre l’acte de donner à manger à l’autre directement dans la bouche (ce qu’a fait Benoît avec Nathalie) et la « becquée » qu’un animal donne à ses petits, en justifiant la comparaison dégradante et déshumanisante par la soi-disant « beauté du geste d’intimité ».
 
zoophilie-2
 
zoophilie-3
 

L’une des réalités les plus choquantes – je trouve – de ce programme télévisé, c’est le viol de la différence des générations (différence entre adultes et enfants, ainsi qu’entre père et fils) : autrement dit l’inceste. Tous les protagonistes et les membres de leur famille participant à Mariés au premier regard sont pris en otages. Ils perdent complètement la main sur le mariage (de leur enfant, de leur frère). Ils se voient offrir un Kit Mariage tout fait, sans engagement et sans effort obligatoire, dans la même salle de mairie, le même maire, la même salle de noces, le même voyage de noces. Ils n’ont que le choix de leur costume, quasiment ! À part ça, on les force à dire oui. S’ils affichent un scepticisme ou un refus, ils sont brûlés en place publique. Par exemple, il n’y a qu’à voir les procès en « impolitesse », en sorcellerie, et même en prostitution, qu’a subis la mère de Nathalie pour avoir osé faire valoir son droit d’opinion : hallucinant.
 
haine-de-la-famille-1
 
haine-de-la-famille-2
 
haine-de-la-famille-3
 
belle-mere-et-gendre
 

Dans Mariés au premier regard, les générations sont totalement inversées et/ou confondues. Les sœurs et les mamans se transforment en mères maquerelles. Ce sont les mariés qui donnent la main de leurs parents à leur « futur(e) » et à la France entière (… les rares fois où ces derniers acceptent d’être présents au mariage, bien sûr, car souvent, ils refusent à juste raison cette humiliation et ce vol). Les pères biologiques – dont beaucoup sont divorcés ou absents – sont spoliés de leur rôle de transmetteurs, de donneurs, de sacrificateurs : ils ne conduisent même pas jusqu’au bout leur fille à l’autel laïciste télévisuel, et n’ont pas l’opportunité de donner sa main à un homme qu’eux-mêmes ne connaissent pas. Les parents sont maltraités, terrorisés (dans le sens propre de l’adjectif : soumis à un terrorisme) : « On est venus réellement avec la peur au ventre » avoue le père de Thomas ; « J’arrive au mariage de mon fils en tant qu’étrangère » rajoutera la mère d’un autre candidat. Les familles ne se connaissent pas entre elles, et se disent timidement bonjour à la mairie, comme dans une salle d’attente de médecins (c’est le cas de le dire !). Et la seule amorce de dialogue et de blague qui permet de briser la glace entre elles, c’est d’admettre la misère de leur situation commune : « On est tous embarqués dans la même galère ! » L’unique petit privilège que la chaîne de télé concède aux parents et à la famille par rapport aux mariés – et il est de courte durée -, c’est d’une part de connaître avant la mariée l’identité et le physique du marié, et d’autre part d’avoir le temps de fantasmer sur lui et de voter « pour » ou « contre » (à la place de leur sœur ou fille ou amie) comme des collégiennes : « Je valide » (la sœur de Tiffany, face à son probable futur beau-frère, Thomas) ; « Je pense qu’elle va dire oui. » (la mère de Tiffany). On a atteint le summum de l’inceste avec le regard lubrique dégueulasse de la mère de Tiffany posé sur son futur gendre. À la place de cette « belle-mère », je ne saurais plus où me foutre pendant des années ! Draguer son gendre devant des millions de Français, c’est quand même la honte magistrale…
 
mere-de-tiffany
 

Dans Mariés au premier regard, la famille est à ce point niée que certains parents des candidats, ainsi que les rares petites têtes blondes présentes à la mairie, apparaissent floutées (et heureusement pour eux !). On voit bien que ces vrais-faux mariages violent le mariage et la famille. Les familles filmées sont d’ailleurs rétrécies spectaculairement au lavage : on ne se retrouve qu’avec la famille nucléaire la plus réduite.
 
familles-ignorance
 

De même, dans cette émission, ce sont très souvent les frères et sœurs des candidats qui remplacent les parents au moment de l’annonce de l’événement puis à la mairie. Ce ne sont plus les parents qui marient leur enfant, mais les frères qui marient leurs frères ! « Le frère de Justin représente un peu leurs parents qui ne sont pas là. » (Catherine Solano) Là aussi, bonjour la consanguinité symbolique !
 
