J’ai regardé le reportage « Homo en banlieue : le combat de Lyes » de l’émission Envoyé Spécial, diffusé sur France 2, le 7 février 2019. Aucune analyse de l’homophobie n’a été faite. L’homophobie, dans ses causes et ses mécanismes, n’est même pas montrée. On ne voit que les effets. L’indignation face au soi-disant « Incompréhensible » vaudrait argument, et justifierait la batterie de moyens déployés « pour la sensibilisation » (les « actions » des associations LGBT « contre l’Homophobie »). Rien que les solutions proposées et les interventions/ateliers anti-homophobie dans les collèges-lycées dits « sensibles » sont incroyablement inefficaces (« Ça m’a mis les larmes aux yeux, les ateliers d’S.O.S. Homophobie, tellement c’est intelligent. » a déclaré très sérieusement en commentaires Guillaume Mélanie, le président d’Urgence Homophobie… 😂), et seraient à mourir de rire si leur nullité n’engendrait/ne nourrissait pas ce qu’elles dénoncent.
 

Et avec la finesse et la discrétion qui caractérisent Élise Lucet et son équipe d’idéologues, quel reportage ont-ils choisi de passer juste après le reportage sur l’homophobie ? Un documentaire sur une secte évangéliste protestante (non présentée comme protestante, bien évidemment, pour qu’on fasse l’amalgame avec l’Église Catholique), les Disciples du Christ en Idaho (USA). Pour que l’homophobie soit bien attribuée aux religions.