J’avais senti le coup venir. Ce soir, à Rouen, était organisée une veillée de prière contre l’homophobie à l’église saint Sever. J’ai des amis qui étaient présents pour me rapporter ce qui s’y est dit. Eux qui ne sont pourtant pas d’un naturel peureux ni paranoïaque ont été quand même affolés des discours entendus et du virage qui se vit dans l’Église actuellement : « On n’est pas dans la merde… » ont-ils conclu. O.K. les mecs… Je ne me sens pas du tout seul.

 

Tenez-vous bien : l’évêque, Mgr Lebrun, était présent. Je tiens à préciser au passage que c’est parce que j’avais dénoncé auprès des éditions Téqui (qui m’avaient commandé initialement mon livre Homo-Bobo-Apo) le cardinal Sarah et Mgr Lebrun comme faisant partie de la Franc-Maçonnerie (rien qu’en entendant le discours du second à la commémoration de la mort du père Hamel, j’avais compris), que j’avais perdu mes chances de publication chez elles. L’éditeur m’avait pris pour un fou et me disait qu’il connaissait très bien Mgr Lebrun, et qu’il n’avait « rien d’un franc-maçon »… Ce soir, les faits me donnent pourtant encore plus raison. C’est même cet évêque qui, à l’issue du temps de prière, a lancé la salve d’applaudissements finaux.

 

Alors la soirée était organisée par la « pastorale des personnes homosexuelles et leur famille » (autrement dit, pas d’association clairement identifiable… même si, sur le site du diocèse, une gentille description est faite du Refuge). De plus, l’angle de l’accompagnement, de « l’accueil » et de la lutte contre les discriminations, permet de faire facilement l’économie du traitement de l’homosexualité, du jugement de « l’amour » homo, et de la définition de l’homophobie. Et effectivement, rien, ce soir, n’a été dit sur ces sujets. Les organisateurs sont restés très évasifs, dans l’émotionnel, le compassionnel, et l’illusion de piété. Il y a eu le témoignage public d’un homme homo pacsé, qui vit avec un homme athée (et lui s’est annoncé « chrétien » mais ne va plus à la messe), et d’autres témoignages de personnes qui prétendaient se sentir incomprises et rejetées par leur propre Église. Tout était fait pour nous victimiser, nous personnes homos, et pour que les catholiques (laïcs et ecclésiastiques) s’auto-culpabilisent, jouent les écoutants formulant pieusement leur mea culpa face à la « fermeture » de leur Église à l’égard de la communauté homo. L’évêque non seulement ne s’est pas positionné sur la pratique homo, mais en plus, il a cautionné cette prise de parole et cette soirée en se taisant et en applaudissant. Hallucinant. Et personne ne le dénoncera de peur de perdre sa carrière ecclésiastique ou ses entrées dans le diocèse de Rouen.

 

Mes amis, à la fin de la veillée, sont restés discuter avec quelques personnes présentes à l’événement : les discours tournaient surtout autour de la notion de « tolérance » (comme par hasard). Quand ils leur ont demandé des détails concernant l’enseignement de l’Église sur l’homosexualité, elles se sont contentées de dire que « ça allait changer »… Par exemple, certaines présentaient même Pierre Berger comme un héros, qui était « courageux » et « avait ses combats ». Époustouflant !
 

 

Je peux vous montrer la feuille de chant où était inscrit le programme de cette veillée, pour que vous ne me preniez pas pour un mytho. Ce que je préfère, c’est quand même la « prière de Marie qui fait tomber les murs » looool : un best-of de Franc-Maçonnerie ! Les 3 lexiques de la FM y sont lisibles : lumière-textile, architecture et humanisme intégral. Je vous la cite pour que vous compreniez, en mettant en majuscules les mots les plus saillants à ce sujet : « Ô Marie, très sainte Mère de Dieu, nous vous invoquons comme Mère de l’Église, Mère de tous les chrétiens souffrants. Nous Vous supplions, par Votre ARDENTE intercession, de faire tomber ce MUR, les MURS DE NOS cœurs, et tous les MURS qui génèrent haine, violence, peur et indifférence, entre les HOMMES et entre les PEUPLES. Vous qui par Votre Fiat avez écrasé l’antique SERPENT, RASSEMBLEZ-nous et UNISSEZ-nous sous votre MANTEAU virginal, PROTÉGEZ-nous de tout mal, et OUVREZ à jamais dans nos VIES la PORTE de l’ESPÉRANCE. Faites naître en nous et en ce MONDE, la CIVILISATION de l’AMOUR jaillissant de la Croix et de la Résurrection de Votre Divin Fils, Jésus-Christ, notre Sauveur, qui vit et règne pour les siècles des siècles. Amen. » Le tout suivi par le chant « Regarde l’ÉTOILE ». (N.B. : Je vous promets que si vous chantez ce chant odieux à mon enterrement, je ressuscite exprès d’entre les morts et je me lèverai de mon cercueil pour vous hurler VOS GUEULES !!)