Voici l’interview (juin-juillet 2018) que m’a proposée Unité Nationale, mouvement sans couleur politique ni religieuse, et sans candidat. Un espace intellectuel, artistique, politique de vraie liberté. Carole Vilbois m’a laissé carte blanche, avec des questions explosives et mes réponses dont elle n’a pas modifié une seule virgule. Merci à elle pour sa confiance… car parler aujourd’hui de « mariage gay », d’homosexualité, d’Éducation Nationale et de catholicisme, c’est une réelle prise de risque ! (Cette interview a été suivie en septembre 2018 d’un article sur la dignité.)
 

1 – Bonjour, Philippe, L’Unité Nationale se penche ce trimestre sur la question de l’égalité, et tout naturellement nous avons pensé à vous, et nous sommes très heureux que vous acceptiez de répondre à nos questions. Vous êtes un combattant des temps modernes, un peu contre vents et marées, vous portez des convictions fortes, même lorsque des montagnes se dressent devant vous, homosexuel, vous revendiquez votre foi, qui vous semble indissociable de celle-ci ; enseignant, vous expliquez que cela n’a jamais été un souci et que ce n’est pas l’homosexualité qui pose un problème, mais la pratique ; abstinent vous parlez de célibat consacré, et même lorsque vous exprimez votre art et votre talent, c’est toujours sur des terres jamais foulées jusque-là. Votre discours novateur, lorsque vous êtes le premier à oser parler ouvertement du lien « non causal » entre viol et homosexualité, vous ont parfois valu et des critiques et également très souvent des remerciements. Vous m’aviez confié, lorsque nous avons envisagé cette ITW, que vous vous sentiez d’un parti qui n’existe pas, catholique de gauche, là encore, nous qui voulons instaurer la gouvernance partagée, nous nous sommes demandé si vous vous sentiez représenté politiquement et d’après vous, qu’apporte la foi en politique que la laïcité n’offre pas ? Et faites-vous partie des abstentionnistes ?
 

C’est moi qui vous remercie. Oui, à mes yeux, le vrai homme de gauche, c’est Jésus. Et quand je dis « la gauche », je parle de la gauche catholique : celle qui sert ET les pauvres ET le Christ. Pas du socialisme ni du marxisme ni du communisme, qui n’ont rien à voir – à part dans les intentions – avec la gauche, et qui sont des systèmes bourgeois qui rejettent l’Église. À cette gauche catholique, j’avoue qu’actuellement je ne lui reconnais pas de représentant politique. Peut-être, un jour, un roi l’incarnera (mais à mes yeux, il faudra qu’il soit impérativement catholique ET pauvre !). Aujourd’hui, le seul homme public de gauche auquel je m’identifie, c’est le Pape François. Mais je ne peux malheureusement pas voter pour lui (rires). Sinon, vous l’avez bien deviné, aux présidentielles de 2017, j’étais tellement dégoûté par le choix de candidats que je n’ai voté ni au 1er ni au 2nd tour. La différence fondamentale entre la gauche et la droite, à mon sens, c’est que la gauche met les pauvres avant les moyens pour les aider, alors que la droite s’axe sur les moyens d’aider les pauvres et sur les richesses à créer pour eux… et éventuellement, elle les redistribue après… mais ça reste très hypothétique ! Le catholicisme est incompatible, je crois, avec la droite, et encore plus avec l’extrême droite (même si les votants de ces partis sont les premiers à dire que ces derniers n’existent pas, ou à amalgamer la gauche avec le socialisme et le communisme pour la ridiculiser). Enfin, pour répondre pleinement à votre question, la foi en politique apporte précisément la laïcité (que sans doute vous confondez avec le laïcisme) : la laïcité, c’est Jésus lui-même. C’est pourquoi nous devons la défendre de tout notre cœur.
 

2 – Dans votre quête d’égalité, pensez-vous que l’homosexualité au sein de l’église va jusqu’à la bénédiction des couples homosexuels par les prêtres ?
 