inversion-des-generations
 
inversion-des-generations-2
 

Concernant la violation de la différence des générations, ce n’est pas tout. Les mariés s’infantilisent et se paternalisent entre eux : « C’est comme un accouchement : c’est le moment que j’attendais, je vais le voir. » (Tiffany parlant de son futur mari Thomas, face à la mairie). Les trois « experts » de l’émission jouent aussi les parents de substitution, en particulier Catherine Solano, la « psy » du programme, la gamine attardée qui siège carrément aux côtés de la famille à la mairie, ou qui prend les photos pendant les essayages de robe de mariée. Catherine, c’est la maman-copine (concept top bobo).
 

Catherine prenant la photo

Catherine prenant la photo


 

Les « psychologues » du programme, loin d’aider les familles et d’intervenir, se contentent de les analyser à bonne distance, de les scruter au microscope (leurs moindres faits et gestes sont « interprétés » : la maman se mord les lèvres… donc elle est angoissée ; le papa se gratte l’oreille… donc il vit mal son Œdipe), de voir les liens de sang s’émietter, et de donner raison aux velléités d’indépendance des candidats qui se marient contre l’avis de leur famille. Par exemple, lorsque Justin décide de se marier coûte que coûte avec Valentine et sans la présence de ses parents (« On n’a pas forcément besoin du consentement de ses parents sur toutes les décisions qu’on prend dans sa vie. » assure-t-il), Pascal de Sutter l’en félicite (« Justin n’a pas besoin de l’approbation de ses parents. Il est autonome. ») et ose parler à son sujet de « courage » et de « maturité ».
 

Tous les candidats sont à la fois en rupture avec leurs parents, à la fois en fusion. C’est cela, le rapport incestuel/incestueux. « On est très proche, ma mère à moi. On est très fusionnelles. » (Nathalie) Il n’y a pas la juste distance. On l’observe en particulier à travers les candidates féminines de l’émission (Tiffany, Delphine, Nathalie, Delphine, et même Catherine Solano), qui sont des caricatures de femmes-enfants, de petites princesses refusant de grandir et recherchant un papa protecteur en leur futur mari. Elles demeurent dans un rapport très narcissique et adolescent avec leur père biologique : « On est trop beaux… » s’extasie par exemple Tiffany face à son père, le matin du mariage ; « Tu m’abandonnes ? » poursuit-elle devant la mairie, quand son père la laisse seule face à la porte d’entrée de la salle des mariages.
 

L’un des signaux forts du boboïsme et de l’inceste, c’est la substitution de la famille ou de l’amour par l’amitié. En gros, notre époque considère que les liens sentimentaux valent bien (voire « priment sur ») les liens du sang. C’est particulièrement visible dans Mariés au premier regard. Les amis sont mis sur le même niveau que les parents, et même prennent leur place. Par exemple, Justin, le jour du mariage, n’a invité que ses amis. Ce mélange malsain entre amitié et amour, ou amitié et famille, donne lieu à des réflexions ambiguës prouvant et justifiant symboliquement le sexe entre amis, le triolisme : « Tu vas la rencontrer en même temps que moi, sauf que moi je n’aurais pas la bague au doigt. J’ai hâte de la voir. Pas autant que toi. Mais j’ai hâte ! » (Fredo, le meilleur ami de Thomas, s’adressant à ce dernier à propos de sa future femme)
 

Pour clore cette partie sur la prostitution et l’inceste encouragées par Mariés au premier regard, je reste sidéré par la manière dont la sphère intime (le couple) est actuellement violée par la sphère publique (le mariage civil est lui-même violé par les caméras de télévision et par tout un pays). Je suis également sidéré par la manière dont un Peuple est capable de faire sa pute et de s’offrir corps et âme à un inconnu télévisuel (ici, Thomas), capable de se projeter passionnément/puis pas du tout sur des « couples mariés en carton ». Certains spectateurs, par leurs réactions de femmes bafouées demandant le divorce (comme si c’étaient eux qui s’étaient unis maritalement à Thomas à travers Tiffany !), illustrent à leur insu que la prostitution, l’adultère, le libertinage, la pornographie, se sont bien généralisés dans notre pays. « On te faisait confiance pour la rendre heureuse ! peste le public-pute, Rolalala t’as qu’une belle gueule en fait. Méchant Thomas. » (cf. le tweet réel d’une spectatrice sur Twitter)
 
