Bon, j’ai pu discuter avec le père Reydel, de l’église saint Roch, ce midi. Il m’a aidé à ne pas confondre le battage médiatique et idolâtre autour de Johnny Hallyday, avec les célébrations religieuses bien centrées sur Jésus et qui profitent de l’occasion pour évangéliser… même si c’est parfois difficile, selon les montages télé, de démêler les deux. Le père Reydel a déjà répondu à une dizaine d’interviews (il passe cet après-midi sur BFM TV). Je lui ai dit que je trouvais l’euphorie médiatique autour de la mort de Johnny « too much » et déplacée. Mais j’ai compris que lui l’utilisait – puisqu’elle est là – pour la canaliser et l’orienter vers Jésus. Il a même trouvé pour la veillée d’adoration hier à saint Roch un immense ostensoir (il n’en avait jamais vu de si grand) pour mettre vraiment Jésus à l’honneur, et non Johnny. Il m’a rapporté également toutes les confidences et conversions dont il était témoin, et raconté comment les équipes d’Anuncio étaient à pied d’oeuvre pour accueillir les gens et les aider à donner du sens à leur ferveur (beaucoup de personnes paumées, mais aussi ravies de rencontrer/retrouver Jésus). Je crois donc que nous devons dépasser un peu notre purisme de pharisiens pour accepter que Jésus utilise les voies populaires pour conduire à Lui, même si, bien sûr, nous ne pouvons pas nous satisfaire de l’événement ponctuel et que nous devons veiller à ce que Jésus ne soit pas remplacé par Johnny, car la pente est glissante. Nous pouvons également prier pour le père Reydel, qui fait le grand écart en ce moment pour annoncer Jésus : il est attaqué ET par les anticléricaux qui n’acceptent pas que l’Église défende le Salut de l’âme de Johnny et se mêle des affaires du Peuple, ET par les catholiques qui ne veulent surtout pas que leurs rites et leur Église se popularisent. Il y a une deuxième veillée de prière dimanche. Nous devons – si ce n’est la soutenir – au moins la regarder d’un oeil indulgent. Il n’y a aucune raison pour que l’Église Catholique n’héberge pas toutes ces personnes en quête de Jésus à travers Johnny.
 

Néanmoins, nous avons raison de rester prudents, car je pense que nous identifions aussi À RAISON la recherche de pouvoir et de visibilité chez certains catholiques et clercs, qui s’intéressent plus au dieu « Évangélisation » qu’au Dieu Jésus.