J’ai décidé, concernant les Fins dernières, d’adopter la méthode « serpent d’Airain » de Moïse. Montrer le mal qui s’enroule dans l’Église, montrer la Bête dans l’Église, et faire qu’à sa vue, le maximum de gens soient guéris. Il nous faut regarder la Bête (et ses noms d’emprunt : « hétérosexualité », « Franc-Maçonnerie », « Boboïsme », « Antéchrist », « Blockchain », « homosexualité ») en face ! Et il nous faut arrêter les mots qui ne nomment pas le mal (« Gender », « transhumanisme », « GPA », « Cyborg », « homme augmenté », « Espérance », « vulnérabilité », « limites », etc.) et qui sont de l’esbroufe catholique inopérante.