J’ai compris, grâce au film « Wonder Woman » (2017) de Patty Jenkins, qui est vraiment l’Antéchrist. Il est la foi absolue en la toute-puissance de l’Amour. Il est l’Esprit de Fête. Il est l’optimisme mondialement célébré. Il est la défense inconditionnelle de la Paix. Pas la Paix de Jésus mais la Paix tout court. Le satanisme, c’est le pacifisme absolu. Et c’est se prendre pour la source de son propre Salut et Bien : « La Justice commence avec elle » indique le sous-titre de l’affiche maçonnique du film. « Je fais ce que je veux. […] L’important, c’est ce que l’on croit. Et JE CROIS EN L’AMOUR ! » conclut Wonder Woman tout en massacrant tout le monde sur son passage et en fondant sur son ennemi diabolique Arès (dieu de la Guerre) qu’elle imite finalement en actes et en intentions sans même s’en rendre compte. L’Antéchrist, lui, est capable, avec des étoiles et des larmes scintillantes dans les yeux, de tuer en disant « Je t’aime » à sa victime, sous prétexte de la sauver d’elle-même et d’instaurer sa propre vision de la Paix et de la Justice. Sidérante mythomanie. « Seul l’Amour peut sauver le monde ! » croient les suiveurs de l’Antéchrist. Alors je le dis très sérieusement : nous, catholiques, croyons uniquement en la toute-puissance de l’Amour de Jésus, en la paix de Jésus. « Donne-nous Seigneur la Paix, non pas celle qui vient du monde, mais la Paix qui vient de Toi. » développe le chant de paroisse citant fidèlement la Bible (Jn 14, 24). Notre plus grand ennemi – et je ne blague même pas –, c’est la foi en l’Amour et en la Vie, c’est la Paix et la solidarité, ce sont les Droits de l’Homme, c’est la diabolisation de la guerre. Pour l’Antéchrist, le grand monstre à neutraliser, c’est la guerre… sauf sa propre guerre à la guerre. C’est pourquoi il est capital pour nous de ne pas rentrer dans cette idolâtrie de la Paix et de l’Amour lancée par tous les organismes musicaux, cinématographiques, caritatifs et même ecclésiaux. Car si la guerre pour Jésus et par Lui est juste, la Paix voulue pour elle-même est un totalitarisme. Il nous faut rejeter avec force le pacifisme et l’antibellicisme contemporains, et ne défendre que la Paix divisante du Christ, coupante comme une épée (Mt 10, 34) et fragile comme un enfant.
 
 
 

P.S. : Alors maintenant, en plus de la folie, sachez que je me drogue lol. Suite à ce post, réaction à l’instant sur ma page officielle Facebook :