thomas-salaud
 
public-joue-la-pute
 
public-pute-2
 
public-pute-3
 
public-pute-4
 
public-pute-5
 
public-pute-6
 
public-pute-7
 
public-violeur-3
 

Je suis enfin sidéré par l’actuelle défense du mariage par ceux-là mêmes qui s’en sont fichus au moment du « mariage pour tous », et qui sont les premiers à tirer sur Mariés au premier regard au nom de leur défense du mythe totalitaire et angéliste de « l’égalité homme-femme » (c’est un mythe car les hommes et les femmes n’ont jamais été égaux en identité, et heureusement ; ils ne sont égaux qu’en dignité humaine et spirituelle), alors qu’ils ne vivent plus le mariage et ne le respectent plus. Valérie Damidot en tête.
 
deception-du-mariage-1
 
deception-du-mariage-2
 
 

3e scoop : Mariés au 1er regard promeut l’homosexualité, en fait


 

Les mêmes qui prônent « l’égalité homme-femme » (socle de tous les systèmes dictatoriaux d’aujourd’hui) et « l’amour homo » (à travers le « mariage gay »), comme je viens de l’expliquer, sont les premiers à s’insurger contre Mariés au premier regard, contre l’irrespect du mariage dans cette émission (alors qu’ils divorcent à gogo – Benjamin Castaldi par exemple s’est marié 4 fois et trouve MAPR affreuse – et se moquent du mariage religieux), contre le sexisme, voire même sont les premiers à réclamer réparation (au nom de « l’égalité ») en imaginant/proposant une version gay (qu’ils s’empresseront de fustiger une fois créée). C’est déjà le cas dans d’autres pays depuis un ou deux ans : l’Espagne, les États-Unis, la Nouvelle-Zélande, ont inclus des « couples » homos dans Mariés au premier regard, prouvant ainsi que la défense de l’hétérosexualité n’est qu’une promotion déguisée de l’homosexualité, du libertinage et d’une sexualité sentimentale asexuée. La France, quant à elle, a préféré la jouer mollo pour cette première édition de Mariés au premier regard, estimant qu’elle aurait déjà à gérer tout un vent de protestations rien qu’avec les couples homme-femme : « La production considère que ‘l’enjeu est déjà assez fort’. Elle n’a pas retenu pour cette première de candidats homosexuels. M6 ne ferme cependant pas la porte en cas de deuxième saison. »
 
homosexualite-nouvelle-zelande
 

Même si le spectateur a l’impression que la première édition 2016 de Mariés au premier regard ne concerne que la différence des sexes sans amour donc l’hétérosexualité, en réalité, je peux vous dire qu’elle porte en germe la promotion de l’homosexualité : le public d’internautes et de téléspectateurs ne s’y est d’ailleurs pas trompé, puisqu’il n’a pas arrêté de faire mention du « mariage pour tous » et des reflets homosexuels de la formule d’accouplements choisie par M6. On a beau ne voir que des hommes attirés par des femmes – et inversement – dans Mariés au premier regard, les candidats rentrent tous inconsciemment dans une recherche amoureuse homo-érotique : quête narcissique de la personne aimée selon ses propres goûts et ses fantasmes, recherche du jumeau de désir (« J’espère qu’elle sera à la hauteur de mes attentes » déclare l’un des candidats), accouplement avec une personne inconnue désincarnée, démarche commerçante du donnant-donnant en amour (« C’est ça que tu mérites. » affirme Nathalie par rapport au surcroît d’attentions de son mari Benoît), conception hyper individualiste du mariage (« Valentine est seule face à elle-même »), etc. Comme sur les sites de rencontres, dans Mariés au premier regard, la personne aimée recherchée n’a pas de prénom, de genre sexué, de visage. Elle est baptisée par le pronom indéfini neutre et asexué « quelqu’un » : « J’ai envie de me caser, de me ranger, avec quelqu’un de stable et avec plein de projets comme moi. » dit Justin ; Nathalie décrit les avantage de « la vie quotidienne avec quelqu’un, se réveiller auprès de quelqu’un, se faire embrasser par quelqu’un » ; etc.
 
