Luminessences 0

Le travestissement lumineux des lieux catholiques pour les « christianiser » avant de les « paganiser » complètement

 

Dimanche soir, je me trouvais à Avignon avec quatre amis pour assister à un spectacle sons et lumières au Palais des Papes intitulé Les Luminessences (… aux huiles essentielles lol). Il se joue du 10 août au 2 octobre, tous les soirs. Il s’agit d’une création de Bruno Seillier, qui s’était déjà illustré dans La Nuit des Invalides par la technique du vidéo maping pour faire revivre à travers la technologie 3D l’histoire culturelle et spirituelle d’un lieu mythique du patrimoine religieux/architectural français. C’est très à la mode en ce moment, ces mises en scène revival « archéologico-futuristes » grandeur nature… ou plutôt « réalité augmentée » (hier la Cinéscénie du Puy du Fou et les spectacles de Robert Hossein, aujourd’hui Génération De Gaulle en région parisienne, Geneva Lux à Genève, La Fête des Lumières à Lyon, etc.). Ça semble même anodin autant que magique et « transportant », ces « voyages » dans le temps qu’elles nous proposent.
 
Luminessences 3
 

Par les lumières, les vidéos, la musique et une voix-off, la Cour d’Honneur avignonnaise où ont séjourné des Papes, s’animent et retracent l’épopée du christianisme en France et en Europe. Ces shows envahissent d’ailleurs les hauts lieux du catholicisme mondial (de la cathédrale de Rouen, de Laon, de Chartres, d’Amiens… jusqu’au Vatican, avec Fiat Lux) pour au départ feindre l’hommage (hommage au Pape, aux « Temps des cathédrales », au « patrimoine culturel religieux », à la prouesse architecturale de l’art sacré, à la « chrétienté », à une « foi millénaire »… mais jamais à Jésus Fils de Dieu, comme par hasard !), pour « christianiser » esthétiquement un ancien lieu de culte, puis finalement le « décatholiciser » et y crucifier symboliquement le Christ après l’avoir vaguement mentionné et mis sous les feux des projecteurs comme un être spirituel du passé, jadis vénéré et exceptionnellement sorti de son placard. Fête des Rameaux puis neutralisation. On s’y attendait. Mais ça arrive quand même vite, cette invasion de l’ange de lumière.
 
 

Boboland antéchristique, maçonnique et luciférien

 

N’en déplaisent aux catholiques actuels qui se boboïsent de plus en plus, donc qui mettent leur cerveau au repos simplement parce qu’ils se disent « transportés » par une « Beauté » technique (« La Beauté sauvera le monde » répètent-ils comme des perroquets : deux au moins de mes amis qui m’accompagnaient à Luminessences n’avaient pour seul avis conclusif du spectacle que la phrase « J’ai été transporté »… et pourtant ce ne sont pas les derniers des cons !), simplement parce qu’ils voient leur Roi nommé, leurs images d’Épinal pieuses défiler, et qu’ils entendent cités quelques extraits de la Bible, Luminessences, que je vous conseille d’aller voir, n’est pas un spectacle catholique. C’est un spectacle qui, comme toutes les cinéscénies orchestrées par les « catholiques identitaires » ou les « païens chrétiens », par les metteurs en scène de culture catho mais pas catholiques pratiquants, et par les bobos anars d’extrême droite (cf. les codes n°38 et n°39 dans mon livre Les Bobos en Vérité), transforme le Christ en Super-Héros vêtu de l’habit de lumière, le catholicisme en « chrétienté » (spécialité Civitas !) et en militance politique ou culturelle clinquante : « Avignon, Centre de la chrétienté » (la voix-off) Mais finalement, de telles prouesses scénographiques sont un hymne à la désincarnation de Dieu en Jésus. Des phrases tirées de Luminessences, que j’ai entendues textuellement, le prouvent : « Elle est cette flammèche immatérielle qui brûle encore ces murs. », « lignée spirituelle impalpable », « Âme », etc. Jésus est enfermé dans une salle (« la Salle de Jésus »), comme une pièce parmi d’autres du château néo-cathare où logent à présent des Olivier Py. C’est sidérant.
 
luminessences 1
 

L’Incarnation divine (l’action concrète de l’Esprit Saint en la virginité de Marie, la Présence Eucharistique, l’identité de Fils de Dieu couronnant Jésus et l’Humanité d’aujourd’hui, les sacrements, etc.) est complètement occultée dans Luminessences. Puisque « l’essence » des choses est cette fois attribuée à la « Lumière », à l’« Esprit », et au mot « Essence » même ! Tous ces concepts poético-spirituels Nature & Découvertes, à mi-chemin entre le catholicisme et le paganisme holistique, y sont : « La Vérité des lieux » ; « Dans les hauteurs, l’Esprit. » ; etc. On a tous les mots qui font bien et qui font plaisir aux oreilles des croyants, mais aucun qui n’annonce la Croix et la Résurrection de Jésus Fils de Dieu.
 
 

Les Papes plutôt que Jésus-Christ Fils de Dieu

Luminessences 2
 

Dans Luminessences, la Papauté est fragmentée pour en faire perdre l’unité en Christ et en Pierre : « Dites plutôt LES Papes en leur Palais d’Avignon » nous lance l’obséquieuse Voix-off. L’Église catholique n’est pas représentée comme le Christ en personne mais comme une immense machinerie, un appareil d’État aux œuvres et mécanismes certes impressionnants, élaborés et honorables, mais mécanisés autant que désincarnés. Jésus est réduit à un prophète (qui a compté), le catholicisme à la « chrétienté » et à des « racines importantes », la religion à un patrimoine spirituel et culturel « intéressant » : « Avignon, Capitale spirituelle ! » augure la grandiloquente voix du conteur.
 

