Voici en français mon interview au journal espagnol La Columna au sujet de l’interdiction de circulation à Madrid du bus HazTeOír (littéralement « Fais-toi entendre ») dénonçant le Gender avec les messages suivants « Les petits garçons ont un pénis. Les fillettes ont un vagin. Ne te fais pas avoir ! ». Ceci pour contrecarrer les lois d’endoctrinement sexuel approuvées par le Gouvernement de la Communauté de Madrid. Je précise que ce car est une initiative « catholique » des Pro-Vie espagnols. Je me suis fait un plaisir de répondre à la sollicitation de La Columna qui voulait surfer sur la vague de la récente persécution homophobe que j’ai subie à Barcelone. Ils ne vont pas être déçus…
 
 
 

1) PHILIPPE ARIÑO, L’ATTAQUE DONT VOUS AVEZ ÉTÉ VICTIME LORS DE VOTRE CONFÉRENCE AU CAFÉ YOUCAT À BARCELONE LE 12 FÉVRIER DERNIER – ALORS QUE VOUS ÊTES HOMOSEXUEL – A FAIT LA UNE DES JOURNAUX D’ESPAGNE. N’ÊTES-VOUS PAS CHOQUÉ PAR LA NOUVELLE MESURE PRISE CONTRE LE BUS « HAZTE OÍR » À MADRID, QUI MONTRE L’INFLUENCE CROISSANTE DU LOBBY LGBT CONTRE LA LIBERTÉ D’EXPRESSION ?

Alors je tiens à préciser qu’à Barcelone, ça n’est pas principalement « ma liberté d’expression » qui a été prise pour cible. Pas même ma foi ni ma « liberté d’expression religieuse ». Ni même le droit de l’Archevêque de Barcelone Mgr Omella à inviter qui il veut dans sa propre maison. Si vous croyez cela, vous vous trompez d’ennemis, vous ne voyez pas qui est attaqué, et en plus, vous rentrez dans le raisonnement du monde qui consiste à sacraliser la « liberté » ou la « liberté d’expression ». Et cette idolâtrie pour la liberté est le ferment de l’anarchie et des dictatures modernes. Or, je tiens à souligner que mes opposants ne voulaient pas m’empêcher de m’exprimer. Si j’avais proposé une conférence sur le thème « Je suis homo et catholique : comment je vis avec », ils ne m’auraient absolument pas dérangé. Ce qui les gêne et qui est rejeté, ce n’est pas ma personne ni le fait que je m’exprime ou que l’Église s’exprime. Ce qui est censuré, ce sont trois choses : le fait que je sois homosexuel et que je parle d’homosexualité ; c’est la virginité (autrement dit la Vierge Marie et le célibat) ; et c’est la proposition d’une Vérité unique et universelle (autrement dit Jésus et l’Église). Alors arrêtez de promouvoir la « liberté d’expression ». Il n’y a de liberté que dans la Vérité. Et au Café Youcat, ce n’est pas le fait que je m’exprime qui posait problème : c’est le contenu de ce que j’avais à dire. j’appelais toutes les personnes durablement homosexuelles à la virginité (continence) comme meilleur chemin de bonheur et d’apostolat. C’est ça, le juste scandale qui a déchaîné les persécutions contre moi et contre Mgr Omella. Ce n’est pas votre petite « liberté d’expression » de merde. L’objet du scandale, c’est plus grand et plus noble : ce sont Marie et Jésus.
 

2) N’ÊTES-VOUS PAS SCANDALISÉ PAR L’IMMOBOLISATION DU BUS PRO-VIE D’HIER À MADRID ?