homosexualite-1
 
homosexualite-2
 
homosexualite-3-prostitution
 
homosexualite-4
 
homosexualite-5
 

L’anticonformisme et la désobéissance sont la quintessence du boboïsme et également de la bisexualité, comme je l’explique longuement dans Les Bobos en Vérité. Et chez la plupart des humains-moutons d’aujourd’hui, ainsi que chez les candidats de Mariés au premier regard, ce fantasme d’incarner l’anti-norme est très présent : « Cette union hors-normes » ; « C’est atypique ». Cela va les pousser eux-mêmes à valider, voire à pratiquer l’homosexualité. Je tiens les paris auprès de Valentine, Wilfrid, Delphine, Tiffany, Thomas, Justin, Nathalie et Benoît, qu’ils « se foutent de l’homosexualité » en même temps qu’ils sont tous « pro-mariage-gay » ! Les « experts » de l’émission, idem. Aussi excessif que cela puisse paraître, la cheville ouvrière de Mariés au premier regard est la bisexualité asexualisante, autrement dit la bipolarité homosexualité-hétérosexualité (qui est une violation de la différence des sexes).
 
homosexualite-6
 
homosexualite-7
 
homosexualite-8
 
homosexualite-9
 
homosexualite-10
 
homosexualite-11
 
homosexualite-12
 
homosexualite-13
 
homosexualite-14-lesbianisme
 
homosexualite-15-lesbianisme
 
homosexualite-16
 
misandrie-lesbianisme
 

Comme Islam et Homosexualité sont extrêmement imbriqués, il est signifiant qu'on les retrouve associés à travers Mariés au premier regard, comme nous allons le constater tout de suite...

Comme Islam et Homosexualité sont extrêmement imbriqués, il est signifiant qu’on les retrouve associés à travers Mariés au premier regard, comme nous allons le constater tout de suite…


 
 

4e scoop : C’était une émission islamiste

Mariés au premier regard (Attention les yeux...)

Mariés au premier regard (Attention les yeux…)


 

Il est également étonnant de découvrir les nombreux échos et similarités entre l’émission Mariés au premier regard et l’Islam : le mariage arrangé et sans liberté, le retour au mariage volontariste et réglé comme du papier à musique, la collectivité (télévisuelle ou sociale) décidant pour l’individu, la virginité (sans amour) avant le mariage, la prévalence du mariage civil sur le mariage religieux (Dans l’Islam, rappelons que le mariage est juste civil), la disparition des parents au profit de l’individualisme et du collectivisme, le refus du sentiment en tant que critère de formation des couples, la vénération – athée et musulmane – du consentement (Avec l’Islam et les scientistes romantiques, en effet, c’est le subjectivisme absolu… habillé d’objectivisme scientifique ou coranique), absence du Salut (Dans l’Islam, le Salut n’existe pas et n’est pas donné ; idem pour les libertins scientistes), l’indifférence à la femme et la réification de cette dernière, l’émasculation de l’homme et du père, le refus de l’incarnation de l’Amour (divin), la transcendantalisation de Dieu (en énergie, en destin, en puissance instinctive, etc.), etc.
 
islam-0
 

Même si les libertins et les musulmans croient s’opposer, se détester et ignorent leurs ressemblances, ils sont à peu de choses près jumeaux. D’ailleurs, les nombreux maghrébins, musulmans d’éducation et de culture, blédards, qui ont suivi le programme de M6, se sont spontanément écriés d’eux-mêmes qu’à part pour le côté scientifique (mais finalement, l’Islam n’est-il pas autre chose qu’un scientisme spiritualiste né de l’athéisme et du rejet du christianisme ?), Mariés au premier regard ferait un malheur au bled ! Mariés au premier regard et l’Islam sont une même réponse insatisfaisante au libertinage et à la déchristianisation qu’ils sont, qu’ils expriment et alimentent en pensant les éradiquer. J’ose le dire (et tant pis si je passe pour un fou, un facho ou un islamophobe) : Mariés au premier regard est une émission islamiste/musulmane.
 
algerie
 
virginite
 
islam-2
 
islam-3
 
islam-5
 
islam-6
 
islam-7
 
islam-8
 
islam-9
 
islam-10
 
islam-11
 
islam-12
 
islam-13

 
 

5e scoop : « Mariés au 1er regard » a été programmée par le Gouvernement Mondial antéchristique

 

Terminons par l’aspect le plus inattendu et mal famé de cette émission – car il n’est en général abordé que par les complotistes, malheureusement : c’est le visage antéchristique (donc diabolique), maçonnique, mondialiste de Mariés au premier regard. La caractéristique de la Religion Naturelle de l’Antéchrist, c’est d’une part de vouloir détruire la différence des sexes (le mariage, la sexualité) et la différence Créateur-créatures (l’Église Catholique, Jésus), et d’autre part de les faire remplacer par un monde angéliste où écologie (Nature) et technologie (technologie de la puce, technologie rationaliste et psychologiste) ne font plus qu’Un, où l’amour devient une énergie dans laquelle les Humains se fondent et disparaissent en croyant y trouver l’immortalité.
 
