« Quand les prêtres manquent, les martyrs surabondent et l’équilibre de la grâce se trouve ainsi rétabli. » (La nouvelle prieure, dans la pièce de théâtre Le Dialogue des Carmélites (1949) de Georges Bernanos, p. 104)
 

Ne pleurons donc pas trop la chute de vocations actuelle et le manque de prêtres.