Qu’a dit Julie Graziani d’aussi « horrible » pour mériter un pareil lynchage ?

 

Elle a invité les personnes qui divorcent à assumer leur responsabilité et à arrêter de se plaindre et de jouer aux plus pauvres en miaulant auprès du président. Ni plus ni moins.
 

Donc en réalité, je retraduis : elle a défendu les plus pauvres, en dénonçant les faux pauvres ; et en plus, elle a eu le culot de dire à cette société qui n’en a plus rien à faire du mariage et qui divorce à gogo cette vérité : que le divorce a un prix (matériel mais aussi humain), est une faute grave qui impose la retenue, et qu’il est un privilège de riches ; et que les divorcés, avant de se plaindre, devraient réaliser qu’ils n’ont pas tous les droits voire même sont responsables de l’occultation/l’augmentation de la vraie misère. J’en tiens pour preuve que ceux qui, sur les réseaux sociaux, lui crachent le plus violemment à la gueule sont des personnes parmi mes contacts qui sont divorcées et qui refusent de sortir de la victimisation et de s’entendre dire qu’ils ont effectivement peut-être eu tort de céder à la « facilité » (car oui, c’est une facilité) du divorce et qu’elles ont « un peu » merdé.

 

Et que trouve de mieux à répondre et à comprendre la meute des bourgeois anti-mariage et soi-disant pro-pauvres, secondée par les bobos anars d’extrême droite qui lâchent « lâchement » leur ancienne amie (je pense aux honteux éditos de Jacques de Guillebon, directeur de cette merde de journal de droite qu’est L’Incorrect)? Que Julie Graziani serait contre les pauvres (elle serait même macroniste… WTF), défendrait les mariages forcés ou intéressés ou de façade, aurait « gravement dérapé », et devrait même vivre au SMIC. On marche sur la tête ! D’autant plus que, dans les faits, elle a justement défendu les vrais pauvres, qui eux, n’ont même pas les moyens de se payer un divorce et d’aller quémander une prime d’augmentation à Macron. Car je le répète : le divorce (c’est la vérité) est un luxe et un caprice de riches que bien des pauvres ne peuvent pas se payer.
 

 

Qui verra la justesse des propos de Julie Graziani qui a eu le courage de dénoncer l’indécence des bobos libertaires ? Et qui aura le courage de la défendre dans la tempête ? Presque personne. Mais avec deux sous de bon sens, j’essaie d’avoir ce courage. Bravo Julie. Et que cette épreuve te fasse voir tes vrais amis, et aussi que tu es infiniment aimée de Dieu. Et ça, personne ne pourra te l’enlever. On te fait passer pour une entêtée idiote et orgueilleuse parce que tu campes sur tes positions. Mais la vérité, c’est que ta position était bonne : tu n’as juste pas eu le temps de la développer et de l’argumenter (rien à voir avec une « maladresse » de ta part). Elle te fait déjà voir que la plupart des Français en ce moment perdent leur capacité à penser et à aimer (pardon pour eux), que beaucoup de catholiques sont lâches. Mais elle te fera aussi voir que pas tous. Courage.