se-prendre-pour-dieu
 

Mariés au premier regard rentre tout à fait dans ce mouvement de « perdition magique ». C’est une émission qui désacralise le mariage dans le sens où les « experts » se prennent pour Dieu, où la chaîne M6 fait du mariage un divertissement mais non un sacrement d’amour, où l’expérience désunit plus qu’elle n’unit les couples. Même Nathalie et Benoît, le seul couple qui a obéi au pronostic scientifique qui pesait sur eux, et qui est finalement resté ensemble, a décidé de divorcer. Mariés au premier regard fonctionne sur la peur : « J’ai peur qu’elle dise non » lâche par exemple Thomas à propos de sa future femme le jour de son mariage, angoisse qui ne risque pas d’arriver dans un vrai mariage : le mariage tel qu’il est déformé dans l’émission devient un événement impressionnant, effrayant, et n’est plus placé sous le sceau de la confiance. Il est donc impossible qu’il dure (sereinement).
 

Les quatre piliers indispensables du mariage (liberté, indissolubilité, fidélité, fécondité) ne sont certes pas gommés au départ mais rendus optionnels : selon les programmateurs, « ils sont là… ou pas ». C’est le ressenti – dont l’intensité est scrupuleusement examinée par la soi-disant « Science » – et « le destin » qui feront le mariage, qui offriront la solution (au sens chimique du terme). Le mariage devient un jeu calculé, et non plus d’abord une question d’amour. Il n’en perd pas pour autant sa dimension d’engagement, mais ce dernier est rendu optionnel : « Ça le fait ou ça le fait pas » comme dira Nathalie, l’une des candidates, au seuil de la mairie. C’est une question de feeling… et de physique quantique !
 

L’idée d’engagement est paradoxalement très présente dans Mariés au premier regard, et souvent répétée. « Justin croit à son projet » (Jacques de Sutter) Néanmoins, l’engagement ici n’est pas seulement optionnel : il est aussi risqué (un risque inconsidéré) et tacitement imposé. Ce sont l’audace quasi aveugle, puis le « dieu Feeling », qui jouent aux apprentis sorciers pour créer et devancer l’amour. De manière publique et intime à la fois, ludique et sérieuse à la fois, contrôlée et aléatoire à la fois, lourde de conséquences et banalisée à la fois. Cette dualité est d’ailleurs tout à fait troublante. Mariés au premier regard donne à tous l’illusion de liberté, l’illusion de maîtrise, l’illusion de la toute-puissance de la volonté et des sens : « Delphine est mature, elle sait ce qu’elle veut » (un des « experts ») ; « Aller jusqu’au bout de sa décision » (idem) ; « son projet » (Jacques de Sutter parlant de Justin) ; « Ma personnalité c’est d’aller jusqu’au bout des choses plutôt que de ne pas regretter » (Delphine) ; « Je marche beaucoup au feeling. » (un des candidats) ; « Je me laisse porter par ce que je ressens. » (Valentine) ; « le feeling » (un des candidats) ; « le déclic » (Valentine), « Ça matche » (un des candidats) ; « Méfiez-vous de la première impression : c’est souvent la bonne ! » (les trois « experts » rieurs)
 

Ceux qui refusent de « se lancer dans l’aventure », d’« y croire » et « d’aller jusqu’au bout de l’expérience », sont dits incapables de s’engager, lâches, traîtres ! L’engagement est confondu avec le pari : « Valentine et Justin réussiront-ils à aller jusqu’au bout de cet engagement ? » (la voix-off de l’émission) T’as le droit de ne pas le faire… mais t’as promis devant des millions de téléspectateurs et devant ta famille, donc t’es quasiment obligé ! L’inconséquence de ce risque est considérée comme « le véritable courage » (Pascal de Sutter)… alors que le vrai courage n’est jamais déconnecté de l’intelligence, du bon sens et de la paix (N’est pas courageux celui qui se jette du 10e étage pour se suicider, même s’il faut quand même une dose de courage pour sauter !).
 