Non. Cette immobilisation est méritée, mais si elle n’est pas faite pour les bonnes raisons. Je suis désolé. Mais on ne parle pas de la beauté de la sexualité en écrivant sur un véhicule : « Les petits garçons ont un pénis, les petites filles ont un vagin. Ne te fais pas avoir ! » Donc je ne pleurerai pas sur la censure qui est faite à ce bus pro-Vie. Ce n’est pas parce qu’on défend la Vie (d’ailleurs, défendre « la Vie », qu’est-ce que ça veut dire ? Même les pro-GPA et les pro-mariage gay défendent « la Vie » !) qu’on le fait intelligemment. Je suis estomaqué de la bêtise des slogans pro-Vie en général. Ils caricaturent le Gender sans identifier ce qu’il est vraiment : l’hétérosexualité (= toutes les altérités au niveau de la sexualité ; le primat du sentiment et de la volonté individuels ; une sacralisation de toutes les différences au détriment de la prévalence de la différence des sexes et de la différence Créateur-créatures dans l’identité et l’Amour). Ils tombent dans le natalisme, le familialisme et l’essentialisme tant dénoncés par notre Pape Benoît XVI. Et sans s’en rendre compte, ils appuient et magnifient le Gender. C’est honteux. En France, Frigide Barjot (chef de file de La Manif Pour Tous, et auteure du livre Touche pas à mon sexe !) avait fait preuve du même aveuglement biologiste, de cette même idolâtrie anatomiste, en hurlant au micro lors des Manifs de 2012 contre le « mariage homo » : « Y’a pas d’ovules dans les testicules ! » Vulgarité et bêtise qui, par sa grossièreté, appuient ce qu’elles dénoncent. La preuve en est que, 5 ans plus tard, cette femme défend aujourd’hui ouvertement le mariage gay et l’Union Civile.
 

3) SELON VOUS, IL NE FAUT PAS LUTTER CONTRE LE GENDER ?

Bien sûr que si. Mais pas comme ça. Tant que nous ne parlerons pas d’hétérosexualité et d’homosexualité, nous nous battrons inefficacement contre un mot immatériel. En ce moment, les pro-Vie nous prennent vraiment, nous personnes homosexuelles, pour des imbéciles. Ils pensent vraiment que nous ignorons que les garçons naissent avec un pénis, et les filles avec un vagin ? Ils pensent réellement que nous luttons pour habiller les garçons en rose et les filles en bleu ? Ils pensent sérieusement que nous luttons pour une indifférenciation des sexes et que nous ne savons pas faire la différence ? Ils pensent réellement que nous nions qu’il faut un homme et une femme pour faire un enfant ?? que nous rejetons les familles traditionnelles ? Qu’ils atterrissent ! Ils pensent sincèrement que les promoteurs du Gender croient en ce qu’ils défendent ?? La plupart ne savent pas ce que c’est que le « Gender », prétendent sincèrement qu’il n’existe pas (car en effet, dans leur cœur et dans leur tête, puis dans la réalité, ils ne portent pas ce nom : il s’appelle « hétérosexualité », « homosexualité », « bisexualité », « homophobie », et ensuite « Amour », « égalité », « droit », « discrimination », « queer »), et même ils se disent explicitement « contre le Gender ». C’est écrit noir sur blanc dans leurs brochures et leurs manuels scolaires d’éducation à l’affectivité et à la citoyenneté : « Nous sommes contre le genre. » Comment les pro-Vie « catholiques » peuvent-ils être autant à côté de la plaque ? Je pense que c’est par homophobie (peur de parler d’homosexualité, et justification de « l’identité homo » et de « l’amour homo ») et par leur soutien inconscient à l’hétérosexualité (hétérosexualité qu’ils ont confondue avec la différence des sexes). C’est parce qu’ils n’écoutent plus l’Église.
 

 

4) VOUS ÊTES QUAND MÊME UNE PERSONNE HOMOSEXUELLE PERSÉCUTÉE PAR VOTRE PROPRE CAMP, COMME ON L’A VU À BARCELONE, NON ?

