Le pire, c’est que maintenant le diable « prie » pour nous, ou du moins, le prétend sincèrement.