Le prêtre qui joue le speaker, le présentateur télé, le communicant, l’attaché de presse de Jésus, l’animateur clergyman, qui cède démagogiquement sa place de pasteur, de guide, d’orateur et d’enseignant, en échange d’une place de questionnant, d’apprenant, d’enseigné, d’élève, de récepteur, d’une parodie de service et d’écoute : voilà exactement la dérive bobo que je décris et annonce dans le code n°38 de mon livre Les Bobos en Vérité.
 

 

De plus en plus de prêtres ne sont plus des prêtres, n’occupent plus leur place de prêtres. On est mal.