Je viens d’assister à un miracle ce matin à la messe de Saint-Médard à Paris. Et je ne blague pas.

 

Juste après avoir écouté l’Évangile sur les 3 tentations que le diable inflige à Jésus au désert (Lc 4, 1-13), j’y ai reconnu exactement l’image du sablier alchimique de Joséphine ange-gardien (la tentative de transformer le coeur de chair de l’Homme en coeur de pierre, la tentative de posséder le Monde et ses richesses, la tentative de voler comme Icare en pensant que notre statut d’anges-gardiens nous empêchera de percuter la terre). Et je me suis dit que j’allais en parler dans mon 7e chapitre, en rentrant à la maison.

 

Mais quelle ne fut pas ma surprise d’entendre deux minutes après, mon interprétation et intuition intérieures exprimées à l’identique dans la bouche du père Albert Gambart, qui dans son homélie, sans me consulter, et sans avoir du tout bossé sur l’alchimie comme moi, a souligné les 3 formes existantes de tentations diaboliques en se basant sur l’alchimie ! :
 

1) LA « TENTATION DE DOMINER LA MATIÈRE » et de satisfaire tous ses désirs (je répète mot pour mot le père Gambart) : « Si tu es Fils de Dieu, ordonne à cette pierre de devenir du pain. » dit le diable dans le passage. Le père Gambart a dénoncé, je cite, la tentation en nous de dire « Je suis puissant, je peux changer le plomb en or ! »

 

2) LA « « TENTATION DE DOMINER LES AUTRES » en se prosternant devant les idoles ET DE POSSÉDER LE MONDE (or, villes) : « Je te donnerai tout ce pouvoir et la gloire de ces royaumes, car cela m’a été remis et je le donne à qui je veux. Toi donc, si tu te prosternes devant moi, tu auras tout cela. » dit le diable à Jésus.

 

3) LA TENTATION DE POSSÉDER ET DE DEVENIR DIEU, de Le dominer pour préserver ses intérêts, la tentation de voler, d’oublier que nous sommes poussière, et de se jeter du haut du sablier en pensant qu’on ne tombera pas : « Si tu es Fils de Dieu, d’ici jette-toi en bas ; car il est écrit : ‘Il donnera pour toi, à ses anges, l’ordre de te garder’ ; et encore : ‘Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre.’ » dit encore le diable à Jésus.

 

Une fois la messe passée, je discute sur le parvis de l’église avec le père Gambart, en lui partageant la correspondance parfaite entre ma pensée et la sienne au moment de l’homélie. Mieux qu’une télépathie. Il en rit aussi, tout en m’avouant très sérieusement que nous sommes vraisemblablement « connectés » par l’Esprit Saint. Il m’a avoué que l’idée de parler du plomb lui est venue au moment où il m’a regardé dans l’assemblée ! haha.

 

Moi, je dis juste : l’Esprit Saint existe, et fonctionne mieux qu’un téléphone entre le père Gambart et moi, et finalement entre Dieu et tous les Hommes !