Luminessences aligne les poncifs bobos aussi bien que maçonniques (je vous rappelle que tout le lexique de la Franc-Maçonnerie tourne autour des champs lexicaux de la construction/architecture, de la lumière, de l’autonomie libérale) : cf. le code « voix-off insupportable », le code « Vive le vieux ! », le code « Je ne crois pas en Dieu mais je fais comme si », le code « Bougie », le code « La Nature me domine », le code « Mosaïque multiculturelle », le code « Optimisme », dans mon livre Les Bobos en Vérité. Il est question de « pierres vivantes », de « Palais de chair », de « Peau minérale du Palais », des « Bâtisseurs de ces lieux », etc. (cf. le code n°45 « Promenade chorégraphique » : le bobo adore projeter la conscience humaine sur la Nature, les objets et les vieilles pierres, pour faire parler les murs à sa place : n’oublions pas qu’il prend les cubes pour des cerveaux humains, et l’Humain pour une pyramide, un totem de pierres). « Quatre murs de nature minérale » D’ailleurs, nous, spectateurs, sommes pris entre quatre murs, comme dans un cube virtuel animé. À en croire la voix de sirène du narrateur, nous serions tous des monades, c’est-à-dire des « étincelles » ou des éclats de ce grand Tout énergétique/cosmique divin et lumineux que serait Dieu (cf. « étincelle », « brasier », « foyer », etc.).
 

Luminessences est un hymne à la Science (même spirituelle et transcendentale) de l’Homme, au génie humain. Le fameux « Culte de l’Être-suprême » du temps des Lumières, célébré par les premiers francs-macs justement : « J’ai braqué sur lui [le bâtiment] les lumières de ma science. » (la voix-off) ; « Les œuvres de l’Esprit » ; « Le pouvoir de l’Esprit » ; etc. On retrouve dans le spectacle l’idée que l’Homme se serait créé par la force de sa propre intelligence et de sa main (« Au creux de sa main »), par une transcendance venant de lui et puisée au cœur de son histoire, des pierres, de sa mémoire, de ses « lumières » technologiques. « Bâtir un spectacle est un art. » déclare le maçon – qui s’ignore ? – Bruno Seillier, concepteur de Luminessences. On nous parle de mondes parallèles (« Autre dimension »). On entend les références mythologico-culturelles plébiscitées par la Franc-Maçonnerie (« les muses » par exemple). Et se déplacent sur les murs-écrans face à nous des êtres aussi rigolos que totalement profanes : des Licornes, des dragons, des chevaux, etc.
 
luminessences machine
 

Tout ceci n’est pas qu’une fantasmagorie/fantaisie kitsch. C’est carrément un projet démoniaque, je le dis sans exagérer. À un moment, même la géhenne avec les âmes qui y périssent est représentée, et c’est bien sûr illustré sans légende. Dans Luminessences, beaucoup d’auteurs classiques adorés des Francs-Maçons sont répertoriés : Dante, Pétrarque, etc. Comme par hasard, l’Europe (en tant que grande société des nations) est mise sur un piédestal. Le pompon du noachisme, c’est la représentation du Déluge (la vague virtuelle qui submerge le public, aux trois-quarts du spectacle) puis de la Nouvelle Alliance (les papillons, le pacte avec l’esthétique théâtrale et le printemps des Poètes provençaux : vive la guimauve bobo) qui évidemment n’est pas attribuée au Christ. Comme le diable est malin, il cite quelques passages de la Bible pour donner l’illusion qu’il est du côté des catholiques et de Jésus… mais en réalité, il s’empresse ensuite de désacraliser et de vider les références bibliques qu’il a singées de leur incarnation christique : par exemple, dans Luminessences, la voix-off nous bassine avec l’« Esprit »… mais elle se garde bien de dire que c’est l’Esprit-Saint (même si on voit des jolies colombes dans des vitraux) : c’est plutôt l’esprit humain qui est monté au pinacle. Autre exemple : la voix-off cite saint Jean (« Au commencement était le Verbe »), mais au lieu de s’en référer au Christ (le Verbe de Dieu), elle détourne la phrase en sacralisation du théâtre et de tous les comédiens qui ont joué dans le mythique Palais des Papes au Festival « in » d’Avignon. Donc rien à voir ! La dernière phrase de Luminessences est un aveu inconscient de la passation de pouvoir divin à l’Antéchrist et à des entités qui ne sont pas du Christ : « Un livre tenu par d’autres mains »…
 

Dernier coup de maître du diable : il arrive à nous faire croire qu’en cirant les pompes du Pape, ou plutôt des Papes – saint Pierre et ses successeurs (« Patrimoine de Saint Pierre. Saint Pierre : la Clé ») -, il va réussir à faire oublier au spectateur qu’il omet de nommer le Christ, sa nature de Fils de Dieu, ou encore le lien d’Incarnation divine entre Jésus et chacun des Papes. Ce subtil élan papophile (mais antichristique) me fait penser exactement aux manœuvres démagogiques du cardinal franc-maçon Coutinho dans le roman La Maison battue par les vents (1996) de Malachi Martin : « Il servait maintenant le Pape non en tant que Vicaire du Christ, le Créateur, mais en tant que Vicaire de Pierre, la créature. » (p. 130) Il nous faut veiller, les amis, à ne pas laisser notre foi et le christianisme dépérir en cliché bucolique, si éclatant, grandiose, « culturellement catho » et lumineux soit-il. Prenons garde à la Vangoghisation du Christ !
 

Cathédrale de Rouen

Cathédrale de Rouen