Que le droit français, par l’adoption du « mariage pour tous », ait transformé la défense des Droits de l’Homme en défense des « droits des homos », ça ne semble choquer personne. Or, c’est tout bonnement une atteinte aux vrais Droits de l’Homme (car le « mariage pour tous » instaure que la différence des sexes est annexe dans l’existence, l’amour et la famille humains, ce qui n’est absolument pas vrai et qui est une négation des réalités humaines), et c’est aussi une atteinte homophobe contre les personnes homosexuelles (que l’on prive, par cette loi, de leur humanité, en ne les considérant plus comme des hommes ou des femmes, des pères ou des mères, mais comme des « conjoints », des « parents », des êtres amoureux asexués, des individus réduits à leurs tendances sexuelles et à leur pratique sexuelle). Passer discrètement des « Droits de l’Homme » aux « Droits des homos » est un glissement inhumain et homophobe qui devrait nous inquiéter, car il nous éloigne de l’Humain et s’appuie sur un fantasme pseudo-anthropologique, pseudo-identitaire, pseudo-aimant.