Souriez : on vous prend pour des cons


 

Je reviens d’aller voir au cinéma « Demain tout commence » de Hugo Gélin, avec Omar Sy. Mon livre Les Bobos en Vérité tape en plein dans le mille. Je suis tellement scandalisé ET des messages que j’y ai entendus (propagande Najat Vallaud-Belkacem : anticléricalisme, anti-mariage, filiation désincarnée et sentiment asexué/bisexuel) ET de l’aveuglement général du public (qui trouve tout beau et normal) que je suis obligé d’en dire un petit quelque chose, même si ça mériterait un plus long développement et que je manque de temps.
 

 

Le propre du boboïsme, c’est le rejet de la différence des sexes et le rejet de la différence Créateur-créatures c’est-à-dire l’Église. Et le film de Gélin (qui a une bonne tête de bobo !) nous le montre bien : les couples femme-homme sont catastrophiques et en conflit ; l’homosexualité est présentée comme merveilleuse voire un parfait substitut maternel ; la paternité sentimentale ou adoptive est présentée comme plus essentielle, vraie et grande que la paternité de sang ; et c’est l’institutrice catholique, avec sa croix en pendentif, qui est montrée comme la grosse conne et la méchante de l’histoire.
 

Les Gentils


 

Le film, en plus, enchaîne les maximes creuses de l’optimisme bobo, les messages « philosophiques » hédonistes collège mais aussi hyper individualistes, désabusés et orgueilleux (« Il faut vaincre ses peurs » ; « Payer 20€ de taxi est la clé d’un bonheur absolu » ; « Il n’y a pas de père ni de mère idéal : on fait comme on peut. » ; « Seul compte l’instant présent. » ; « Demain tout recommence. » ; « Il faut écouter sa petite musique intérieure. » ; « Finalement, ça en valait la peine. » ; « T’es immortel. » ; « Il faut faire en sorte que chacune de ces chutes de la vie soit une fête. » ; « Mentir pour le bien des gens, on a le droit. » ; etc.). Comme je le disais, c’est de l’idéologie Najat Vallaud-Belkacem, servie par Omar Sy, le « Saint Noir » de la dictature laïciste. Bref : le bon soldat du Système totalitaire à savoir de l’anti-fascisme moralisant et de la bienpensance hétérosexuelle (Par hétérosexualité, j’entends l’absolutisme de la subjectivité individuelle et de toutes les différences… sauf bien sûr la différence des sexes et la différence Créateur-créatures).
 

Dans « Demain tout recommence », on retrouve en plus tous les symboles maçonnico-bobos de la Nouvelle Religion Naturelle mondiale (cf. les 60 codes bobos des Bobos en Vérité) : les guirlandes électriques, la mer, le matricide, le Noir ambassadeur de la société multiculturaliste donneuse de leçons, les cubes, les roof-tops, parler anglais, la chorégraphie, la bière, l’enfant-copain, le déni du regret et de la culpabilité, la promotion de l’homosexualité, l’optimisme, les parents démissionnaires, le loft, l’adjectif « petit », pas d’humour, la ville européenne, le barbu, la casquette, etc.
 

Bernie, le héros homo super sympa (et super bobo aussi)


 

La salle de cinéma (à Cholet) où je me trouvais était pleine à craquer. Et visiblement, à en voir les réactions de tout le monde à la sortie, c’était la satisfaction et l’émotion générales. C’est affolant le niveau d’endoctrinement et d’aveuglement de nos contemporains, prêts à gober tout ce qu’on leur présente comme de l’« amour » ou de la « parenté », alors même que c’est plein de « bons sentiments » désincarnés (je ne parle même pas du scénario sans queue ni tête et des scènes invraisemblables qui ponctuent « Demain tout recommence »). Dans quelle époque vivons-nous ? On se croirait revenus au temps du nazisme, avec le Peuple qui dort face à des répliques et un scénario surréalistes, où les réalisateurs et les gens – c’est carrément pathologique – ne se voient même plus raconter des conneries tellement ils mordent à l’hameçon de leur propre sincérité, tellement ils croient en la mise en scène de leurs fantasmes (hyper manichéens et moralistes, en réalité). Autour de moi, les spectateurs avaient la larme à l’œil, n’avait aucun sens critique, riaient et trouvaient le film hyper beau. Grand moment de solitude. Il est urgent de se pencher sur le boboïsme au lieu de mépriser et le terme, et l’usage du mot !
 

 
 
 

N.B. : Pour tous les cons qui me prendraient pour un gros paranoïaque ou un fou parce que je traite ce film de « néo-nazi », je tiens à préciser que « nazi » signifie à la base « national-socialisme » (et non seulement « extrême droite »), et qu’avec ce film d’Omar Sy, on se retrouve devant un « international-socialisme », donc finalement un internazisme, en fait.