Alors je vous arrête tout de suite (rires). L’égalité, je ne la recherche pas. Elle est une idéologie franc-maçonne extrêmement dangereuse qui plaît beaucoup aux néo-communistes libéraux actuels souhaitant uniformiser tout et tout le monde sous prétexte de justice et de liberté. Elle s’oppose radicalement d’une part à la Bible (la conception biblique du partage équitable n’est pas mathématique, quantitative, et est subordonnée au besoin objectif et nécessaire de chacun ; non à un principe égalitariste : « Tous les croyants vivaient ensemble, et ils avaient tout en commun ; ils vendaient leurs biens et leurs possessions, et ils en partageaient le produit entre tous en fonction des besoins de chacun. » cf. Actes des Apôtres, chap. 2, v. 44-45. En gros, on ne va pas donner à un bébé un gros morceau de viande au nom du « droit à tous de manger de la viande » !) et s’oppose d’autre part à la réalité concrète des différences (nous ne sommes pas tous égaux puisque nous sommes différents ! Et c’est heureux !). L’égalité est un mythe. Et un gouvernement avec un ministère dédié à « l’égalité hommes-femmes » (alors même que les hommes et les femmes ne sont pas égaux et n’ont pas vocation à l’être : sinon, où seraient l’amour et la complémentarité des sexes ?), ça s’appelle tout simplement une dictature. Eh oui : je suis en train de vous dire que le rôle confié à madame Schiappa est non seulement bidon mais dangereux pour notre Humanité. L’égalité homme-femme est défendue par des États néo-nazis (dans le sens d’« international-socialisme ») qui s’ignorent, et qui visent, inconsciemment ou non, l’extinction de l’Humain, paradoxalement au nom des « Droits de l’Homme » et d’une glorification de l’humanisme.

Concernant la question de la bénédiction des « couples homos », à réalités différentes (un couple homme-femme n’est pas un « couple » d’hommes ni un « couple » de femmes), inégalité de traitements ! Ce qui régit le traitement, c’est la différence objective des situations, et non un pseudo « droit à être traité pareil et indistinctement ». Le mariage EST la différence des sexes (on ne marie pas des semblables sexués : on ne fait que créer des paires, pas des mariages), et cette différence des sexes, à l’image de l’Amour de Jésus pour l’Humanité, est une réalité surnaturelle et naturelle intangible à respecter. On ne peut pas décider du jour au lendemain qu’une pomme est une poire, quand bien même la loi l’autorise et travestisse les mots par pur nominalisme affectif. La sponsalité, la sacralité, la complémentarité et la conjugalité du couple homme-femme (je n’ai pas dit « hétéro » !) marié sont consubstantielles à la différence des sexes (sexualité) couronnée par l’Amour d’une part et à la différence Créateur-créatures (Jésus et l’Église Catholique) d’autre part. Les « couples » homosexuels disent parfois quelque chose de l’amitié, mais ne sont pas de la même substance que Dieu : ils ne peuvent donc en aucun cas être bénis ni être le signe tangible de l’incarnation de Dieu dans l’Humanité. Ils composent une parodie de sacrement, et même de couple et de famille. Et au fond, les « couples » homos les plus honnêtes et solides que je connais le reconnaissent humblement. Ce ne sont pas eux qui demandent le « mariage » ni des pastiches de rituels religieux.
 

3 – Penses-vous qu’il y a une égalité de traitement entre les religions en France ?
 

Non. Car les religions sont différentes. Mais surtout parce que le catholicisme, par sa vulnérabilité d’Amour, est plus facilement attaquable que l’islam (qui socialement fait peur et terrorise plus qu’il n’aime) et que le judaïsme (très lié au pouvoir mondain et à l’argent, donc qui constitue une religion à choyer). Le catholicisme, le vrai, repose sur la pauvreté, le pardon, la non-vengeance, et sur un Dieu (= Jésus) qui s’est abaissé jusqu’à mourir sur une Croix : c’est donc la proie idéale. On embête beaucoup moins, socialement, les juifs et les musulmans, même si l’antisémitisme et l’islamophobie, malheureusement, existent aussi. J’en sais quelque chose ! J’ai perdu mon métier de professeur d’espagnol en 2012 uniquement parce que je me suis opposé au « mariage gay » et parce que je suis catholique. Nous vivons dans une société où la laïcité – transformée en laïcisme – est un anticatholicisme déguisé, et où la gay friendly attitude est une homophobie déguisée. Il est très mal vu d’être catholique pratiquant et d’être homosexuel abstinent pour Jésus, je peux vous le certifier !
 

4 – Pourquoi avoir choisi le métier d’enseignant et qu’en pensez-vous aujourd’hui ?
 