destin
 

Derrière l’assurance et le volontarisme affichés par la prod et les candidats de MAPR, il y a en réalité beaucoup de fragilité psychologique, de naïveté (car tous nos désirs ne sont pas des réalités), d’angoisse, de superstitions et de prétention. Les candidats, même s’ils ne font pas référence à Dieu, croient à ce qu’ils appellent « le destin », une sorte de déterminisme scientifique et sensitif qui dépasserait la Science et Dieu, une sorte de « force » ou d’« avenir préécrit »… mais pas préécrit par Jésus puisqu’il s’agit d’une imposition d’événements et de rencontres sans amour, « juste comme ça », « parce que les choses doivent se vivre, se faire et s’expérimenter pour elles-mêmes », sans réel sens ni direction ni autre but que la « réalisation de soi par soi-même » (C’est tout le message contradictoire du rapport au destin qu’on trouve dans les paroles d’une chanson comme celle de la comédie musicale Cléopâtre « Une autre vie », qui dit qu’il croit en ce qu’il ne croit pas : « Je ne crois pas au destin mais que tout peut changer. Qui sait ce que demain peut réserver ? Je ne crois pas au hasard mais que tout est écrit. Comme il n’y a pas d’histoire que l’on choisit. ») : « Le destin est malgré tout imprévisible. » (la voix-off) ; « Ils ont scellé leur destin pour la vie. » (la voix-off par rapport à Tiffany et Thomas) ; « Je crois au destin. » (Tiffany) ; etc. « Une part de votre destin se trouve dans cette enveloppe » disent les experts d’un air grave, annonçant aux candidats sélectionnés (selon leurs physiques et des critères purement marketing, médiatiques) le pacte faustique qui les lie à eux : une date de mariage et un époux/une épouse fixés par leurs soins. On pourrait tout à fait parler de fatalisme déiste ou théiste, comme chez les francs-maçons, avec ses aspects paradoxalement combatifs et optimistes.
 

Jeux de lumière entre le X et le Y, mais aussi une Croix écartelé comme dans le projet Blairwitch

Jeux de lumière entre le X et le Y, mais aussi une Croix écartelée comme dans le projet Blairwitch


 

Avec Mariés au premier regard, on se retrouve face à la religion de l’« amour énergétique » dont je parle plus longuement dans cet article sur le handicap, une sorte d’égrégore collectif où le mythe de la création d’amour par la science et la volonté humaine va prendre vie grâce au partage social des émotions. La « fusion » dont parle notamment Tiffany à propos de Justin, est finalement la quête de tous les candidats (et la définition même de la bipolarité hétérosexualité-homosexualité). Les metteurs en scène de Mariés au premier regard ont d’ailleurs tout mis en place pour que les milliers de papillons de nuit (candidats + public) qu’ils ont réussi à capter aient envie d’aller se cramer à la lumière de la fusion amoureuse qu’ils ont créée : fond musical hyper émotionnel (Adèle et compagnie), ralentis via une débauche de cuts, Epic Music à fond les ballons, larmes et lumières, etc. Dans l’émission, l’amour est vraiment présenté comme une puissance, une probabilité et une potentialité. Il s’agit bien de l’idéologie de l’amour énergétique : « C’est un très beau couple potentiel » (un des « experts ») ; « Si on met de l’énergie, on peut retrouver l’amour durable. » (Jacques de Sutter) ; « Le jour du mariage, j’étais sur un petit nuage avec beaucoup de belles émotions. Avec la présence des familles et des proches, j’ai pris une grande bouffée d’énergie positive. Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas senti aussi bien mais, malheureusement, ça n’a pas duré. » (Thomas après l’émission) ; etc.
 

Le drame de Mariés au premier regard, c’est que même si elle donne l’illusion à ses candidats-cobayes et à son public de monter haut, de s’enflammer à la chaleur d’une fusion réelle et exceptionnelle, elle les fait chuter aussi d’encore plus haut. En ce sens, c’est une émission diabolique. Elle fait vivre une descente aux enfers. « Je suis en train de me jeter dans le vide. Et adviendra ce qu’il adviendra. » (Valentine). Même dans la bouche des « psychologues », il est question d’une chute : « C’est pas au moment de sauter qu’il faut douter du parachute » (Catherine Solano) C’est dire !
 
