Je suis en plein « dérushage » (sélection des meilleurs moments) du documentaire « Homosexualité et Vérité ».
 

C’était à prévoir : c’est l’ascenseur émotionnel. Je passe du rire (on prévoit même un bêtisier : « blooper » en espagnol) aux larmes d’émotion (face à la générosité dingue des 7 témoins homos du film), de la joie et l’admiration profondes (quand mes amis disent des vérités-choc et se jettent à l’eau) à l’exaspération et à la panique (quand ils ont du mal à accoucher ou quand ils sortent carrément des conneries : défense de l’hétérosexualité, de l’adoption pour les « couples » homos, de l’ « Amour homo », des Unions Civiles, diabolisation du « lobby gay » et du Gender, relativisation de la transition, phrases incompréhensibles, etc.).
 

C’était en connaissance de cause que je me suis entouré de personnes imparfaites comme moi, fragiles dans leur choix de la continence (abstinence donnée à l’Église et au Monde) et très ignorantes de l’homosexualité (même en étant homos). Si j’avais, au niveau du discours, voulu être 100 % satisfait, si j’avais souhaité un reportage qui me ressemble et me plaise parfaitement, j’aurais fait un film sur moi, par moi-même… et me serais retrouvé tout seul et bien triste ! Mais, comme le dit si justement Jésus dans la Bible, « c’est à la manière dont vous vous supporterez et aimerez les uns les autres que les gens verront que vous êtes mes disciples ».
 

Je prends donc sur moi les disparités, les contradictions, les lourdeurs, les faiblesses, les péchés, les superficialités, les bêtises, les écarts d’opinion, l’ignorance crasse, le romantisme dégoulinant, etc., de mes frères, parce que je porte (et suis porté par) ma (folle) famille de coeur – à savoir la Communauté homosexuelle – et que chacun de ses membres est important et indispensable. Je n’ai quasiment pas le choix.
 

On avance ! Et je vais m’efforcer jusqu’à la fin de faire le grand écart entre Charité et Vérité, tout en gommant quand même au montage les contre-vérités. L’Aventure c’est l’Aventure ! ^^