J’avais choisi ce métier parce que j’aime les gens et surtout les élèves. J’ai aussi un côté très joueur, empêcheur de tourner en rond. Et l’analyse critique de notre époque m’a toujours passionné. J’adore la faire partager. Malheureusement, aujourd’hui, avec l’invasion des réseaux sociaux, le flux continuel d’informations, mais également le culte mondial des différences (qui paradoxalement nie les différences réelles) et la lutte contre les discriminations, il est devenu extrêmement difficile d’être prof. Une peur tenace de la délation et de la réflexion s’est installée. Dans l’Éducation Nationale – que j’ai rebaptisée pour rire « l’Éducation Nazionale » -, il n’est presque plus possible d’aborder avec les élèves les thèmes les plus constitutifs de la personne humaine et du bonheur de celle-ci, à savoir la politique, la sexualité et la foi. Même quand nous ne sommes pas prosélytes en cours, une chape de plomb s’abat sur nous, enseignants, dès que nous effleurons ces trois domaines ou que nous avons des engagements extérieurs à notre boulot, en lien avec ces derniers. Être prof et catholique, ça ne passe pas. Tenir un blog et écrire des livres sur l’homosexualité, ça ne passe pas non plus ! Au nom du « devoir de réserve » ! Vous savez, ce fameux devoir de réserve qu’on prétexte également aux policiers pour les stériliser et les empêcher d’exercer correctement et librement leur métier. Maintenant, si tu veux être prof et ne pas être embêté, tu dois faire profil bas, ne défendre que les banalités de l’antifascisme moralisant actuel, tu ne dois avoir aucune prise de position sociale, politique, intellectuelle, religieuse. Neutralité neutralité ! Je n’exagère même pas ! La préférence est interdite. Sale temps pour les différences. Notre monde tient plus au « droit à la différence » qu’à la différence concrète.
 

5 – L’école est-elle selon vous institutrice de l’égalité des droits ? De quoi selon vous le principe d’égalité des chances à l’école est-il le révélateur ?
 

L’école, dans l’idéal, devrait être préceptrice de la Vérité d’Amour qu’est Jésus. Quant au principe d’égalité (tout court) et de l’égalité des chances (ensuite), son existence est à mon avis le révélateur d’une uniformisation inquiétante de la population mondiale, d’une virtualisation des lois humaines, et d’une inflation des égos. Au nom du « droit », des « chances », la singularité des situations est bien souvent niée au profit d’un légalisme émotionnel hystérique, la réalité des faits et des personnes est déformée ou n’est plus reconnue. Le droit et la chance, quand ils ne reposent plus sur le Réel (et le plus réel des réels, c’est Jésus) mais sur la bonne intention, sont l’autre nom des fantasmes générés par les systèmes totalitaires. Non, nous n’avons pas tous les droits ni toutes les chances. Et fort heureusement : sinon, c’est l’anarchie.

 

6 – Que pensez-vous de la sélection génétique des embryons ? En Chine un institut porte le nom de Watson, ce prix Nobel codécouvreur, avec Francis Crick et Rosalind Franklin, de la structure de l’ADN, rejeté par la communauté scientifique, pour avoir tenu des propos racistes et homophobes. Comme ce fut déjà le cas dans le passé, on cherche encore et toujours à découvrir une cause génétique à l’intelligence, mais aussi à l’homosexualité, ce qui dans un premier temps sera fort apprécié si c’est le cas par la communauté, risque dans un second temps d’être un critère d’exclusion pour les parents qui ne voudront pas avoir un enfant gay. La disparition de l’homosexualité dans le monde l’avez-vous déjà envisagée ? Et si un jour ce combat se dresse devant vous, avez-vous une idée du camp dans lequel on vous trouvera ?
 

Effectivement, toute tentative d’essentialisation de la tendance homosexuelle s’est révélée au cours des siècles très dangereuse, et s’est retournée contre les personnes qu’elle était censée défendre. La croyance en la pseudo « identité » homo est un eugénisme qu’il faut combattre. En revanche, j’essaierai toujours de me mettre du côté des personnes homos, non d’abord du fait de leur homosexualité (même si c’est un « plus » indéniable, une connivence que nous partageons et qui me tient à cœur), mais du fait qu’elles sont surtout mes amies. Quant à la disparition définitive de l’homosexualité de la surface du globe, votre question est saugrenue, mais je l’envisage, bien évidemment. Et je crois qu’elle coïncidera avec l’arrivée prochaine de Jésus-Christ, qui libèrera définitivement le monde de toute peur, donc de l’homosexualité qui est par définition la peur de la différence des sexes. Alors oui, cette éradication figure au programme planétaire, et n’est absolument pas – je vous rassure – synonyme de notre éradication à nous, personnes homos, qui sommes au contraire appelées à vivre éternellement et en amitié profonde avec Jésus.