se-prendre-pour-dieu
 

Les candidats ne sont pas acteurs ni maîtres des événements. Ils ne contrôlent quasiment rien au final : ni leurs « choix », ni leur décision de se marier, ni l’enchaînement des épisodes qu’ils vivent, ni le montage télévisé, ni les pensées et les évolutions de leur « femme » ou « époux », ni la réaction du public, ni les conséquences désastreuses de leur passage télé. Ils passent de la magie au cauchemar, quand ce n’est pas les deux en même temps : « Y’a un côté magique. » (Delphine) ; « J’ai l’impression de vivre un conte de fée. C’est magique. » (une des candidates) ; etc. Ils ont tout le décorum du mariage de rêve, l’effet de surprise et les caméras en prime. C’est une magie qui ressemble plutôt à une folie, dans le sens d’« inconscience » mais aussi pathologique du terme « folie » : « C’est de la folie, et c’est de la bonne folie. » (une des candidates). Très vite, ils déchantent : « Tout est allé trop vite. » avoue Thomas.
 

Cela crève les yeux. Pour les candidats et leur famille, c’est l’ascenseur émotionnel. Avec pour eux beaucoup de moments d’angoisse, de vrai malaise, de profonde solitude, de torture mentale, d’isolement amical et familial. « Mille questions me traversent l’esprit. » (Tiffany devant la mairie, en robe de mariée) C’est particulièrement visible à travers le discours de Valentine, Thomas, Tiffany. « J’ai l’impression que je suis seule au monde. J’ai trop peur. Je vais mourir. » (Tiffany) ; « J’ai l’impression d’être dans la quatrième dimension. » (Valentine) ; « C’est dur. Même si c’est tout beau et bien et incroyable. » (idem)
 

Qui veut se faire pucer?

Qui veut se faire pucer?


 

Dans le cadre de Mariés au premier regard, je parlerais carrément de hold-up symbolique, spirituel et psychologique. C’est l’âme et la liberté des candidats et des téléspectateurs qui sont dérobées : « Si je comprends bien, on est totalement dépendants de vous ? » (Delphine comprenant le concept de l’émission et s’adressant aux trois « experts »). Les trois « psychologues » se gargarisent d’ailleurs de leur petit pouvoir télévisuel : « Ils nous ont remis les clés de leur intimité. » Avec Mariés au premier regard, on n’est pas devant autre chose qu’un piège (les candidats n’étaient d’ailleurs pas au courant dès le départ de la finalité de l’émission), qu’un enchaînement (M6 est bien une chaîne de télé, non ? Et les candidats ont parfois reçu au poignet un bracelet ou un code qui les a marqué comme des bêtes qu’on mène à l’abattoir), qu’un ensorcellement, qu’un envoûtement, qu’un ravissement, qu’une manipulation de type démoniaque, même si le décor scientifique, cartésien, réaliste, émotionnel, optionnel, laisse croire le contraire. Où est le mal à se prêter à un jeu plaisant, excitant, surprenant, et sérieux que si on veut ? Le spectateur, tout comme les candidats, sont séduits par la carte postale qu’on leur fournit « gratos » : la musique de princesse, la robe de mariée, le mariage provençal, la séance photos, l’amour et le mariage offerts sur un plateau (aux frais de la Princesse M666), la surprise de découvrir que l’expérience a l’air de marcher (Finalement, la Science aurait-elle raison ?), etc.
 

Les équipes et les « experts » qui entourent les candidats et les téléspectateurs ont tout des gourous-copains, des charlatans manipulateurs. Comme les indics ou les espions, ils laissent échapper des scoops pour créer une illusion de proximité : « Y’a une info » glisse par exemple Stéphane Edouard, le « coach en séduction » de MAPR, à Delphine, la première nana de France qui apprend qu’elle s’est fait larguer par un gars qu’elle ne connaît pas !
 

Les magistrats – notamment le maire chez qui sont célébrés les trois mariages de l’émission – qui se prostituent à ce genre de programmes de télé-réalité, se comportent comme de dociles fonctionnaires, appliquant aveuglément la loi, en ayant en plus le culot de nous assurer que leur corruption est très sérieuse (les mariages qu’ils acceptent de présider sont vraiment inscrits en mairie et font l’objets de vrais actes notariés) et qu’ils ne détruisent personne ni aucun sentiment puisque leur rôle n’est pas de protéger l’amour : « Je suis curieux de nature. Moi, je ne célèbre pas des amours. Je fais un acte administratif. Le mariage n’est pas un acte d’amour. » La lâcheté incarnée !
 
