Concernant les Unions Civiles homosexuelles, la très grande majorité des catholiques et de leurs chefs a péché par sacramentalisme : pour préserver le sacrement du mariage homme-femme qu’ils idolâtrent (mariage transformé en fétiche, pour le coup), ils ont été prêts à troquer l’Union Civile contre le « mariage gay », pensant ainsi préserver le sacrement du mariage et partant du principe que les partenariats enregistrés n’étaient au moins pas des unions sacramentelles (cela dénote d’ailleurs dans leurs esprits d’une confusion entre mariage civil et mariage religieux), sans réaliser que le « mariage gay » est la même loi que l’Union Civile (pas au niveau du contenu au départ, mais au niveau des intentions symboliques et affectives et donc du contenu) et que finalement il flingue les mêmes sacrements qu’ils pensaient sauvegarder à travers la concession de l’Union Civile. À trop aimer le mariage, on ne l’aime plus. C’est non seulement une dérive sacramentaliste mais aussi une dérive nominaliste : combien de catholiques (et même de Papes) ai-je entendu dire qu’ils ne voulaient surtout pas lâcher le mot « mariage » et que c’était là soi-disant le seul problème du « mariage gay » ! Ils n’ont rien compris. Ils ont étouffé le mariage en l’étreignant contre eux.