Je vois que vous voulez m’utiliser comme caution homosexuelle pour prouver de manière plus légitime, vivante, personnelle et homosexuelle, que le « lobby gay » serait une « terrible dictature » qui instaure une censure contre la « liberté d’expression » et contre les siens. Eh bien vous vous trompez d’adresse ! Je ne m’appelle pas Jean-Pier Delaume-Myard ni Homovox. D’une part, je fais partie du lobby gay, et j’en suis fier. Donc s’il vous plaît, respectez-moi et respectez mes amis gays, qui n’ont quasiment rien à voir avec les attaques que vous subissez. Et d’autre part, le « lobby gay » n’est pas une dictature : la véritable dictature, c’est le lobby hétérosexuel – appelé aussi lobby LGBT – qui a transformé la sexualité en hétérosexualité, pour d’une part justifier discrètement l’homosexualité, et d’autre part se venger du mariage et de l’Église Catholique. C’est l’hétérosexualité le vrai despote. Que ce soit en Espagne comme au Parlement Européen et aux États-Unis. D’ailleurs, l’Église ne la défend jamais : Elle ne défend que la sexualité, et que les couples femme-homme qui s’aiment, ainsi que les célibataires consacrés. L’hétérosexualité est le diable déguisé en différence des sexes. Les nombreux catholiques qui confondent par ignorance la différence des sexes avec l’hétérosexualité, font sans le savoir partie du lobby LGBT et justifient les lois pro-gays. Il serait temps qu’ils s’en rendent compte, au lieu de se poser en victimes persécutées.

 

5) QUI VOUS ATTAQUE, ALORS ?

Je le redis. C’est le lobby hétérosexuel, ainsi que les catholiques gays friendly qui se présentent comme « hétéros » ou qui ne dénoncent pas l’hétérosexualité. À Barcelone, par exemple, c’est le lobby hétérosexuel principalement qui a voulu me censurer, et non le « lobby gay » (4 pauvres figurants déguisés en homos et qui ont accepté de jouer pendant 5 minutes le rôle de vitrine du Système hétérosexuel présidé par la Generalitat). Les personnes homosexuelles espagnoles ou françaises ne sont pas contre moi, et je n’ai pas été victime d’une censure homosexuelle à l’interne. Ce sont seulement les gens d’Église, les personnes qui se présentent comme « hétérosexuelles » (en politique et dans les médias), et les pro-Vie qui m’imposent le silence. La preuve en est : l’année dernière, le journal Actuall a été le premier à censurer ma seule interview espagnole pour la sortie de mon livre La Homosexualidad en Verdad. C’est un scandale. Et pourtant, ils se disent « catholiques » et « pro-Vie » ! Mais ils ne nous accueillent que pour utiliser notre homosexualité comme un fouet, et uniquement lorsque nous ne parlons pas d’homosexualité, que nous tapons sur le « lobby gay », les médias et la politique, et pour se donner une raison de se victimiser et de justifier leur homophobie. Alors arrêtez de nous diaboliser, nous, personnes homosexuelles ! même si c’est pour en défendre une poignée « dissidente » d’entre nous et soi-disant « traîtresse à leur propre camp ».

 

6) VOUS ÊTES UN PEU DUR AVEC LES CONSTRUCTEURS DE CE BUS, QUI DÉFENDENT LA VIE…

C’est une bonne chose que ce bus ait été renvoyé au garage. Cela va permettre aux pro-Vie de se former intellectuellement, de revoir sérieusement leur manière d’aborder le Gender, et de comprendre que ce n’est pas leur homophobie qui va régler le problème de la confusion mondiale sur la sexualité ou de l’anticléricalisme, que ce n’est pas en se victimisant et en diabolisant un « lobby gay fantôme » qu’ils vont véritablement défendre le Christ et l’Humanité. Au contraire. Quand vont-ils oser parler des vrais sujets – homosexualité, hétérosexualité et homophobie, amour, sexualité – et nous laisser, à nous personnes homosexuelles, vraiment la parole, au lieu de se justifier de ne pas être homophobes ? À force de le dire, on voit bien qu’ils font preuve d’homophobie. Qu’ils commencent à se remettre en cause, à nous écouter. Et après, on en reparle.