Tendance fortement incestuelle de notre époque : nos contemporains confondent de plus en plus la relation amicale ou fraternelle qu’ils ont avec une personne homosexuelle (et le partenaire sexuel de celle-ci) et ce qu’elle vit en amour dans son couple… comme si l’amitié pouvait être mise sur le même plan que l’amour, comme si le lien de complicité et de copinage remplaçait ou était le reflet parfait de l’expérience amoureuse interne du couple homosexuel (« Mon meilleur ami est homo, on s’entend très bien et je veux son bien… DONC FORCÉMENT son couple homosexuel est merveilleux, et l’amour est là ! »), comme si on couchait avec ses amis, sa famille, ses collègues de bureau, sa société ! Or, nous pouvons tout à fait aimer une personne homosexuelle, avoir des liens relationnels de qualité avec elle. Pour autant, que savons-nous de ce qu’elle vit en couple ? de la violence de l’acte homo (= le couple) et des relations amoureuses entre personnes de même sexe ? Comment pouvons-nous plaquer l’amitié sur l’ »amour » ? De quel droit prenons-nous le social pour le privé, l’interpersonnel pour le personnel, le contact extérieur et frivole que nous avons avec le « milieu homosexuel » pour les drames qui s’y vivent ? Combien de personnes gay friendly je vois qui instrumentalisent leur « amitié » ou leur « fraternité » avec une personne homo pour redorer leur propre blason, se donner une image d' »ouverture », nier la véritable souffrance engendrée par la pratique homosexuelle, et nier finalement leur propre mal-être bisexuel !