C’est précisément le mot « célibat » qui est tabou à Courage, et qu’on remplace par le mot fourre-tout « chasteté » ou « amitié » ! (bientôt « sainteté »…)
 
 

Sur les réseaux sociaux, un ami de Courage a réagi en me disant : « La chasteté à la même forme pour les personnes célibataires, homos ou non. Le risque de parler de célibat est justement de faire de l’homosexualité un particularisme qui deviendrait plus déterminant que l’identité d’homme ou de femme ou que l’état de vie. Un ghetto gay. » Ce à quoi je lui ai répondu :
 
Capture d'écran 2015-10-20 13.55.56
Capture d'écran 2015-10-20 13.55.50
 
 

Pour l’instant, à mon avis, il n’y a pas encore de structure pastorale solide pour les personnes homosexuelles. Sans l’énonciation explicite de la proposition de la continence (et donc du célibat) pour les personnes durablement homosexuelles (sans pour autant écarter la proposition du mariage, ni opposer célibat et mariage), le groupe Courage se retrouve, comme DUEC (Devenir Un En Christ), coincé dans le triptyque « amitié/chasteté/sainteté », et délaisse la Vérité et l’Universalité de la Sainteté dans l’apostolat mondial par l’homosexualité. Courage se transforme donc en DUEC, c’est-à-dire en en groupe « convivialité-prière ». Ce n’est pas le but ni la vocation d’une pastorale d’Église pour les personnes homosexuelles, je regrette.