Cf. Voir aussi mon autre article sur le limogeage des 34 évêques chiliens.
 

 

À ceux parmi les catholiques qui se victimisent en ce moment, hurlent à la désinformation par rapport aux propos du Pape concernant l’homosexualité (j’avais d’ailleurs annoncé depuis longtemps que le Pape François serait attaqué sur ce sujet précis, et non tant sur la pédophilie…), je leur réponds que c’est quand même probable que ses propos aient été « gays friendly », c’est-à-dire pro « identité » homo (au mieux), pro « amour » homo (au pire).
 

Il faut oser regarder la faiblesse argumentative du Pape et ses maladresses objectives par rapport à l’homosexualité. Je ne sais pas s’il a dit à ce jeune homme « Dieu t’a fait comme ça, et il t’aime tel que tu es ». Ce qui est sûr – car c’est filmé -, c’est que le Pape François n’a pas pris toute la mesure de la souffrance et de l’irréalité de la condition/ »identité » homo. Dans l’avion de retour des JMJ de Rio (ok, ça date un peu, mais quand même : ça reste une ânerie), il a déclaré : « Le problème n’est pas cette tendance. Le problème, c’est d’en faire du lobbying. » C’est faux. La tendance est déjà un problème. Quand bien même elle se s’actualise pas, ne se pratique pas, ne se politise pas. Et ça, il ne l’a pas dit. Donc je ne crois pas que le mec homo ait tant déformé que ça les propos du Pape, malheureusement.
 

Ce petit événement médiatique ne doit pas nous paniquer. C’est écrit et c’est bientôt la Fin des Temps. Nous devons aimer le Pape tel qu’il est, voir que c’est lui aussi un pécheur (comme nous), et l’aider à l’être moins, sans nous draper dans la victimisation ou la révolte antipapale.