J’ai fait l’effort d’écouter ce matin « Le Grand Témoin » de Louis Daufresne, avec l’invité Koz Toujours, sur Radio Notre-Drame. Vous allez peut-être trouver que je m’acharne, que j’en fais une attaque de personne, et sans goûter le plat que je critique. Mais pas du tout. J’essaie de comprendre l’« engouement ». Je goûte au plat. Mais je le trouve toujours sans saveur. Y’a toujours très peu de gras. Pas de convictions fortes défendues (même sur l’immigration ; juste une belle indignation par rapport à l’euthanasie et l’avortement, tout au plus). Pas de foi ni de Jésus défendu. Seulement un relativisme sous couvert de « nuances », de prudence intellectuelle, de pondération, de non-caricature de la « complexité » des situations. « Ce ne sont que mes opinions ». « La foi n’est pas un roc ». « Toute situation est complexe et on ne peut pas avoir d’avis tranché. » Super, pour quelqu’un qui se prévaut de la « quête de Vérité »…
 

Au passage, je me demande comment, tout en défendant l’Union Civile (ou, au moins, en ne la récusant pas), Koz peut dire « On sera là ! » contre le projet de Taubira de lutter en faveur de la PMA des « couples » lesbiens. Encore des mots vides et des vœux pieux sans consistance.