Capture d’écran 2016-06-21 à 15.41.44
 

Je viens de rendre visite à un bébé de trois mois et demi, Pierre. Un enfant super facile, calme, éveillé, qui m’a fait une fête incroyable. La bonté en personne. Et il n’est pas bon qu’avec moi. Il est comme ça avec tout le monde. Il reçoit chacun comme il est, sans sélectionner.
 

Il me fait vraiment penser à Jésus. Et je crois que Jésus réagit avec tout être humain comme le fait un nourrisson de trois mois et demi baigné dans l’Amour. Il n’y a chez lui (et chez Pierre) pas une once de méchanceté ni de calcul. Il sourit et babille dès qu’on lui parle gentiment. Il accueille tout dans la béatitude et l’innocence les plus parfaites. Il ne juge pas les personnes ni le contenu de nos mots ou de nos actions. Dans notre discours, il ne sait percevoir que les intentions. Il ne juge que sur l’Amour qu’on a à lui apporter. Il ne tient pas tellement compte de ce qu’on dit – car il est trop petit pour nous comprendre – et regarde à peine le contenu. Il réagit seulement à l’Amour. Il n’accueille que notre manière aimante de nous adresser à lui. Il ne garde apparemment que la forme, même s’il enregistre inconsciemment le fond. Il est ce Cœur ouvert qui me fait comprendre de manière concrète la phrase de saint Jean de la Croix nous expliquant que le jour de notre mort, « nous serons jugés sur l’Amour » et sur rien d’autre. À la fin des temps, nous serons évalués non pas sur la brillance et la pertinence de ce que nous aurons énoncé sur terre, non pas sur le mérite ou la quantité de nos actions – aussi « solidaires » et « prophétiques » fussent-elles étiquetées – mais sur la pureté de nos intentions et l’Amour que nous aurons eu à les faire passer. Les exploits, les diplômes, la réputation, les éloges, l’intelligence, comptent peu. L’Homme qui va au Ciel, c’est celui qui accepte de cajoler bébé-Jésus et de se laisser cajoler par Lui. C’est celui qui a été bon et simple avec ses frères humains. « Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux. » (Mat 18, 1-4)
 

Le pape François, si malmené en ce moment par les catholiques sourcilleux qui justement ne regardent que la "rectitude" de ce qu'il dit, et non sa pureté d'intention

Le pape François, si malmené en ce moment par les catholiques sourcilleux qui justement ne regardent que la « rectitude » de ce qu’il dit, et non sa pureté d’intention