Matinée bénie du Seigneur. Ce matin, j’étais avec mon papa. Je me sens tellement libre et accueilli avec mon audace par lui que j’ai pu lui confier la folie de mes projets futurs, sans craindre de colère ou d’angoisse de sa part.
 

Ensuite, nous sommes allés tous les deux à la messe de la chapelle de la Rue du Bac à Paris (c’est clair : maintenant, mon coeur balance entre les deux églises parisiennes où reposent en majesté les deux Coeurs Sacrés de Jésus et de Marie, à savoir la Rue du Bac ainsi que la Basilique du Sacré-Coeur à Montmartre. J’ai du mal à me rendre ailleurs, à présent). Messe magnifique.
Et à l’aller, Jésus nous a fait le cadeau de se retrouver nez-à-nez, à l’improviste, avec ma mère spirituelle (religieuse salésienne), qui vendait des calendriers sur les trottoirs longeant Matignon : j’étais si heureux que mon père et elle puissent se rencontrer! Eux tout autant !
 

Et au retour, en sortant du sanctuaire de la rue du Bac, c’est sur Anaïs (la marraine angevine de mon filleul) qu’on est tombés. Si c’est pas des clins Dieu, ça, qu’est-ce que c’est ? 🙂 Que le Seigneur est délicat ! Que le Seigneur est bon avec moi !