Comme les catholiques pharisiens de la Réacosphère ont actuellement besoin de ce que j’écris/dis mais reviennent timidement à moi parce qu’ils ne savent plus comment me prendre et me comprendre (comme les parents dépassés par leur ado rebelle, vous savez ?), parce qu’ils n’arrivent pas à réfuter mes thèses sur l’homosexualité et qu’ils se rendent inconsciemment compte qu’ils ont un peu « merdé » en les négligeant (même si, par orgueil, ils ne l’admettront jamais : pour eux, je suis et resterai un pauvre « dégénéré » qui n’a pas eu assez foi en Dieu au point d’être libéré de sa tendance « homosexualiste »), ils arrivent en ce moment avec une nouvelle fiction qu’ils se sont créée sur mon compte pour m’habiller de leur hypocrisie misérabiliste pour l’hiver. En effet, paraît-il, à en croire leur admiration refoulée à mon égard, qu’aujourd’hui je « vais mal » (ben oui : ces connards me croisent tous les jours pour le savoir) et que – le pompon – je suis un « écorché vif ». Ça, le coup de « l’écorché vif », de la « bête blessée » (blessée par qui? on se demande vraiment…), ils adorent ! Le mythe homophobe du Caractériel (homosexuel, évidemment), en plus d’être la béquille classique de la mauvaise foi (« Mais c’est ELLE qui a un grain!!! » « Voulez-vous une bonne tasse de thé ?! » c.f. la scène du Chapelier fou et du Lièvre dans « Alice au pays des merveilles » de Disney), est un procès et une projection couramment employés par les manipulateurs de tous poils qui veulent se donner le beau rôle de te « soigner » en te pathologisant et en s’attribuant l’ultime héroïsme d’oser quand même encore t’approcher malgré ta « dangerosité » colérique. Le pire d’entre eux, Fikmonskov, à chaque fois (et les rares fois aussi) qu’il m’adresse la parole, me prescrit des périodes de retour (« Prends des vacances et reviens dans 2 ans. » ; « Reviens dans 10 ans quand tu seras calmé. » ; etc. véridique). Il se charge de mon planning et de mon semainier. Quel merveilleux attaché de presse et infirmier (Les gélules roses, c’est pour les mardis et vendredis, c’est bien ça ? Merci docteur. L’écorché vif vous en sait gré. Mes prochaines vacances, je les prends quand ? Et quelle date avez-vous choisie pour mon grand retour ?).
 

C’est qui les malades, en réalité ?