L’homme moderne n’a jamais autant vécu dans le virtuel que depuis qu’il le déteste.