Si nous mesurions la torture intérieure que nous font vivre Là-Haut nos mauvaises actions temporelles et nos péchés, racontée par les âmes du purgatoire qui visitent certains vivants, nous courrions de toute urgence vers un prêtre dans un confessionnal pour nous en libérer (et d’abord, nous nous convertirions au catholicisme par le baptême). Allons au confessionnal tant qu’il est encore temps.

 

Marino Estrepo, le Bolivien qui a vu l’état désastreux de son âme au moment de mourir (il dit lui-même qu’il a énormément souffert de voir tous ses péchés car il avait passé 30 années sans se confesser ! Ça faisait donc un énorme dossier qui pesait sur son coeur), en témoigne. Les deux sacrements les plus importants pour le salut de notre âme sont la confession et l’Eucharistie. Y’a pas à dire.