Ils ne nous ont pas encore fait : « Le corps (ou la sexualité), Témoin d’une Espérance »… mais ça ne saurait tarder.
 

Avec le Forum Wahou, on retrouve typiquement l’exemple de ce que je dénonce chez les catholiques actuels : le discours langue-de-bois et pseudo dynamique de la POSITIVITÉ DE LA SEXUALITÉ. Les méta-vérités apprises à la Inès de Franclieu, comme je le décris dans mon livre Homosexualité, la Priorité niée (cf. chapitre sur l’affiche VIH de Robert Ménard). Un attachement crispé, maladif et faussement souriant à « la beauté », à « la joie (du don total) », à « la Bonne Nouvelle », à la « complémentarité des sexes », au mot « sexualité » en lui-même… pour ne pas nommer le mal (« homosexualité », « hétérosexualité », « homophobie », « bisexualité », les mots des jeunes de notre temps en somme). Les formateurs catholiques à l’affectivité s’enlisent dans la positive attitude infantilisante, refusent de se mêler à la novlangue, en s’agrippant sous les jupons du Pape Jean-Paul II et sa Théologie du Corps (certains amis prêtres me disent à raison que le rapport de la majorité des catholiques français à la Théologie du Corps est « pornographique » !), en se targuant d’être dans la Vérité vraie, dans le dynamisme de la positivité, de la modernité et de la sacralité corporelle, dans l’énergie du militantisme catho « sans concession » et « Nouvelle Génération », dans la joie de ceux qui ont des gueules de Ressuscités quand ils parlent d’Amour et de Sexualité… alors qu’en réalité, ils ne rejoignent pas le cœur et l’esprit de nos contemporains, bloqués par l’hétérosexualité et l’homosexualité. Ils ont apparemment la bonne réponse, mais ils ne rejoignent pas les gens dans leur système de pensée, affectif et émotionnel, de croyance. Ils ne leur présentent pas les bons témoins, pensant que parler d’homosexualité remplacera les personnes homosexuelles, que parler de sexualité et de différence des sexes remplacera l’étude de l’hétérosexualité et de l’homosexualité. Ils n’ont toujours pas compris que l’hétérosexualité était le vrai nom du Gender. C’est l’hémiplégie de l’humanisme intégral (ou, ce qui revient au même, du spiritualisme intégral). La paralysie intellectuelle et « miséricordieuse ». Par sécurité, par obéissance scolaire à la « Vérité stricte », par peur de verbaliser le mal et les mots qui gênent, par pudibonderie. Combien de temps ce cirque va encore durer ?