evelyne
 

La gentillesse d’Évelyne Adam. Ça m’a frappé et me servira de leçon pour la suite. Maintenant que j’ai un nouveau téléphone portable, j’écoute la radio en marchant dans la rue, à Paris. Et un soir, il y a 10 jours, je suis tombé par hasard, en zappant, sur l’émission Allô Évelyne sur MFM. C’est un programme de nuit, avec écoute d’appels téléphoniques venus de gens ordinaires. Et Évelyne a dû répondre à un adolescent visiblement de classe très moyenne, qui ne comprenait pas ses questions, et qui répondait à côté de la plaque ou difficilement. Même pour se présenter sommairement, il lui en coûtait. On eût dit au départ un canular tellement l’appel ne semblait motivé par rien. Pas même une anecdote croustillante à raconter. Normalement, les appels entrants sont lancés par des grands bavards. Là, pas du tout. Ça ressemblait à un accident ou à une erreur de numéro. Il s’agissait d’un Normand ou d’un Breton. Il disait qu’il ne voulait pas faire le même travail dur de son père, ouvrier, mais qu’il avait le rêve d’être astronaute. Évelyne, au lieu de se moquer de ce jeune collégien, comme l’aurait fait n’importe quel animateur radio narquois, un peu pressé ou tout content de trouver une occasion en or d’afficher sa supériorité intellectuelle sur un pigeon de bas vol dans une dérision facile, l’a non seulement aidé à accoucher d’une pensée et de mots difficiles à venir, mais lui a donné rendez-vous dans 20 ans, pour que, quand elle regardera la lune, Rudy (peut-être que c’était son nom) lui fasse un coucou tout là-haut dans les étoiles. Évelyne a pris son auditeur tel qu’il était, a respecté ses rêves et ses projets, a cru en lui, a été d’une douceur admirable. Comme une bonne fée. Un vrai moment de grâce radiophonique. J’en prendrai de la graine, en essayant de ne jamais me moquer du plus faible. Merci Évelyne.