maries-au-premier-regard-experts
 

Concernant à nouveau nos trois « experts » de l’émission (Stéphane Édouard, Catherine Solano et Jacques de Sutter), ils incarnent tout à fait les encodeurs du Gouvernement Mondial, ces Frankensteins peu aimants mais capables d’empathie et de jeu avec les sentiments, qui dissèquent froidement les émotions de leurs souris humaines de laboratoire, en faisant mine de les laisser gambader librement dans leur cage et en s’affranchissant de la moindre responsabilité si jamais ça se passe mal entre elles.
 
code
 

Tout le jargon de l’émission Mariés au premier regard tourne autour du CODE. Il est question de « taux de compatibilité ». L’amour et la personne sont réduits à des codes, des numéros, des combinaisons et des formules mathématiques pour mesurer l’attraction et la complémentarité des individus entre eux (comme si la complémentarité homme-femme n’était pas un Mystère, ou bien était automatique et quantifiable !). « Je suis tombé amoureux d’un numéro » s’exclame très sérieusement Wilfrid, l’un des candidats, à l’issue des tests qu’on lui a fait passer. Les participants à l’émission, castés sur des sites de rencontres et des réseaux sociaux (déjà très encodés), sont mesurés comme des chevaux. En même temps qu’ils sont codifiés, le pire, c’est qu’ils ont l’impression de sortir des codes ! Ils intègrent la puce (ou le code) en s’auto-persuadant qu’ils la rejettent : « Il faut être fou, sortir des codes. » (Valentine) ; « C’est fou, insensé, hors des codes avec tout ce qu’il y a autour du mariage. » (idem) Ils se croient sortis des codes, alors qu’ils vivent avec leurs portables, se filment et se surveillent sans arrêt, se font tatouer, se laissent tracer par les caméras de télévision jusque dans leur intimité.
 
compatibilite-87
 

Comme je le signalais un peu plus haut, on les marque, on les numérote, on leur met un bracelet au poignet pour les différencier et les classer, on interprète leurs réactions après les avoir stimulées. Les « experts » de l’émission enchaînent d’ailleurs les analyses psychologiques à deux balles à leur encontre : soit ils ne parlent qu’en employant des infinitifs (exemple : « Faire cela signifie ou symbolise que… »), soit ils font une lecture généraliste et comportementaliste qui identifie des symptômes sans en souligner les causes, et qui dégage de ces mêmes symptômes une lecture très appauvrie, manichéenne et limite tautologique (exemple : « Enlever son alliance, c’est un symbole très fort de rejet. » ; « La maman de Untel mord ses lèvres : ça signifie qu’elle est mal à l’aise et ça ne va pas aider son fils à se sentir en confiance. »). Ils demeurent dans le factuel, dans le microscopiquement/macroscopiquement descriptif, pour lui donner du sens. Ils ne partent jamais du sens comme base des actes : c’est le propre de l’évolutionnisme qui a des prétentions créationnistes cachées et qui va même jusqu’à s’annoncer comme créationnisme.
 

Chez le marabout, au service de l'Empire X

Chez le marabout, au service de l’Empire X


 

En effet. Les « experts » jouent les devins, les prédicateurs, les marabouts, les voyants, les créateurs divins : « Nous savions qu’ils pouvaient s’aimer ! » (Jacques de Sutter par rapport au seul couple qui « tient », Nathalie et Benoît). En réalité, c’est complètement bidon. Par exemple, Tiffany connaissait Justin avant l’émission : les « spécialistes » n’ont donc rien créé, contrairement à ce que laisse penser le montage.
 

En conclusion, « experts » comme candidats de Mariés au premier regard sont à la recherche d’une entité qu’ils ne préfèrent/peuvent pas nommer, et qu’ils humanisent à peine. Et pour cause. Elle n’est pas humaine. C’est un Homme invisible qui hypnotise par le (premier) regard. C’est une force émotionnelle et scientiste angélique. C’est l’Antéchrist : « Bizarrement, je ne l’imagine pas » (Tiffany) Il est à l’image de leurs fantasmes de devenir ange. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard que Tiffany, l’ambassadrice la plus charismatique de Mariés au premier regard première édition, se soit fait tatouer le corps, et notamment deux ailes d’ange sur le dos. Et dans son appartement, elle possède une statue de Bouddha, des bougies et même un Rubik’s Cub sur sa table de salon : tout l’attirail de l’adepte bobo de la Nouvelle Religion Naturelle mondiale, en somme.
 

Regardez le coussin de Tiffany : c'est exactement le symbole de l'Antéchrist

Regardez le coussin de Tiffany : c’est exactement le symbole de l’Antéchrist